Jeux Olympiques

Infos
:Cet article traite uniquement des Jeux modernes. Pour les Jeux antiques, voir Jeux Olympiques antiques.  Les cinq anneaux, symbole des Jeux Olympiques Les Jeux Olympiques sont un ensemble de compétitions sportives mondiales organisées tous les quatre ans (une olympiade est une période de quatre ans). Originellement tenus dans la Grèce antique (voir Jeux olympiques antiques), ils ont été remis au goût de l'époque et réintroduits par le baron Pierre de Couber
Jeux Olympiques

:Cet article traite uniquement des Jeux modernes. Pour les Jeux antiques, voir Jeux Olympiques antiques.  Les cinq anneaux, symbole des Jeux Olympiques Les Jeux Olympiques sont un ensemble de compétitions sportives mondiales organisées tous les quatre ans (une olympiade est une période de quatre ans). Originellement tenus dans la Grèce antique (voir Jeux olympiques antiques), ils ont été remis au goût de l'époque et réintroduits par le baron Pierre de Coubertin à la fin du . Les Jeux Olympiques modernes ont lieu depuis 1896 tous les quatre ans, hormis lors des deux guerres mondiales. Les Jeux Olympiques comprennent deux compétitions :
- Les Jeux Olympiques d'été depuis 1896
- Les Jeux Olympiques d'hiver depuis 1924, tenus d'abord la même année que les Jeux Olympiques d'été jusqu'en 1992, puis décalés de deux ans depuis 1994

Histoire

Les Jeux Olympiques antiques

La rénovation des Jeux

La fédération omnisports française USFSA fête son cinquième anniversaire le 25 novembre 1892 dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne à Paris. À cette occasion, Pierre de Coubertin appelle à la rénovation des Jeux olympiques. Deux ans plus tard, le 23 juin 1894, se tient également à la Sorbonne le « Congrès pour le rétablissement des Jeux olympiques ». Devant l’absence de réactions à son appel deux ans plus tôt, Pierre de Coubertin parvient à convaincre les représentants britanniques et américains, mais aussi d'autres nations, notamment la Jamaïque, la Nouvelle-Zélande ou la Suède. Plus de 2000 personnes représentant douze nations assistent finalement au congrès, qui vote à l’unanimité la rénovation des Jeux olympiques. L'autre décision importante prise à l’occasion de ce Congrès est la condamnation des règlements sportifs de certaines fédérations (britanniques notamment) excluant les ouvriers et les artisans au nom d’un élitisme social qui allait à l’encontre des idéaux égalitaires français.

Les Jeux olympiques modernes

De 245 participants originaires de 15 nations en 1896, les Jeux rassemblent 10500 athlètes de 200 délégations lors des derniers Jeux Olympiques d'été. Le nombre des participants aux Jeux Olympiques d'hiver est plus modeste avec environ 2500 athlètes attendus à Turin en 2006.

Origine de la devise latine des jeux Olympiques modernes

La devise latine des jeux olympiques est, depuis 1894, année du premier congrès olympique : citius, altius, fortius... (plus vite, plus haut, plus fort...). C'est Pierre de Coubertin qui proposa cette devise, empruntée à son ami l'abbé Henri Didon. Un emprunt ni fortuit, ni anodin. Trois ans auparavant, le 7 mars 1891, à la fin des compétitions sportives du collège Albert-le-Grand d'Arcueil dont il est directeur, l'abbé Didon, en présence de son ami de Coubertin, avait lancé aux participants : « Mes enfants, je vous donne comme devise sur les stades comme dans la vie : citius, altius, fortius. » Pierre de Coubertin envisageait le sport d'un point de vue pédagogique : il y voyait un moyen de sociabilisation et de moralisation. (voir : Devise olympique) Cet emprunt est aussi un hommage. Né en 1840 au Touvet (Isère), ordonné prêtre à 22 ans, Henri Didon fut un sportif émérite qui mit le sport au cœur de sa pédagogie. Surtout il faut savoir que les premiers jeux Olympiques de l'ère moderne sont nés en... 1832, au petit séminaire du Rondeau, au pied de la Chartreuse. Tout était prévu : charte olympique, cérémonie d'ouverture, épreuves sportives, remise de médailles. En 1896, l'abbé Didon assiste aux premiers jeux Olympiques et célèbre une messe œcuménique et olympique en la cathédrale d'Athènes devant quatre mille personnes. En 1897, trois ans avant de mourir, il ouvre le deuxième congrès olympique international. Malgré cela, le rôle de l'abbé Didon reste méconnu, comme l'est la contribution chrétienne à l'idéal olympique moderne.

Localisation

Interférences politiques

Guerre

Malgré les vœux de Coubertin, les deux guerres mondiales empêchèrent la tenue du rendez-vous olympique. Les Jeux de 1916 furent ainsi annulés pendant la Première Guerre mondiale, et ceux de 1940 et 1944 pendant la Seconde Guerre mondiale.

Terrorisme

En 1972, lors des Jeux Olympiques de Munich, un commando de terroristes palestiniens prit en otage onze membres de la délégation israélienne dans le village olympique. Peu préparée à ce type d'action, la police allemande a rétabli l'ordre au prix d'un massacre. Depuis cet incident, les polices des pays occidentaux comprennent des sections antiterroristes très pointues. De plus, la sécurité est renforcée autour des grands événements comme les Jeux olympiques. Le village olympique est parfois comparé à un bunker. En 1996, lors des Jeux Olympiques d'Atlanta, une bombe explose sur la place principale de la ville blessant plus de cent personnes.

Politique

La politique s'empare parfois du symbole olympique. D'abord opposé à la tenue des Jeux olympiques en Allemagne, Adolf Hitler utilise cette manifestation à des fins de propagande. C'est également le cas à Moscou en 1980. L'Union Soviétique entra pourtant tardivement au sein du mouvement olympique. L'URSS arrêtera de participer aux Spartakiades, pour les Jeux Olympiques en 1952, à Helsinki, afin d'apaiser les relations Ouest-Est et les menaces de la Guerre Froide.

Boycotts

1976 et 1984 En 1956, les Jeux sont boycottés par les Pays-Bas, l'Espagne et la Suisse qui manifestent ainsi leur désaccord avec la répression russe de l'époque en Hongrie. Lors de ces mêmes Jeux, le Cambodge, l'Égypte, l'Irak et le Liban furent absents en raison de la crise de Suez. En 1968, 1972 et 1976, de nombreux pays africains boycottent les Jeux afin de protester contre les régimes d'apartheid sud africain. L'exclusion de la Nouvelle-Zélande est également réclamée, car son équipe de rugby s'était rendue en Afrique du Sud pour y jouer des matches. À Montréal, 21 pays africains et le Guyana manquent à l'appel. En 1980, les États-Unis et 64 autres délégations boycottent les Jeux de Moscou en raison de l'intervention soviétique en Afghanistan. La France ou encore le Royaume-Uni ne sont pas solidarisés à ce mouvement et se rendent à Moscou avec quatorze autres nations occidentales. En réplique au boycott de 1980, l'URSS et 14 de ses pays satellites boycottent les Jeux de Los Angeles sous prétexte que la sécurité des délégations n'était pas garantie. La Roumanie se distingua du bloc de l'Est en se rendant à Los Angeles. En 1988, Cuba, l'Éthiopie et le Nicaragua boycottent les Jeux de Seoul pour protester contre la mise à l'écart de la Corée du Nord dans l'organisation des Jeux. Un mouvement de protestation, mené par Reporters sans frontières, tente de convaincre le plus de pays possible de boycotter les Jeux de Pékin en 2008 pour protester contre le bafouement des droits de l'homme en Chine.

Symboles

Le drapeau des Jeux olympiques, dessiné par Coubertin lui-même, est constitué de cinq anneaux enlacés sur fond blanc, inspirés par une gravure grecque. Les six couleurs (bleu, noir, rouge, jaune, vert et blanc) du drapeau sont le signe de l'universalité des jeux : ainsi, chaque pays retrouve sur le drapeau olympique les couleurs de son propre drapeau (à noter que cela est inexact à l'heure actuelle, car certains drapeaux utilisent le mauve, le rose ou l'orange ; mais lors des tout premiers jeux olympiques il n'y avait que huit pays en lice et ce symbolisme était vrai stricto sensu). Une interprétation associant chaque continent à une couleur précise a été utilisée dès la création du drapeau mais est considérée depuis comme erronée (pour éviter toute forme de racisme), comme le CIO le précise dans un document publié sur son site web : « les six couleurs (y compris le fond blanc du drapeau), combinées de cette façon, sont représentatives des couleurs de toutes les nations sans exception. Il est donc faux de croire que chacune des couleurs est associée à un continent précis. » (cf. ). La flamme olympique, autre élément symbolique fort des Jeux, est employée depuis 1928 pour symboliser le lien entre les jeux modernes et la Grèce antique. En 1896 l'hymne olympique fut composé et joué lors des I Jeux olympiques. Pour plus d'informations, consulter ce . La mascotte olympique apparaît officiellement pendant les Jeux d'hiver de 1968 à Grenoble. Depuis, chaque édition crée sa propre mascotte afin de symboliser les valeurs de l'olympisme.

Enjeux économiques

Les Jeux olympiques d'été de 1984 à Los Angeles furent les premiers jeux bénéficiaires. Aujourd'hui la majorité des recettes viennent des droits télévisuels et des partenaires commerciaux. Les retombées touristiques et en infrastructures (équipements sportifs, mais aussi ouvrages de génie civil, hôtellerie...) sont également cruciales pour les villes organisatrices. Plusieurs villes sont donc candidates pour les prochaines échéances, et la compétition entre elles est féroce. L'impact économique est tel que la tentation de recourir à la corruption est grande pour emporter la décision du CIO et se voir attribuer l'organisation des Jeux.

Jeux Olympiques et littérature

Les Jeux Olympiques ont inspiré un certain nombre d'écrivains, qui ont écrit des pages à la gloire du sport. Parmi les nombreux livres sur ce thème on peut citer :
- Maurice Genevoix, Euthymos, vainqueur olympique
- Pierre Louÿs, Les jeux Olympiques
- José María de Heredia, Les Trophées
- Henry de Montherlant, Les Olympiques
- Henry de Montherlant, Le Songe Et ils ont également inspiré une dystopie qui constitue un reflet de l'univers concentrationnaire, dans W ou le souvenir d'enfance, de Georges Perec.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Adolf Hitler   Afrique du Sud   Albertville   Allemagne   Amsterdam   Antiterrorisme   Anvers   Arcueil   Athènes   Atlanta   Barcelone   Berlin   Calgary   Cambodge   Chronologie des Jeux Olympiques antiques   Comité international olympique   Comité national olympique et sportif français   Congrès olympique de 1894   Corruption   Cortina d'Ampezzo   Corée du Nord   Cuba   Devise olympique   Drapeau olympique   Droits de l'homme   Espagne   Flamme olympique   France   France aux jeux Olympiques   Garmisch-Partenkirchen   Grenoble   Grèce   Grèce antique   Guerre mondiale   Génie civil   Helsinki   Henri Didon   Henry de Montherlant   Hongrie   Hymne olympique   Innsbruck   Irak   Isère (département)   Jamaïque   Jeux Olympiques antiques   Jeux Olympiques d'hiver   Jeux Olympiques d'hiver de 1924   Jeux Olympiques d'hiver de 1928   Jeux Olympiques d'hiver de 1932   Jeux Olympiques d'hiver de 1936   Jeux Olympiques d'hiver de 1940   Jeux Olympiques d'hiver de 1944   Jeux Olympiques d'hiver de 1948   Jeux Olympiques d'hiver de 1952   Jeux Olympiques d'hiver de 1956   Jeux Olympiques d'hiver de 1960   Jeux Olympiques d'hiver de 1964   Jeux Olympiques d'hiver de 1968   Jeux Olympiques d'hiver de 1972   Jeux Olympiques d'hiver de 1976   Jeux Olympiques d'hiver de 1980   Jeux Olympiques d'hiver de 1984   Jeux Olympiques d'hiver de 1988   Jeux Olympiques d'hiver de 1992   Jeux Olympiques d'hiver de 1994   Jeux Olympiques d'hiver de 1998   Jeux Olympiques d'hiver de 2002   Jeux Olympiques d'hiver de 2006   Jeux Olympiques d'hiver de 2010   Jeux Olympiques d'hiver de 2014   Jeux Olympiques d'été   Jeux Olympiques d'été de 1896   Jeux Olympiques d'été de 1900   Jeux Olympiques d'été de 1904   Jeux Olympiques d'été de 1908   Jeux Olympiques d'été de 1912   Jeux Olympiques d'été de 1916   Jeux Olympiques d'été de 1920   Jeux Olympiques d'été de 1924   Jeux Olympiques d'été de 1928   Jeux Olympiques d'été de 1932   Jeux Olympiques d'été de 1936   Jeux Olympiques d'été de 1940   Jeux Olympiques d'été de 1944   Jeux Olympiques d'été de 1948   Jeux Olympiques d'été de 1952   Jeux Olympiques d'été de 1956   Jeux Olympiques d'été de 1960   Jeux Olympiques d'été de 1964   Jeux Olympiques d'été de 1968   Jeux Olympiques d'été de 1972   Jeux Olympiques d'été de 1976   Jeux Olympiques d'été de 1980   Jeux Olympiques d'été de 1984   Jeux Olympiques d'été de 1988   Jeux Olympiques d'été de 1992   Jeux Olympiques d'été de 1996   Jeux Olympiques d'été de 2000   Jeux Olympiques d'été de 2004   Jeux Olympiques d'été de 2008   Jeux Olympiques d'été de 2012   Jeux Olympiques d'été de 2016   Jeux Olympiques intercalés de 1906   Jeux paralympiques   José María de Heredia   Lake Placid (New York)   Liban   Lillehammer   Liste des codes pays du CIO   Londres   Los Angeles   Mascotte olympique   Maurice Genevoix   Melbourne   Mexico   Montréal   Moscou   Munich   Nagano   Nicaragua   Nouvelle-Zélande   Olympiade   Oslo   Paris   Pays-Bas   Pierre Louÿs   Pierre de Coubertin   Première Guerre mondiale   Procédure de sélection de la ville hôte des Jeux Olympiques   Pékin   Reporters sans frontières   Rome   Roumanie   Royaume-Uni   Russe   République populaire de Chine   Résultats des élections des villes hôtes des Jeux Olympiques d'hiver   Résultats des élections des villes hôtes des Jeux Olympiques d'été   Saint-Moritz   Salt Lake City   Sapporo   Sarajevo   Seconde Guerre mondiale   Serment olympique   Sorbonne   Sotchi   Sport   Squaw Valley   Stockholm   Suisse   Suède   Sydney   Séoul   Tourisme   Turin   Vancouver  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^