Langues régionales de France

Infos
Cette liste de langues régionales de France est établie principalement sur la base du rapport d'avril 1999 du professeur Bernard Cerquiglini, préparé en voie d'une ratification éventuelle de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires : elle contient les langues régionales de la France métropolitaine et des DOM-TOM. Les dialectes du français ne sont pas considérés comme des langues régionales. N.B: le terme dialecte ne s'oppose pas à celui de langue
Langues régionales de France

Cette liste de langues régionales de France est établie principalement sur la base du rapport d'avril 1999 du professeur Bernard Cerquiglini, préparé en voie d'une ratification éventuelle de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires : elle contient les langues régionales de la France métropolitaine et des DOM-TOM. Les dialectes du français ne sont pas considérés comme des langues régionales. N.B: le terme dialecte ne s'oppose pas à celui de langue, il désigne l'une des variétés d'une langue donnée. Si certains linguistes n'attachent que peu d'importance à cette distinction (Henriette Walter affirme qu'« il n'y a aucune hiérarchie de valeur à établir entre langue, dialecte et patois »Henriette Walter, Le français dans tous les sens.), tous refusent soit d'utiliser le terme "patois", soit d'y associer l'aspect péjoratif qu'il a acquis en français.

Langues de Métropole

Répartition géographique en France métropolitaine et régions limitrophes

Langues et parlers germaniques

Issus du Haut-allemand

Rattachées au moyen-allemand
-francique luxembourgeois (parler traditionnel de la région de Thionville )
-francique mosellan (parler traditionnel - usité dans le canton de Boulay-Moselle)
-francique rhénan, (ce parler traditionnel lorrain - de Saint-Avold à Bitche en passant par Sarreguemines, où se tient annuellement le - est également, autour de Sarre-Union, un des faits culturels majeurs de l'Alsace Bossue). Avec le francique ripuaire, présent en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas, ces parlers, moins vivaces désormais en Lorraine thioise qu'en Sarre ou Rhénanie-Palatinat, constituent le continnum moyen-francique.
Rattachés à l'allemand supérieur
-alémanique (alsacien)
-bas alémanique alsacien (majeure partie de l'Alsace, traditionnellement subdivisé par l'"esprit populaire" entre bas-rhinois et haut-rhinois et par les linguistes entre bas-alémanique(s) du Nord et du Sud)
-Sundgauvien, en fait continuum allant progressivement du bas-alémanique au haut-alémanique alsacien - (3/4 du Sundgau, Sud haut-rhinois]), proche du Schwyzerdütsch bâlois.
-francique méridional (sud-occidental) :(autour de Wissembourg et Lauterbourg, extrême-Nord bas-rhinois) .
Langue mixte à base germanique
- Yéniche La communauté yéniche d'Alsace use comme celles d'Allemagne (Bade-Wurtemberg, Bavière, Rhénanie-Palatinat, Rhénanie-du-Nord-Westphalie), d'Autriche et de Suisse d'un idiome intégrant à une base alémanique un important thésaurus extérieur emprunté tant à l'hébreu, qu'au sociolecte rotwelsch ou aux langues rroms (principalement le sinti). Des influences celtiques, yiddish occidentales, romanes ou slaves imprègnent aussi cette langue à codes. :Egalement appelés Vanniers, ces catholiques sont semi-nomades et sont plusieurs milliers à maîtriser une langue réputée "secrète", un cryptolecte, où certains mots simples (Papa, gens, maison, bon...) diffèrent totalement de leurs équivalents alsaciens.

Issu du Bas-allemand

-flamand occidental (rattaché au sous-ensemble bas-francique) Le flamand occidental est parlé en France dans un territoire compris entre la Lys (rivière) et la Mer du Nord, c'est-à-dire entre Bailleul et Dunkerque. On qualifie aussi cette petite région de Westhoek ou de Flandre Maritime. Du point de vue administratif, la Flandre flamandophone correspond à l'arrondissement de Dunkerque.

Branche celtique brittonique

Breton

Entre 200.000 et 300.000 locuteurs. Il est courant de distinguer quatre couleurs dialectales différentes :
- Breton cornouaillais (Kerneveg), parlé en Cornouaille (Kernev ou Bro Gernev)
- Breton léonard (Leoneg)
- Breton trégorrois (Tregereg)
- Breton vannetais (Gwenedeg), parlé dans le vannetais (Gweneg ou Bro Wened) et jusqu'à très récemment au Bourg de Batz en Loire Atlantique. Cependant, de nombreux linguistes considèrent cette approche comme simpliste et préfèrent parler d'un continuum linguistique. Une approche plus sérieuse découpe la langue en 2 zones. Le KLT (cornouaillais de l'ouest, cornouaillais du centre bretagne, léonais et tégorois), parlé traditionnellement dans le Finistère et l'ouest des Côtes d'Armor. Et le Vannetais, (vannetais de l'ouest, vannetais de l'est et guérandais) parlé traditionnellement à l'ouest du Morbihan et à l'extrème ouest de la Loire Atlantique.

Langues et parlers neo-latins (romans)

Famille gallo-romane

Francoprovençal / Arpitan
-Bressan
-Dauphinois
-Forezien voir : Parler stéphanois
-Lyonnais (langue)
-Savoyard Nota : La dénomination "Francoprovençal" est, en raison de son ancienne conventionalité, majoritaire parmi les linguistes ; cependant, nombre de militants et/ou de pratiquants considérant ce terme dépréciatif (ou confusionniste), lui préfèrent l'appellation d'Arpitan.
Langue d'oïl

- angevin
- berrichon
- bourbonnais
- bourguignon-morvandiau
- champenois
- franc-comtois
- gallo
- lorrain
- mayennais
- normand
- normand méridional
- picard
- chtimi
- poitevin
-saintongeais
- wallon, longtemps majoritaire dans la botte de Givet (Ardennes), cette langue encore vivace en Belgique n'y compte désormais que quelques dizaines de locuteurs.
- welche, topolecte roman, employé à l'Ouest de l'Alsace, dans une petite aire chevauchant Haut et Bas-Rhin.

Famille occitano-catalane

Encore appelée occitano-romane.

Catalan

Aire de diffusion du catalan dans le département des Pyrénées Orientales, la zone de Fenouillèdes au nord-ouest n'est pas catalanophone. Le catalan est parlé en France dans le département des Pyrénées-Orientales à l'exception de Fenouillèdes où l'occitan est pratiqué. Cette aire de diffusion correspond à l'ancienne province du Roussillon rattachée à la France en 1659 suite au traité des Pyrénées et antérieurement possesion de la couronne d'Aragon au sein du royaume d'Espagne. Cette zone est aussi appelée Catalogne Nord dans certains milieux catalanophones. Alors qu'en Espagne la pratique du Catalan s'est maintenue à un niveau assez important elle a connue en France un recul progressif à partir de 1700, date à laquelle Louis XIV en interdit son usage dans l'espace public. Une étude datant de 1997 rapporte que 55% de la population de la zone catalanophone comprend le catalan, 34% sait le parler et 39% le lire. La proportion de locuteurs augmente selon une autre enquête de 1993 dans les villages, atteignant 70% de la population mais reste de 40% dans la capitale départementale, Perpignan. Le catalan reste très peu enseigné dans le département, on constate néanmoins le développement d'un réseau d'écoles pratiquant l'immersion linguistique dans cette langue, la Bressola. Les habitants des Pyrénées Orientales ont aussi accès aux radios et télévisions catalanes qui émettent depuis l'autre côté de la frontière de l'Institut d'Estudis Catalans.

Occitan

L'Occitan ou langue d'oc est composé des dialectes suivants :
-gascon,
-limousin,
-auvergnat,
-vivaro-alpin,
-provençal,
-languedocien. Le catalan et l'occitan sont considérés par certaines écoles comme partie d'une branche ibéro-romane comprenant également l'espagnol, l'asturien, l'aragonais, le portugais, le fala et le galicien et non d'un occitano-catalan transitionnel avec le gallo-roman.

Famille gallo-italique

Les idiomes gallo-italiques, transitionnels entre l'italo-roman et le gallo-roman se situent principalement en Italie septentrionale. En France s'y rattachent le Royasque, Ligurien alpin, appelé parfois génois alpin ou Zeneise. De fait, dans les Alpes-Maritimes 5 communes de la haute vallée de la Roya : Breil-sur-Roya, Fontan, Saorge, La Brigue et Tende présentent pour les linguistes Pierre Bec et Jean-Philippe Dalbera des parlers aux traits majoritairement liguriens quoique restant intermédiaires avec l'occitan . Ils sont dits ligurien alpin et attestent une variante intérieure proche du génois (ou ligure côtier) du . De par leurs situations, elles communiquent directement avec la basse vallée de la Roya italienne ainsi qu'avec Vintimille, sa principale métropole (dont le ligure est dit intémélien). La frontière linguistique est relativement étanche avec les villages occitans maralpins (parlers appelés aussi vivaro-alpins ou gavots maritimes) limitrophes à l'ouest de Moulinet, Sospel, Castillon et Castellar. En revanche, les 2 villes suivantes : Menton et Roquebrune-Cap Martin ont un parler majoritairement de type vivaro-alpin maritime avec une légère "coloration" ligurienne par la présence de quelques mots liguriens. Par ailleurs, il a existé des isolats figoun : Monaco (13-14ème, Malizia Grimaldi s'empare du château de Monaco) et ceux disparus de Biot, Vallauris, Mons et Escragnoles (17ème). . dus à des repeuplements liguriens, ces villages étant dévastés par les guerres de religion et la peste.
- Les linguistes maximalistes : Pour Werner Forner, la Roya est ligurienne et il en de même pour le sud du pays mentonnais qui serait devenu occitan plus tard que les communes voisine. Cela est contestée par d'autres estimant que le sud du pays mentonnais est occitan et qu'il en est de même pour le royasque avec des traits hybridés. : À noter que des influences piémontaises sont perceptibles dans le parler de Tende par ailleurs assez similaire aux précédents.

Famille indo-iranienne

langue indique

- Rromani :Présent en France dans les mêmes régions depuis des siècles, le rromani se perpétue au sein d'une population désormais largement sédentarisée. Cependant cette langue indo-iranienne (généralement rattachée au groupe indique) et parlée sous ses formes diverses par plusieurs dizaines de milliers de locuteurs, demeure majoritairement considérée comme "idiome non-territorialisé".

Basque

Le basque ou euskara est la seule langue (ou selon certains linguistes, ensemble de langues) non indo-européenne présente traditionnellement sur le territoire métropolitain, le basque est un isolat constituant une famille en soi . En France, on retrouve les formes suivantes :
- Bas-navarrais
- Labourdin
- Souletin
- Basque unifié (euskara batua) Le basque unifié sert de base à la langue écrite d'aujourd'hui et est la forme enseignée dans les écoles (notamment en Ikastola).

Langues de Corse

Famille italo-romane

Corse


- parler traditionnel supranacciu (ou cismontanu), au Nord, de plus grande proximité avec les dialectes toscans.
- parler traditionnel suttanacciu (ou oltramontanu), au Sud, également, quoique de manière plus distante, rattaché à la famille toscane. :Il est à noter que le suttanacciu se prolonge, du fait de migrations successives (XVIe - XVIIIe siècles), en Sardaigne au travers du gallurais, parler proche de sa variante méridionale dite "sartenaise". Laquelle est parlée presque à l'identique sur les îles de la Maddalena. :Au Nord-ouest de la Sardaigne, le dialecte sassarais, également dit "corso-sarde" étant, pour sa part, réputé transitionnel entre le gallurais et le sarde logoudorais (central).

Famille gallo-italique

Bonifacien

- Le parler de Bonifacio reste quant à lui proche du génois.

Calvais

- Comme la méridionale Bonifacio, Calvi, cité du Nord-est côtier, use traditionnellement d'un dialecte ligure. Ceci est principalement dû à son ancienne qualité de ville de garnison génoise.

Famille hellénique

- Grec populaire de Cargèse. :Alternativement avec le corse, le grec populaire présent à Cargèse depuis 1676 reste compris par une minorité des septuagénaires d'ascendance hellénique. Ne se transmettant que de manière très résiduelle à des jeunes qui souvent revendiquent une identité multiple, il subsiste toutefois comme langue liturgique ou à travers quelques expressions utilisées comme marqueur du particularisme local. :La dhimotikí (grec moderne contemporain) n’est pas naturellement entendu.

Langues d'Outre-Mer

Créoles caraïbes et réunionnais

Créoles à base lexicale française

- Créole martiniquais
- Créole guadeloupéen
- Créole guyanais
- Créole réunionnais

créoles bushinenge de Guyane (à base lexicale anglo-portugaise)

- saramaca
- aluku
- djuka
- paramaca

Anglais saint-martinois

Il s'agit d'un créole à base lexicale anglaise dont l'usage est largement majoritaire sur les zones d'administration française et néerlandaise. À l'écrit l'anglais est, comme dans la partie néerlandaise utilisé préférentiellement . Le francais garde une forte importance administrative dans ce petit territoire longtemps rattaché à la Guadeloupe où l'espagnol créolisé, le néerlandais et le papiamento sont également courants. Devenue en février 2007, à l'instar de Saint-Barthélemy, collectivité d'outre-mer, Saint-Martin n'a, en raison de l'opposition du parlement estimant l'anglais local (patois) manifestement langue étrangère, nullement acquiescé à la demande du conseil municipal de l'établir en "langue régionale" .

Langues amérindiennes

- Les langues parlées par les Wayãmpi et les Tekos sont d'appartenance tupi-guarani
- Le kali'na et la langue parlée les wayana sont d'appartenance Arawak
- Les langues parlées par les palikur et les lokono sont d'appartenance Karib

Langue du groupe Hmong-Mien

- hmong de Guyane

Langues kanak

- nyelâyu
- kumak
- caac
- yuaga
- jawe
- nemi
- fwâi
- pije
- pwaamèi
- pwapwâ
- dialectes de la région de Voh-Koné (Grande-Terre)
- cèmuhî
- paicî
- ajië
- arhâ
- arhô
- ôrôwe
- neku
- sîchë
- tîrî
- xârâcùù
- xârâgùrè
- drubéa
- numèè
- nengone
- drehu
- iaai
- fagauvea

Langues polynésiennes de Polynésie française

- Tahitien
- Marquisien
- langue des Tuamotu (pa’umotu)
- Mangarévien (reo mangareva) des Îles Gambier
- langue de Rurutu (Îles Australes)
- langue de Raivavae (Îles Australes)
- langue de Rapa (Îles Australes)

Langues polynésiennes de Wallis et Futuna

- wallisien
- futunien

Langues de Mayotte

- shimaoré
- shibushi

Histoire des langues régionales de la France

Notes et références

Bibliographie

-Henriette Walter, Le français dans tous les sens, éd. Robert Laffont, Paris, 1998. ISBN 2-221-05254-4 Jean-William Lapierre. Le pouvoir politique et les langues. PUF, 1988, 300 pages Claude Hagège. Halte à la mort des langues. Editions Odile Jacob, poche, 2002, 384 pages ==
Sujets connexes
Allemagne   Alpes-Maritimes   Alsace   Alsace Bossue   Alsacien   Aluku   Angevin   Anglais   Arabe   Arabe dialectal   Aragonais   Ardennes (département)   Argot français contemporain   Arrondissement de Dunkerque   Article 2 de la Constitution de la cinquième République française   Asturien   Autriche   Auvergnat   Bade-Wurtemberg   Bailleul (Nord)   Bambara   Bas-Rhin   Bas-francique   Basque   Bavière   Berrichon   Bitche   Bordeluche   Bourbonnais (dialecte)   Bourguignon-morvandiau   Breil-sur-Roya   Bressan   Breton   Breton cornouaillais   Breton léonard   Breton trégorrois   Breton vannetais   Caac   Calvais   Calvi   Cargèse   Castellar   Castillon   Catalan   Catalogne Nord   Catholicisme   Champenois   Charte européenne des langues régionales ou minoritaires   Collectivités d'outre-mer   Continuum linguistique   Couronne d'Aragon   Cryptolecte   Créole guadeloupéen   Créole guyanais   Créole martiniquais   Créole réunionnais   Dauphinois   Dialecte   Dialectes de la région de Voh-Koné   Drehu   Dunkerque   Espagnol   Fala (langue)   Fenouillèdes   Flamand (dialecte)   Flamand occidental   Fontan   Franc-comtois   France   Francique mosellan   Francique mosellan de Lorraine   Francique méridional   Francique rhénan   Francique rhénan de Lorraine   Francique ripuaire   Français   Frontière linguistique mosellane   Fwâi (langue)   Galicien   Gallo   Gallurais   Gascon   Givet   Grande Terre (Nouvelle-Calédonie)   Guadeloupe   Haut-Rhin   Henriette Walter   Histoire des langues régionales de la France   Hébreu   Ibéro-roman   Institut d'Estudis Catalans   Intémélien   Italien   Jawe   Kabyle   Kali'na (langue)   Kumak   La Bressola   La Brigue   La Maddalena   Langue   Langue corse   Langue d'oïl   Langues hmong   Langues indo-aryennes   Langues kanak   Langues romanes   Langues régionales ou minoritaires de France   Langues slaves   Lauterbourg   Ligure   Ligurien alpin   Limousin   Linguistique   Littératures de langues régionales   Lokono   Lorrain   Luxembourgeois   Lyonnais (langue)   Malinké   Mangarévien   Marquisien   Mayennais   Mentonasque   Moulinet   Moyen-francique   Métropole   Nemi (langue)   Normand   Normand méridional   Nyelâyu   Néerlandais   Occitan   Palikur   Papiamento   Parlement français   Parler marseillais   Parler stéphanois   Patois   Paumotu   Perpignan   Picard   Pierre Bec   Pije   Piémontais   Poitevin-saintongeais   Polonais   Portugais   Provençal   Pwaamèi   Pwapwâ   Pyrénées-Orientales   Rhénanie-Palatinat   Rhénanie-du-Nord-Westphalie   Rotwelsch   Roussillon (province)   Roya   Royasque   Rromani   Saint-Avold   Saint-Barthélemy (Antilles françaises)   Saint-Martin (île)   Saintongeais   Saorge   Saramaca   Sardaigne   Sarde   Sarre-Union   Sarre (Land)   Sarreguemines   Savoyard   Shibushi   Signalisation bilingue   Sinti   Sociolecte   Sospel   Souletin   Suisse   Suisse allemand   Sundgau   Sénat (France)   Tahitien   Tamoul   Tekos   Tende   Tende (Alpes-Maritimes)   Thiois   Thionville   Toscan   Traité des Pyrénées   Trésor des langues parlées   Vintimille   Vivaro-alpin   Wallisien   Wallon   Wayana   Wayãmpi   Welche   Westhoek   Wissembourg   Yiddish   Yuaga   Yéniche  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^