Deutsch de la Meurthe

Infos
Les Deutsch de la Meurthe, famille de mécènes, accompagne l'essor technologique du début du et notamment l'aviation. Les Deutsch de la Meurthe sont une famille célèbre pour sa fortune et son mécénat dans les domaines technique et philanthropique. Ils sont les créateurs en France de l'industrie des huiles minérales.
Deutsch de la Meurthe

Les Deutsch de la Meurthe, famille de mécènes, accompagne l'essor technologique du début du et notamment l'aviation. Les Deutsch de la Meurthe sont une famille célèbre pour sa fortune et son mécénat dans les domaines technique et philanthropique. Ils sont les créateurs en France de l'industrie des huiles minérales.

Le pétrole et l'automobile

Venu de Lorraine, Alexandre Deutsch fonde en 1845 une société pour le traitement et le commerce des huiles végétales, à La Villette, alors commune indépendante de Paris. En 1851, il rachète une ferme à Pantin et y fait construire une petite fabrique d’huiles végétales et de graisses industrielles. En 1859, le premier gisement souterrain de pétrole est mis au jour aux États-Unis, à Titusville (Pennsylvanie). Dès 1862 il s'intéresse de très près au pétrole et fait construire à Pantin une nouvelle usine pour en étudier les propriétés. En 1881 il rachète une raffinerie à Rouen, la Luciline, laquelle avait été créée en 1868 par Alfred Guérard, négociant et inventeur rouennais. En 1877, il avait associé ses deux fils Henry et Emile à l'entreprise familiale. S'ajoutera en 1883 la raffinerie de pétrole de Saint-Loubès en Gironde et en 1889 l'association avec les frères Rothschild pour le raffinage du pétrole en Espagne. C'est apparemment Alexandre qui ajoute "de la Meurthe" au nom de famille. Ses fils Emile (22 octobre 1847 - 18 mai 1924) et Henry (1846 - 1919) font prospérer l'affaire qui deviendra la société des Pétroles Jupiter (1922) puis Shell France après une fusion avec la Shell (compagnie). Avec les pionniers de l'automobile française (Peugeot, Mors) ils "inventent" Deauville. Emile est membre du comité d'honneur du syndicat d'initiative de Deauville. Après la Première Guerre mondiale, il est le trésorier du comité des orphelins de France. Henry fonde l'Automobile Club de France en 1895 avec le Comte de Dion, le baron Zuylen et Paul Meyan.

L'aviation

Buste d'Henry à Ecquevilly Henry Deutsch de la Meurthe se passionne pour l'aviation naissante et fonde en 1898 l’Aéro-Club de France avec un autre mécène, Ernest Archdeacon et plusieurs industriels dont Gustave Eiffel. En avril 1900, Henry Deutsch de la Meurthe offre un prix de 100 000 francs (environ 320 000 €) à la première machine volante capable de parcourir le trajet aller-retour de Saint-Cloud à la Tour Eiffel et retour (environ 10 km) en moins de 30 minutes, ceci avant octobre 1904. Fin septembre 1901, Santos-Dumont réussit l’exploit avec son dirigeable n°6, en 30 minutes et 42 s... Toujours avec Ernest Archdeacon, il crée en 1904 un prix de 50 000 FRF destiné au premier vol d’un plus lourd que l’air sur un kilomètre en circuit fermé. Il sera remporté dès le 13 janvier 1908 par Henri Farman. Il participe à la création, à l'initiative de Lazare Weiller, de la Compagnie générale de navigation aérienne (1908) qui achète les brevets des frères Wright. Elle organisera les vols de démonstration du modèle "A" piloté par Wilbur Wright au Mans, à partir du 8 août 1908. Il investit également dans les constructeurs aéronautiques Astra (1909) puis Nieuport (1911). À la fin du mois de mai 1909, Henry Deutsch de la Meurthe offre à l'Université de Paris une somme de 500 000 FRF et une rente annuelle de 15 000 FRF sa vie durant pour être affectées à la création et à l'entretien d'un Institut Aérotechnique où seraient poursuivies les recherches théoriques et pratiques tendant au perfectionnement des engins de la locomotion aérienne sous toutes ses formes. Il deviendra l'Institut AéroTechnique de Saint-Cyr-l'École, intégré au Conservatoire National des Arts et Métiers. Il sera fait commandeur de la Légion d'honneur le 20 novembre 1912.

L'accueil des étudiants

En 1923, Emile Deutsch de la Meurthe associe le nom de sa femme Louise (née Halphen, décédée en 1914) à son projet en faveur des étudiants. Il fait construire les premiers bâtiments de ce qui devint la Cité internationale universitaire de Paris, près du Parc Montsouris, qui comporte entre autres résidences la Fondation Emile et Louise Deutsch de la Meurthe (voir
-
Sujets connexes
Académie des sports   Alfred Guérard   Arnault Tzanck   Automobile   Automobile Club de France   Aviation   Aéro-Club de France   Bordeaux   Cité internationale universitaire de Paris   Deauville   Ecquevilly   Ernest Archdeacon   Espagne   Franc français   France   Frères Wright   Gironde   Gustave Eiffel   Henri Farman   Huile   Hélène Boucher   Hôpital Saint-Antoine   Jules-Albert de Dion   Lazare Weiller   Le Mans   Lorraine   Légion d'honneur   Michel Desjoyeaux   Mors (automobile)   Moÿ-de-l'Aisne   Nieuport (aéronautique)   Pantin   Parc Montsouris   Paris   Pennsylvanie   Peugeot   Première Guerre mondiale   Pétrole   Quartier de la Villette   Raffinerie   Rothschild   Rouen   Saint-Cloud   Saint-Cyr-l'École   Saint-Loubès   Shell (compagnie)   Tour Eiffel   Université de Paris  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^