Stendhal

Infos
Stendhal, de son vrai nom Henri Beyle (23 janvier 1783, Grenoble - 23 mars 1842, Paris) est un écrivain français, réputé pour la finesse d'analyse des sentiments de ses personnages et pour la sécheresse délibérée de son style. Stendhal a dû choisir son pseudonyme en hommage à Johann Joachim Winckelmann, fondateur de l'archéologie moderne, qui est né à Stendal en Saxe-Anhalt (Allemagne). Une autre hypothèse est que son pseudonyme vient des îles S
Stendhal

Stendhal, de son vrai nom Henri Beyle (23 janvier 1783, Grenoble - 23 mars 1842, Paris) est un écrivain français, réputé pour la finesse d'analyse des sentiments de ses personnages et pour la sécheresse délibérée de son style. Stendhal a dû choisir son pseudonyme en hommage à Johann Joachim Winckelmann, fondateur de l'archéologie moderne, qui est né à Stendal en Saxe-Anhalt (Allemagne). Une autre hypothèse est que son pseudonyme vient des îles Shetland, dont il est l'anagramme; un lieu que Stendhal aimait. Il a participé aux guerres de la Révolution et de l'Empire comme officier de dragons et comme intendant militaire.

Biographie

1783-1821 : Les premières années

Stendhal naît rue des Vieux Jésuites (aujourd'hui rue Jean-Jacques Rousseau) à Grenoble dans une famille bourgeoise qu'il apprécie peu. Sa mère, qu'il aimait beaucoup, meurt alors qu'il a sept ans. Son père lui donne alors pour précepteur l'abbé Raillane, et le jeune Henri souffrira de la tyrannie de l'ecclésiastique : « Je haïssais l'abbé, je haïssais mon père, source des pouvoirs de l'abbé, je haïssais encore plus la religion au nom de laquelle ils me tyrannisaientStendhal, Vie de Henri Brulard, publiée à titre posthume en 1890. » Ancienne maison de Stendhal à Grenoble avec la terrasse construite sur le rempart romain et donnant sur le Jardin de Ville. En 1796, il entre à l'École centrale de Grenoble. En octobre 1799, il part à Paris pour passer le concours de l'École polytechnique. Il renonce à se présenter et sera très déçu par la capitale, où il tombe malade. De 1800 à 1801, il participe à la campagne d'Italie où il est nommé sous-lieutenant au sein du 6e régiment de dragons. Revenu à Paris, il essaie de se faire une place, dans le négoce, dans le succès littéraire ou en séduisant des femmes. En 1805, il devient l'amant de l'actrice Mélanie Guilbert et il la suit à Marseille et s'essaye au commerce, sans grande motivation, ni grand succès d'ailleurs. Mais, ces années d'apprentissage auront une grande influence sur le personnage de Julien Sorel dans le Rouge et le Noir. Il est nommé auditeur au Conseil d'État le 3 août 1810. À partir de 1810, il participe à l'administration et aux guerres napoléoniennes. En 1812, il travaille à l’Histoire de la Peinture en Italie. En août, il se rend à Moscou où il sera témoin de l'incendie qui ravage la ville après l'entrée de la Grande Armée en septembre. En novembre, lors de la retraite de Russie, il perd le manuscrit de Histoire de la Peinture en Italie. Lors de la chute de la Campagne de France, en 1814, il part en Italie et il s'installe à Milan où il retrouve sa maîtresse Angéla Pietragrua. L'année suivante il fait graver sur ses cartes de visite : « Waterloo, c’est trop dommage. Six mois de plus et j’aurais été nommé au Mans préfet de la Sarthe ». En 1818, Stendhal travaille à une Vie de Napoléon. C'est aussi l'année où il rencontre celle avec laquelle il va vivre une grande passion, Mathilde Dembowski (Métilde), qu'il suit l'année suivante à Volterra. Pendant cette période, il écrit plusieurs œuvres autour de l'Italie ainsi que De l'amour. En 1821, parce qu'il est accusé de sympathie pour le carbonarisme — affection particulièrement ressentie dans la nouvelle Vanina Vanini — il est expulsé de Milan.

1821-1831 : L'essor littéraire

De retour à Paris, presque ruiné après le décès de son père, il entre dans le milieu littéraire en fréquentant des salons littéraires. Ainsi, il a son cénacle et a même un disciple en la personne de Prosper Mérimée. Il écrit des journaux, publie des essais. Il était par ailleurs franc-maçon, ayant été initié en 1806 dans la loge Sainte-Caroline du Grand Orient. En 1827, il publie son premier roman, Armance, suivi en 1830 de Le Rouge et le Noir, en partie influencé par la révolution de juillet 1830. Ce roman connaîtra un beau succès. Après cette révolution, il est nommé consul à Civitavecchia. En 1833, Stendhal descend le Rhône de Lyon à Marseille, en compagnie de George Sand et d'Alfred de Musset.

1831-1842 : Dernières œuvres, derniers voyages

À Civitavecchia, il s'ennuie et part voyager. Il ne réussit pas à terminer les œuvres qu'il commence (
Souvenirs d'égotisme, Lucien Leuwen...). Après avoir achevé son dernier chef-d'œuvre, la Chartreuse de Parme, en 1839, il meurt dans la nuit du 22 au 23 mars 1842 d'une attaque cardiaque. Sa dépouille est enterrée au cimetière de Montmartre à Paris.

Les romans de Stendhal

L'œuvre de Stendhal consiste aussi bien en des textes autobiographiques (
la Vie de Henri Brulard par exemple) que dans des romans qui comptent parmi les plus beaux dans la littérature française : le Rouge et le Noir, Lucien Leuwen, la Chartreuse de Parme.Ce dernier roman fut salué à sa première publication par un éloge d'Honoré de Balzac, autre maître du roman réaliste dont Stendhal lui-même se déclara heureusement surpris .
-
Cet article étonnant, (...) je l'ai lu, (...) en éclatant de rire. Toutes les fois que j'arrivais à une louange un peu forte(...) je voyais la mine que feraient mes amis en le lisantCorrespondance Tome X, p 288, Paris. Le Divan 1954 Le Rouge et le Noir est le premier grand roman de Stendhal. Il est le premier roman à lier de façon si subtile description de la réalité sociale de son temps et l’action romanesque selon Erich Auerbach dans sa célèbre étude Mimesis. Julien Sorel, le héros principal du livre, est le pur produit de son époque en un certain sens. Littéralement ivre d’ambition à cause de la lecture du Mémorial de Sainte-Hélène de Napoléon et conscient que depuis la Révolution c’est le mérite et non plus la naissance seule qui compte, il rêve de devenir lui-même un nouveau Bonaparte.

Le réalisme chez Stendhal

Stendhal n'a pas seulement « appliqué » une certaine esthétique réaliste : il l'a pensée d’abord. Le réalisme de Stendhal c’est aussi la volonté de faire du roman un « miroir » c’est-à-dire un simple reflet de la réalité sociale et politique d’une époque dans toute sa dureté. Stendhal a d'ailleurs écrit que « le roman, c’est un miroir que l’on promène le long d’un chemin ». Dans Racine et Shakespeare, il assigne pour devoir à l'art romantique de faire un art qui sera en adéquation avec les goûts et tendances des peuples. Le réalisme de Stendhal c’est d’abord la volonté de peindre de faits capables d’intéresser ses contemporains (Monarchie de juillet dans Lucien Leuwen, Restauration dans Le Rouge et le Noir, défaite et retour des Autrichiens dans La Chartreuse de Parme). En revanche, Stendhal dépeint avec souci de réalisme psychologique, les sentiments des personnages principaux. Il s’inspire même souvent des théories relatives à l’amour de son traité De l’amour et essaie de faire œuvre de psychologue rigoureux. Les sentiments amoureux sont dépeints avec beaucoup de soin : le narrateur expose longuement la naissance de la passion amoureuse et ses péripéties : cf. M de Rênal et Julien - Julien et Mathilde de La Mole - Lucien Leuwen et M de Chasteller - Fabrice et Clélia.

Le réalisme dans la peinture des mœurs et de la société

Le Rouge et le Noir et Lucien Leuwen sont une peinture acerbe de la société sous la Restauration, comme l'indique le sous-titre du roman Le Rouge et le Noir : « Chronique de 1830 ». Lucien Leuwen est le vaste tableau de la Monarchie de juillet. La Chartreuse de Parme est une peinture des mœurs politiques dans les Monarchies italiennes du . Ces romans sont donc politiques non pas par la présence de longues réflexions politiques (Stendhal rejette un tel procédé et le compare à un coup de feu dans un concert dans Le Rouge et le Noir) mais par la peinture des faits. Le Rouge et le Noir et La Chartreuse de Parme sont aussi des critiques acerbes de la position subordonnée de la femme : cf. l’interprétation féministe par Simone de Beauvoir des romans de Stendhal (in Le Deuxième Sexe). La peinture des mœurs chez Stendhal ne se veut jamais impartiale mais critique : elle n’est pas motivée par volonté sociologique mais par souci de faire tomber les faux-semblants et de montrer « la vérité, l’âpre vérité » (devise du premier livre de Le Rouge et le Noir) de la société de son temps. Malgré son réalisme il n’y a pas de descriptions détaillées de la réalité matérielle. Le narrateur décrit à peine les lieux. Cf. description de Verrières au tout début du roman qui prend juste une page et qui sert d’introduction à une critique acerbe des habitants. On ne sait rien non plus de l’Hôtel de la Mole (Le Rouge et le Noir) ni de Milan ou bien du Château du Marquis Del Dongo (La Chartreuse de Parme''). La peinture des lieux est « fonctionnelle ». Le narrateur ne décrit le monde uniquement dans la mesure où c’est nécessaire pour l’action. La prison de Fabrice est décrite avec soin car elle constitue un lieu essentiel pour l’action de La Chartreuse de Parme. Le narrateur décrit à peine les personnages : on ne sait quasiment rien des toilettes de M de Rênal, de Mathilde ou sur celle de Julien, de Lucien Leuwen ou de Fabrice si ce n’est le couleur de cheveux et quelques détails sur leur aspect, mentionnés très brièvement. Mais la peinture de la réalité matérielle se fait discrète à cause des particularités du roman stendhalien. Le thème de l’argent est souvent lié à des personnages secondaires ou détestables (M. de Rênal, le Marquis Del Dongo) : l’attention du lecteur se tourne plutôt vers les protagonistes principaux qui sont bien loin de tels soucis (Fabrice, M de Rênal, Lucien Leuwen). Le roman de Stendhal est rapide (ses personnages ont souvent à peine 20 ans) alors que la description exige une pause dans la narration. L’autre limite du « réalisme » de Stendhal tient au romanesque. Le romanesque traverse tous ses romans. Le héros stendhalien est une figure romanesque. Le personnage de Julien est intelligent, nourrit une haine profonde pour ses contemporains, ambitieux jusqu’à la folie. Fabrice est un jeune homme exalté et passionné. Lucien Leuwen est un jeune homme idéaliste et bien fait de sa personne. En outre la politique dans La Chartreuse de Parme est nettement moins importante que dans Le Rouge et le Noir et Lucien Leuwen. C’est surtout l’histoire qui joue un rôle (Waterloo, arrivée des troupes françaises à Milan en 1796). Et encore elle est inséparable de l’action romanesque. La Chartreuse de Parme a un caractère romanesque nettement plus prononcé que les deux autres grands romans (cf. les personnages de la Duchesse Sanseverina ou de Clélia). Le réalisme Stendahlien se limite donc aux autres et non a ses personnages ce qui ne sera pas le cas chez Zola

Réalisme subjectif chez Stendhal

Mais le réalisme chez Stendhal se fait aussi réalisme subjectif sans que cela soit une contradiction. Par réalisme subjectif on entend un des procédés fondamentaux de la conduite du récit chez Stendhal. G. Blin, dans Stendhal et les problèmes du Roman, est un de ceux qui mis en avant ce procédé. La grande originalité de Stendhal est l’usage important de la « focalisation interne » (pour reprendre la terminologie de Gérard Genette) pour raconter les évènements. Les évènements sont vus en grande partie par les protagonistes voire par un seul d'entre eux. Stendhal refuse donc le point de vue du narrateur omniscient mais pratique la « restriction de champ ». Dans Le Rouge et le Noir et dans Lucien Leuwen les évènements sont vus dans le rayon de Julien Sorel et Lucien. Dans La Chartreuse de Parme le narrateur a reconnu le droit de regard des autres personnages (Clélia, Mosca, Sanseverina) mais Fabrice Del Dongo garde le foyer principal (la scène de la bataille de Waterloo reste paradigmatique). On peut donc parler d’une restriction de champ chez Stendhal (Blin). Stendhal a en effet coupé ses récits de « monologues intérieurs » et a ramené le roman à la biographie du héros. Les trois grands romans commencent par la jeunesse du héros ou commencent même avant (cf. La Chartreuse de Parme) et finissent avec sa mort (cf. Le Rouge et le Noir et La Chartreuse de Parme). Première conséquence de la restriction du champ : les descriptions sont brèves chez Stendhal. Elles sont l’œuvre d’un narrateur extérieur qui voit l’aspect des personnages du dehors ou bien d’un narrateur qui observe la nature. Un tel narrateur est incompatible avec la « restriction du champ » et il joue donc un rôle secondaire chez Stendhal. Le choix de la restriction du champ explique aussi que certains personnages apparaissent ou disparaissent aussi rapidement de l’action (comme le Comte de La Mole dans Le Rouge et le Noir et Rassi dans La Chartreuse de Parme) car tout est vu par les yeux d’un personnage central. Troisième conséquence du recours à la restriction de champ : les évènements se dévoilent graduellement. Les héros de Stendhal sont souvent un peu étonnés de ce qu’ils voient et n’en comprennent le sens que progressivement. Ce n’est que peu à peu que Julien comprend pourquoi Melle de La Mole apparaît un jour en vêtement de deuil alors que personne ne vient de mourir autour d’elle. Julien découvrira ultérieurement qu’elle porte le deuil d’un ancêtre mort au ...

L’œuvre autobiographique

L’œuvre de Stendhal est profondément autobiographique. Même ses romans tant ils sont inspirés par sa propre vie mais aussi parce qu’ils constituent une autobiographie idéale de Stendhal. Julien Sorel, Lucien Leuwen et Fabrice Del Dongo sont ce que Stendhal aurait rêvé d’être. Les œuvres autobiographiques de Stendhal sont de trois natures. D’une part Stendhal a tenu pendant de très longues années un Journal où il raconte au fur et à mesure les évènements de sa vie. On pourrait parler d’une prise sur le vif de sa propre vie. D’autre part Stendhal a rédigé deux autres grandes œuvres autobiographiques : la Vie de Henri Brulard et Souvenirs d'égotisme. Elles poursuivent le même projet que le Journal mais aussi que les Confessions de Rousseau: mieux se connaître soi-même. Cependant elles se distinguent du Journal car elles ont été écrites a posteriori. Enfin, l’autobiographie prend une forme bien particulière chez Stendhal: il aimait écrire sur à la marge de ses livres (et même de ses romans mais de manière cryptique) ou sur des vêtements (par exemple sur une ceinture comme dans la vie de Henri Brulard). L'œuvre autobiographique de Stendhal ne se distingue pas tant par son projet (Rousseau poursuivait le même) que par l’importance qu’elle prend. Elle s’exprime aussi bien par des romans que par des autobiographies. Même la critique d’art chez Stendhal se fait autobiographie.

Le romantisme stendhalien

L'indépendant littéraire et artistique

Le critique d’art

Stendhal ne fut pas seulement un romancier et un autobiographe mais également un fin critique d’art dont la réflexion esthétique influença le travail romanesque (tout particulièrement avec sa théorie du beau idéal), ainsi que l'appréciation des arts plastiques et de la musique. Citons Histoire de la Peinture en Italie, Rome, Naples et Florence, Promenades dans Rome, Mémoires d'un touriste.

vrai spécialiste, faux dilettante

Féru d'art lyrique, amoureux de l'Italie, comme en témoignent ses écrits, c'est lui qui fit connaître Rossini à Paris et en France.Des travaux de la deuxième moitié du ont fait apparaître sa compétence en matière picturale et musicale, sa familiarité avec ses peintres, sa vaste expérience monde de la musique de son temps aussi bien instrumentale, lyrique, allemande ou italienne. Mais surtout Stendhal était un véritable spécialiste de l'opéra italien et de la peinture italienne . Bien qu'il se présentât comme un dilettante, on lui doit des analyses très fines de Rossini , Mozart , de Léonard de Vinci, (peintre de la mélancolie), du clair obscur du corrégien, ou de la violence michelangelesque.Philippe Berthier : Stendhal et ses peintres italiens .Genève . Droz .1977. etFrancis Claudon: L'Idée et l'Influence de la musique chez quelques romantiques français et notmment Stendhal. Université de Lille. .1965

les principes de sa critique

Sa critique cohérente repose sur L'Expression , qui destitue les formes arrêtées et le Beau antique, la Modernité qui implique l'invention artistique pour un public en constante évolution, et la subordination du Beau à l'opinion seule , l'Utile qui donne du plaisir réel à une société, à des individus, et le dilettantisme qui repose sur la pure émotion du critique.Michel Crouzet :Dictionnaire des Littératures de langue française. Tome 3. p 211 et Michel Crouzet : Stendhal et l'italianité. Editions José Corti . 1982.Stendhal fonde ainsi une critique historique, (l'art étant l'expression d'une époque), revendique le droit à la subjectivité , il admet la convergence des arts et leur importance selon qu'ils procurent ou non du plaisir physique, qu'ils ouvrent l'esprit à la liberté de l'imaginaire et qu'ils suscitent la passion. (principe de base).Stendhal est un critique d'art qui marque une étape importante dans l'intelligence de tous les arts.Michel Crouzet :Dictionnaire des Littératures de langue française. opus cité.

Œuvres éditées de son vivant

- Vies de Haydn, Mozart et Métastase (titre complet de la première édition : Lettres écrites de Vienne en Autriche, sur le célèbre compositeur Haydn, suivies d'une vie de Mozart, et des considérations sur Métastase et l'état présent de la musique en France et en Italie), Paris 1815
- Histoire de la Peinture en Italie, Paris, 1817
- Rome, Naples et Florence, Angoulême, 1817 et 1827
- De l'amour, Paris, 1822
- Racine et Shakespeare, Paris, 1823
- Vie de Rossini, Paris, 1823
- Racine et Shakespeare, II, Paris, 1825
- D’un nouveau complot contre les industriels, Paris, 1825
- Armance. Quelques scènes d'un salon de Paris en 1827, Paris, 1827
- Promenades dans Rome, Paris, 1829
- Le Rouge et le noir, Paris, 1830
- Mémoires d'un touriste, Paris, 1838
- La Chartreuse de Parme, Paris, 1839
- Chroniques italiennes :Vittoria Accoramboni, Les Cenci, La Duchesse de Palliano, L'Abesse de Castro, Trop de faveur tue, Suora Scolastica, San Francesco a Ripa, Vanina Vanini, Paris, 1837 - 1839
- Idées italiennes sur quelques tableaux célèbres, Paris, 1840

Œuvres posthumes

- Correspondance
- Journal (1801-1817)
- Filosofia nova (1931)
- Théâtre (1931)
- Molière, Shakespeare, la Comédie et le Rire (1930)
- Écoles italiennes de peinture (1932)
- Pages d'Italie (1932)
- Mélanges de politique et d'histoire (1933)
- Courrier anglais (1935-1936)
- Mélanges d'art (1867 et 1932)
- Romans et nouvelles (1854 et 1928)
- Souvenirs d'égotisme 1892 et 1950)
- Lucien Leuwen, inachevé (1894 et 1926)
- Vie de Henri Brulard (1890 et 1949)
- Voyage dans le Midi de la France (1930)
- Lamiel, inachevé (1889 et 1928)
- Mélanges intimes et Marginalia (1936)
- Le Rose et le Vert (1928)

Citations

- Le critique Charles Du Bos (1882-1939) a dit que Stendhal se : .

Bibliographie

- Yves Ansel, Philippe Berthier, Michael Nerlich éd., Dictionnaire de Stendhal, Paris, Champion, 2003, 776p.
- Édouard Rod, Stendhal, Paris, Hachette, 1892.
- Paul Léautaud : Préface aux plus belles pages de Stendhal . Paris. 1908
- Léon Blum, Stendhal et le beylisme. Paris. 1914
- Henri Delacroix, Psychologie de Stendhal. Paris, 1918, 286 pp.
- Maurice David, Stendhal sa vie son œuvre, Editions de la Nouvelle Revue Critique, Paris, 1931
- Jean Prévost : La Création chez Stendhal. Marseille 1942. réédition Gallimard 1975
- Alain, Stendhal, Paris, PUF, 1948. Aussi ds Alain, Les Arts et les Dieux, La Pléiade, 1958, pp. 745-817. Alain a relu Stendhal toute sa vie.
- Maurice Bardèche : Stendhal romancier , Paris, La Table ronde, 1947, réédition 1983.
- Michel Crouzet : Le Héros fourbe chez Stendhal.SEDES. 1984.
- Claude Roy, Stendhal par lui-même, Paris, Seuil, Écrivains de toujours, 1984.
- Michel Crouzet, Stendhal ou Monsieur Moi-même, Paris, Flammarion, Grande biographie, 1990.
- René Girard, Mensonge romantique et vérité romanesque, Paris, Hachette Littératures (pluriel. philosophie), 2003, 351p.
- Victor Del Litto: La vie intellectuelle de Stendhal - Genèse et évolution de ses idées (1802-1821), Paris, PUF, 1962; réed. Genève, Slatkine reprints, 1997.
- Victor Del Litto : La Revue du Stendhal-Club 1958-1995, revue trimestrielle remplacée en 1997 par une revue annuelle : L'Année stendhalienne , un numéro par an . Éditions Honoré Champion. 350 p
- Henri-François Imbert, Stendhal et la tentation janséniste, Droz, 1970.
- Béatrice Didier : Stendhal autobiographe, P.U.F., 1983, 319p.
- Philippe Berthier : Espaces stendhaliens. P.U.F., 1998, 343p.
- Georges Blin : Stendhal et les problèmes du roman. Éditions José Corti.1954 , (sur les rapports de l'esthétique de Stendhal avec son œuvre romanesque.)

Voir aussi

Notes et références

===
Sujets connexes
Alain (philosophe)   Alfred de Musset   Allemagne   Angoulême   Armance   Art   Autobiographie   Bataille de Waterloo   Blin   Campagne d'Italie (1799-1800)   Campagne de France (1814)   Carbonarisme   Ceinture   Charles Du Bos   Chroniques italiennes   Chronologie des grands incendies   Cimetière de Montmartre   Civitavecchia   Claude Roy   Conseil d'État (France)   Critique   Cénacle   De l'amour (littérature)   Description   Dix francs Stendhal   D’un nouveau complot contre les industriels   Erich Auerbach   Focalisation (littérature)   Franc français   France   Genève   George Sand   Grande Armée (Premier Empire)   Grenoble   Gérard Genette   Hachette Livre   Henri Delacroix   Henri Martineau   Honoré de Balzac   Italie   Jean-Jacques Rousseau   Jean Prévost   Johann Joachim Winckelmann   Journal   Julien Sorel   La Chartreuse de Parme   Lamiel   Le Deuxième Sexe   Le Mémorial de Sainte-Hélène   Le Rouge et le Noir   Les Confessions   Lille   Lucien Leuwen   Lyon   Léon Blum   Léonard de Vinci   Marseille   Maurice Bardèche   Maurice David   Mensonge romantique et vérité romanesque   Milan   Moscou   Musique   Musique instrumentale   Narrateur   Opéra   Paris   Paul Léautaud   Peinture   Pensée   Premier Empire   Promenades dans Rome   Prosper Mérimée   Racine et Shakespeare   René Girard   Restauration française   Retraite de Russie   Roman (littérature)   Réalisme (littérature)   Révolution française   Salon littéraire   Saxe-Anhalt   Simone de Beauvoir   Sous-lieutenant   Souvenirs d'égotisme   Stendal   Syndrome de Stendhal   Trois Glorieuses   Vanina Vanini   Verrières   Vie de Henri Brulard   Volterra  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^