Salat (rivière)

Infos
Le Salat est une rivière du sud-ouest de la France qui coule dans la région du Couserans, dans les départements de l'Ariège et de la Haute-Garonne. C'est un affluent de la Garonne en rive droite.
Salat (rivière)

Le Salat est une rivière du sud-ouest de la France qui coule dans la région du Couserans, dans les départements de l'Ariège et de la Haute-Garonne. C'est un affluent de la Garonne en rive droite.

Géographie

Le Salat prend sa source dans les Pyrénées. Il naît de neuf sources à 6 kilomètres en amont du hameau de Salau commune de Couflens, dans le massif du Mont Valier, sur le flanc nord du Mont Rouch (2 858 mètres). L'orientation générale de son cours va du sud-est vers le nord-ouest. Il traverse la vallée d'Angouls, puis franchit le massif de l'Arize, où il parcourt les gorges de Ribaouto. Il passe à Saint-Girons et Saint-Lizier, et se jette dans la Garonne à Roquefort-sur-Garonne prés de Boussens

Départements et principales villes traversés


- Ariège (09) : Couflens , Seix , Lacourt , Saint-Girons , Saint-Lizier , Prat-Bonrepaux , La Bastide-du-Salat
- Haute-Garonne (31) : Salies-du-Salat , Mazères-sur-Salat , Roquefort-sur-Garonne

Principaux affluents et sous-affluents

- l' Alet
- l' Ossèse
- le Garbet
- l' Arse ou Ars
- le Fouillet
- l' Arac
- le Lez
- le Baup
- l' Arbas
- le Lens

Hydrologie

Le Salat est une rivière fort abondante, comme tous les cours d'eau issus des régions pyrénéennes. Son débit a été observé sur une période de 95 ans (1913-2007), à Roquefort-sur-Garonne, localité située au niveau du confluent du Salat et de la Garonne . Le bassin versant de la rivière y est de 1 570 km², c'est à dire sa totalité. Le débit moyen interannuel ou module de la rivière à Roquefort-sur-Garonne est de 42, 6 m³ par seconde. Le Salat présente des fluctuations saisonnières typiques d'un régime presque purement nival. En effet il n'y a pas de période de hautes eaux d'automne en octobre-novembre comme habituellement dans la région. Les hautes eaux se situent au printemps, d'avril à juin inclus et portent les débits mensuels à un niveau situé entre 58 et 63 m³ par seconde (avec un maximum en mai). Ces maxima sont dus à la fonte des neiges. Dès le mois de juin, s'amorce une rapide décrue suivie des basses eaux d'été-automne qui mènent le débit moyen à son étiage du mois d'août avec une moyenne mensuelle de 19, 6 m³ par seconde, ce qui reste fort élevé, il est vrai. Suit alors une lente remontée des débits en automne-hiver jusqu'au sommet du printemps suivant. Au total, les oscillations saisonnières paraissent ainsi fort peu importantes, mais les fluctuations sont bien plus prononcées sur de courtes périodes. À l'étiage, le VCN3 peut chuter jusque 6, 9 m³, en cas de période quinquennale sèche, ce qui reste confortable comparé à la moyenne des cours d'eau de France. Rappelons que le VCN3 est la quantité minimale écoulée ou débit minimal sur trois jours consécutifs. Quant aux crues, elles peuvent être très importantes, comme c'est le cas pour tout cours d'eau issu de hautes montagnes, sans atteindre les sommets des cours d'eau méditerranéens ou cévenols. Les QIX 2 ou débit calculé de crue biennale et QIX 5 (débit calculé de crue quinquennale) valent respectivement 510 et 720 m³. Le QIX 10 ou débit calculé de crue décennale est de 860 m³ par seconde et le QIX 20 de 1 000 m³. Quant au QIX 50 ou valeur calculée du débit de crue cinquantennale, il se monte à pas moins de 1 200 m³. (voir note Le QIX 20 ou débit calculé pour une crue vicennale, est la valeur du débit calculé pour une crue n'ayant statistiquement lieu que tous les 20 ans. On calcule aussi le QIX 50, c'est à dire la valeur du débit calculé pour une crue cinquantennale, n'ayant statistiquement lieu que tous les 50 ans. Enfin le QIX 2 et le QIX 5 sont les débits calculés pour une crue biennale et quinquennale, c'est à dire une crue qui doit se produire en moyenne tous les deux ou cinq ans. Ils permettent d'apprécier les risques à plus court terme.). Le débit instantané maximal enregistré a été de 1 650 m³ par seconde le 1 mai 1977, tandis que la valeur journalière maximale était de 1 080 m³ par seconde le 2 février 1952. En comparant la première de ces valeurs avec l'échelle des QIX de la rivière, il apparaît que ces crues étaient bien plus que des crues cinquantennales, peut-être centennales ou plus, et certainement très exceptionnelles. Au total, le Salat est une rivière abondante, alimentée par des précipitations elles aussi abondantes, arrosant la région des Pyrénées où elle coule. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 858 millimètres annuellement, ce qui est très élevé, largement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France, et seulement inférieur à certains bassins des Pyrénées occidentales, des Alpes du nord, des Cévennes et de quelques autres sommets du Massif central français, des Vosges et du Jura. Le débit spécifique de la rivière (ou Qsp) atteint le chiffre de 27, 1 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Activités touristiques

- Sports :
- Saint-Girons : Le château des vicomtes du Couserans du XVIe siècle (inscrit aux Monuments Historiques). L'Église Saint-Girons du Xe siècle restaurée au XIXe et dotée d'un très riche mobilier ainsi que de peintures d'Alonso Cano (XVIIe) et de Louis Boullongne (XVIIIe). L'Église Saint-Valier du XIVe siècle fortifiée (monument historique). Confluent du Salat, du Lez et du Baup. Plan d'eau du Salat. Station climatique. Aéro-club, équitation, chasse, pêche et bien d'autres choses encore.
- Saint-Lizier : L'antique petite ville de 1650 habitants possède deux cathédrales. Cathédrale Saint-Lizier et cathédrale Notre-Dame-de-la-Sède (inscrite aux Monuments Historiques). Palais épiscopal des XVIIe et XVIe siècles (inscrit aux Monuments Historiques). Enceinte gallo-romaine flanquée de 12 tours. Tour de l'Horloge du XIVe siècle. L'ensemble des 2 cathédrales, du palais des évêques et des remparts est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO (chemins de Compostelle). Ancien Hôtel-Dieu (inscrit aux Monuments Historiques). Pont Romain (inscrit lui aussi).

Notes et références

Voir aussi

- La liste des rivières de France
- Les débits des cours d'eau du bassin de la Garonne ==
Sujets connexes
Alet (rivière)   Alpes   Arac   Arbas (rivière)   Arse (rivière)   Baup (rivière)   Boussens (Haute-Garonne)   Canoë-kayak   Couflens   Couserans   Cévennes   Débit spécifique   Débits des cours d'eau du bassin de la Garonne   France   Garbet   Garonne   Hameau   Haute-Garonne   Hôtel-Dieu   La Bastide-du-Salat   Lacourt   Lame d'eau   Lens (rivière)   Lez (rivière)   Liste des rivières de France   Liste du patrimoine mondial   Louis Boullongne (1609-1674)   Massif central   Massif des Vosges   Massif du Jura   Mazères-sur-Salat   Module (hydrologie)   Mont Valier   Ossèse   Prat-Bonrepaux   Pyrénées   Pêche sportive   Rafting   Roquefort-sur-Garonne   Régime nivo-pluvial   Saint-Girons (Ariège)   Saint-Lizier   Salau   Salies-du-Salat   Seix   Source (eau)   Vallée d'Angouls  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^