Bopomofo

Infos
Equivalence Zhuyin-Pinyin les traits sont tracés dans l'ordre rouge, vert, bleu Le bopomofo (ㄅㄆㄇㄈ) ou zhuyin fuhao (caractères traditionnels : 注音符號 ; caractères simplifiés : 注音符号 ; pinyin : Zhùyīn fúhào ; Tongyong pinyin : Jhùyin fúhào ; Wade-Giles : Chu-yin fu-hao) est un alphabet créé pour être utilisé dans la transcription du mandarin à des fins pédagogiques et didactiques (voir aussi l'article pinyin). Aujourd'hui,
Bopomofo

Equivalence Zhuyin-Pinyin les traits sont tracés dans l'ordre rouge, vert, bleu Le bopomofo (ㄅㄆㄇㄈ) ou zhuyin fuhao (caractères traditionnels : 注音符號 ; caractères simplifiés : 注音符号 ; pinyin : Zhùyīn fúhào ; Tongyong pinyin : Jhùyin fúhào ; Wade-Giles : Chu-yin fu-hao) est un alphabet créé pour être utilisé dans la transcription du mandarin à des fins pédagogiques et didactiques (voir aussi l'article pinyin). Aujourd'hui, à Taiwan il est, avec le cangjie et le dayi l'une des 3 méthodes les plus utilisées pour la saisie de l'écriture sur les claviers taïwanais. Il peut — au moyen de signes additionnels — permettre la notation d'autres langues chinoises, notamment le hakka et minnan, deux autres principales langues de Taïwan. En Chine continentale, ce système a été abandonné au profit du pinyin fondé sur une translittération latine au moment de la prise du pouvoir du Parti communiste chinois. Le mot bopomofo vient des quatre premières lettres de cet alphabet :
- bo (ㄅ) pour la consonne b /p/ ;
- po (ㄆ) pour la consonne p /ph/ ;
- mo (ㄇ) pour la consonne m /m/ ;
- fo (ㄈ) pour la consonne f /f/. Les Chinois nomment cet alphabet de transcription 注音符號/注音符号, zhùyīn fúhào, c'est-à-dire « symboles phonétiques ».

Histoire et technique de la création des caractères Bopomofo

Il a été créé au en Chine, afin de simplifier l'apprentissage de la phonétique du mandarin. Jusqu'à sa création, des caractères très utilisés étaient assemblés pour représenter la phonétique des autres caractères. L'idée était d'apprendre la prononciation du mandarin à tous les chinois, ceux-ci lisant tous la même écriture, mais ayant une prononciation différente, en fonction de la langue. Par exemple le caractère « ㄖ » est dérivé du caractère soleil ancien. La forme moderne étant « 日 ». Ce caractère se prononçant en mandarin (transcription (pinyin) il sert à représenter la consonne « r ». La majorité des zhuyin fonctionnent sur le même principe. C'est à peu près le même principe qui est utilisé dans les kana japonais. En effet, si la grammaire et la prononciation du japonais sont très différentes de celles du chinois mandarin, l'écriture japonaise est tout de même fondée sur les sinogrammes.

Graphèmes du bopomofo

Équivalences Zhuyin-Pinyin, avec categorisation phonétique. Bopomofo/zhuyin (les colonnes zhuyin et pinyin montrent les équivalences)

Règles d'écriture et de lecture

Notation des finales

Trois des signes notant les voyelles finales, ㄣ /en/, ㄤ /ang/ et ㄥ /eng/, sont aussi utilisés pour noter les consonnes nasales seules quand les voyelles ㄧ /i/ et ㄨ /u/ les précèdent : ainsi ㄧㄣ se lit /in/, ㄧㄥ /ing/ et ㄨㄥ /ung/ (écrit -ong en pīnyīn). Il faut noter que le pīnyīn yong / -iong est rendu par ㄩㄥ /üng/, en conformité avec l'histoire phonétique : /ü/ provenant historiquement de /iu/, la notation par /üng/ revient à écrire /iung/. L'on prononce bien sûr normalement . De la même manière, ㄦ /er/ sert aussi à indiquer la rétroflexion d'une voyelle : ㄅㄧㄢㄦ se lit /bianr/, soit (voir aussi Suffixe -er).

Voyelles

La transcription en bopomofo suit parfois les mêmes conventions qu'en pīnyīn : elle n'indique pas les variantes allophoniques des voyelles. Ainsi ㄧㄢ /ian/ vaut et non . Les différences sont surtout dues au fait que le bopomofo est plus une transcription phonétique (l'on note ce que l'on entend) que phonologique (l'on note les phonèmes en tant qu'unités fonctionnant en opposition). Certaines irrégularités du pīnyīn disparaissent : alors que, par exemple, la finale complexe /jou/ est notée en pīnyīn par you mais -iu après une consonne, ce sont toujours les signes ㄧㄡ que l'on utilise en bopomofo. De même, /wei/ (pīnyīn : wei / -ui) est toujours rendu par ㄨㄟ, /wǝn/ (pīnyīn : wen / -un) par ㄨㄣ, et la voyelle /ü/ est écrite ㄩ quelle que soit sa position dans la syllabe (en pīnyīn, on peut l'écrire yu, u dans ju, qu, xu, et ü dans et ). Enfin, le bopomofo distingue clairement les allophones de /e/, ㄝ et ㄜ , tous deux notés par e en pīnyīn ; on ne trouve ㄝ qu'après une voyelle palatale - /i/ ou /ü/ ─ ou bien quand il constitue la syllabe à lui seul.

Initiale et finale nulles

Les syllabes à voyelle fermée sans consonne initiale, celles notées en pīnyīn par les digrammes yi /i/, wu /u/ et yu /ü/, sont rendues en bopomofo par la voyelle seule, soient ㄧ, ㄨ et ㄩ respectivement. De la même façon, les syllabes sans voyelle finale mais dont la consonne est vocalisée (soient en pīnyīn zhi , chi , shi , zi , ci et ri ) sont simplement transcrites en bopomofo par les lettres simples ㄓ, ㄔ, ㄕ, ㄗ, ㄘ, ㄙ et ㄖ, sans signe de voyelle. Note : il est d'usage, dans la tradition sinologique, de rendre la réalisation vocalique d'une consonne au moyen des symboles et , ce dernier après une consonne rétroflexe ; c'est, en pīnyīn, la voyelle -i qui joue ce rôle. En API, enfin, il faut utiliser le symbole souscrit . Dans tous les cas, le symbole utilisé ne transcrit pas une voyelle mais une absence de voyelle : c'est la consonne seule qui est vocalisée, c'est-à-dire rendue syllabique.

Exemple

Table d'exemple sinogramme-zhuyin-pinyin. 王之渙 《登鸛雀樓》(Wáng Zhīhuàn, Dēng Guànquè Lóu) Note : les marques tonales peuvent aussi s'écrire au-dessus de la voyelle (ㄌ一̌, 一̀). Le ton 1 n'est pas noté et le cinquième ton est noté par un point, alors qu'en pinyin le premier ton est une barre horizontale et le cinquième ton n'est pas noté.

Clavier

Clavier de la République de Chine (Taïwan), utilisant bopomofo (zhuyin, en haut à droite), Cangjie (en bas à gauche) et dayi (en bas a droite). Image:Keyboard layout Chinese Traditional.png

Divers

- code ISO 15924 : Bopo ==
Sujets connexes
Allophone   Alphabet   Bopomofo   Hakka   Hanyu pinyin   ISO 15924   Kana (caractères)   Mandarin (langue)   Minnan   Parti communiste chinois   Phonologie   Phonétique   Romanisation (écriture)   République de Chine   Suffixe -er   Syllabe   Taiwan   Transcription des langues chinoises   Transcription et translittération   Vocalisation   Wade-Giles  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^