Arbre

Infos
pins de Bristlecone (Pinus longaeva) comme ici dans les Inyo Mountains, en Californie. Ils peuvent vivre plus de , certains individus ont presque . séquoias géants (Sequoiadendron gigantea), comme ici le Grizzly Giant dans le Parc national de Yosemite. Le plus imposant spécimen, baptisé General Sherman, a un tronc de pour une hauteur de . plantes à fleurs comme ces jacarandas au Zimbabwe. hêtre (Fagus sylvatica). Les arbres contribuent significati
Arbre

pins de Bristlecone (Pinus longaeva) comme ici dans les Inyo Mountains, en Californie. Ils peuvent vivre plus de , certains individus ont presque . séquoias géants (Sequoiadendron gigantea), comme ici le Grizzly Giant dans le Parc national de Yosemite. Le plus imposant spécimen, baptisé General Sherman, a un tronc de pour une hauteur de . plantes à fleurs comme ces jacarandas au Zimbabwe. hêtre (Fagus sylvatica). Les arbres contribuent significativement au bien-être et à la subsistance des sociétés humaines. De nombreuses espèces produisent des fruits comestibles, comme ici l'arbre à pain (Artocarpus altilis). Un arbre est une plante capable de se développer en hauteur grâce à une structure formant un tronc avec éventuellement des ramifications appelées branches. C'est une plante pérenne qui vit généralement de nombreuses années. Au sens botanique, les arbres sont des plantes à bois véritable. Celui-ci, également appelé xylème secondaire, est produit par une rangée cellulaire, le cambium vasculaire, située sous l'écorce. La genèse du bois est un processus répétitif qui dépose une couche nouvelle sur les précédentes. Le résultat est souvent visible sous la forme de cernes d'accroissement. On ne trouve de plantes à bois véritable, et donc d'arbres au sens strict, que chez les gymnospermes et les dicotylédones. baobabs d'Afrique (Adansonia digitata). Il existe d'autres types de plantes à bois véritable, mais les arbres s'en distinguent par des dimensions plus importantes (comparées à celles des arbustes) ou par la formation d'un tronc nettement individualisé (que ne possèdent pas les arbrisseaux) et porteur (alors que les lianes ligneuses doivent trouver un support pour s'élever). Selon la fertilité du sol et au terme de leur croissance verticale, les arbres peuvent atteindre une certaine hauteur, qui est plus importante que celle des arbustes. Aucune définition universelle ne fixe de valeur absolue, mais des institutions comme la FAO considèrent qu'un arbre est une espèce capable dans de bonnes conditions de croissance de pousser au moins jusqu'à de hauteur. D'autres comme l'IFN fixent le seuil de définition à . Le statut d'arbre est donné par le potentiel de l'espèce et non par la dimension d'un individu à un moment ou à un endroit donné. Ainsi un chêne de trois ans de seulement est un jeune arbre et non pas un arbuste. De même un vieux pin rabougri accroché au sol squelettique d'une crête battue par les vents est un arbre nanifié et non pas un arbuste. En écologie, on assimile aux arbres diverses plantes arborescentes, comme les palmiers, les dragonniers, etc. ayant développé un tronc dur, ramifié ou non, mais qui n'est pas composé de bois véritable. Une feuille de raphia atteint jusqu'à 25 m par 4 m. Les records des plus grandes hauteurs atteintes par des arbres sont détenus par des séquoias à feuilles d'if (Sequoia sempervirens) en Californie. L'individu le plus haut mesure , il a été baptisé Hyperion. Le développement en hauteur et la ramification des branches permettent aux arbres d'augmenter leur capacité d'exploitation de l'espace aérien. La position des feuilles sur plusieurs niveaux permet à l'arbre de multiplier la surface d'échange pour la photosynthèse. Les premiers arbres sont apparus sur Terre il y a environ d'années, au Dévonien. Il s'agissait, tel l’Archaeopteris, d'ancêtres des conifères actuels. Les formations végétales dominées par des arbres poussant les uns à côté des autres sont des forêts, mais les arbres peuvent aussi croître de manière plus ou moins isolée hors des forêts. Les arbres jouent un rôle majeur dans le fonctionnement écologique terrestre, en raison de leur capacité à stocker le carbone, à prendre une part active dans le cycle de l'eau et de manière générale à constituer les écosystèmes complexes que sont les forêts, sources et refuges de biodiversité. Ils constituent aussi pour les sociétés humaines une ressource considérable de matériaux (principalement du bois), de denrées (notamment des fruits alimentaires) et de multiples services. Ils occupent dans presque toutes les cultures du monde une place réelle et symbolique importante.

Morphologie

Le « tronc » des dragoniers (dracaena draco) ne présente pas d'anneau concentrique ce qui rend difficile voir impossible d'évaluer l'âge multi-séculaire de certains spécimen. tilleuls (Tilia cordata). Un arbre est généralement composé de racines, d'un ou plusieurs troncs principaux et de ramifications appelées branches. Le tronc est normalement unique mais il arrive parfois, suite à un accident de croissance, qu'il se dédouble ou qu'il soit fourchu. La sylviculture en taillis, qui consiste à couper les arbres et laisser les souches bourgeonner donne notamment des troncs multiples appelés « cépées ». La partie basale du tronc qui est dégarnie de branches forme le fût. L'ensemble des branches forme le houppier. La plupart des arbres possèdent des feuilles chargées d'assurer la photosynthèse et l'essentiel des échanges gazeux. Quelques espèces ont cependant, à la place des feuilles, d'autres organes qui peuvent leur ressembler et qui assurent les mêmes fonctions : certains acacias portent des phyllodes qui sont des pétioles transformés, certains euphorbes arborescents ont des rameaux nus chlorophylliens, les aiguilles des pins sont des pseudophylles (des fausses feuilles de formation secondaire) et les filaos possèdent des extrémités ressemblant à des tiges de prêles. En revanche, les aiguilles des sapins sont de vraies feuilles ... en forme d'aiguilles. À la surface des troncs apparaissent quelquefois aussi des « épicormiques » : bourgeons, amas, pousses épicormiques (poils, gourmands et branches gourmandes), picots, sphéroblastes et broussins ; ceux-ci apparaissent à partir de stimuli (lumière, blessures, infections, tensions, etc.) et évoluent avec l'âge de l'arbre et selon l'essence considéréeCOLIN F., FONTAINE F., NINGRE F. . Gourmands et autres épicormiques du chêne et du hêtre. Partie I : un renouvellement des concepts pour une réactivation des recherches. Forêt Wallonne 87 : 36-48 (13 p., 7 fig., 1 tab., 9 réf.).

Anatomie

Le bois est principalement constitué de vaisseaux.

Physiologie

Souvent après un stress important (sécheresse, attaque parasitaire) les feuillus peuvent subir d'importantes défoliations et mortalité de branches du houppier. L'arbre y survit souvent. On parle de descente de cime pour décrire ce phénomène. Les feuilles de l'arbre permettent de produire, par photosynthèse, cellulose, hémicellulose et lignine. En 2007, une équipe de biologistes de l'Université Blaise Pascal a étudié le redressement des arbres en munissant ceux-ci d'innombrables capteurs et les a ainsi placé dans un champ magnétique. Les chercheurs ont ainsi pu suivre en 3D l'évolution de la croissance de leurs arbres plantés en biais. Des cellules ont été identifiées comme ayant un rôle de niveau à bulle, ceci grâce à l'utilisation d'agrégats de glycogène comme indicateurs de niveau.

Évolution et classification

Bois fossilisé trouvé au Brésil L'invention du vaisseau conducteur de sèves au cours de l'évolution du règne végétal a permis à certains groupes de plantes de prendre de la hauteur… Ainsi, progressivement, est-on passé des mousses (sans vaisseaux) aux plantes herbacées puis de milliers en milliers d'années d'abord aux conifères (gymnospermes) puis aux arbres angiospermes. Les premiers arbres à coloniser les terres furent ainsi les conifères, groupe de plantes réputé comme moins évolué par rapport aux arbres du groupe des plantes à fleurs. La taille de l'arbre est permise par la vascularisation de ses organes aériens et souterrains.

Gymnospermes

Ce sont les plus anciens. Ce groupe développe une sexualité grâce à des ovules nus simplement protégés par des écailles. La pollinisation se fait grâce au vent et non aux insectes. Système peu performant puisqu'il nécessite une énorme quantité de pollen pour assurer une fécondation correcte des ovules. Communément, ces arbres sont appelés "conifères" car la plupart produisent des fruits en forme de cône, aussi appelés pommes de pin ou pives ; ces arbres sont aussi appelés "résineux" car la plupart produisent de la résine, substance chimique complexe qui permet à l'arbre la cicatrisation des plaies, voire de lutter contre certaines attaques de parasites. Ce groupe est en voie de régression au sens de l'évolution.

Angiospermes

Apparu plus récemment, ce groupe d'arbres est considéré comme plus évolué. Dans leur mode de sexualité, les angiospermes ont développé une stratégie différente et plus économique en pollen, donc en énergie. Une co-évolution avec les insectes permet une pollinisation plus raisonnée. Les plantes protègent les ovules par des membranes, l'ensemble formant le fruit. Celui-ci peut être une baie, une drupe, un akène… Communément, ces arbres sont appelés les "feuillus". Ce groupe est en pleine expansion au sens de l'évolution.

Usages

douglas (Pseudotsuga menziesii), montre bien le processus de formation du bois . Les arbres produisent naturellement un matériau aux remarquables propriétés mécaniques et esthétiques, le bois, utilisé pour de nombreuses et diverses fabrications, comme par exemple l'ébénisterie pour ces tamarins des Hauts (Acacia heterophylla) récoltés à La Réunion. L'arbre procure des matières premières pour un grand nombre d'industries (papetière, seconde transformation du bois, chimique…) ; il joue un rôle économique important. Voici quelques exemples de son exploitation : Les arbres d'alignement et de bocage ont beaucoup reculé au profit de l'élargissement des routes, pour en réduire les coûts d'entretien et parfois sous la pression d'association d'automobilistes ou de motards qui les jugeaient cause d'accident. Ils contribuaient à diminuer la pollution de l'air, avec dans le cas des haies une réelle valeur de corridor biologique.
- pour son bois
- bois de chauffage
- bois d'œuvre (charpente, construction navale…)
- bois d'ébénisterie
- cellulose (pâte à papier)
- charbon de bois
- tanins (futs de vin en chêne, …)
- pour son écorce (suber)
- chêne-liège, chêne rouvre (tan), bouleau, Quinquina…
- pour ses feuilles
- mûrier (élevage du ver à soie)
- pour ses fruits
- fruits frais, fruits secs, fruits tropicaux…
- matières oléagineuses : cocotier, olivier, palmier à huile…
- fibres : kapokier
- pour ses inflorescences
- tilleul, mimosa
- pour sa sève
- résine du pin, sève de l'érable, Hévéa (caoutchouc naturel)
- pour l'agrément
- arbres d'ornement, ombrage
- arbres d'alignement : platane…
- pour les images qu'il nous donne
- pour ses fonctions écologiques
- assèchement des marais (eucalyptus)
- rideau brise-vent
- lutte contre l'érosion
- fixation du gaz carbonique (« puits de carbone »)
- refuge pour de nombreuses espèces, il est indispensable pour préserver la biodiversité. En poutre, de nombreuses espèces sont utilisée en phytothérapie. Certaines espèces d'arbres comme le moringa oleifera, le margousier ou le moabi cumulent de nombreux avantages économiques et culturels ; elles sont actuellement étudiées pour être produites à grande échelle.

Catégories par domaines d'intérêt

Les botanistes classent les arbres en autochtones, introduits, ou acclimatés. Ils sont botaniquement classés par genre, espèce et famille, avec le cas échéant des sous-espèces. Les arbres sont aussi classés en communautés ou groupements végétaux décrits par la phytosociologie, et par type de forêt où l'arbre peut être classé selon la strate qu'il occupe, son caractère dominant, etc. Les forestiers classent les arbres en « essences » (Feuillus, Résineux), vivant dans des lieux répondant à une typologie des stations forestières ou encore selon leur utilité sylvicole (essence-objectif) ou d'accompagnement et aussi selon leurs diamètre (petit, moyen et gros bois ou très gros bois). Les critères de classement varient selon les pays, les époques et les acteurs. En France, par exemple l'IFN classe en "gros bois" les arbres dont le diamètre (mesuré à 1, 30 m de hauteur) dépasse 47, 5 cm. Mais certains CRPF classent les arbres de 40 à 60 cm comme "gros bois", et au-delà comme "très gros bois". L'IFN note que les arbres de ces diamètres (qui seraient considérés comme très moyens dans une forêt primaire tempérée normale) sont plus nombreux à être "capitalisés" dans les forêts publiques, en Corse (50 % des boisements) et dans les régions où les fonctions aménitaires de la forêt sont importantes (Bretagne, Aquitaine, Champagne-Ardenne, Picardie)[http://www.ifn.fr/spip/IMG/pdf/IFn15.pdf Bulletin IFN consacré aux "gros bois". Ces arbres sont cependant très souvent coupés avant d'atteindre le stade "très gros bois" ou bois mort, ce qui limite leur intérêt pour les organismes saproxyliques. En Pologne, il est interdit d'abattre les tilleuls dont le diamètre dépasse 2, 20 m, pour leur intérêt écologique (10 % des arbres restent de cette façon debout autour de la forêt de BialowiezaKans Ruge, Narurschutz heute, n° 1, 1997 (Allemagne).

Symbolique

De nombreux arbres anciens sont dits "remarquables" arbre biblique de la connaissance portant le « fruit défendu », tel qu'imaginé et peint par Lucas Cranach l'Ancien (1472-1553) Un fromager, un baobab et un filao se sont entremêlés dans le village Mar Lodj (île du Sénégal). On en a fait un symbole de l'entente entre les trois principales religions pratiquées dans le pays : islam, christianisme, animisme. pièces d'euro françaises Acer buergerianum L'arbre symbolise tantôt les forces de la Vie comme l'arbre de vie, tantôt l'homme, tantôt une famille : arbre généalogique. Dans les traditions nordiques Yggdrasil est un arbre qui symbolise le Monde. En Islam, il est également fait référence, dans certains écrits spirituels, à l'Arbre du MondePar exemple dans certains \'ecrits de Ibn Arabî. Lors des cycles saisonniers, la "mort" présumée et la "renaissance" annuelle de l'arbre au printemps l'ont fait adopter comme symbole de la fécondité, de retour à la vie. Témoins les traditions d'arbre de mai et d'arbre de Noël. Certains arbres ont une symbolique propre : l'olivier (Olea europea) représente la paix, la sérénité (c'est aussi un symbole du Christ), le chêne (Quercus sp.) représentent la robustesse, la longévité. On retrouve cette représentation dans certains tests psychologiques (Test de l'arbre) : les racines représentent l'ancrage de la personne dans sa propre vie, dans la réalité, le tronc sa posture, les branches et les feuilles son épanouissement. L'olivier est un des symboles de l'Athènes antique : il aurait été offert à la cité par la déesse Athéna à l'occasion d'un concours avec le dieu de la mer Poséidon. L'olivier est aussi symbole de paix. Arbres emblèmes : la feuille d'érable à sucre (Acer saccharum) est l'emblème du Canada, le cèdre(Cedrus libani) celui du Liban. Le pernambouc (Caesalpinia echinata) est l'arbre national du Brésil (voir aussi la liste des plantes-emblèmes). Au Japon, Hanami, la période de floraison des cerisiers, les Sakura, (Prunus sp.) à la fin de l'hiver et Momijigari, la période de passage aux couleurs d'automne de l'érable japonais (Acer japonicum) sont des événements célébrés dans tout le pays. voir aussi: forêt
-Fonctions sociales, symboliques et culturelles

Proverbes

- Il ne faut pas mettre le doigt entre l'arbre et l'écorce.
- Le fruit ne tombe pas loin de l'arbre.
- L'arbre qui cache la forêt.
- Un arbre n'a pas plus de chance que deux arbres.
- Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel.
- On reconnaît l'arbre à ses fruits.

Références

- Plaidoyer pour l'arbre par Francis Hallé - Actes Sud (2005)
- Mythologie des arbres par Jacques Brosse - Payot (1997)

Voir aussi

===
Sujets connexes
Acacia   Acacia dealbata   Akène   Aménité   Animisme   Arboretum   Arbre de la connaissance du bien et du mal   Arbre de mai   Arbre fruitier   Arbre remarquable   Arbre têtard   Arbre à pain   Arbres d'Iran   Arbres menacés   Arbrisseau   Arbuste   Archaeopteris   Arecaceae   Athènes   Baie (botanique)   Baobab africain   Biodiversité   Bois   Bonsaï   Bouleau   Branche   Bryophyta   Brésil   Californie   Cambium   Canada   Carbone   Casuarina   Cellulose   Christianisme   Chêne   Chêne-liège   Chêne rouvre   Cocotier   Corridor biologique   Cycle de l'eau   Cèdre   Cône (botanique)   Dicotylédone   Dragonnier (plante)   Drupe   Défoliation   Dévonien   Essence forestière   Eucalyptus   Famille (biologie)   Feuille   Feuillu   Filao   Forêt   Forêt primaire   Francis Hallé   Fromager   Fruit   Fruit tropical   Fécondation   General Sherman (arbre)   Glycogène   Grimpe d'arbre   Gymnospermes   Hanami   Hyperion (arbre)   Hémicellulose   Hévéa   Hêtre européen   IFN   Inventaire forestier national   Islam   Jacaranda   Japon   Jésus de Nazareth   La Réunion   Liane (plante)   Liban   Lignine   Liste des essences forestières européennes   Liste des essences forestières tropicales   Liste des plantes appelées arbres   Lucas Cranach l'Ancien   Margousier   Momijigari   Moringa oleifera   Mûrier   Olivier (arbre)   Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture   Ovule   Paix   Parc national de Yosemite   Parcours aventure en forêt   Pernambouc   Photosynthèse   Phyllode   Phytosociologie   Phytothérapie   Pin (plante)   Pin de Bristlecone   Pinales   Pièces en euro de la France   Plante   Plante-emblème   Platane   Pollen   Pollinisation   Pologne   Poséidon   Printemps   Puits de carbone   Pâte à papier   Quinquina   Racine (botanique)   Raphia   Résine (végétale)   Sakura   Sapin de Noël   Sexualité   Sol (pédologie)   Stimulus   Séquoia géant   Séquoia à feuilles d'if   Tamarin des Hauts   Tanin   Tilleul à petites feuilles   Tronc (botanique)   Ver à soie   Vin   Xylème   Yggdrasil  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^