Armand Jacques Leroy de Saint-Arnaud

Infos
maréchal de Saint-Arnaud. Armand Jacques Achille Leroy de Saint-Arnaud (Paris 1801 - en Mer Noire 1854), Maréchal de France. La carrière aventureuse, de celui qui ne s'appelait ni Achille, ni Saint-Arnaud, se confond avec un quart de siècle d'histoire de France. Gentilhomme et bourreau, chrétien et cynique, loyal et corrompu, il est tout cela à la fois au gré de l’histoire et des historiens. En 1814, le jeune Armand Leroy, collégien du lycée Napoléon, travaille aux
Armand Jacques Leroy de Saint-Arnaud

maréchal de Saint-Arnaud. Armand Jacques Achille Leroy de Saint-Arnaud (Paris 1801 - en Mer Noire 1854), Maréchal de France. La carrière aventureuse, de celui qui ne s'appelait ni Achille, ni Saint-Arnaud, se confond avec un quart de siècle d'histoire de France. Gentilhomme et bourreau, chrétien et cynique, loyal et corrompu, il est tout cela à la fois au gré de l’histoire et des historiens. En 1814, le jeune Armand Leroy, collégien du lycée Napoléon, travaille aux fortifications de Paris et après la déchéance de Napoléon Ier s'engage dans la garde nationale à cheval de Paris. Il acquiert alors son surnom d'Achille et adopte le patronyme de Saint-Arnaud. Il parvient à entrer dans les gardes du corps du roi, compagnie Gramont. Mais en fut renvoyé pour vol. Entré dans un régiment d’infanterie, il dut démissionner après avoir provoqué son commandant en duel. Oisif, désœuvré, il s'engage en 1821, dans un régiment de volontaires qui partent en Grèce pour secouer le joug turc. Déçu par son aventure, il revient en France et mène une existence irrégulière et misérable avant de demander sa réintégration dans l'armée en 1827. Il est nommé alors au 49 d'infanterie à Vannes. Désigné pour partir à La Martinique, il démissionne et la vie d'aventures recommence. Il donne des cours de langues, enseigne l'escrime, la musique et joue la comédie sous le nom de Florival. Il doit attendre 1831 pour enfin lancer sa carrière. Sa rencontre avec Bugeaud transforme Saint-Arnaud. Lieutenant le 9 décembre 1831, il devient officier d'ordonnance du général Bugeaud et prend part à la répression des troubles en Vendée, il est ensuite chargé d'escorter la duchesse de Berry de Blaye à Palerme. Sa carrière militaire commence véritablement lors de la colonisation de l'Algérie, comme capitaine de Légion étrangère. En 1837, nouvellement promu capitaine, il se distingue au siège de Constantine et reçoit la croix de la Légion d'honneur. En 1840, l'année où il est autorisé par ordonnance royale à s'appeler Leroy de Saint-Arnaud, le général Schramm indique : "officier ardent et brave militaire ; s'est distingué plusieurs fois, digne d'avancement". En 1841, nommé chef de bataillon, il commande le 1Régiment de Zouaves et en 1842 lieutenant-colonel du 53e régiment d'infanterie légère. Il est promu général de division après l’expédition de Petite Kabylie en 1851. Il s’«illustre » dans les campagnes d’Algérie avec les généraux « Africains » Cavaignac et Pelissier. Bugeaud, un des chefs de l'armée française, créa une prime à la tête coupée. Saint-Arnaud décrit son quotidien: "On ravage, on brûle, on pille, on détruit les moissons et les arbres". Les mots de Saint-Arnaud dans ses lettres sont directs. Il se plaint même parfois du manque de combats. Il trouve que « l'Afrique perd de sa poésie » quand il pratique le massacre en grand par « l'enfumade », méthode consistant à asphyxier des centaines de personnes réfugiées dans des cavernes. Nommé ministre de la Guerre par le prince-président Louis-Napoléon Bonaparte , il lui permet de réussir son coup d'État en mitraillant la "canaille" parisienne. "Ce général avait les états de service d'un chacal", dira Victor Hugo. Maréchal de France en décembre 1852, grand écuyer de l'empereur, sénateur. En 1854, il quitte le ministère de la Guerre pour prendre le commandement de l'expédition de Crimée. Bien que sa santé soit déjà chancelante, l'Empereur lui accorde sa confiance. Saint-Arnaud remporte brillamment la Bataille de l'Alma, le 20 septembre 1854. Miné depuis longtemps par une péricardite, il contracte également le choléra et le 26 septembre remet le commandement à Canrobert. Le 29 septembre 1854, il embarque à bord du Berthollet à dix heures du matin pour voguer vers Constantinople où il espère retrouver sa seconde épouse. Il meurt le même jour à quinze heures. Napoléon III le fit inhumer aux Invalides. Catégorie:Maréchal de France Catégorie:Personnalité du Second Empire Catégorie:Général français Catégorie:Conquête de l'Algérie Catégorie:Officier de Légion étrangère Catégorie:Naissance en 1801 Catégorie:Décès en 1854 Saint-Arnaud de:Armand-Jacques-Achille Leroy de Saint-Arnaud en:Jacques Leroy de Saint Arnaud it:Armand Jacques Leroy de Saint-Arnaud ru:Леруа де Сент-Арно, Арман Жак Ашиль sv:Jacques Leroy de Saint Arnaud
Sujets connexes
Aimable Pélissier   Algérie   Armand Jacques Leroy de Saint-Arnaud   Bataille de l'Alma   Capitaine   Conquête de l'Algérie   Constantine (Algérie)   Constantinople   Coup d'État du 2 décembre 1851   Crimée   Florival   Jean Paul Adam Schramm   Kabylie   Louis Eugène Cavaignac   Légion d'honneur   Légion étrangère   Martinique   Maréchal de France   Napoléon III   Napoléon Ier   Thomas-Robert Bugeaud   Vannes   Victor Hugo  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^