Claude-Antoine Prieur-Duvernois

Infos
Claude-Antoine Prieur-Duvernois dit « Prieur de la Côte-d'Or », né le 22 septembre 1763 à Auxonne (Côte-d'Or), mort le 11 août 1832 à Dijon, fut un officier du génie.Il s'était fait connaître par d'importants travaux scientifiques avant la Révolution. Elu député à l'Assemblée législative (1791), il parut peu à la tribune et travailla beaucoup dans les comités. Réélu député à la Convention nationale par le département de la Côte-d'Or (1792). En tant que
Claude-Antoine Prieur-Duvernois

Claude-Antoine Prieur-Duvernois dit « Prieur de la Côte-d'Or », né le 22 septembre 1763 à Auxonne (Côte-d'Or), mort le 11 août 1832 à Dijon, fut un officier du génie.Il s'était fait connaître par d'importants travaux scientifiques avant la Révolution. Elu député à l'Assemblée législative (1791), il parut peu à la tribune et travailla beaucoup dans les comités. Réélu député à la Convention nationale par le département de la Côte-d'Or (1792). En tant que représentant en mission, il fit des tournées d'inspection technique dans les ports, de Lorient à Dunkerque. Il se trouvait à Caen lors de la proscription des Girondins (2 juin 1793) et fut retenu comme otage. La débâcle fédéraliste de Vernon lui rendit la liberté. Dès son retour à Paris, il devint membre du Comité de salut public (1793) après Louis-Antoine-Léon Saint-Just il était le plus jeune membre de ce Comité. Il sut s'entourer d'une élite de savants et de techniciens. En étroite collaboration avec Lazare Carnot, il se consacra entièrement à l'organisation des fabrications de guerre :
-armements, hôpitaux et récupération du salpêtre pour la fabrication de la poudre à canon. Il assistait, taciturne, aux réunions du Comité de salut public, le regard fixé sur Lazare Carnot, et suivait aveuglement ses avis. C'est ainsi que, lui aussi, signa l'arrêt de mort de Georges Danton. En mai 1795, il échappa de justesse à l'arrestation. Il fit adopter l'unification du système métrique. Épargné par les Thermidoriens, il fut réélu au Conseil des Cinq-Cents et rentra dans la vie privée après le 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799). Ayant fondé à Dijon une manufacture de papiers peints, il vécut paisiblement en gagnant largement sa vie et mourut à l'âge de soixante-dix ans. Note : à ne pas confondre avec Pierre-Louis Prieur, dit « Prieur de la Marne », autre député à la Convention nationale.

Bibliographie

-Prieur de la Côte d'Or, P. Gaffarel, Dijon, Noury, (1900)
-Notes sur Prieur de la Côte d'Or, P. Destray, in Mémoires de la Société bourguignonne de géographie et d'histoire, Dijon, Jacquot, (1910)
-La jeunesse de Prieur de la Côte d'Or, P. Arbelet, Revue du dix-huitième siècle, Paris, Hachette, (1918)
-Prieur de la Côte d'Or ministre des munitions, P. Arbelet, Revue bleue, Paris, (1918), suivi de Révélations sur le Comité de salut public par Prieur de la côte d'Or.
-Le Comité de Salut public et les fabrications de guerre sous la Terreur, C. Richard, Paris, Rieder, (1921)
-Un Organisateur de la Victoire, Prieur de la Côte d'Or, G. Bouchard, Paris, Clavreuil, (1946)
-Naissance d'un nouveau pouvoir : sciences et savants en France 1793-1824, N. et J. Dhombres, Paris, Payot, (1989)
-Prieur de la Côte d'Or (1763-1832), E. Grison, Dijon, (1991)
-
La Science et l'Arsenal'', C. Speranza, Association Auxonne-Patrimoine, (1998) Prieur-Duvernois, Claude-Antoine Prieur-Duvernois, Claude-Antoine Prieur-Duvernois, Claude-Antoine Prieur-Duvernois, Claude-Antoine Prieur-Duvernois, Claude-Antoine Prieur-Duvernois, Claude Antoine el:Κλοντ Αντουάν en:Claude Antoine, comte Prieur-Duvernois
Sujets connexes
Auxonne   Chute de Robespierre   Comité de salut public   Conseil des Cinq-Cents   Convention nationale   Côte-d'Or   Dijon   Lazare Nicolas Marguerite Carnot   Pierre-Louis Prieur  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^