Prytanée national militaire

Infos
Le portail d’honneur du Prytanée national militaire. Le Prytanée national militaire est aujourd’hui l’un des six lycées militaires français relevant du ministère de la DéfenseLes lycées militaires sur le .. Cette école d’une très riche histoire est située dans la région des Pays de la Loire, aux confins du Maine, de l’Anjou et de la Touraine, dans la ville de La Flèche. Institution créée par le roi Henri IV dans le but d’, il est aussi l’héritier du
Prytanée national militaire

Le portail d’honneur du Prytanée national militaire. Le Prytanée national militaire est aujourd’hui l’un des six lycées militaires français relevant du ministère de la DéfenseLes lycées militaires sur le .. Cette école d’une très riche histoire est située dans la région des Pays de la Loire, aux confins du Maine, de l’Anjou et de la Touraine, dans la ville de La Flèche. Institution créée par le roi Henri IV dans le but d’, il est aussi l’héritier du Prytanée voulu par Napoléon dès 1800 et installé à La Flèche en 1808. Depuis sa fondation en 1604, fidèle à sa mission d’éducation, le Prytanée n’a cessé de former des générations d’élèves au service de la France.

Présentation historique

C’est en 1603, sous l’impulsion de Guillaume Fouquet de la Varenne, que le roi Henri IV décide de fonder à La Flèche, dans le « Château-neuf », une importante maison de famille construite en 1540 par sa grand-mère, la duchesse d’Alençon, un collège pour l’instruction et l’éducation de jeunes nobles sans fortune : le collège royal Henri-le-Grand.

Collège royal Henri-le-Grand (1604-1672)

La porte d’honneur du Prytanée. En 1604, le roi confie la gestion de l’établissement aux Jésuites, l’un des corps enseignants les plus réputés de l’époque, avec pour mission d’. Ces derniers arrivent à La Flèche le , et commencent à enseigner la grammaire, la rhétorique, le latin, le grec, l’hébreu, la philosophie, les mathématiques et la théologie, faisant rapidement de l’établissement l’un des plus importants collèges du Royaume. Ce qui fera écrire au philosophe Descartes, l’un des premiers et illustres pensionnaires de l’institution entre 1607 et 1615 : . Cette véritable faculté fait de La Flèche un centre intellectuel cosmopolite de premier ordre, où affluent jusqu’à 1 500 élèves venus des provinces de France et même de pays étrangers« On vit arriver au collège des Américains, des Indiens, des Tartares, des Russes et même des Chinois », François-Roger-Fidel Marchant de Burbure (1803)., sous la direction de 120 Jésuites.

École de cadets (1764-1776)

Plan du Prytanée au . En 1762, les Jésuites sont expulsés et l’enseignement est alors assuré par d’anciens élèves. Le , dans le contexte de la guerre de Sept Ans, le duc de Choiseul, ministre de la Guerre sous Louis XV, transforme le collège en une École de Cadets préparatoire à l’École royale militaire du Champ de Mars, fondée à Paris en 1751, et réservée aux enfant de gentilshommes, mais aussi aux fils des officiers tués ou blessés à la guerre et des chevaliers de l’Ordre de Saint-Louis.

Collège royal et académique (1776-1793)

En 1776, le Comte de Saint-Germain tente de faire fermer l’établissement, mais Louis XVI le rétablit sous le nom de Collège royal et académique et en donne la direction aux Pères de la Doctrine chrétienne. C’est à cette époque que Henri Gratien Bertrand, compagnon de Napoléon Bonaparte à Sainte-Hélène, et les frères Claude et Ignace Chappe, inventeurs du Sémaphore, y font leur études. L’arrivée de la période révolutionnaire fait courir au collège de La Flèche des risques sérieux. Laissé à l’abandon, pillé par les troupes de passage de l’armée de l'Ouest, le collège est fermé en 1793 pour servir d’atelier de cordonnerie pour les armées de la République.

Prytanée militaire (1808-1982)

L'établissement est cependant encore debout quand, le , l’Empereur Napoléon I en fait le Prytanée Militaire, héritier du Prytanée grec, et y transfère le Prytanée de Saint-Cyr par le décret de Saint-Cloud : Le , quand le Prytanée de Saint-Cyr fut installé à La Flèche, le directeur des Études, Monsieur Crouzet, ancien professeur de l’université de Paris et membre de la Légion d'honneur, après la Messe du Saint-Esprit célébrée par l’évêque du Mans, prononça à l’adresse des élèves un discours qu’il termina ainsi : Ainsi apparaît la vocation du Prytanée national militaire :
- Préparer ses élèves, intellectuellement aux grandes écoles et, moralement, à servir dans le sens élevé du vieux mot du langage militaire ;
- « Réserve de dévouements actifs, faire des hommes » : la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale, ainsi que la guerre d'Indochine, la guerre d'Algérie et les opérations humanitaires qui se déroulent actuellement hors de la Métropole, ont prouvé que le Prytanée national militaire demeure fidèle à cette haute mission. Carte postale de années 1900, qui présente des brutions au réfectoire. L’établissement a pris au de nombreux noms : École royale militaire en 1814, Collège royal militaire en 1831, Collège national militaire en 1848, Prytanée impérial militaire en 1853, Prytanée militaire en 1870. Le , les vicissitudes de la Seconde Guerre mondiale obligent à évacuer le Prytanée sur Billom. Le , le convoi reprend sa route pour fuir l’armée d’occupation, et s’oriente successivement sur Bordeaux, Bayonne puis Biarritz. Le , l’armistice est signé. Le convoi repart vers la Méditerranée le , et arrive à Billom le . En , le Prytanée s’installe à Valence, et en , l’ensemble prend le nom de Prytanée national et le Petit Prytanée déménage pour Briançon. Finalement, le Grand Prytanée rejoint ses locaux de l’ancien collège des jésuites en , où il est rejoint le par le Petit Prytanée. À la fin de la guerre, le Prytanée national retrouve son titre de Prytanée militaire, perdu pendant la guerre.

Prytanée national militaire (1982 à nos jours)

En 1974, le Prytanée devient Collège militaire avec un statut spécial. Depuis la réforme des lycées militaires en 1982, le Prytanée, devenu lycée, prend le nom Prytanée national militaire, et se concentre sur ses deux missions principales :
- L’aide aux familles pour le cycle secondaire (des classes de seconde à la terminale) ;
- L’aide au recrutement pour les classes préparatoires aux grandes écoles militaires. En 1983, Sandrine Mathieu (16 ans) a été la première élève de sexe féminin du Prytanée national militaire (Quid).. En 2004, le Prytanée fête un double anniversaire : le quadricentenaire du Collège royal, et le bicentenaire du Prytanée impérial. À cette occasion, François Fillon alors ministre de l'Éducation nationale déclare que « Tant que la France vivra, le Prytanée seraDiscours prononcé lors de la fête de Trime 2004 consultable sur .. »

Décorations et citations à l'ordre de l'armée reçues

Le président René Coty remet la croix de guerre des TOE au drapeau du Prytanée national militaire.
- Légion d'honneur par décret du ;
- Croix de guerre 1914-1918 par décret du :
- Croix de guerre 1939-1945 par décret du :
- Croix de guerre des TOE par décision du :

Implantation et infrastructures

Le Prytanée national militaire, qui couvre une superficie totale de 29 hectares est installé dans deux quartiers : le quartier Henri IV qui abrite les classes préparatoires aux concours d’entrée des grandes écoles militaires et qui est situé au centre de la ville, et le quartier Gallieni, quartier des classes secondaires, implanté à l’entrée de l’agglomération.

Le quartier Henri IV

Classé monument historique, le quartier Henri IV, d’une superficie de 16 hectares, est situé au centre de la ville de La Flèche. Il s’agit d’un quartier historique constituant un ensemble architectural de très belle allure. La construction des bâtiments remonte au début du . Ce quartier abrite aujourd’hui :
- Le commandement du Prytanée (état-major et direction des Études) ;
- Les classes préparatoires aux grandes écoles militaires (1 et 2 années), soit environ 300 élèves avec l’environnement des classes, dortoirs, salles à manger et salles de loisirs ;
- Les services qui permettent d’assurer le fonctionnement normal de l’établissement (centre médical, garage, ateliers, magasins divers) ;
- La bibliothèque et le centre de documentation (CDI) ;
- L’église Saint-Louis, construite de 1607 à 1621, qui a conservé jusqu’en 1793 les cénotaphes royaux contenant les cœurs de Henri IV et de Marie de Médicis. Brûlés sur la place publique, les cendres furent recueillies par un Fléchois, et placées en 1814 dans une niche du bras nord du transept ;
- Un élégant jardin à la française, prolongé d’un parc séculaire ;
- Plusieurs installations sportives : piscine, section équestre militaire, gymnase et terrains de sport divers.

Le quartier Gallieni

Distant de 900 mètres à vol d’oiseau du quartier Henri IV, le quartier Gallieni est construit sur une superficie de 13 hectares à l’entrée de la ville de la Flèche. À l’origine, il constituait la caserne « la Tour d’Auvergne » bâtie en 1876, pour abriter le 117 régiment d’infanterie. Il est devenu, en 1923, le quartier des classes secondaires. L’infrastructure scolaire actuelle a été réalisée à partir des années 1950. Ce quartier abrite aujourd’hui :
- L'administration du lycée (Proviseur adjoint du Prytanée National Militaire, Directeur des études et le Commandant de quartier, représentant du chef de corps)
- Les classes de Seconde, Première et Terminale, soit environ 500 élèves, qui y vivent tout au long de l’année, dans leur environnement de classes, dortoirs, réfectoire (la graille) tout juste refait à neuf, complexe sportif, salles de loisirs, clubs ;
- Un centre de documentation et d'Information (CDI);
- Un foyer pour les élèves ;
- Un complexe sportif, comprenant entre autre, un gymnase, un terrain de rugby, un terrain de football, diverses pistes ou aménagements d’athlétisme, ainsi que de nombreux clubs sportifs ou de loisirs (judo, escrime, modélisme, course d'orientation, etc.) ;

Monuments et architecture

À partir de 1607 et jusqu’en 1655, d’importants travaux d’établissement sont réalisés. En raison du fait qu’il faut acquérir les maisons environnantes une par une pour les démolir, les travaux avancent assez lentement.

Le Portail d’honneur

Le Portail d’honneur du Prytanée national militaire. Le Portail d’honneur, ou Portail Royal, a été achevé en 1655. Il présente sur son fronton un buste de Henri IV logé dans une niche et est décoré des armes royales. L’architecte de ce grand portail n’est pas connu avec certitude, bien que les derniers travaux d’inventaires menés semblent désigner Charles CesvetVoir l'historique du Prytanée sur le ..

Le Château-neuf

Peinture du représentant le Château-neuf. En 1537, à la mort de son époux Charles de Bourbon, duc de Vendôme, Françoise d'Alençon fait construire, en face de l’ancien château féodalL’ancien château féodal est aujourd'hui l’actuel hôtel de ville., le Château-neuf, qui est achevé en 1540. En 1552, Antoine de Bourbon s’y installe avec Jeanne d'Albret. De retour à Pau, elle donne alors naissance au futur Henri IV le , ce qui a alimenté la rumeur concernant le fait que le roi Henri IV avait été conçu à La Flèche, dans le Château-neuf.

L’église Saint-Louis

église Saint-Louis, vue depuis la
Cour d’Alger
. Messe dans l’église Saint-Louis, dans les années 1950. L’église Saint-Louis, chef-d'œuvre du père Ange-Étienne Martellange, est construite dans son gros œuvre de 1607 à 1621. En 1616, Guillaume Fouquet de la Varenne, est inhumé dans la crypte, et un monument funéraire lui sera érigé en 1653. Le grand retable du maître-autel est exécuté en 1633 par Pierre Corbineau. L’orgue et sa tribune sont des œuvres réalisés entre 1638 et 1640 par le facteur d'orgue Ambroise Le Vasseur et l’architecte Jacques Nadreau, en remplacement de l’orgue primitif, installé vraisemblablement en 1622, et dont on ignore presque tout. En 1648, des niches sont aménagées dans la partie haute des bras du transept pour accueillir, à leur mort, les cœurs du roi Henri IV et de la reine Marie de Médicis. Les chapelles latérales sont achevées en 1655, tandis que la décoration intérieure, de style baroque. n’est quant à elle achevée qu’en 1693. En 1722, Jean Dangreville procède au relèvement de l’orgue, lui ajoute un quatrième clavier, et en augmente la puissance selon l’esthétique française de l’époque. En 1793, dans le contexte de la Révolution française, les cénotaphes royaux contenant les cœurs de Henri IV et de Marie de Médicis sont retirés de l’église et brûlés sur la place publique (actuelle place de la Libération). Les cendres sont alors recueillies par un Fléchois, et placées en 1814 dans un reliquaire en forme de cœur dans une niche du bras nord du transept. Au , l’orgue est classé monument historique et, ayant été pillé lors de la Révolution et durant une partie du , fait l’objet d’une restauration en trois étapes en 1935, 1937 et 1947, permettant de conserver l’ancienne tuyauterie. À partir des années 1980, l’instrument se dégrade de nouveau, et une nouvelle restauration est effectuée de 1992 à 1996, restituant à l’instrument sa splendeur passée.

Les parcs et jardins

Le Prytanée dispose de plus de 13 hectares de parcs et jardins. Au , un jardin à la française est venu remplacer le jardin de style Renaissance dessiné en 1542. Au centre du jardin se trouve une Fontaine (bassin), qui était à l’origine le lave-mains des pères Jésuites. Le parc séculaire (fondus) abrite quant à lui la piscine et la section équestre militaire dans sa partie nord-ouest.

Les cours

250px Le plan élaboré par Louis Métezeau, architecte du roi, présente une enfilade de trois cours successives de grandeur équivalente, et dominées par l’imposante stature de l’église Saint-Louis. Au pied du Château-neuf se trouve la Cour Royale, également appelée Cour des Pères en raison du fait qu’elle abritait les religieux, achevée en 1655 en même temps que le Portail Royal, (de nos jours elle se nomme Cour d'Austerlitz, nom donné par l'Empereur Napoléon III en souvenir de son oncle; on l'appelle encore plus simplement Cour d'honneur, car c'est dans cette cour que se déroule la plupart des cérémonies officielles). À l’Ouest, au pied de l’église Saint-Louis et de la Salle des Actes se trouve la Cour des Classes aujourd'hui Cour de Sébastopol, qui précède la Cour des Pensionnaires (aujourd'hui "Cour d'Iéna-Alger" ) De part et d’autre des trois cours, se trouvent à l’Est la Basse cour des Pères, et à l’Ouest la Basse cour des Pensionnaires, aujourd'hui Cour de Solférino, qui sont toutes deux réservées aux fonctions domestiques de l’école.

La bibliothèque

Dès l’origine du Collège Royal, Henri IV attribua aux Jésuites une dotation perpétuelle de 1 000 écus pour l’achat de livres, si bien qu’en 1776, la bibliothèque comptait déjà pas moins de 4 869 ouvrages.. La bibliothèque s’est ensuite enrichie de plusieurs fonds, notamment les dons de la famille royale et ceux de nobles ou de membres du clergé bienveillants, parmi lesquelles Marie de Médicis, le Grand Condé, le Dauphin et futur roi Louis XV, Louis XVI, l’archevêque de Toulouse, etc. Par la suite, les collections ont continué de s’accroître par les dons de différents ministères ou des legs particuliers. Elle aura la chance d’échapper au saisies révolutionnaires et d’accueillir des fonds confisqués provenant d’abbayes, de Versailles, du Trianon et de l’université de Paris, ce qui fait qu’en 1812, au moment de son transfert à sa place actuelle, elle compte 12 000 volumes. En 2004, le fonds inventorié des ouvrages antérieurs à 1930 est riche de 22 000 livres, dont plus d’un millier de volumes de l’ancien fonds jésuite, tandis que le fonds moderne postérieurs à cette date contient 12 000 ouvrages, ce qui porte l’ensemble à plus de 34 000 pièces à caractère encyclopédique. Parmi les trésors qu’elle recèle, la bibliothèque contient un incunable La Cité de Dieu de saint Augustin imprimé en 1470 et qui est son ouvrage le plus ancien, ainsi qu’un Homère et un Virgile du , une bible polyglotte de 1645, une édition ancienne du Discours de la MéthodeLe Discours de la Méthode de Descartes (Wikisource). de Descartes, l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiersL’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot et d’Alembert (Wikisource). de Diderot et d’Alembert, les volumes de la description de l’Égypte, etc. De forme voûtée, tel un long vaisseau, sa décoration intérieure présente deux fresques de Calliope et Uranie. lien vers la bibliothèque

Les salles

; La salle des Actes : Il s'agissait d'un vaste amphithéâtre construit en 1634 par un maître charpentier de la Flèche, Thomas Belesme. Là avait lieu au temps des Jésuites diverses représentations, dont des exercices appelés « Actes » qui donnèrent leur nom à la salleJean-Claude Ménard in La Flèche. Quatre siècles d'éducation sous le regard de l'État, La Flèche, Prytanée National Militaire et Université du Maine, 2006, 358 p. Actes du colloque universitaire des 2-3 avril 2004 à La Flèche.. Vers 1900 cette salle fut partagée en deux niveaux pour accueillir des salles de classe et un dortoir surnommé « le dirigeable » en raison de son important volume. En 1998, celui-ci devint une salle de conférence mais conserva cette appellation parmi les élèves. ; La salle d’honneur : Cette salle abrite les plaques sur lesquelles sont gravés les noms des élèves ayant reçu le prix d'honneur. Elle contient également une série de tableaux représentant la vie au Prytanée durant la seconde moitié du XIXe siècleJean-Claude Ménard in 1604-2004 : du collège royal au Prytanée militaire, Paris, 2004, p.151. ; La salle des généraux : Il s'agit en réalité de l'ancien parloir, qui abrite aujourd'hui une annexe du musée du Prytanée et contient des souvenirs d'anciens élèves, et notamment de généraux d'où son nomJean-Claude Ménard in 1604-2004 : du collège royal au Prytanée militaire, Paris, 2004, p.151 ; La salle des Jésuites : Achevée en 1627 elle était à l'origine la cuisine où les Jésuites préparaient leurs repas. Elle est maintenant utilisée comme salle de conseil de classe.

Traditions

En plus de quatre cents ans d’histoire, le Prytanée national militaire a vu l’ancrage de nombreuses traditions. Ces dernières sont fortement présentes et font partie de la vie quotidienne des élèves, également surnommés « Brutions » ou « ñass ». Comme pour la plupart des grandes écoles, il existe un véritable esprit de camaraderie, de loyauté et de solidarité entre les élèves. Cet « esprit brution » donne au Prytanée beaucoup de son aura.

Devise

; Noblesse oblige, Bahut aussi : Cette devise s’inspire de la devise du Chamborant Houzards, régiment de cavalerie ancêtre du 2 régiment de hussards. À l’époque colonel, son chef de corps et propriétaire, le marquis de Chamborant choisit comme cri de ralliement du régiment « Noblesse oblige, Chamborant autant », devise reprise ensuite sous différentes formes dans l’Armée française. Elle symbolise la double abnégation de la noblesse et de l’appartenance au corps.

Chant de tradition

Le chant de tradition du Prytanée est le Huron. Il ne s'agissait au départ que d'un air d'opéra de J. Gurtner adoptée par la fanfare du Prytanée vers 1919Général Marcel Colatrella, 1604-2004 : du collège royal au Prytanée militaire, Paris, 2004, P.101. Face au succès rencontré par celui-ci, la revue prytanéenne demanda en 1939 aux élèves de faire des propositions pour lui adjoindre des paroles et en faire le chant officiel de l'établissement. Le président de la revue, Pidoux de la Maduère, les compila pour en faire le texte encore chanté aujourd'huiGénéral Marcel Colatrella, 1604-2004 : du collège royal au Prytanée militaire, Paris, 2004, P.108. Le Huron Chant de tradition du Prytanée national militaire Brution, hardi compagnon, Ton honneur est ta loi, Cœur vaillant bat en toi Dans l’action. Anciens, dans nos traditions, Sur vos pas en monôme, Fiers nous vous suivrons Comme des Hurons. Souvenirs du cher bahut Vous resterez dans nos mémoires, Cour d’honneur, ô jours vécus, Ô vieux clocher et ton histoire ; Portons haut nos traditions De nos anciens fêtons la gloire, À nos aînés crions victoire Et soyons fiers d’être Brutions. C’est le jour du grand chahut, Viens Brution, à tue-tête, Chantons car c’est la fête Au bahut. Joyeux les pékins vont fuir Pour des mois en vacances, Loin des murs de jouvence Vont fleurir. Gloire au vieux Prytanée, À son grand parc séculaire, Aux lignées militaires Qui sous ses chefs se sont formées. Anciens et melons, chantons le Huron ! C’est le refrain des vieux Brutions. Anciens et melons, chantons le Huron ! C’est le refrain de tradition. Le grand jour est venu, Jour de triomphe et de fête, Chantons tous à tue-tête : Honneur et gloire au vieux BAHUT !

Présentation au drapeau

La présentation au drapeau est la cérémonie officielle du début de l’année scolaire, au cours de laquelle les intégrants aux grandes écoles militaires présentent le drapeau de l’école, décoré de ses croix de Guerre et de la Légion d’honneur, aux élèves du Prytanée et en présence des autorités militaires. Elle prend place dans la cour d'honneur du quartier Henri IV.

Fête de Trime

Gigue dans la fontaine pour la Fête de Trime. La fête de Trime est une célébration honorant la fin de l’année scolaire, et qui dure un week-end complet. Elle donne lieu à diverses activités (bal, sport, spectacles, remise de prix…), ainsi qu’à une cérémonie militaire présidée par une autorité supérieureEn 2004, pour le quadri-centenaire de l’établissement, la cérémonie militaire de la fête de Trime a été présidée par François Fillon, ministre de l'Éducation nationale.. Le moment fort de la fête de Trime est le Triomphe du prix d'honneur : l'élève de classe préparatoire réputé le plus méritant sur ses deux années de travail. Placé sur un bouclier porté par six de ses camarades, il est promené en triomphe dans les jardins du Prytanée et dans le centre de La Flèche. Il est ensuite conduit vers le collège des professeurs réunis qui lui remettent le Prix du Président de la République. Puis le Prix d'Honneur échange sa coiffe contre le képi d'un général présent. La fête de Trime se termine par le plongeon du Prix d'Honneur dans la fontaine des jésuites. L'élève est alors encore vêtu de son uniforme...

Thûrne

La Thûrne est la célébration de la fête de Noël qui a lieu chaque année au quartier Gallieni, et au cours de laquelle chaque classe présente une activité divertissante. Elle est clôturée par un feu d'artifice.

La Taupe Brutionne

La Taupe Brutionne La Taupe Brutionne. est le regroupement des élèves du Prytanée national militaire de La Flèche préparant le concours d’entrée à la prestigieuse École Polytechnique. Cette classe a été fondée en 1830. En 1917, les élèves qui jusque là préparaient l’École navale au sein de la Taupe, ont créé la classe de Flotte brutionne. Les élèves de la Taupe sont traditionnellement appelés les Taupins. La Taupe Brutionne a vu passer de nombreuses personnalités depuis sa création :
- Pierre Guillaumat, ancien ministre qui a obtenu le Prix d’Honneur à son départ du Prytanée en 1924 ;
- Michel Virlogeux, qui est à l’origine du viaduc de Millau ;
- Jean-François Clervoy, spationaute ;
- Caroline Aigle, première française pilote de chasse.

La Corniche brutionne

Baptême de promotion de la Corniche Brutionne dans les années 1950. Fanion officiel de la Corniche brutionne La Corniche brutionne est un regroupement d’élèves préparant le concours de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr au Prytanée national militaire de La Flèche. Le mot Corniche, vient de l’endroit sous lequel le premier regroupement du genre se tenait, au collège Stanislas à Paris dès la fin du . Depuis 1939, chaque promotion de la Corniche brutionne porte de nom d’un parrain, choisis parmi les anciens élèves de la Corniche morts pour la France. La liste des parrains est gravée sur des plaques de marbre dans l’escalier dit "des cyrards" où sont également disposés leurs portraits. Les "cornichons" portent un calot bleu marine à fesse bleu claire.

La Flotte Brutionne

10 000 petits bateaux en papier recouvrent l’une des cours du Prytanée. Depuis 1917, la Flotte Brutionne est un regroupement d’élèves qui préparent le concours de l’École navale au Prytanée National Militaire de la Flèche. Elle a vu passer sous ses rangs, entre autres, l’Amiral Jacques Lanxade, seul Amiral à avoir été Chef d'état-major des armées, et l’Amiral Alain Oudot de Dainville, actuel chef d'état-major de la marine. Les élèves de la Flotte brutionne sont surnommés les matafs et portent un bachi comme signe distinctif à l’intérieur du Prytanée.

Les Ailes Brutionnes

Les Ailes Brutionnes sont un regroupement d’élèves qui préparent le concours de l’École de l'Air au Prytanée national militaire de la Flèche.right ils portent le calot bleu marine avec charognard de l'armée de l'air Insigne non officiel spécifique destiné aux Elèves de préparation à l'École de l'Air de Salon de Provence (préparation possible depuis 1935), les Elèves qui préparent 'Air' sont surnommés les 'Avias' Image:Ailesbrutionnes.jpg

L'AAAEPNM

L'Association amicale des anciens élèves du Prytanée national militaire (AAAEPN) regroupe l'ensemble des anciens élèves de l'établissement. Elle fut fondée le 16 juillet 1880 à l'initiative de Louis Vossion, consul de France, après trois tentatives avortées entre 1849 et 1874Voir l'historique sur le . Elle a pour but :
- « d'établir entre tous les anciens élèves des relations amicales et leur faciliter les moyens de se venir mutuellement en aide,
- de secourir, dans la mesure des ses ressources, ses membres, leurs veuves et orphelins,
- de contribuer au développement de l'éducation donnée à l'école,
- de contribuer à la conservation, à la protection et au rayonnement moral et historique du Prytanée National Militaire. » Elle fut reconnue d'utilité publique le 3 octobre 1888.

Anciens élèves célèbres


- Achille Baraguey d'Hilliers (1795-1878), maréchal de France ;
- Adrien Joseph Deutsch (1818-1895) ;
- Aimable Pélissier (1794-1864), duc de Malakoff, maréchal de France, Ambassadeur de France, Grand Chancelier de la Légion d’honneur ;
- Alain Agenet (1922-1977), résistant ;
- Alain Oudot de Dainville, Amiral et actuel chef d'état-major de la marine.
- Alexandre Angélique de Talleyrand-Périgord (1736-1821), cardinal et homme politique ;
- André Fourié (1927-1953), lieutenant tombé lors de la bataille de Diên Biên Phu, chevalier de la Légion d'honneur, Croix de Guerre des TOE avec palme ;
- Antoine Brutus Menier (1795-1853), entrepreneur et fondateur des Chocolat Menier ;
- Antoine Compagnon (né le ), polytechnicien, ingénieur des Ponts et Chaussées, docteur d'État ès lettres, Professeur de littérature française à l’université de Paris-Sorbonne et à l’Université Columbia de New York, membre du Haut Conseil de l'éducation et professeur au Collège de France ;
- Antoine François Prévost (1697-1763), plus connu sous son titre ecclésiastique d’abbé Prévost, romancier, historien, journaliste et traducteur ;
- Aristide Aubert Du Petit-Thouars (1760-1798), capitaine de vaisseau et héros légendaire d’Aboukir ;
- Bernard Saint-Hillier (1911-2004), général de corps d'armée, grand-croix de la Légion d'honneur, Compagnon de la Libération, Croix de guerre 1939-1945 (9 citations), Croix de la Valeur militaire (2 citations), Médaille de la Résistance ;
- Caroline Aigle (1974-2007), polytechnicienne et première femme pilote de chasse dans l'Armée de l'Air française ;
- Charles Denis Bourbaki (1816-1897), général qui se distingua dans la Légion étrangère lors de la guerre de Crimée, puis dans l'armée du Rhin puis l'armée de l'Est lors de la guerre franco-allemande ;
- Les frères Claude Chappe (1763-1805) et Ignace Chappe (1760-1830), inventeurs du Sémaphore ;
- Édouard-Jean-Étienne Deligny (1815-1902), général de division d'infanterie et grand-croix de la Légion d'honneur ;
- Ernest Courtot de Cissey (1810-1882), général et homme politique français ;
- Eugène Silvain (1851-1930), comédien à la Comédie-Française ;
- François de La Rochefoucauld (1613-1680), écrivain, moraliste et mémorialiste français, surtout connu pour ses Maximes ;
- François de Montmorency-Laval (1623-1708), premier évêque du Québec ;
- François Joseph Amédée Lamy (1858-1900), Commandant, décédé lors de la bataille de Kousséri ;
- François Louis Rousselet de Châteaurenault (1637-1716), vice-amiral et maréchal de France ;
- François Missoffe (1919-2003), homme politique ;
- Gabriel Voisin (1880-1973), l'un des plus célèbres pionniers de l'aviation ;
- Louis-Gaston de Sonis (1825-1887), général s’étant particulièrement illustré lors de la bataille de Loigny durant la guerre de 1870 ;
- Georges Catroux (1877-1969), général, gouverneur général de l'Algérie, ministre de l'Afrique du Nord, juge du Haut Tribunal militaire ayant jugé les généraux putschistes d'Alger de 1961, ses obsèques en l'église Saint-Louis-des-Invalides le 24 décembre furent retransmises en direct sur l'une des deux seules chaînes de télévision françaises de l'époque ;
- Gérard de Cathelineau (1921-1957), capitaine, Croix de guerre 1939-1945 avec étoile de bronze ;
- Henri Amiel (1907-1976), Grand Officier de la Légion d'honneur, Compagnon de la Libération, grand-Croix de l'Ordre national du Mérite, Croix de Guerre 1939-1945 (2 citations), Croix de Guerre des TOE (6 citations), Croix de la Valeur Militaire (1 citation), Médaille de la Résistance, Médaille Coloniale, Médaille du Levant, Croix du Combattant, Croix du Combattant Volontaire de la Résistance, Médaille Commémorative des Services Volontaire dans la France Libre, Médaille Commémorative 39/45, Médaille Commémorative d'Indochine, Médaille Commémorative des Opérations de Sécurité et du Maintien de l'Ordre en AFN, Médaille de Sauvetage de la Marine Marchande, Commandeur de l'Ordre de l'étoile noire, commandeur du Nicham Iftikar, commandeur de l'Ordre de l'Etoile d'Anjouan, commandeur de l'Ordre Royal du Cambodge, officier de l'Ordre du Sahametrei ;
- Henri Gouraud (chercheur) (né en 1944), chercheur en informatique, inventeur, entre autres, de la technique d'ombrage en image de synthèse qui porte son nom, l'Ombrage de Gouraud ;
- Henri Gratien Bertrand (1773-1844), général du Premier empire, compagnon de Napoléon à Sainte-Hélène ;
- Henri Jules Bataille (1816-1882), général de division d’infanterie et grand-croix de la Légion d'honneur ;
- Husain Bey (1893-1969), prince de Tunisie ;
- Jacques Aupick (1789-1857), général, commandant de l'École polytechnique, ambassadeur et sénateur ;
- Jacques Fitz-James de Berwick (1670-1734), duc de Berwick-upon-Tweed, maréchal de France était le fils naturel de Jacques II Stuart, roi d'Angleterre et d'Arabella Churchill, sœur de John Churchill, duc de Marlborough ;
- Jacques Lanxade, seul amiral à avoir été chef d'état-major des armées ;
- Jacques Massu (1908-2002), général s'étant illustré dans divers bataillons de parachutistes durant la Seconde Guerre mondiale, entre autres éléments d'une carrière riche et mouvementée, grand-croix de la Légion d'honneur, Compagnon de la Libération, Croix de guerre 1939-1945, Croix de guerre de TOE, Croix de la Valeur Militaire ;
- Jean Simon (1912-2003), général de corps d'armée, grand-croix de la Légion d'honneur, Croix de guerre 1939-1945, Croix de Guerre des TOE, Croix de la Valeur militaire ;
- Jean Vilain (1836-1863), sous-lieutenant au Régiment étranger lors de la bataille de Camerone ;
- Jean Picard (1620-1682), astronome et géodésien, il fut le premier à calculer le rayon de la Terre de façon précise, en mesurant un degré de latitude par triangulation le long du méridien de Paris ;
- Jean-Baptiste Budes, comte de Guébriant, maréchal de France ;
- Jean-Claude Brialy (1933-2007), acteur réalisateur et scénariste ;
- Jean-Claude Pressac (1944-2003), chimiste et pharmacien, réfuta non seulement les thèses négationnistes et démontra le fonctionnement des crématoires d'Auschwitz et démontra l'implication de certaines entreprises allemandes dans la solution finale orchestrée par les nazis ;
- Jean-François Clervoy (né le ), spationaute français de l'Agence spatiale européenne ;
- Joseph Gallieni (1849-1916), maréchal de France, ministre de la Guerre, Gouverneur général du Soudan et gouverneur général de Madagascar ;
- Kléber Haedens (1913-1976), écrivain, romancier, essayiste et journaliste ;
- Louis d'Aurelle de Paladines (1804-1877), général, député, sénateur et décoré de la Légion d'honneur ;
- Louis Jean Baptiste d'Aurelle de Paladines (1804-1877), général de division et grand-croix de la Légion d'honneur ;
- Louis Marie Aubert Du Petit-Thouars (1758-1831), botaniste et Académicien ;
- Louis-Nathaniel Rossel (1844-1871), Ministre de la guerre de la Commune de Paris ;
- Marin Mersenne (1588-1648), moine français appartenant à l'ordre des Minimes, mathématicien et philosophe ;
- Maurice Ponte (1902-1983), ingénieur et Académicien, considéré comme une figure importante dans le développement des radars, Médaille André Blondel, prix Hughes de l'académie de sciences, Médaille d'or d'encouragement à l'industrie nationale, prix Christophe Colomb, commandeur de la Légion d'honneur, grand-croix de l'Ordre national du mérite, commandeur des Palmes académiques ;
- Michel Virlogeux (né en 1946), architecte du viaduc de Millau, pont le plus haut du monde ;
- Odilon Barrot (1791-1873), homme politique ;
- Oswald Bénigne de Montarby (1828-1865), chef d'escadron s'étant particulièrement distingué lors de la bataille de San Pablo del Monte durant la campagne du Mexique, et dont les actes de bravoure vaudront à son régiment entier d'être décoré de la Légion d'honneur, fait alors unique dans la cavalerie ;
- Patrick Baudry (né le ), astronaute français du CNES ;
- Paul Arnault (1911-1968), général de brigade, commandeur de la Légion d'honneur, Compagnon de la Libération, Croix de guerre 1939-1945 (6 citations), Croix de guerre des TOE (2 citations), Médaille coloniale, Médaille des évadés, Croix du combattant volontaire, Médaille des services militaires volontaires, Médaille commémorative de la guerre 1939-1945, Médaille commémorative de la campagne d'Italie 1943-1944, Médaille commémorative de la campagne d'Indochine, Médaille Commémorative des Opérations de Sécurité et du Maintien de l'Ordre en AFN, Médaille Commémorative du Levant, Commandeur du Nicham Iftikar ;
- Paul Girot de Langlade (né le ), officier de l'armée française, haut fonctionnaire, actuellement préfet de la Guadeloupe, chevalier de la Légion d'honneur et officier de l'Ordre national du Mérite ;
- Paul Margueritte (1860-1918), écrivain et membre de l'Académie Goncourt ;
- Pierre Bourdan (1909-1944), journaliste et homme politique ;
- Pierre Guillaumat (1909-1991), ancien ministre et industriel qui a obtenu le prix d’honneur à son départ du Prytanée en 1924 ;
- Pierre Montagnon (né en 1931), historien et officier de la Légion d'honneur à titre militaire ;
- Pierre Séguier (1588-1672), chancelier de France, duc de Villemor, homme politique et magistrat français ;
- Pol Lapeyre (1905-1925), les circonstances de sa mort pendant les combats du Maroc sont depuis 1973 l'objet d'une citation lue chaque année devant les élèves de la corniche à l'occasion du 2S ;
- Raphaël Viénot (1804-1855), colonel distingué par la Légion d'honneur ;
- René Descartes (1596-1650), célèbre philosophe, mathématicien, et physicien français, considéré comme le fondateur de la philosophie moderne ;
- René François Regnier (1794-1881), écrivain ecclésiaste ;
- René Imbot (1925-2007), général et haut fonctionnaire français, Chef d'état-major de l'armée de terre, directeur général de la DGSE, décoré de la Légion d'honneur et de la Croix de guerre des T.O.E. ;
- Roger André (1914-1999), résistant ;
- Théobald Dalmas de Lapérouse (1814-1903), général de division et grand officier de la Légion d'honneur ;
- Victor Peralda (1889-1918), capitaine s'étant particulièrement distingué lors de la première guerre mondiale (cité huit fois, dont six fois à l'ordre de l'armée), chevalier de la Légion d'honneur ;
- Yvon Briant (1954-1992), homme politique et député ;
- Jean-Louis Georgelin ((né en 1948)), chef d'état-major des Armées. Pour plus d’anciens élèves, voir la Catégorie Brution.

Bibliographie

- Ouvrage collectif, La Flèche. Quatre siècles d'éducation sous le regard de l'État, La Flèche, Prytanée National Militaire et Université du Maine, 2006, 358 p. Actes du colloque universitaire des 2-3 avril 2004 à La Flèche.
-
-
-
-
- Stéphane Tison, "La mémoire brutionne : identité et commémoration au Prytanée National de La Flèche, de 1808 à nos jours.", in Guerres mondiales et conflits contemporains, Paris, P.U.F., n° 201, janvier 2001, p. 105-136.

Notes et références

Sources

- ;
- ;
- ;
- .

Voir aussi

Liens connexes

- Brution ;
- Liste des régiments français ;
- Liste des grades dans l'armée française ;
- Liste des parrains de promotion de la Corniche Brutionne. ===
Sujets connexes
Aboukir   Académie Goncourt   Académie des sciences (France)   Achille Baraguey d'Hilliers   Acteur   Afrique du Nord   Agence spatiale européenne   Aimable Pélissier   Alain Agenet   Alexandre Angélique de Talleyrand-Périgord   Algérie   Ambassadeur   Amiral   André Fourié   Anjou   Années 1900   Années 1950   Années 1980   Antoine Compagnon   Antoine François Prévost   Antoine de Bourbon   Archevêque   Architecte   Aristide Aubert Du Petit-Thouars   Armistice du 22 juin 1940   Armée de l'Est   Armée de l'Ouest   Armée du Rhin   Armée française   Athlétisme   Augustin d'Hippone   Auschwitz   Aviation   Baroque   Bataille de Camerone   Bataille de Loigny   Bataille de San Pablo del Monte   Bayonne   Bernard Saint-Hillier   Biarritz   Bible   Bibliothèque   Billom   Bordeaux   Botaniste   Briançon   Brution   Calliope   Capitaine   Capitaine de vaisseau   Cardinal (religion)   Caroline Aigle   Centre national d'études spatiales   Chancelier de France   Chapelle   Charles Denis Bourbaki   Charles IV de Bourbon   Chef-d'œuvre   Chef d'escadron   Chef d'état-major de l'armée de terre   Chef d'état-major de la marine   Chef d'état-major des armées   Chimiste   Chocolat Menier   Claude Chappe   Clergé   Collège Stanislas de Paris   Collège de France   Colonel   Commandant   Commune de Paris (1871)   Compagnon de la Libération   Comte de Saint-Germain   Comté du Maine   Comédie-Française   Cordonnier   Corniche (militaire)   Cour   Course d'orientation   Croix de guerre 1914-1918   Croix de guerre 1939-1945   Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieures   Croix de la Valeur militaire   Croix du combattant volontaire   Crypte   Cénotaphe   Dauphin (titre)   Denis Diderot   Direction générale de la sécurité extérieure   Duc de Marlborough   Député   Empereur   Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers   Ernest Courtot de Cissey   Escrime   Est   Eugène Silvain   Facteur d'orgue   Femme   Feu d'artifice   Fontaine (bassin)   Football   France   Français   François Fillon   François Joseph Amédée Lamy   François Louis Rousselet de Châteaurenault   François Missoffe   François de La Rochefoucauld   François de Montmorency-Laval   Françoise d'Alençon   Fresque   Gabriel Voisin   Georges Catroux   Gouverneur   Grammaire   Grec ancien   Guadeloupe   Guerre d'Algérie   Guerre d'Indochine   Guerre de Crimée   Guerre de Sept Ans   Guerre franco-allemande de 1870   Guillaume Fouquet de la Varenne   Général   Général de brigade   Général de corps d'armée   Général de division   Géodésie   Gérard de Cathelineau   Haut Conseil de l'éducation   Haut Tribunal militaire   Hectare   Henri Amiel   Henri Gouraud (chercheur)   Henri IV de France   Henri Jules Bataille   Historien   Homère   Hébreu   Hôtel de ville   Ignace Chappe   Incunable   Infanterie   Jacques Aupick   Jacques Fitz-James de Berwick   Jacques II d'Angleterre   Jacques Lanxade   Jacques Massu   Jean-Baptiste Budes, comte de Guébriant   Jean-Claude Brialy   Jean-Claude Pressac   Jean-François Clervoy   Jean-Louis Georgelin   Jean Picard   Jean Simon   Jean Vilain   Jean le Rond d'Alembert   Jeanne III de Navarre   Joseph Gallieni   Journaliste   Judo   Kléber Haedens   Kousséri   La Flèche   Latin   Latitude   Lieutenant (grade militaire)   Liste des comtes et ducs de Vendôme   Liste des grands-croix de la Légion d'honneur   Liste des grands chanceliers de la Légion d'honneur   Liste des grands officiers de la Légion d'honneur   Liste des généraux de la Révolution et du Premier Empire   Liste des parrains de promotion de la Corniche brutionne   Liste des régiments français   Louis-Gaston de Sonis   Louis II de Bourbon-Condé   Louis Marie Aubert Du Petit-Thouars   Louis Métezeau   Louis Rossel   Louis XVI de France   Louis XV de France   Louis d'Aurelle de Paladines   Loyauté   Lycée militaire   Légion d'honneur   Légion étrangère   Madagascar   Magistrat (France)   Marie de Médicis   Marin Mersenne   Maroc   Maréchal de France   Mathématicien   Mathématiques   Maurice Ponte   Mer Méditerranée   Michel Virlogeux   Ministre de la Guerre   Ministère de l'Éducation nationale   Ministère de la Défense (France)   Modélisme   Monument historique (France)   Morale   Médaille coloniale   Médaille commémorative de la campagne d'Indochine   Médaille commémorative de la campagne d'Italie 1943-1944   Médaille commémorative de la guerre 1939-1945   Médaille de la Résistance   Médaille des services militaires volontaires   Mémoires   Méridien de Paris   Métropole   Napoléon Ier   New York   Noblesse   Noël   Négationnisme   Odilon Barrot   Ombrage Gouraud   Ordre national du Mérite   Orgue   Oswald Bénigne de Montarby   Ouest   Palmes académiques   Paris   Patrick Baudry   Pau   Paul Arnault   Paul Girot de Langlade   Paul Margueritte   Pays de la Loire   Personnalité politique   Pharmacien   Philosophe   Philosophie   Physicien   Pierre Bourdan   Pierre Guillaumat   Pierre Montagnon   Pierre Séguier   Piscine (bassin)   Pol Lapeyre   Polyglotte   Première Guerre mondiale   Prince (titre)   Prytanée   Préfet   Quid   Québec (ville)   Radar   Raphaël Viénot   Rayon (géométrie)   Renaissance artistique   René Coty   René Descartes   René Imbot   Retable   Rhétorique   Roger André   Royaume de France   Rugby   Réalisateur   Réflexions ou sentences et maximes morales   Résistance intérieure française   Révolution française   Saint-Cyr-l'École   Seconde Guerre mondiale   Solidarité (notion)   Soudan   Sous-lieutenant   Spationaute   Synthèse d'image   Sémaphore (communication)   Terre   Théobald Dalmas de Lapérouse   Théologie   Toulouse   Touraine (province française)   Traduction   Transept   Triangulation   Troupe aéroportée   Tunisie   Université Columbia   Université de Paris   Uranie (Muse)   Vaisseau (marine)   Valence (Drôme)   Viaduc de Millau   Vice-amiral   Victor Peralda   Virgile   Yvon Briant  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^