Jean-François Moulin

Infos
Jean-François Moulin, né à Caen en 1752 et mort en 1810, est un général de la Révolution française.
Jean-François Moulin

Jean-François Moulin, né à Caen en 1752 et mort en 1810, est un général de la Révolution française.

Origine

Fils d’un épicier, élève des Jésuites, Jean-François Moulin s’engage en 1768 dans l’armée où il ne reste que sept mois. Il entre ensuite aux Ponts et Chaussées comme géographe.

Sous la Révolution

En 1789, il fait partie de la Garde nationale parisienne, puis réintègre l’armée comme chef de bataillon de l’infanterie en 1793. Il est envoyé combattre les Vendéens en Vendée. Son jeune frère, Jean-Baptiste Moulin, qui se bat également contre eux, préfère se suicider plutôt que de tomber entre leurs mains. Nommé général de brigade en septembre 1793, puis général de division en novembre 1793, il particippe à la bataille du Mans et capture 1 200 Vendéens qui furent libérés peu de temps après. La libératon de ces prisonniers provoqua la colère de Jean-Baptiste Carrier qui mit le général Moulin aux arrêts. Carrier écrivit à la fin de la Virée de Galerne:Il n'y a que très peu de brigands qui aient pu passer la Loire. Il n'en eu pas échappé un seul sans les ordres du général Moulin qui s'est avisé de donner des passeports pour les autoriser à rentrer chez eux. Je viens faire partir l'ordre d'arrêter ce général vraiment coupableFernand Guériff, La bataille de Savenay dans la Révolution, éditions Jean-Marie Pierre. Le général Moulin est finalement libéré en 1794. Il est promu général en chef de l’armée des Alpes en décembre 1794. Il est ensuite nommé, pour raisons de santé, gouverneur de Lyon en octobre 1795, puis de Strasbourg en 1796. En 1797, il devient commandant de la 17 division militaire stationnée à Paris. En 1798, il combat les Chouans, puis les paysans belges insurgés, à la tête de l’armée d'Angleterre.

Sous le Directoire

Il est élu Directeur, lors du remaniement » du 30 prairial an VII (18 juin 1799), en remplacement de Louis La Révellière-Lépeaux, contraint à la démission. Son opposition au coup d'État du 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799) lui vaut d’être placé quelque temps sous bonne garde au Palais du Luxembourg. Il proposa l'arrestation du général Bonaparte au 18 brumaire, et voulait le faire fusiller. Arrêté lui-même, il parvint à s'échapper.

Sous le Premier Empire

Il est successivement gouverneur d’Anvers, de Mayence, de Mézières et d’Augsbourg. Rentré en France en mars 1810, il meurt peu après. Il avait été nommé baron d’Empire en 1809. « Moulin, général de division, n'avait pas fait la guerre; il sortait des Gardes françaises, et avait reçu son avancement dans l'armée de l'intérieur. C'était un homme patriote, chaud et droit. » (Napoléon Ier, etc.)

Notes

Source partielle

Catégorie:Décès en 1810 Catégorie:Guerre de Vendée Catégorie:Général de la Révolution ou du Premier Empire Catégorie:Membre du Directoire Catégorie:Naissance en 1752 Catégorie:Personnalité normande Catégorie:Personnalité politique de la Révolution française
Sujets connexes
Anvers   Armée d'Angleterre   Armée des Alpes   Augsbourg   Bataille du Mans (1793)   Caen   Charleville-Mézières   Compagnie de Jésus   Coup d'État du 18 brumaire   Directoire   Fernand Guériff   Garde nationale (1789)   Guerre de Vendée   Général de brigade   Géographe   Jean-Baptiste Carrier   Jean-Baptiste Moulin   Liste des généraux de la Révolution et du Premier Empire   Lyon   Mayence   Napoléon Ier   Noblesse d'Empire   Palais du Luxembourg   Paris   Strasbourg   Virée de Galerne  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^