Loi du maximum général

Infos
Promulguée par la Convention le 29 septembre 1793, la loi du maximum général fait suite à la « loi du maximum », en date du 4 mai 1793, instituant le maximum décroissant du prix des grains. Confrontés à la hausse vertigineuse des prix provoqués par la dépréciation des assignats, les sans-culottes parisiens imposèrent à la Convention nationale cette loi fixant des maxima pour les prix des denrées de première nécessité et bloquant les salaires pour tenter de rem
Loi du maximum général

Promulguée par la Convention le 29 septembre 1793, la loi du maximum général fait suite à la « loi du maximum », en date du 4 mai 1793, instituant le maximum décroissant du prix des grains. Confrontés à la hausse vertigineuse des prix provoqués par la dépréciation des assignats, les sans-culottes parisiens imposèrent à la Convention nationale cette loi fixant des maxima pour les prix des denrées de première nécessité et bloquant les salaires pour tenter de remédier à la disette qui sévit dans la France révolutionnaire assiégée. Variable selon les régions, le prix maximum pour les denrées de première nécessité était en général supérieur d’un tiers aux prix courants de 1790. Quant au maximum des salaires, il était de moitié supérieur au niveau moyen de 1790. L’élément humain fit que cette première tentative d’économie dirigiste de la part d’un gouvernement produisit des effets contraires aux résultats escomptés. Les paysans se mettant à dissimuler leurs récoltes pour ne pas avoir à les vendre à bas prix et les spéculateurs se précipitant pour acquérir tout ce qu’ils pouvaient, il en résulta une pénurie sans précédent aggravée par le fait que le blocage des salaires était, quant à lui, beaucoup plus facile à faire appliquer. La tentative de la Convention d’empêcher l’insuccès de la loi du maximum général par la répression en emprisonnant et en guillotinant les contrevenants contribua à en faire, avec la guillotine et l’assignat, un des symboles honnis de la Terreur. Elle provoqua un mécontentement général qui entraîna son abolition, le 24 décembre 1794, par la Convention thermidorienne. Cette mesure économique désastreuse a produit un contrecoup heureux pour les historiens : recensant les denrées en circulation dans la France révolutionnaire, les « tableaux des maximum » dressés à cette occasion constituent une ressource inestimable pour les historiens de la gastronomie dans l’inventaire du patrimoine culinaire de la France.

Bibliographie

- Pierre Caron, La Défense nationale de 1792 à 1795, Paris, Hachette, 1912.
- Daniel Guérin, La Lutte de classes, sous la Première République, 1793-1797, Paris, Gallimard 1968.
- Georges Lefebvre, Questions agraires au temps de la terreur, Paris, H. Potier, 1954.
- Albert Mathiez, Annales historiques de la Révolution française, Paris, Firmin-Didot, 1932.
- Albert Soboul, La I République, 1792-1804, Paris, Calmann-Lévy, 1968. Catégorie:Loi votée sous la Révolution française Catégorie:Cuisine française Catégorie:Histoire économique de la France en:Maximum Price Act it:Legge del maximum
Sujets connexes
Albert Mathiez   Albert Soboul   Assignat   Convention nationale   Convention thermidorienne   Georges Lefebvre   Sans-culotte   Terreur (Révolution française)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^