Compagnon de la Libération

Infos
right Un Compagnon de la Libération est un membre de l'« Ordre de la Libération » créé le 17 novembre 1940 par Charles de Gaulle en tant que « Chef des Français Libres ». Ce titre est décerné pour « récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées dans l'œuvre de libération de la France et de son Empire. » Ainsi, 1 038 personnes, cinq communes (Paris, Île-de-Sein, Nantes, Grenoble et Vassieux-en-Vercors) mais aussi d
Compagnon de la Libération

right Un Compagnon de la Libération est un membre de l'« Ordre de la Libération » créé le 17 novembre 1940 par Charles de Gaulle en tant que « Chef des Français Libres ». Ce titre est décerné pour « récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées dans l'œuvre de libération de la France et de son Empire. » Ainsi, 1 038 personnes, cinq communes (Paris, Île-de-Sein, Nantes, Grenoble et Vassieux-en-Vercors) mais aussi dix-huit unités combattantes comptent au nombre des Compagnons de la Libération lors de la signature du décret de forclusion de l'Ordre de la Libération soit le 23 janvier 1946. Parmi les 1 038 Compagnons, 260 ont été nommés à titre posthume. Sur les 1 038 Compagnons, on ne compte que six femmes et douze communistes, ce qui est très en deçà de la proportion de ces deux catégories de population dans les rangs de la Résistance. La Résistance intérieure est de même sous-représentée par rapport à la France libre, qui représente les trois quarts des décorés. Le général de Gaulle a en effet d'abord commencé par décorer des combattants et des agents que lui ou ses proches connaissaient ; ses contacts avec la Résistance intérieure française ne se sont vraiment noués que vers 1942, période qui vit l'unification de celle-ci sous l'égide de Londres par Jean Moulin. De surcroît, dans l'opacité de la lutte clandestine, les chefs des mouvements avaient plus de difficultés à repérer des militants méritants pour les proposer pour des décorations, alors que les combattants FFL se battaient au grand jour et généralement sous leur vrai nom. En principe, chaque mouvement de la Résistance intérieure disposait de deux Croix. Mais un certain nombre de chefs ou de hautes figures des mouvements de Résistance n'ont jamais reçu celle-ci, par exemple les époux Aubrac ou les fondateurs de Défense de la France, et même d'indéfectibles soutiens du général de Gaulle tels Michel Debré, Philippe Peschaud ou son propre fils Philippe de Gaulle n'ont pas été faits compagnons. 44 étrangers de 18 nationalités différentes ont été fait Compagnons ; parmi les plus célèbres, on peut citer Winston Churchill, Dwight Eisenhower, le roi du Maroc Mohammed V, le roi du Royaume-Uni George VI. Au 29 août 2007, 63 Compagnons de la Libération étaient encore en vie. Le dernier Compagnon sera inhumé dans la crypte du Mont Valérien, dans la 17 tombe laissée vide pour l'accueillir.

Voir aussi

-Liste des compagnons de la Libération ==
Sujets connexes
Aubrac   Charles de Gaulle   Crypte   Défense de la France   Empire   FFL   France   France libre   Grenoble   Jean Moulin   Liste des compagnons de la Libération   Michel Debré   Mohammed V du Maroc   Mont Valérien   Nantes   Ordre de la Libération   Paris   Philippe Peschaud   Philippe de Gaulle   Résistance intérieure française   Vassieux-en-Vercors   Winston Churchill  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^