Liban

Infos
Pour les mots homonymies, voir Liban (homonymie). Le Liban (, Loubnän) est un pays du Proche-Orient, autrefois l'antique Phénicie. Il partage ses frontières avec deux pays, la Syrie, à l'Est, avec 376 km de frontière commune, et Israël, au Sud, avec 79 km de frontière. Il est bordé par la mer Méditerranée, à l'Ouest, avec 240 km de côtes. Beyrouth est la capitale de la République libanaise. La langue officielle est l'arabe et la monnaie la
Liban

Pour les mots homonymies, voir Liban (homonymie). Le Liban (, Loubnän) est un pays du Proche-Orient, autrefois l'antique Phénicie. Il partage ses frontières avec deux pays, la Syrie, à l'Est, avec 376 km de frontière commune, et Israël, au Sud, avec 79 km de frontière. Il est bordé par la mer Méditerranée, à l'Ouest, avec 240 km de côtes. Beyrouth est la capitale de la République libanaise. La langue officielle est l'arabe et la monnaie la livre libanaise, cependant, la moitié des libanais sont francophones et la langue anglaise est largement utilisée. Le Liban est fort de sa culture, de ses 18 confessions et de sa diversité géographique. De plus, le Liban est l'un des grands témoins de l'histoire de l'humanité : il a été occupé au cours des siècles par diverses civilisations. Le Liban est aussi un espace de tension politique et religieuse important comme l'a montré la guerre civile. Le Liban est aussi réputé dans le monde pour sa gastronomie et, dans le monde arabe, pour sa musique.

Étymologie

-Le nom officiel du pays est République libanaise. Liban vient de la racine sémitique Lubnan signifiant blanc, en référence au manteau neigeux qui recouvre les montagnes libanaises en hiver, un paysage plus que singulier dans cette région aride et déficitaire en eau qu'est le Proche-Orient.
-L’emblème du pays, qui figure sur son drapeau, est le cèdre du Liban, (Cedrus libani Pinacées). Son bois, imputrescible et très léger, a servi entre autres à la construction du Temple de Salomon à Jérusalem. Il servait également aux phéniciens pour la construction de leurs légendaires navires.

Histoire

En bordure de la mer Méditerranée, le Liban fut dès l'occupation phénicienne un carrefour culturel et commercial. Sur son territoire, des communautés de confessions diverses ont coexisté dès les premiers siècles de l'ère chrétienne. Au Proche-Orient, le Liban présentait ainsi un visage original d'un État pluriconfessionel, dont le développement fût longtemps assuré par un système bancaire parmi les plus performants au monde, ce qui lui valu le titre de Suisse du Proche-Orient

Politique

Le Liban est une république parlementaire, régie par la constitution du 23 Mai 1926, qui a été modifiée six foix depuis, la plus importante étant les accords de Taef qui réorganise le partage du pouvoir entre les différentes communautés religieuses. La constitution stipule que le Président, obligatoirement maronite, est élu par le Parlement (Majlis AL Nuwab ou Chambre des Députés) à la majorité des 2/3 et pour 6 ans. Il n'est pas directement réeligible sauf modification de l'article 49 de la Constitution. Ses pouvoirs ont cependant été réduits au profit du 1er Ministre depuis les accords de Taef. Ce dernier doit être musulman sunnite et est responsable devant les députés ainsi que le président de l'Assemblée nationale, qui lui doit être musulman chiite. L'Assemblée Nationale comporte 128 sièges, répartis entre chrétiens et musulmans, qui sont élus au suffrage universel direct.

Tensions entre communautés

La diaspora libanaise ainsi que l'implantation palestinienne au Liban sont deux sources de conflits communautaires. Les chrétiens réclament la participation de la diaspora majoritairement chrétienne à la vie politique libanaise en lui permettant d'exercer son droit de vote. Les sunnites, quant à eux, encouragent la naturalisation des palestiniens ce qui aurait comme conséquence d'accroître considérablement le nombre de sunnites libanais. La communauté chiite quant à elle s'oppose à l'un et à l'autre de ces projets: d'une part elle s'oppose au droit de vote de la diaspora libanaise car cela renforcerait catégoriquement le pouvoir des chrétiens au Liban et d'autre part elle s'oppose à la naturalisation des palestiniens car cela représenterait un cadeau pour l'ennemi israélien.

Subdivisions

Géographie

CIA 2002) Le Liban, pays du Levant (Proche-Orient), est une étroite bande de terre bordée par la mer Méditerranée sur 240 km de côtes. Long de 250 km et large de 25 à 60 km, il s'étend entre la Syrie sur 376 km et Israël au Sud sur 79 km. Sa superficie est de 10 452 km².

Relief

Le relief est très varié :sur les 65kms que fait le Liban, le relief se trouve entre 3089m au sommet le plus haut et 0m. La montagne occupe la plus grande partie du territoire. On distingue 4 zones successives, orientées parallèlement au rivage :
-l'étroite plaine côtière alluviale, limitée par une côte coupée de promontoires rocheux favorables, depuis les Phéniciens, à l'installation de ports.
-le massif du mont Liban (Jabal Lubnan) s'incline lentement vers le sud jusqu'aux monts Galilée et culmine à 3 090 mètres au Qurna al-Saouda. Des rivières creusent des gorges profondes dans la montagne. Le versant occidental est couvert de forêts de pins et de cèdres.
-la haute plaine intérieure de la Bekaa - 900 mètres d'altitude - bien irriguée, est le grenier de la région depuis l'antiquité, elle est prolongée par l'Akkar au nord. Le fleuve Oronte se dirige vers le nord et le Litani y coule en direction du sud.
-enfin le massif de l'Anti-Liban, plateau désertique installé à 2 300 mètres d'altitude, est prolongé au sud par le mont Hermon et constitue une frontière naturelle avec la Syrie.

Climat

Climat méditerranéen plus rude dans les montagnes, doux à chaud, hivers humides avec des étés chauds et secs ; les montagnes libanaises connaissent d'importantes chutes de neige. Saisons les plus favorables : avril-juin et septembre-octobre. Température de la mer autour de 28° en été

Économie

Sur la côte, on cultive les agrumes ; sur les pentes en terrasse des montagnes (Monts Liban...) poussent des arbres fruitiers, de la vigne, des forêts de pins. La Bekaa est le domaine des cultures irriguées. Suite aux coupes excessives, la garrigue et le pâture ont supplanté les forêts de cèdres. Avant 1975, le Liban était une place financière de grande importance et était surnommé la Suisse du Moyen-Orient. On parlait alors de prospérité et de « miracle économique libanais ». Quinze années de guerre (1975-1990) ont ruiné le pays du cèdre, qui aujourd'hui doit importer 85 % des produits de première nécessité, vit d'une économie souterraine et doit supporter le fardeau d'une dette et d'un déficit budgétaire considérables. La guerre de juillet 2006 a eu de lourdes conséquences sur l'économie libanaise, dont tous les chiffres ont du être revus à la baisse. Le coût de la guerre et de la reconstruction a augmenté l'endettement du pays ; la croissance, qui aurait dû atteindre 6 % en 2006, devrait finalement être nulle ; le secteur touristique a de nouveau fléchi... Dans une enquête du FMI classant 155 pays en terme d'attractivité, le Liban arrive en 95 position.

Tourisme

- Tyr : inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO. Vieux port phénicien, routes romaines et byzantines, nécropole, hippodromes romains, aqueducs romains, remparts de la ville.
- Anjar : Grand Palais, ruines de la Mosquée, et Petit Palais.
- Baalbek : la Grande Citadelle, le temple de Bacchus (Dieu de la vigne), le temple de Vénus, Le temple de Jupiter consacré à 3 divinités (Hadad, le Dieu du paradis, Atargates, sa femme et Mercure, leur fils).
- Beiteddine : connue pour ses palais, ses musées et jardins, Beiteddine est l'une des attractions touristiques majeures du Liban.
- Beyrouth : les 5 colonnes romaines, les thermes romains et les bains publics, les mosaïques byzantines exposées aujourd'hui au National Museum de Beyrouth, le Grand Sérail, l'Hôpital militaire ottoman, la Tour de l'Horloge, la Grande Mosquée Al-Omari (d'abord connue sous le nom de Cathédrale Saint-Jean), Zawiyat ibn al-Arraq (1517), la Mosquée Emir Assaf, la Mosquée Emir Mounzer, la Cathédrale grecque orthodoxe Saint-Georges (1867).
- Bcharré : ville de Khalil Gibran. Située dans les montagnes à 1400 m d'altitude, sur le bord de la vallée de Kadisha. Elle est à proximité de la forêt des cèdres millénaires du Liban. À Bcharré on pratique le ski alpin sur les hautes montagnes enneigées et le ski de fond dans les sentiers boisés ainsi que le parapente l'été. On peut visiter le musée de Gibran pour voir ses toiles (originales). On peut voir aussi sa tombe ainsi qu'une tombe phénicienne située à proximité. En allant au cèdres on peut passer voir la grotte de Kadisha et admirer l'abondance de l'eau dans la région.
- Byblos : cette cité, véritable « joyau » archéologique et touristique, avec notamment le « Mur primitif » et les fondations du temple al-Shaped, les 9 tombes royales…
- Deir-el-Qamar : cité des Émirs.
- Tibnine : grand château, principale base de la Finul au sud Liban.
- Jeita : extraordinaires grottes de Jeita sur une distance de 650 mètres et sur deux niveaux.
- Jezzine : une des plus anciennes villes au Liban. Elle était par rapport aux Phéniciens le grenier où ils cachaient leurs trésors pendant les guerres. Jezzine est le centre administratif et politique d'un caza qui s'étend sur un site boisé et souvent visité par les touristes. Jezzine est célèbre par sa cascade et sa coutellerie qui constitue un artisanat unique en son genre au monde.
- Saida (Sidon) a été l'une des plus célèbres cité-État de Phénicie. Mais malheureusement, de nombreux éléments de son passé demeurent un mystère aujourd'hui en raison des multiples pillages et saccages dont elle a été victime au cours du temps.
- Tripoli : la citadelle Saint-Gilles, l'Église Saint-Jean, la Grande Mosquée (1294), la mosquée Taynal (1336), la mosquée Al-Mualaq (milieu du ), la mosquée Burtasiyat Madrassa , le hammam izz ed-Dine (1298) en restauration, le hammam el-Abed , le hammam al-Jadid ou « nouveau bain » (1740), le souk al-haraj (XIV siècle), la Tour du Lion construite au . Au nord de Tripoli, du côté syrien, le Krak des Chevaliers.

Transport

Démographie

Évolution de la démographie entre 1961 et 2003 (chiffres de la FAO, 2005) : Population en milliers d'habitants Son emplacement géographique, sa richesse en eau, ses montagnes dominant le Proche-Orient, son ouverture sur la Méditerranée et son climat tempéré, lui donnent une haute importance stratégique, économique, politique et militaire. C’est pour cela qu’il a été le lieu d’un brassage d’une multitude de civilisations et de cultures. On estime que le Liban compte une population de 4 millions d'habitants. Les chiffres qui figurent ci-dessous ne sont pas officiels (il n'y a pas eu de recensement depuis le protectorat français en 1932). A l'époque, il y avait 55% de chrétiens contre 45% de musulmans à majorité sunnite.

Culture

Considéré à une époque comme La Suisse du Moyen-Orient, le Liban partage avec celle-ci, outre ses montagnes et son activité bancaire intensive, le raffinement qui se développe ordinairement dans les pays servant de plaques tournantes culturelles et financières. La raison en est entre autres historique : ceux des Croisés qui avaient pris goût au climat du Liban et y avaient fait souche apprirent vite que le Coran interdisait le prêt à intérêt. Le christianisme oriental ne s'y opposant pas de son côté, et les besoins de financement existant dans tous les pays du monde, ils développèrent donc des activités de banque et de finance, celles-là même qui étaient refusés en Orient par les musulmans et en Occident… par le christianisme occidental. Les chrétiens occupèrent donc au Liban très exactement le créneau qu'avaient beaucoup de juifs en Europe et qu'y auront plus tard les protestants, et cela pour la même raison : coudées franches vis-à-vis des prescriptions de la religion dominante.

Gastronomie

Fête nationale

Littérature

Religion

Cette liste ne concerne que les communautés reconnues par l'État. D'autres religions existent sur le sol libanais (issues de l'immigration) sans avoir de statut officiel. Toutefois la liberté de culte est reconnue y compris pour les religions ne jouissant pas d'un statut officiel.

Evènements et festivals

- Le Festival du Film Libanais
- le festival international de baalbeck

Médias

Sport

Références

Codes

le Liban a pour codes :
- LB, selon la norme ISO 3166-1 (liste des codes pays), code alpha-2,
- LBN, selon la norme ISO 3166-1 (liste des codes pays),
- LBN, selon la liste des codes pays utilisés par l'OTAN, code alpha-3,
- LE, selon la liste des codes pays utilisés par l'OTAN, code alpha-2,
- LIB, selon la liste des codes pays du CIO,
- RL, selon la liste des codes internationaux des plaques minéralogiques,

Voir aussi

===
Sujets connexes
Anjar   Anti-Liban   Arabe   Armée libanaise   Baalbek   Bcharré   Beiteddine   Beyrouth   Byblos   Central Intelligence Agency   Championnat du Liban de football   Constitution du Liban   Cuisine libanaise   Culture du Liban   Cèdre   Deir-el-Qamar   District du Akkar   Drapeau du Liban   Démographie du Liban   Fouad Siniora   France   Français   Garrigue   Guerre du Liban   Géographie du Liban   Histoire du Liban   ISO 3166-1   Israël   Jeita   Jezzine   Jérusalem   Khalil Gibran   Krak des Chevaliers   LB   LBN   LIB   Liban   Liban (homonymie)   Liste des codes internationaux des plaques minéralogiques   Liste des codes pays du CIO   Liste des codes pays utilisés par l'OTAN   Litani   Livre libanaise   Mer Méditerranée   Mont Hermon   Musique libanaise   Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture   Oronte   Politique du Liban   Premiers ministres du Liban   Proche-Orient   Protectorat   RL   Recensement   République   Saida   Sidon   Suisse   Syrie   Temple de Salomon   Tibnine   Tripoli (Liban)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^