Orogenèse

Infos
Une orogénèse est une phase de formation des montagnes. Par extension, 'orogenèse' désigne à la fois un système théorique expliquant les mécanismes de formation des reliefs, et l'ensemble des orogenèses se succédant à travers les temps géologiques. Elle résulte de la collision d'une plaque continentale contre une autre plaque continentale, et se passe au niveau des limites convergentes.
Orogenèse

Une orogénèse est une phase de formation des montagnes. Par extension, 'orogenèse' désigne à la fois un système théorique expliquant les mécanismes de formation des reliefs, et l'ensemble des orogenèses se succédant à travers les temps géologiques. Elle résulte de la collision d'une plaque continentale contre une autre plaque continentale, et se passe au niveau des limites convergentes.

Étymologie

Le terme orogenèse dérive du mot « orogénie » (qui en est toujours un synonyme), employé pour la première fois par Émile Littré en 1868. La terminologie contemporaine parlant d'orogenèse apparaît en 1907 avec Émile Haug. En grec, oros désigne la montagne : l'orogenèse étudie donc la naissance des montagnes. En réalité, elle inclut aussi l'étude de l'érosion et de la disparition des reliefs, mais il est vrai que la question centrale est longtemps restée celle de la formation des montagnes, plus que celle de leurs origines ou de leur devenir.

Éléments historiques

Les premières personnes ayant porté un regard scientifique sur les montagnes sont nées au . À cette époque, l'étude de la planète s'organise autour de systèmes aussi divers qu'incompatibles ; mais pour ce qui est de sa structure, la plupart des érudits intègrent leurs travaux dans la perspective des « révolutions terrestres » avancées par Georges Cuvier : compte-tenu de l'évolution du vivant, il s'agit de découvrir quelles nécessaires transformations ont provoqué des bouleversements susceptibles de changer la donne écologique à l'échelle globale. On tente ainsi de relier les connaissances en zoologie et botanique avec les premières observations purement géologiques, comme les strates et ligne de démarcation rocheuse. Léonce Élie de Beaumont décrit ainsi — sans toutefois les désigner par leur nom moderne — les discordances angulaires, c'est-à-dire les zones de contact entre deux strates de nature et d'âge différents et selon deux plans géométriques également différents. Si quelques personnes avancent des théories quant à une Terre creuse, la majorité des géologues du sont adeptes de la théorie générale de la Terre en refroidissement : les masses internes de la planète perdant leur chaleur, elles se contractent, ce qui doit provoquer l'affaissement des couches superficielles de ce qui est déjà décrit comme le manteau terrestre. Cependant, tout le monde ne s'accorde pas avec cette vue. Ainsi, Léopold de Buch s'intéresse à un autre type d'orogenèse, comme soulèvements successifs et multiples. Certains imaginent, en observant les volcans, que les montagnes se forment par des cratères de soulèvement. Globalement, les études se concentrent sur la question du mouvement, et délaissent celle de l'âge (faute de moyen pour dater les couches visibles). C'est pourquoi il est communément admis, et ce depuis René Descartes, que les montagnes d'un même âge s'orientent toutes dans la même direction, c'est-à-dire qu'il y a unicité du mouvement d'affaissement ou de soulèvement à une époque donnée. Ainsi, les montagnes sont vues soit comme la charpente de la Terre (De Beaumont propose un système géométrique des orogenèses en systèmes redondants selon la localisation géographique), soit comme le résultat d'une contraction chaotique. Les discordances décrites par De Beaumont sont mieux expliquées par James Hutton, qui propose un système moderne en quatre phases (transformation en roche des sédiments ; formation de masses fondues en profondeur ; intrusion de ces coulées en surface, donc soulèvement et basculements ; érosion, donc mise à jour de plis d'âges différents). On peut noter la synthèse entreprise par Eduard Suess au début du , dans son ouvrage Face de la terre. En remarquant la prédominance des arcs alpins, il abandonne l'idée d'uni-direction et recentre son étude sur les tensions animant le manteau. Les mouvements horizontaux des roches ont déjà été étudiés par ses prédécesseurs, mais jamais réellement mis en relation avec le mouvement radial (donc vertical en un point donné du manteau) du magma. Par ailleurs, la théorie de la tectonique des plaques progresse rapidement, apportant son lot de remises en causes et de questions nouvelles, mais aussi de réponses. En s'appuyant sur ces différents travaux, Marcel Bertrand introduit notamment la décisive idée de nappe de charriage. L'orogenèse moderne se met ainsi en place et profite des progrès techniques du début XX, dans les domaines de la datation, du forage, de l'étude des ondes sismiques...

Voir aussi

- Cycle orogénique
- Structure de la Terre
- Géologie

Bibliographie

- Dictionnaire d'histoire et philosophie des sciences, sous la direction de Dominique Lecourt, PUF, ISBN 213052866X Catégorie:Orogenèse ast:Oroxénesis bn:গিরিজনি cs:Orogeneze de:Gebirgsbildung en:Orogeny es:Orogénesis fi:Orogenia he:אורוגנזה hr:Orogen hu:Hegységképződés it:Orogenesi ja:造山運動 kk:Орогенез lt:Kalnodara nl:Gebergtevorming pl:Orogeneza ro:Orogeneză ru:Горообразование sh:Orogeneza sk:Orogenéza sl:Orogeneza sv:Orogenes
Sujets connexes
Botanique   Cycle orogénique   Datation   Dominique Lecourt   Eduard Suess   Forage   Georges Cuvier   Grec ancien   Géologie   James Hutton   Léonce Élie de Beaumont   Magma (géologie)   Marcel Alexandre Bertrand   Montagne   Nappe de charriage   Onde sismique   Presses universitaires de France   René Descartes   Scientifique   Strate (géologie)   Stratigraphie   Tectonique des plaques   Volcan   Zoologie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^