Berbères

Infos
Les Berbères sont une ethnie autochtone d'Afrique du Nord. Ils sont répartis sur près de cinq millions de kilomètres carrés — depuis le Maroc jusqu'à l'ouest de l'Égypte ('Siwa) — en différents groupes, ayant une culture et une langue commune (le berbère ou tamazight), déclinée en plusieurs dialectes locaux. Cette partie de l'Afrique du Nord a longtemps été désignée en français par le terme de Berbérie ou Barbarie, et les Berbères sous
Berbères

Les Berbères sont une ethnie autochtone d'Afrique du Nord. Ils sont répartis sur près de cinq millions de kilomètres carrés — depuis le Maroc jusqu'à l'ouest de l'Égypte ('Siwa) — en différents groupes, ayant une culture et une langue commune (le berbère ou tamazight), déclinée en plusieurs dialectes locaux. Cette partie de l'Afrique du Nord a longtemps été désignée en français par le terme de Berbérie ou Barbarie, et les Berbères sous le nom de Maures. Les Berbères sont également et largement représentés dans les populations issues de l'immigration en Europe, notamment dans les pays comme la FranceEnviron six millions de citoyens français sont d'origine berbère (Kabyles ou Berbères arabisés) à la 1 ou 2 génération (Source : Thérèse Delpech, Le retour de la barbarie au , p194, éd. Hachette, 2007), la Belgique, les Pays-Bas, l'Espagne, mais aussi aux États-Unis et au Canada , article de Salem Chaker, professeur de berbère à l'Inalco, et directeur du Centre de Recherche Berbère.. À l'exception des Touaregs, la plupart des Berbères sont sédentaires. Les Berbères se désignent d'abord par leur ethnie régionale : Kabyles, Rifains, Touaregs, etc. Et ils désignent l'ensemble des ethnies berbères par Imazighen (le pluriel d’« Amazigh »), et l'espace géographique nord-africain par Tamazgha.

Étymologie

Portrait du roi Massinissa. « Berbère » dérive du terme Ibères désignant les populations de la péninsule ibérique par les Grecs. Les Romains n'ont jamais vraiment réussi à soumettre ces peuples, même après la prise de Carthage au . Parmi quelques grands noms de l'histoire amazighe, on peut citer : Sheshonq I, pharaon fondateur de la XXII dynastie égyptienne, Mesnsen (Massinissa), Yugurthen (Jugurtha), Juba II, Apulée, Saint Augustin, Dihya (Kahena), ou encore Tariq ibn Ziyad. Le nom de apparaissant pour la première fois explicitement après la fin de l'Empire romain, la pertinence de son usage pour la période précédente n'est pas admise par tous les historiens de l'antiquité. L'usage du terme s'est répandu à la période suivant l'arrivée des Vandales lors des grandes invasions. Qualifiés de par les Romains, en Afrique romaine, et en provenance de la péninsule Ibérique où leurs campements furent soumis aux attaques répétées des Romains. Sur les hauteurs à l'Est de la Numidie fut assemblée la coalition numido-vandale, qui prendra Carthage et supprimera l'influence de Rome sur toute l'Afrique. Le récit du Consul romain en Afrique fit référence pour la 1 fois du terme de pour décrire les Numides. Les Arabes, quelque temps après, héritèrent ce même qualificatif. L'équivalant en berbère est Imazighen (Imaziγen), pluriel de amazigh, signifiant « homme libre ». Le terme amazigh/imazighen a été perdu chez certaines ethnies berbères (Kabyles et Mozabites) mais est resté présent chez des berbères du Maroc et chez les touareg. L'utilisation de ce terme a été ravivée à partir des années 1940 avec l'émergence du mouvement berbériste KabyleSalem Chaker, article Berbère/langue berbère p.149 dans Berbères ou Arabes, éd. Non Lieu, 2006. Ces termes, et leurs néologismes, se sont généralisés et ont été adoptés par les Berbères.

Origines

La question de l’origine des Berbères s’est posée tout le long de l’histoire de l’Afrique du Nord. Elle a suscité d’énormes débats et d’innombrables théories. Les récits de l'Antiquité et du Moyen-Âge s'appuyant sur des récits bibliques, coraniques, ou sur les hadiths, ou de références historiques comme Ibn Khaldoun, ou helléniques comme Salluste donnent à ce peuple une origine perse, égyptienne et sémite. Certains auteurs croient qu’ils sont venus d’Europe. Mais la plupart pense qu’ils sont les descendants d’une population autochtone apparue in situ en Afrique du Nord, de culture paléolithique Ibéro-maurusienne ( ans), puis mésolithique capsienne. Enfin, d’autres les considèrent issus de populations orientales ayant migré dans cette région durant la transition néolithique (, ans). Actuellement, plusieurs études — génétiques, anthropologiques et linguistiques — sont menées : des datations au carbone 14 sur d'anciens fossiles, des tests génétiques sur les populations modernes, mais aussi sur des ossements, et enfin des études comparatives entre la langue berbère avec les autres langues sont les moyens utilisés. Ces études génétiques ainsi que les écrits d'historiens tel Gabriel Camps et Charles-André Julien tendent à prouver que les Nord-Africains actuels (arabophones ou berbérophones) descendent des Berbères

Recherches modernes

Génétique

Les Berbères sont géographiquement et génétiquement intermédiaires entre les populations européennes (composante majeure) et les populations sub-sahariennes (environ de contribution). Le chromosome Y est transmis de père en fils, l'étude des polymorphismes présents permet en théorie de suivre la lignée mâle — directe — d'une famille, d'une ethnie ou d'une espèce. La majorité des Nords-Africains berbérophones et arabophones ont le chromosome Y E3b2 (m81) et J
- (respectivement et ). L'haplogroupe E3b2 est spécifique aux Berbères et voit sa fréquence décroître d'Ouest en Est. Cet haplogroupe est absent de la plupart des pays d'Europe sauf en Europe du Sud (Portugal, Espagne, Italie, France) ou sa fréquence dépasse les dans certaines régions d'Espagne et du Portugal. Ces chiffres pouvant s'expliquer par la longue présence musulmane dans la péninsule ibérique et dans une moindre mesure en Italie et dans le sud de la France. En France sa fréquence est de de la population : « The distribution of E-M81 chromosomes in Africa closely matches the present area of distribution of Berber-speaking populations on the continent, suggesting a close haplogroup–ethnic group parallelism: in northwestern Africa». Son origine est l'haplogroupe E3b d'Afrique orientale qui date de ans. L'étude la plus récente et la plus complète sur le Chromosome-Y au Portugal conclut que L'haplotype V, caractéristique des populations berbères, se retrouve très fortement en Espagne (> en Andalousie), au Portugal en Catalogne , au Pays basque , en Italie et dans le sud de la France . D'après la NCBI, ceci étant la conséquence des huit siècles de domination musulmane en Espagne et au Portugal entre les . Les migrations humaines suivant l'ADNmt L'ADN mitochondrial étant essentiellement transmis de mère à fille, son étude génétique permet de suivre la lignée maternelle — directe — d'une famille, d'une ethnie ou d'une espèce. La majorité des Berbères ont un ADN mitochondrial d'origine ouest-eurasienne . La lignée maternelle directe des Berbères la plus ancienne date du paléolithique ( ans avant notre ère) représentée par l'haplogroupe U6 (d'origine ouest-eurasienne). Cet haplogroupe est spécifique aux Berbères et sa fréquence s'accroît quand on va à l'Ouest. L'ADN autosomal représentant les 22 paires de chromosomes (sur les 23), son étude permet de déterminer l'affinité génétique de certaines populations humaines par rapport à d'autres. À l'exception des Touaregs, la majorité des Berbères sont génétiquement plus proches des Européens et des Moyen-Orientaux que des autres populations humaines — les Touaregs se situant dans une position intermédiaire entre les sub-sahariens et le reste des Berbères . Selon C.Coudray . Deux hypothèses sont actuellement discutées (Barbujani et al, 1994 ; Myles et al., 2005). Cette origine commune pourrait soit dater du Paléolithique Supérieur avec l’expansion d’Hommes anatomiquement modernes depuis le Proche-Orient et s’étendant le long des deux rives de la Méditerranée (Straus, 1989 ; Ferembach, 1985) soit de la diffusion Néolithique depuis le Proche-Orient, il y a ans av. J.-C. (Ammerman et Cavalli-Sforza, 1984).

Anthropologie

Au Paléolithique, vivait l'homme de Taforalt et celui d'Afalou : ils étaient de type « cromagnoïde » . Des tests génétiques sur les squelettes de Taforalt ont confirmé l'origine ouest-eurasienne de ce type anthropologique. Au Néolithique, selon M.C. Chamla, l'Afalou fut remplacé par le Capsien de type « méditerranoïde » venant de l'est de la Tunisie. La culture capsienne est souvent décrite comme proto-berbère. D'un point de vue anthropologiqueMarie-Claude Chamla, Les Algériens et les populations arabo-berbères du Nord de l'Afrique du Nord, CRAPE, 1974, la population nord-africaine présente des affinités avec les populations de l'Ouest méditerranéen (Italiens du Sud de la péninsule, Espagnols, Corses, Sardes, Provençaux et Languedociens) et se compose de trois types fondamentaux.
- Le type méditerranéen représente environ 80 % de la population et se subdivise en :
-type ibéro-insulaire et sud-oriental (stature petite à moyenne, dolichocéphale) ;
-type atlanto-méditerranéen (stature moyenne à élevée, mésocéphale) ;
-type saharien (stature élevée, dolichocéphale, face longue à très longue).
- Le type alpin (différent du type alpin européen) (environ 10 %).
- Le type arménoïde (moins de 10%). Écritures tifinagh anciennes, site des gravures rupestres d'Intédeni près d'Essouk au Mali.

Linguistique

La langue berbère appartient à la famille des langues afro-asiatiques (langues couchitiques, copte, langues sémitiques, langues tchadiques…). La majorité des linguistes sont arrivés à la conclusion que l'afro-asiatique vient d'Afrique orientale. Le proto-Afarsien (afro-asiatique) remonte à ans selon certains, et selon d'autres, Malika Hachid, L’Essentiel, février 2002..

Récits de l'Antiquité et du Moyen Âge

Selon Salluste

Séthi I Salluste consacra les chapitres XVII et XIX de son ouvrage La Guerre de Jugurtha à une digression sur le pays de l'Afrique du Nord et ses habitants, d'après les traditions numides et les livres puniques du roi Hiempsal II. Après une description du pays — limites, climat, faune et flore —, l'historien présente les Gétules et les Libyens comme les premiers habitants de l'Afrique, « rudes, grossiers, nourris de la chair des fauves, mangeant de l'herbe comme des bêtes. » Le demi-dieu Hercule mourut en Espagne selon la « croyance africaine », et son armée composée de divers peuples se démantela. Les Mèdes, les Perses, les Arméniens de son armée passèrent par bateau en Afrique et s'établirent sur la côte. Les Perses s'établirent à l'Ouest, « plus près de l'Océan », habitant dans les coques renversées de leurs bateaux, faute de matériel de construction. Ils s'allièrent par mariage avec les Gétules. Conduits à se déplacer sans cesse, ils se donnèrent le nom de (Numides). Salluste tient pour preuve de ce récit les habitations des paysans numides, rappelant celles des coques renversées de l'armée d'Hercule. maure, par Jean-Léon Gérôme Les Mèdes et les Arméniens s'unirent aux Libyens. Ils « bâtirent des places fortes » et « pratiquaient des échanges commerciaux avec l'Espagne ». Altérant le nom des Mèdes, les Libyens indigènes se seraient mis à les appeler Maures. Par la suite, les Perses et les Gétules grandirent en puissance et s'installèrent à l'Ouest de Carthage sous le nom de Numides. Enfin, ils annexèrent la Libye. La presque totalité du Nord de l'Afrique fut annexée par les Numides, « les vaincus se fondirent avec les vainqueurs, qui leur donnèrent leur nom de Numides ».

Selon Hérodote

Hérodote (484-425 av. J.-C.) dit que les Maxyes — les Berbères — prétendent descendre des Troyens.

Selon Ibn Khaldoun

Ibn Khaldoun (1332-1406) fait remonter l'origine des Berbères à l'Antiquité. D'après lui, ils descendent de Canaan, fils de Cham. Il rapporte que les généalogistes arabes s'accordaient sur l'origine yéménite des Berbères, à l'exception des Sanhadja et des Ketama.

Époque moderne

La culture et la langue berbère ont survécu depuis les grandes conquêtes vandales, romaines, byzantines, arabes jusqu'à l'occupation française, en passant par la présence turque. À partir de 1881, en Kabylie, l'administration française attribuera des patronymes arabes aux populations qui, jusqu'à cette époque, portaient encore pour certains des noms à consonance latineColonel Jean DUMAURIER, A.B.C.D., La mémoire d'un peuple 1999.. Ainsi, certains tiennent la colonisation française pour responsable en grande partie de l'arabisation de l'Afrique du Nord à l'instar de l'historien Eugène Guernier qui affirme, en 1950, que la France Eugène Guernier, La Berbérie, l'Islam et la France, Ed. de l'Union Française, 1950 : Cette culture reste vivante en Algérie et au Maroc, qui comprennent une grande partie des Berbères. Elle est aussi présente en Libye et en Tunisie et dans une grande partie du Sahara — Touaregs en Algérie, Burkina Faso, Libye, Mali, Maroc, Niger. En 1980, éclatent les manifestations du Printemps berbère, au cours desquelles les berbérophones de Kabylie et d'Alger réclament l'officialisation de leur langue. En 1996, une réforme de la Constitution algérienne reconnaît la dimension berbère du pays aux côtés de l'arabe et de l'islam. Parallèlement, les autorités fondent un Haut Commissariat à l'amazighité. En 2000, la chaîne Berbère Télévision commence à émettre dans cette langue depuis Paris. Le , le roi Mohammed VI du Maroc crée un Institut royal de la culture amazigh (IRCAM) pour promouvoir la culture berbère.

Vie et culture

Une famille berbère traversant un gué avec son bétail (Algérie, 1890) Traditionnellement, les hommes s’occupent du bétail. Ils migrent en suivant le cycle naturel des pâturages, et en recherchant des sources d’eau et des abris. Ils sont ainsi assurés d’une abondance de laine, de coton et de plantes pour la teinture. De leur côté, les femmes s'occupent des biens de la famille et confectionnent les objets artisanaux — tout d’abord pour leur usage personnel, et ensuite pour la vente dans les souks de leur localité. Les tribus berbères tissent des kilims. Ces tapisseries traditionnelles conservent l’apparence et le caractère distinct de la région d'origine de chaque tribu, qui possède en effet son propre répertoire de dessins. Le tissage d’armure toile est représenté par une grande variété de bandes, et plus rarement par des motifs géométriques, tels les triangles et le losange. Les décorations additionnelles, comme les paillettes ou les franges, sont typiques de tissés berbères au Maroc. Le mode de vie nomade ou semi-nomade des Berbères convient très bien au tissage des kilims.

Voir aussi

===
Sujets connexes
ADN mitochondrial   Afrique du Nord   Afrique romaine   Alger   Algérie   Andalousie   Anglais   Années 1940   Anthropologie   Antiquité   Apulée   Arabe   Arabe dialectal   Arabes   Arménie   Arméniens   Augustin d'Hippone   Belgique   Berbère Télévision   Berbérisme   Bible   Burkina Faso   Calendrier berbère   Canaan   Canada   Capsien   Carthage   Catalogne   Cham   Chaoui   Chaouis   Charles-André Julien   Chenouis   Chleuh   Chleuhs   Christianisme   Chromosome   Chromosome Y   Consul   Copte   Coran   Corse   Cuisine berbère   Dialecte   Dolichocéphale   Drapeau berbère   Empire byzantin   Empire romain   Espagne   Espèce   Essouk   Ethnie   Eurasie   Europe   Famille parentale   France   Français   Gabriel Camps   Grandes invasions   Guerre de Jugurtha   Génétique   Gétules   Hadith   Haplogroupe   Hiempsal II   Hispanie   Histoire des Berbères   Homme de Cro-Magnon   Héraclès   Hérodote   Ibn Khaldoun   Ibères   Ibéromaurusien   Immigration   Islam   Italie   Jean-Léon Gérôme   Juba   Jugurtha   Kabyle   Kabyles   Kabylie   Kahena   Kilim   Languedoc   Langues afro-asiatiques   Langues couchitiques   Langues tchadiques   Libye   Libyens   Linguistique   Mali   Maroc   Massinissa   Maure   Maures (population)   Mohammed VI   Musique berbère   Mythologie grecque   Mèdes   Mésocéphale   National Center for Biotechnology Information   Niger   Nomadisme   Numides   Numidie   Néolithique   Paléolithique   Paris   Pays-Bas   Pays basque   Perses   Portugal   Printemps berbère   Provence   Proverbes berbères   Rifain   Rifains   Rome   Rome antique   Sahara   Salluste   Sardaigne   Sheshonq Ier   Souk   Séthi Ier   Taforalt   Tamazgha   Tapisserie   Tariq ibn Ziyad   Textile   Touareg (langue)   Tunisie   Turquie   Vandales   XXIIe dynastie égyptienne   Zayanes  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^