Khenchela

Infos
Khenchela (en arabe : ) est à la fois une ville (anciennement Mascula) et une wilaya d'Algérie. Elle est située dans les Aurès, région des Berbères Chaouis dans l'est algérien. Elle se trouve à 1200 mètres d'altitude. La population de la ville est d'environ 120 000 habitants. La wilaya de Khenchela s'étend sur une superficie de 9 811 km², dont une importante partie est utilisée par l'agriculture. Sa population est estimée à 348 348
Khenchela

Khenchela (en arabe : ) est à la fois une ville (anciennement Mascula) et une wilaya d'Algérie. Elle est située dans les Aurès, région des Berbères Chaouis dans l'est algérien. Elle se trouve à 1200 mètres d'altitude. La population de la ville est d'environ 120 000 habitants. La wilaya de Khenchela s'étend sur une superficie de 9 811 km², dont une importante partie est utilisée par l'agriculture. Sa population est estimée à 348 348 habitants. La ville tiendrait son nom d'une fille de la reine amazigh (« berbère ») des Aurès, Dihya (connue sous le nom de Kahina). Localisation

Histoire

La région est habitée depuis le paléolithique, ce qui est attesté par la présence de silex taillé. Sa position stratégique pour la région n'echappa pas aux Romains, ni à la civilisation qui les a précédés (numides et suivis. L'occupation romaine a duré du IIe au Ve siècle environ (à vérifier). Elle a eu pour effet une christianisation de la région. Le déclin de Rome fit retomber la région dans un état primitif. Dihya (connue sous le nom de Kahina pour les arabes), reine de la confédération berbère Chawis des Aurès , rendit à la région une prospérité de courte durée. L'invasion des arabes la contraignit à pratiquer la politique de la terre brûlée. Après sa mort, Mascula fut détruite et oubliée. Les ruines ne furent redécouvertes qu'en 1960. La région continua de susciter les convoitises, et le contrôle des points d'eau devint le prétexte de guerres permanentes. L'armée française atteignit Khenchela en 1850 et mit en place une administration militaire. Des travaux d'organisation de la ville furent entrepris. Les premiers colons français furent autorisés à partir de 1878. L'administration militaire dura jusqu'en 1912. Depuis, la population a augmenté particulièrement vite : 12 000 habitants en 1954, 28 000 en 1962, 70 000 en 1987, 117 000 en 2002. Cette augmentation s'explique en partie par des déplacements de population pendant la guerre d'Algérie, la région étant un lieu de refuge pour les combattants. Ceci a posé et continue de poser des problèmes d'urbanisme (logement, eau, égouts, électricité).

Architecture

Les Romains, grand amateurs de bains, virent immédiatement le potentiel de cette région. On leur doit, entre autres, le Hammam Salhin et le Hammam Knif. Le Hammam Salhin consiste en deux grandes piscines alimentées par une source d'eau chaude (76°C) à la base du versant nord du Ras Serdoun. Le Hammam Knif, au nord-est, sur le flanc du Krouma, exploite un puits naturel d'où sort un air chaud et sec à plus de 50°C.

Économie et industrie

La population active est évaluée à 40 % de la population totale. Répartition de la population active : 41 % dans l'agriculture, 10 % dans l'industrie, 11 % dans les travaux de bâtiment, 38 % dans les services. ==
Sujets connexes
Algérie   Arabe   Aurès   Berbères   Chaouis   Chef-lieu   Colonisation   Guerre d'Algérie   Hammam   Numidie   Paléolithique   Politique de la terre brûlée   Wilaya  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^