Mostaganem

Infos
Carte d'Algérie (Wilaya de Mostaganem) Mostaganem (arabe: مستغانم), est une ville et wilaya d'Algérie. Elle est la 27 wilaya dans l'administration territoriale algérienne. (104 m d’alt. ;140 000 hab.;ch-l. d’une wilaya de 704 000 hab.) ; située sur le rebord d’un plateau côtier, la ville contemple à l’ouest la large baie d’Arzew que termine le Djebel Orousse ; elle est assise sur les rives de l’Aïn Sefra dont, à plusieurs reprises et notamment en 1927
Mostaganem

Carte d'Algérie (Wilaya de Mostaganem) Mostaganem (arabe: مستغانم), est une ville et wilaya d'Algérie. Elle est la 27 wilaya dans l'administration territoriale algérienne. (104 m d’alt. ;140 000 hab.;ch-l. d’une wilaya de 704 000 hab.) ; située sur le rebord d’un plateau côtier, la ville contemple à l’ouest la large baie d’Arzew que termine le Djebel Orousse ; elle est assise sur les rives de l’Aïn Sefra dont, à plusieurs reprises et notamment en 1927, elle a eu à redouter les crues ; elle se compose d’une ville neuve, très étendue, et d’une vieille ville, plus compacte, accrochées de part et d’autre d’un profond ravin creusé par l’Aïn Sefra, qui arrose des jardins. La localité est bien située au débouché des plaines du Chélif et de la Macta, Bien qu’elle ait depuis longtemps cédé le pas à la métropole de l’Algérie occidentale, Oran, Mostaganem est une ville aimablement grouillante. Elle a gardé un caractère ancien, mais s’est également ouverte à une économie moderne avec la création d’une sucrerie produisant de 70 à 80 000 tonnes de sucre raffiné par an, ainsi qu’une usine de pâte à papier traitant 180 000 tonnes d’alfa par an. Université de Mostaganem 1978 (ex- Institut de Technologie agricole 1970).

Historique

Blason de Mostaganem avant l'indépendance de l'Algérie
-Depuis les phéniciens : Port punique du nom de Murustaga, la ville fut reconstruite par les Romains qui lui donnèrent, au temps de Gallien (260-268), le nom de Cartenna. Bien que le site semble avoir été occupé durant le haut Moyen Âge, c’est sous le règne de l’Almoravide Youssef Ibn Tachfin (1061-1106) que l’on attribue, en 1082, la fondation de bordj El Mehal, l’ancienne citadelle de Mostaganem. Après lui, Mostaganem appartint aux Zyanides de Tlemcen, puis aux Mérinides de Fès, dont l’un d’eux, Abou El Hassene Ali Ibn Abi Said, fit construire la grande mosquée en 1341.
-Les temps modernes : En 1511, les Espagnols imposèrent aux habitants de Mostaganem un traité que ceux-ci refusèrent d’admettre. Mais dès 1516, Mostaganem tomba aux mains des Turcs. Dès lors, Rivale d’Oran espagnole, elle voit son importance croître. Après plusieurs années de résistance, ils firent appel à Kheïr Ed Dine Barberousse avec l’aide duquel ils infligèrent aux Espagnols une sérieuse défaite devant Mazaghran (août 1558). Mostaganem passa alors sous la domination des turcs ; elle fut agrandie et fortifiée par Kheïr Ed Dine. À la solde de la France, la garnison de turcs d’Alger et de Kouloughlis résista aux Algériens à deux reprises (1832 et 1833). C’est une grande place forte maritime que les troupes françaises doivent prendre d’assaut en juillet 1833. Blason de Mostaganem depuis l'indépendance de l'Algérie
-Le général Lamoricière : en fait une garnison importante où est formé en 1847 le premier régiment de tirailleurs algériens, les célèbres turcos, sous les ordres du commandant Bosquet. Puis la ville grandit à mesure que la colonisation peuple l’immédiat arrière-pays et que le développement des communications la met en relation avec les régions de l’intérieur. Tijditt, la vieille ville arabe subsiste au nord, en arc de cercle autour de la courbe concave de l’Aïn Sefra ; elle renferme les tombeaux des santons, vénérés à la ronde. Au nord et à l’est, de chaque côté de l’oued caché sous les constructions, s’étend la ville européenne, méditerranéenne d’aspect, avec ses maisons à arcades et ses rues ombragées de platanes, des rampes à fortes pentes qui franchissent le rebord du plateau la rattachant au port compris entre les pointes de la Salamandre et de Karouba.
-C'est du balcon de l'hotel de ville de Mostaganem en 1958 que le général De Gaulle a déclaré la fameuse phrase qui est restée dans l'histoire de France et de l'Algérie "JE VOUS AI COMPRIS"

Quelques personnalités mostaganémoises

Le maréchal de France Franchet d’Esperey (1856-1942), le chef d’orchestre Georges Martin Witkowski (1867-1943), le Maire de la ville et écrivain Lucien Laugier (1909-1991), l'homme de théâtre Ould Abderahmane Abdelkader, dit Kaki (1934-1995), les peintres Mohammed Khadda (1930-1991) et Abdallah Benanteur (né en 1931) , Benriati Laredj (1917-2002) sont originaires de Mostaganem, ainsi que l'entraineur de football de l'AJ Auxerre, Jean Fernandez; sans oublier Jaïd Seddak - Quadruple champion du monde de Full-contact; double champion du monde de Kick-Boxing; et triple champion du monde de Muy-Thaî, pour ne citer que le haut du palmares - Palmarès : 73 combats, 10 défaites. Jaïd SEDDAK Né le : 21/09/62 à Mostaganem

Visite guidée de la ville

Célèbre Porte Monumentale du parc du 20 août à Mostaganem.
-Le port - Situé à l’ouest de la ville, au débouché du ravin de l’Aïn Sefra, le port s’ouvre entre la pointe de la Salamandre et la pointe de kharouba, trop peu accentuée pour fournir un abri suffisant : la rade reste-t-elle ouverte à tous les vents dangereux de l’O. au N deux jetées, l’une de 1230 m, l’autre au S-O de 335 m, protègent le port d’une superficie de 14 ha. Les terre-pleins desservis par 3 km de voies ferrées couvrent 10 ha. Il est pourvu d’un outillage moderne et dispose de 10 000 m² de hangars publics. Le port a enregistré un trafic de 1 million et 14 tonnes en 2002. À partir de 1980 il est devenu l’un des principaux ports de l’ouest Algérien désigné pour recevoir notamment les matériaux préfabriqués destinés à la reconstruction d’El Asnam. Un silo de 20 000 tonnes y a été aménagé.
-D’où que l’on vienne, de Ténès, de Relizane ou d’Oran, on arrive dans la ville neuve, sur une grande place aménagée à l’emplacement d’une ancienne porte. Là s’élève l’hôtel de ville (A.P.C, arch. M. Monthalant 1927), avec tour ayant la forme d’un minaret ; en arrière, vaste jardin public (jardin de l’émir Abd El Kader).
-L’avenue Benaïed Bendehiba (anc. avenue du 1 de ligne), partant devant l’hôtel de ville, est l’artère la plus animée de la ville et aboutit à la place du 1 Novembre 1954 (anc. place de la République), bordée d’arcades, et s’élevait l’église Saint Jean-Baptiste, transformée depuis 1970 en mosquée (Mosquée Badr).
-Au Nord de la place en partant du siège de la Daïra, l’ancien quartier du Derb el Houd (quartier juif) et de Tobbana (de Top Haneh, rappelant la batterie qui surveillait le port) est traversé par la rue Mahieddine Benamour ; celle-ci passe devant l’ancienne maison du caïd (Dar el Kaïd transformée en 2004 en Musée des arts poulaires), où était la résidence du représentant du bey de Mascara et de Hamid el Abd (chef de la confédération des Mehals ), et atteint le cœur de ce quartier ou El Kria (le centre), à proximité de l’ancien bordj El Mehal (construit 1082). Celui-ci fut transformé en prison civile.
-Au-delà la rue Aïssa Drey conduit aux remparts turcs, ruinés, et contre lesquels s’adosse le palais du bey d’Oran Mohamed-El Kebir, construit en 1750 on voit à proximité la mosquée élevée en 742 de l’hégire (1341) par le mérinide Abou El Hassene, très endommagée durant la période coloniale (elle servit de caserne jusqu'à mai 1865 : visite de Napoléon III) et que voisine la Mahkama (tribunal religieux).
-À l’extrémité de la vieille ville Tijidit, vers la mer, zaouïa du cheikh Khaled Bentounès de la Zaouia Alawiya, successeur du Cheikh El Allaoui
-À droite de l’avenue Bendehiba Benaïed et de la place du 1 Novembre. Partent des rues vers l’Aïn Sefra. On y trouvera le marché couvert, donnant sur la rue du 26 Novembre 1927 et, un peu plus loin sur la même rive, la place des trois frères Bencheikh (anc place Thiers ; marché en plein air le matin). Par une esplanade on accède au quartier Matemore, sis dans une boucle de l’oued, et dont le nom rappelle les silos turcs où étaient entassés armes et provision. Un nouveau pont (pont du 17 Octobre) proche de l’A.P.C y accède directement depuis l’avenue Benaïed.
-La partie de la ville comprise entre l’avenue Benaïed Bendehiba et le quartier Matemore a été considérablement modifiée depuis 1927, une crue subite de l’Aïn Sefra avait dans la nuit du 27 Novembre, emporté l’ancienne place Gambetta avec son square, ses arbres, et les maisons environnantes (nombreuses victimes). Des travaux furent alors entrepris pour éviter de nouvelles inondations, le lit de l'Oued creusé et la place Gambetta remplacée par trois ponts.
-En 1968 fut décidé l’aménagement d’une nouvelle esplanade qui remplace les ponts.
-Au nord du quartier de Matemore à proximité du parc du 20 Août (construit en 1964) se trouve la porte des Medjaher. Vue depuis la Célèbre Porte Monumentale du parc du 20 août à Mostaganem.
-De là, la rue Salah Merzouk (route de ténès) conduit vers le nord au quartier de Tijditt qui ne date que de la fin du XIXe siècle et du début du XXe. Ce quartier était demeuré la ville berbère en opposition à la ville turque intra-muros. Elle a conservé quelques vieilles Mosquées et de nombreux tombeaux vénérés : Sidi Maazouz El Bahri, qui vécut au XIIe siècle et dont le corps fut transféré dans le quartier, lors de la construction du port. Proche du cimetière Mosquée de Sidi Khaled. Plus loin, on arriverait aux plages de Moulin Bigore , Baie aux Pirates et Karouba (5km).
-A la plage réputée les Sablettes après La Salamandre (port de pêche et de plaisance, toujours en construction depuis mars 2002), à l'ouest, préférer les plages de l'est comme Aïn Brahim, Petit Port, Ouilis, Cap Ivi où la pinède descend jusqu'à la mer.
-De la porte des Medjaher on peut également visiter le nouveau parc du 20 Août qu’ouvre une porte monumentale, avec de curieuses architectures pseudo-japonaises. (de la terrasse, jolie vue sur la ville, le port et la baie d’Arzew). À côté, dominant l’oued l’ancien fort turc fut construit au XIII S puis restauré par les Ottomans au XVIIIe siècle et les Français au XIX S(Transformé en Musée d'archéologie en 2004). De la on peut rentrer en ville Par la porte d’El Arsa (des vergers) que voisinent les koubbas du bey Bouchlaghem et de sa femme Lalla Aïchouche ;en suivant le rempart on verrait également le tombeau du Bey Mustapha El Ahmar (XVIIIe siècle), fort endommagé par les Français, transformé aujourd’hui en maison de l’artisanat 2003 (ancienne poudrière 1936).
-A l’O et en contrebas de la place du 1 Novembre, se trouvaient d’importantes casernes remplacées en 1970 par l’Institut de Technologie Agricole, et depuis la création de l’université de Mostaganem en 1978 il représente le site III de l’université et la Bibliothèque centrale de l'université qui contient 500 000 ouvrages et se répartit sur 5 niveaux (inaugurée en 2004).
-D’héroïques résistances : Mazaghran fut le cadre en août 1558 d’une terrible défaite des troupes espagnoles dirigées par le conte d’Alcaudète, gouverneur d’Oran qui ne put s’emparer de Mostaganem, laquelle sut également résister courageusement à cette tentative d’occupation. De même en 1840, la ville fut le théâtre d’un célèbre siège, soutenu du 3 au 6 février 1840. En effet, 123 soldats français placés sous les ordres du capitaine LELIEVRE, résistèrent aux assauts répétés des troupes d’ABD EL-KADER fortes de 10 000 hommes.
-une fréquentation des plages sans cesse croissante, un riche patrimoine archéologique, culturel et artistique, Mostaganem destination incontournable et futur pôle du tourisme balnéaire, offre d'énormes opportunités.

Patrimoine culturel de Mostaganem

-Mostaganem, fière de son patrimoine culturel, se targue d'avoir donné naissance à des personnages illustres comme le dramaturge Ould Abderahmane Abdelkader, dit Kaki, le metteur en scène Mohammed Chouikh, et des Historiens tel Moulay Belhamissi. Fief du théâtre amateur et populaire , elle abrite les grands spécialistes de la musique andalouse(Hadj Moulay Benkrizi), de la musique populaire citadine (chaâbi : Maâzouz Bouadjadj, Habib Bettahar), les maîtres de la tradition musicale bédouine (cheikh Hamada, cheikh Djilali Aïn Tedles) et des poètes tel que Cheikh Abdelkader Bentobdji, Sidi Lakhdar Benkhlouf , qui sont auteurs de célèbres quacidates de la poésie melhoun léguées autant au chaabi qu'au bédoui tel que Abdelkader ya Boualem.

Géographie Physique

-Superficie (km²) : 2 269
-Nombre de communes : 32
-Nombre de daïras : 10
-Nom des daïras : Mostaganem, Kherredine, Ain Tédelès, Sidi Ali, Sidi Lakhadar, Achaacha, Bouguirat, Mesra, Hassi Mamèche, Ain Nouissy. Principales localités : Abdelmalek Ramdane, Achaacha, Ain Boudinar, Ain Nouissy, Ain Sidi Cherif, Ain Tédelès, Bled Touahria, Bouguirat, El Hassiane, Fornaka, Hadjadj, Hassi Mameche, Khadra, Kheireddine, Mansourah, Mesra, Mazagran, Mostaganem, Nekmaria, Ouled Boughalem, Oued El Kheir, Ouled Maallah, Safsaf, Sayada, Sidi Ali, Sidi Bellattar, Sidi Lakhdar, Sirat, Souaflia, Sour, Stidia, Tazgait.
-Relief : climat doux et tempéré ; massif du Dahra à l'Est ; Oued Cheliff ; pluviométrie 426 mm/an en moyenne.
-Source :

Voir aussi

Stidia Le livre "Mostaganem Est Mort", de Marcel Coquerel. ==
Sujets connexes
Abdallah Benanteur   Abdalwadides   Alfa   Algérie   Arabe   Arzew   Chaâbi   Chlef   Empire ottoman   Fès   Gallien   Georges Martin Witkowski   Hégire   Hôtel de ville   Jean Fernandez   Kaki   Khayr ad-Din Barberousse   Kouloughlis   Lucien Laugier   Macta   Maâzouz Bouadjadj   Minaret   Mohammed Chouikh   Mohammed Khadda   Mosquée   Musique andalouse   Mérinides   Napoléon III   Oran   Relizane   Stidia   Sucre   Tlemcen   Ténès   Université de Mostaganem   Wilaya   Wilayas d'Algérie   Youssef Ibn Tachfin  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^