George II de Grande-Bretagne

Infos
George II de Grande-Bretagne George II de Grande-Bretagne (10 novembre 1683 – 25 octobre 1760) fut roi de Grande-Bretagne et d'Irlande de 1727 à 1760. Il fut prince-électeur de 1727 à 1760. Le 9 novembre 1706, il fut fait duc de Cambridge, comte de Milford-Haven, vicomte de Northallerton, baron de Tewkesbury. En 1714, il fut fait duc de Cornouailles, duc de Rothesay et comte de Carrick. Le 27 septembre 1714, Georges Ier de Grande-Bretagne le fit prince de Galles et comte
George II de Grande-Bretagne

George II de Grande-Bretagne George II de Grande-Bretagne (10 novembre 1683 – 25 octobre 1760) fut roi de Grande-Bretagne et d'Irlande de 1727 à 1760. Il fut prince-électeur de 1727 à 1760. Le 9 novembre 1706, il fut fait duc de Cambridge, comte de Milford-Haven, vicomte de Northallerton, baron de Tewkesbury. En 1714, il fut fait duc de Cornouailles, duc de Rothesay et comte de Carrick. Le 27 septembre 1714, Georges Ier de Grande-Bretagne le fit prince de Galles et comte de Chester. Il était le fils de George I et de Sophie-Dorothée de Brunswick-Zelle. En 1702, Anne I l'admit dans l'ordre de la Jarretière.

Mariage et descendance

En 1705, il épouse Caroline de Brandebourg-Ansbach (1683 † 1737). (fille de Jean Frédéric de Brandebourg-Ansbach). Ils eurent huit enfants:
-Frederick, prince de Galles (1707 † 1751) qui épouse en 1736 Augusta de Saxe-Gotha (1719 † 1772). De leur union naîtra le futur George III
- Anne de Hanovre(1709 † 1759) qui épouse en 1734 Guillaume IV d'Orange-Nassau, Stathouder de Hollande (1711 † 1751),
- Amelia (1711 † 1786)
- Caroline (1713 † 1757)
- George-Guillaume (1717 † 1718)
- Guillaume-Auguste (1721 † 1765) duc de Cumberland,
- Marie (1723 † 1772) qui épouse en 1740 le landgrave Frédéric II de Hesse-Cassel (1720 † 1785),
- Louise (1724 † 1751) qui épouse en 1743 Frédéric V de Danemark et de Norvège (1723 † 1766).

Biographie

Georges II de Grande-Bretagne fut le premier souverain britannique de la Maison de Hanovre à naître en Grande-Bretagne.

Conflits entre Georges Ier et Georges II

Les conflits qui opposèrent Georges II à son père sont mémorables. En 1717, lors de la naissance du prince Georges Guillaume, une querelle éclata entre Georges Ier et son fils le prince de Galles. Georges Auguste avait choisi comme parrain Thomas Pelham-Holles Ier duc de Newcastle-sur-Tyne (Georges Ier le détestait), le roi avait choisi son frère Ernest-Auguste, duc d'York et d'Albany. Le prince de Galles tança publiquement son père. Georges Ier mit son fils en état d'arrestation temporaire, puis le banni du Palais Saint-James et l'exclut de toutes cérémonies publiques. En 1727, lorsque le Premier ministre, Robert Walpole annonça à Georges Auguste, alors prince de Galles, le décès de Georges Ier, le prince se réjouit de la mort de son père qui avait persécuté sa mère. Le futur Georges II de Grande-Bretagne mit tout en œuvre pour s'opposer à la politique de son père. Le manoir de Leicester, résidence londonienne du prince, fut le lieu où se réunissaient les adversaires de la politique de Georges Ier, parmi ces adversaires on comptait Robert Walpole et le vicomte Charles Townshend.

Loi de succession

La loi de succcession fut créée en 1701, le prince Georges Auguste de Hanovre prit la nationalité anglaise.

Règne

Georges II de Grande-Bretagne hérita du trône le 11 juin 1727, il fut couronné à l'Abbaye de Westminster le 11 octobre 1727. Pour ce couronnement, Georg Friedrich Haendel fut choisi pour composer quatre nouveaux hymnes dont : Le prêtre Zadok. Depuis 1727, cet hymne est chanté à chaque couronnement. Contre toute attente, Georges II de Grande-Bretagne écarta Robert Walpole qui l'avait grandement déçu lors de son entrée au gouvernement de son père en 1720. Georges II invita donc Spencer Compton à écrire son premier discours. La princesse Caroline de Brandeburg-Ansbach soutint Robert Walpole, elle jugeait Spencer Compton incompétent. Georges II de Grande-Bretagne suivit les conseils de son épouse et conserva Robert Walpole, au poste de Premier Ministre. En octroyant au roi une liste civile de £800 000, Robert Walpole rentra dans l'estime de Georges II. Robert Walpole persuada beaucoup de Conservateurs à reconnaître comme valide la Loi de succession établi en 1702. Pour sa part, Georges II de Grande-Bretagne soutint Robert Walpole dans sa recherche d'une forte majorité en créant les pairs. Robert Walpole détint les pouvoirs de la politique intérieure et exerça un certain contrôle sur la politique étrangère de Georges II de Grande-Bretagne. Le roi opta pour la guerre en Europe, mais Robert Walpole fut plus prudent. Ainsi en 1729, le Premier ministre britannique encouragea Georges II à signer un traité avec l'Espagne. En 1732, Georges II de Grande-Bretagne accorda une charte à James Oglethorpe et créa la province de Géorgie en Amérique du Nord. Cette province fut baptisée du nom du roi britannique. Contre l'avis de Robert Walpole, Georges II est de nouveau entré en guerre en 1739 contre l'Espagne. L'Europe entière était plongée dans la guerre après le décès de Charles VII du Saint-Empire. Cette guerre engagée contre l'Espagne fut rapidement intégrée à la Guerre de succession d'Autriche. Durant cet important conflit européen, Robert Walpole fut impuissant. Il dut également faire face à l'opposition de plusieurs politiciens menés par le baron John Carteret. Accusé de freiner une élection, Robert Walpole dut se retirer après vingt années de gouvernement. Il fut remplacé par Spencer Compton, Ier comte de Wilmington. Mais la puissance réelle du gouvernement britannique était dans les mains de John Carteret. Après le décès de Spencer Compton survenu en 1743, Henry Pelham lui succéda. La faction belliciste menée par John Carteret réclama la succession pour Marie-Thérèse d'Autriche, pour éviter la montée en puissance de la France en Europe. Georges II envoya des troupes en Europe, en apparence pour soutenir Marie-Thérèse Ire de Hongrie, en réalité, il voulait empêcher les troupes ennemies de marcher sur le Hanovre. L'armée britannique n'avait participé à aucun conflit depuis vingt ans, pendant ces années le gouvernement négligea son entretien. Malgré tout, Georges II envoya ses troupes en Europe. Il mena personnellement son armée et combattit à la bataille de Dettingen en 1743, il fut le dernier souverain britannique à combattre à la tête d'une armée. Ses armées furent commandées par son fils William Augustus, duc de Cumberland. Cette guerre fut mal accueillie par les sujets britanniques qui estimèrent que le roi et John Carteret subordonnaient les intérêts de la Grande-Bretagne à ceux de Hanovre. Avec astuce, les adversaires français de Georges II encouragèrent la rébellion Jacobites pendant la guerre de succession autrichienne. Les Jacobites soutenaient Jacques II d'Angleterre qui avait été déposé en 1689 et remplacé non pas par son fils catholique, Jacques, mais par sa fille Marie II d'Angleterre protestante. Le fils de Jacques II, Jacques François Stuart, connu sous le nom « de vieux prétendant » avait tenté déjà deux rébéllions ; en 1715, "les Quinze" survenue après sa fuite en France ; la rébellion de 1719 "le dix-neuf" qui était si faible qu'elle en devint absurde. Son fils Charles Édouard Stuart au nom de son père prit la tête d'une rebellion beaucoup plus puissante. Il débarqua en Écosse en juillet 1745. Nombre d'Écossais lui étaient restés fidèles ; il vainquit les forces britanniques en septembre 1745. Il tenta de pénétrer en Angleterre où les catholiques romains semblèrent hostiles à cette invasion. Louis XIV de France avait promis à Charles Édouard Stuart, de lui envoyer 12 000 soldats pour faciliter cette rébellion, mais cette armée ne quitta jamais la France. Une armée britannique ayant à sa tête Willaim Augustus, duc de Cumberland reconduisit les Jacobites en Écosse. Le 16 avril 1746, Charles Édouard Stuart fut défait par William Augustus, duc de Cumberland à la bataille de Culloden. Cette bataille fut la dernière livrée sur le sol britannique. Charles Édouard Stuart se réfugia en France tandis que nombre de ses fidèles furent arrêtés et exécutés. Le Jacobitisme était définitivement écrasé ; aucune autre tentative sérieuse ne fut réitérée par les membres de la Maison Stuart. Après 1745, la guerre de succession autrichienne perdura. La paix fut signée en 1748 avec Marie-Thérèse d'Autriche qui fut reconnue auchiduchesse d'Autriche. Plus tard, elle se sépara de son alliée britannique, la considérant comme trop incertaine. A la fin de son règne, Georges II ne porta guère d'intérêt à la politique ou la guerre. Pendant les dernières années de son règne, le royaume connut la Révolution industrielle, sa domination en Inde augmenta avec les victoires de Robert Clive à la bataille d'Arcot, à la bataille de Plassey. En 1751, le prince de Galles, Frédéric-Guillaume décéda subitement, son fils le futur Georges III du Royaume-Uni lui succéda immédiatement comme duc d'Édimbourg puis comme prince de Galles. En 1752, la Grande-Bretagne réforma son calendrier. Elle avait adopté le calendrier julien, puis en 1752 elle adopta le calendrier grégorien. En 1754, Georges II publia la charte pour le Collège de New-York, qui deviendra après l'Indépendance américaine, l'Université Columbia. En 1754, décéda Henry Pelham, son frère Thomas Pelham-Holles, duc de Newcastle--sur-Thyn lui succéda. En 1756, ce fut William Cavendish, duc de Devonshire qui occupa les fonctions de Premier ministre. William Pitt l'Aîné fit son entrée dans le gouvernement Devonshire, il occupa le poste de secrétaire d'État, mais détesté par Georges II, parce qu'opposé à la guerre de succession autrichienne. Cette hostilité fut surtout marquée par les critiques portées par Georges II contre les discours de William Pitt en 1757. En avril 1757, Georges II limogea William Pitt mais le rappela quelque temps plus tard. Comme secrétaire d'État méridional, William Pitt fut chargé de la politique concernant la Guerre de Sept Ans qui peut être regardée comme la suite de la guerre de succession autrichienne. Marie-Thérèse d'Autriche s'allia avec ses anciens ennemis : la Russie et la France, la Grande-Bretagne et Hanovre devinrent ses ennemis. Georges II, craignant que l'alliance de Marie-Thérèse d'Autriche avec la Russie et la France ne provoque l'invasion de Hanovre, s'allia donc avec la Prusse. La Grande-Bretagne, Hanovre et la Prusse se trouvèrent face à un bloc puissant formé de l'Autriche, la Russie, la Suède et la Saxe. Cette guerre européenne (Guerre de Sept Ans) se propagea en Amérique du Nord (le conflit franco-indien), en Inde Robert Clive participa à son second conflit que l'on nomma seconde guerre Carnatic.

Querelle entre Georges II et Frédéric Guillaume

L'entente entre Georges II et son fils le prince de Galles, Frédéric Guillaume ne fut pas excellente. Les rapports entre le père et le fils s'envenimèrent au cours de l'année 1730. Lors du mariage de Frédéric Guillaume une querelle éclata, en 1737, Georges II banni son fils et sa famille de la Cour royale.

Le couple royal

La complicité régnait dans le couple royal. Les deux époux sont des adeptes du libertinage. Georges II s'affiche volontiers avec sa maîtresse Henriette Howard, Caroline de Brandeburg-Ansbach n'en tint aucune rigueur envers son époux.

Décès de Caroline de Brandeburg-Ansbach

Caroline de Brandeburg-Ansbach décéda le 20 novembre 1737. Georges II en fut désespéré. Sur son lit de mort, Caroline de Brandeburg-Ansbach donna le conseil suivant : elle conseilla à son époux de se remarier très vite. Georges II affecté par la fin prochaine de son épouse lui fit cette promesse : « Jamais ! j'aurai des maîtresses ! ».

Décès de Georges II de Grande-Bretagne

Le 25 octobre 1760, alors assis sur la cuvette des toilettes, Georges II décéda subitement d'une rupture de l'aorte. Il fut inhumé en la cathédrale de Westminster.

Généalogie

Georges II de Grandce-Bretagne appartint à la Maison de Hanovre issue de la seconde branche de la Maison de Brunswick (Brunswick-Luneburg), elle-même issue de la Maison d'Este, descendante des ducs de Toscane. Georges II de Grande-Bretagne est par la reine Victoria Ire du Royaume-Uni, l'ascendant de la reine Élisabeth II du Royaume-Uni. Par Ernest-Auguste Ier de Hanovre (Ernest-Augustus, duc de Cumberland) fils de Georges III du Royaume-Uni, Georges II de Grande-Bretagne est également l'ascendant de l'actuel chef de la Maison royale de Hanovre, le prince Ernest-Auguste de Hanovre (Ernest-Auguste V de Hanovre). ==
Sujets connexes
Amérique du Nord   Angleterre   Anne Ire de Grande-Bretagne   Anne de Hanovre   Bataille de Culloden   Bataille de Dettingen   Bataille de Plassey   Calendrier grégorien   Calendrier julien   Cambridge   Caroline d'Ansbach   Charles Townshend   Charles VII du Saint-Empire   Charles Édouard Stuart   Chester   Cornouailles   Ernest-Auguste Ier de Hanovre   Ernest-Auguste de Hanovre   Ernest-Auguste de Hanovre (1629-1698)   Espagne   Europe   France   Frederick, prince de Galles   Frédéric II de Hesse-Cassel   Frédéric V de Danemark   Georg Friedrich Haendel   George III du Royaume-Uni   George Ier de Grande-Bretagne   Grande-Bretagne   Guerre de Sept Ans   Guillaume IV d'Orange-Nassau   Géorgie (État)   Hanovre   Henry Pelham   Inde   Jacobitisme   Jacques François Stuart   Jacques II d'Angleterre   Jean Frédéric de Brandebourg-Ansbach   Juillet   Leicester   Louis XIV de France   Maison d'Este   Maison de Brunswick   Maison de Hanovre   Marie-Thérèse Ire de Hongrie   Marie II d'Angleterre   Monarques de Grande-Bretagne   Ordre de la Jarretière   Philippe Delorme   Prince de Galles   Prusse   Robert Clive   Robert Walpole   Russie   Révolution industrielle   Saxe   Secrétaire d'État   Septembre   Sophie-Dorothée de Brunswick-Lunebourg   Sophie de Bohême   Spencer Compton   Suède   Toscane   Université Columbia   Westminster   William Augustus de Cumberland  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^