Myasthénie

Infos
La myasthénie ou myasthénie grave (MG, en latin myasthenia gravis = "grave faiblesse musculaire") est une maladie neuromusculaire par atteinte de la transmission neuro-musculaire entraînant une faiblesse fluctuante et une fatigabilité. C'est l'une des maladies auto-immunes les plus connues et les antigènes et les mécanismes pathogénétiques ont bien été élucidés. La faiblesse est due aux anticorps circulants qui bloquent les r
Myasthénie

La myasthénie ou myasthénie grave (MG, en latin myasthenia gravis = "grave faiblesse musculaire") est une maladie neuromusculaire par atteinte de la transmission neuro-musculaire entraînant une faiblesse fluctuante et une fatigabilité. C'est l'une des maladies auto-immunes les plus connues et les antigènes et les mécanismes pathogénétiques ont bien été élucidés. La faiblesse est due aux anticorps circulants qui bloquent les récepteurs de l'acétylcholine à la jonction neuromusculaire post-synaptique, inhibant ainsi l'effet stimulant sur le neurotransmetteur, l'acétylcholine. La myasthénie est traitée par immunosuppression et par des inhibiteurs de la cholinestérase.

Historique

Manifestations cliniques

Classiquement, la fatigabilité rend la contraction musculaire chaque fois moins intense. Les manifestations cliniques peuvent inclure :
- une diplopie (vision double et/ou déformée)
- un ptosis (chute d'une ou des 2 paupières)
- une faiblesse des muscles :
- faciaux
- respiratoires
- proximaux L'atteinte peut demeurer limitée aux muscles oculaires, alors, un thymome est fréquemment associé.

Diagnostic

- Examen clinique : Il peut être normal ou retrouver un déficit moteur fluctuant. On recherche une fatigabilité (accroupissements, bras tendus …), on utilise fréquemment la méthode du score d'Osserman
- Tests pharmacologiques Ils montrent la disparition des symptômes sous anticholinestérasiques ; on utilise la prostigmine ou le tensilon (10 mg en IV lente). L'effet se produit quelques minutes après l'injection avec amélioration clinique transitoire (5 minutes pour la prostigmine, 1 minute pour le tensilon).
- Examens électriques (Electromyogramme ou EMG) Lors de la stimulation répétitive d'un nerf moteur on retrouve une diminution d'amplitude du potentiel d'action, c'est-à-dire un décrément. Ce test peut être négatif.
- Examen biologique : En priorité on recherche le taux d'anticorps antirécepteurs à l'acétyl-choline (aRach); Il peut être négatif. On parle alors de Myasthénie séro-negative. On peut également rechercher, surtout en cas de résultat négatif à la recherche ci-dessus : les anticorps anti-muscles striés, les anticorps anti-musk.
- Pour dresser un bilan complet et du fait du terrain auto-immun fréquent dans le cadre des maladies auto-immunes, on peut également rechercher : les anticorps anti-thyroïdiens (TSH) les anticorps anti-muscles lisses et les anticorps anti-nucléaires (ACAN).
- La biopsie musculaire : Dans les cas douteux, elle peut servir à éliminer une autre pathologie.
- Recherche d'un thymome Systématique avec scanner thoracique. Une tumeur thymique est retrouvée dans 15 à 30% des cas de myasthénie ; inversement 2/3 des porteurs de thymome développent une myasthénie. Le thymome peut révéler des signes de malignité avec risque d'extension locale. Le plus souvent, on retrouvera une hyperplasie thymique sans thymome ; enfin le thymus peut être normal.
- Recherche d'une affection autoimmune associée Présente dans 10 à 15% des cas : thyroïdite, anémie de Biermer, polyarthrite rhumatoïde, lupus ...

Classification des différents stades

ECHELLE D'OSSERMAN MODIFIEE
- Stade 1 : myasthénie oculaire pure
- Stade 2 : myasthénie généralisée de gravité moyenne avec habituellement signes oculaires mais pas de signe bulbaire ou respiratoire
- Stade 3 : myasthénie généralisée de gravité moyenne avec habituellement signes oculaires et signes bulbaires mais sans signe respiratoire
- Stade 4 : myasthénie généralisée assez sévère avec habituellement signes oculaires, bulbaires et atteinte respiratoire modérée
- Stade 5 : myasthénie généralisée sévère avec atteinte respiratoire grave

Traitement de la myasthénie

La myasthénie peut être traitée par des médicaments inhibiteurs des cholinestérases comme le mestinon ou le mythelase. Ces médicaments empêchent la dégradation de l'acétylcholine. Une autre solution en cas de thymome est la thymectomie. D'autres thérapeutiques, des immunomodulateurs sont parfois utilisées: les perfusions d'immunoglobulines polyvalentes intraveineuses voire des Corticoïdes plus ou moins associés à de l Imurel. ==
Sujets connexes
Acétylcholine   Anticorps   Antigène   Diplopie   Fatigue (physique)   Immunosuppression   Latin   Maladie auto-immune   Maladie neuromusculaire   Neurotransmetteur   Ptosis   Récepteur cholinergique  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^