Oustachis

Infos
Drapeau de l'État indépendant de Croatie Les Oustachis (en croate : Ustaše - les Insurgés) sont un mouvement nationaliste terroriste croate fondé en 1929 par Ante Pavelić. Il avait comme objectif de renverser la monarchie et de contrer la prédominance serbe sur le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes fondé en 1918. Il exerça le pouvoir en Croatie durant la Seconde Guerre mondiale avec l'aide de troupes de Hitler, après l'occupation de la Yougoslavie p
Oustachis

Drapeau de l'État indépendant de Croatie Les Oustachis (en croate : Ustaše - les Insurgés) sont un mouvement nationaliste terroriste croate fondé en 1929 par Ante Pavelić. Il avait comme objectif de renverser la monarchie et de contrer la prédominance serbe sur le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes fondé en 1918. Il exerça le pouvoir en Croatie durant la Seconde Guerre mondiale avec l'aide de troupes de Hitler, après l'occupation de la Yougoslavie par les forces du Reich au printemps 1941. Durant cette période, les oustachis pratiquèrent une violente politique de purification ethnique, religieuse et politique qui mena à la mort des milliers de Serbes, de Juifs, de gitans et de Croates communistes. Ante Pavelić Le mouvement a été fondé le 7 janvier 1929, le lendemain de la dissolution du parlement et de l'instauration de la «dictature royale» par Alexandre I de Yougoslavie. Le mouvement est d'abord aidé par la Hongrie de l'amiral Horthy, et l'Italie de Mussolini, à qui Pavelić promet de laisser la Dalmatie en échange de son aide. Dès le début des années 1930 les membres de l'organisation sont impliqués dans de nombreux attentats. Pendant l'été 1932, plusieurs centaines d'Oustachis tentèrent une insurrection armée dans la province de Lika, avec le soutien du parti communiste yougoslave. En 1933, le premier attentat contre le roi est un échec. Le 9 octobre 1934 Alexandre I de Yougoslavie est assassiné à Marseille par des activistes oustachis alliés à des Macédoniens de l'ORIM . Le ministre français Louis Barthou sera également tué lors de cet attentat. L'État indépendant de Croatie rejoint officiellement l'axe Rome-Berlin le 15 juin 1941.

Victimes

Les Oustachis ont tenté de convertir au catholicisme les Serbes; ceux qui restaient chrétiens orthodoxes étaient exterminés avec les Juifs et les Tsiganes, comme tous ceux qui s'opposaient a eux, notamment les partisans communistes Croates. Ils créèrent plusieurs camps de concentration, dont notamment celui de Jasenovac. Le ministre oustachi de la culture, Mile Budak, affirma lors d'un discours qu'un tiers des Serbes devaient être convertis, un tiers exterminés et un tiers chassés de l'État indépendant croate. Le nombre exact de victimes n'est pas connu, seules des estimations existent, mais il est certain que plusieurs centaines de milliers de personnes furent tuées dans les camps de concentration et en-dehors. Sur les 35 000 juifs vivants sur le territoire, seuls 20 % (environ 6 000) survécurent à la guerreRaul Hilberg, La Destruction des Juifs d'Europe, éd. Gallimard, 2006, tome II, pp. 1317 et 1331.. Selon le démographe croate Vladimir Zerdajic, 19 800 Juifs ont été tués dans les camps croates, dont treize mille dans celui de JasenovacJosip Kolanovic, « La Shoah en Croatie. Documents et perspectives de recherche », dans Jacques Fredj (dir.), Les Archives de la Shoah, éd. de L'Harmattan, 1998. Des milliers d'autres Juifs furent déportés vers les camps d'extermination nazis à partir de 1942, avec l'approbation du gouvernement croate, qui laisse également les dizaines de Croates juifs vivant en Allemagne être déportésRaul Hilberg, op. cit.. De même, on dénombra 40 000 Tsiganes de moins après la fin du confilt. Le nombre de Serbes assassinés, beaucoup plus important, est sujet à controverse.Les livres d'histoires de la République Fédérale socialiste de Yougoslavie parlaient de 700 000 victimes au Camp de concentration de Jasenovac. Chiffre calculé en 1946 sur la base de la perte démographique de population (La différence entre le nombre actuel de personnes après la guerre et la population qu'aurait compté le territoire si la croissance démographique d'avant guerre s'était poursuivie). C'est le nombre qui fut utilisé par Edvard Kardelj et Moše Pijade pour la demande de réparation de guerre faite à l'Allemagne. Des études indépendantes de la fin des années 1980 menée par le Croate Vladimir Zerjavic, dont les résultats concordent avec ceux du Serbe Bogoljub Kocovic établirent le nombre réel de victimes à Jasenovac à 85 000, dont 50 000 Serbes, 13 000 juifs, 12 000 Croates et 10 000 TsiganesLe Monde du 06.10.99 et du 16.03.99. Lors du procès, en Croatie, du criminel de guerre Dinko Sakic, responsable du camp en 1944, l'acte d'accusation a retenu le chiffre de 50 000. Selon le United States Holocaust Memorial Museum : : : ;

Bibliographie

-V. Dedijer, The Yugoslav Auschwitz and the Vatican. The Croatian Massacre of the Serbs during World War II, Prometheus Books Buffalo-New York and Ahriman Verlag Freiburg Germany, 1992
-Carlo Falconi, Le Silence de Pie XII. Essai fondé sur des documents d'archives recueillis par l'auteur en Pologne et en Yougoslavie, éd. du Rocher, 1965
-Ladislaus Hory et Martin Broszat, Der Kroatische Ustacha-Staat. 1941-1945, Stuttgart, 1964
-Zdenko Löwenthal, The Crimes of the Fascist Occupants and their Collaborator against the Jews in Yougoslavia, Belgrade, 1957
-Edmond Paris, Genocide in Satellite Croatia. A Record of Racial and Religious Persecutions and massacres, Translated from the French by Louis Perkins, American Institute for Balkan Affaires, Chicago 1961

Références

Catégorie:Histoire de la Croatie Catégorie:Histoire de la Yougoslavie pendant la Seconde Guerre mondiale Catégorie:Collaboration pendant la Seconde Guerre mondiale Catégorie:Parti politique fasciste bs:Ustaše ca:Ústaixa da:Ustaše de:Ustascha en:Ustaše es:Ustachá fi:Ustaša he:אוסטאשה hr:Ustaše it:Ustascia ja:ウスタシャ nl:Ustašabeweging nn:Ustasja no:Ustaša pl:Ustasze pt:Ustaše ru:Усташи sl:Ustaši sr:Усташе sv:Ustaša zh:烏斯塔沙
Sujets connexes
Alexandre Ier de Yougoslavie   Allemagne   Années 1930   Années 1980   Ante Pavelić   Camp de concentration de Jasenovac   Catholicisme   Croate   Croates   Croatie   Dalmatie   Hongrie   Italie   Juifs   Le Monde   Lika   Louis Barthou   Marseille   Martin Broszat   Miklós Horthy   Raul Hilberg   Seconde Guerre mondiale   Serbe   Serbes   United States Holocaust Memorial Museum  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^