Dynastie Ming

Infos
La dynastie Ming (明朝, en pinyin : míng cháo), 1368-1644, fut une lignée d'empereurs de Chine. Par abus de langage, la dynastie Ming désigne aussi l'époque couvrant la durée du règne de celle-ci. Elle suivit la dynastie Yuan et précéda la dynastie Qing et fut fondée par la famille des Zhu ; il y eu 16 empereurs durant cette dynastie. Ming s'écrit en chinois avec le caractère 'lumière, clarté'. Au milieu du , après plus d'un siècle de d
Dynastie Ming

La dynastie Ming (明朝, en pinyin : míng cháo), 1368-1644, fut une lignée d'empereurs de Chine. Par abus de langage, la dynastie Ming désigne aussi l'époque couvrant la durée du règne de celle-ci. Elle suivit la dynastie Yuan et précéda la dynastie Qing et fut fondée par la famille des Zhu ; il y eu 16 empereurs durant cette dynastie. Ming s'écrit en chinois avec le caractère 'lumière, clarté'. Au milieu du , après plus d'un siècle de domination mongole sous les Yuan, la population chinoise rejeta le « règne des étrangers ». Ce mouvement, qui prit la forme d'une suite de révoltes paysannes, repoussa la dynastie Yuan dans les steppes mongoles et établit la dynastie Ming en 1368. La dynastie Ming s'ouvrit sur une renaissance culturelle : les arts, particulièrement l'industrie de la porcelaine, se développèrent comme jamais auparavant. Les marchands chinois explorèrent et commercèrent dans tout l'océan Indien, atteignant même l'Afrique lors des voyages de Zheng He ; on construisit une grande flotte comprenant des navires à quatre mâts de tonnage supérieur à 1500 tonnes. L'armée régulière comptait un million d'hommes ; plus de cent mille tonnes de fer étaient produites par an, en Chine du Nord, et de nombreux livres furent imprimés à l'aide des caractères mobiles inventés au . Il a été dit que la Chine du début de l'ère Ming était le pays le plus avancé de la Terre.

Fondation de la dynastie Ming

À partir du milieu du , de nombreuses catastrophes naturelles suivies de rébellions paysannes, la guerre civile contre la domination mongole, et la conversion des gouvernants à un mode de vie chinois avaient affaibli la dynastie Yuan et finalement bouté les Mongols hors de Chine, vers ce qui est de nos jours la Mongolie. Le chef de file de cette rébellion était Zhu Yuanzhang. Orphelin dès son adolescence, Zhu Yuanzhang (朱元璋), futur empereur Hongwu (洪武), entra dans un monastère bouddhiste pour éviter la famine, et rejoignit en 1352 l'armée de Guo Zixiang, l'un des chefs des Turbans rouges, un grand mouvement de rébellion dont certains meneurs étaient membres du Lotus blanc. Plus tard, alors qu'il était devenu un chef rebelle déterminé, il fit la connaissance d'un érudit confucéen qui lui enseigna les affaires d'État. Il se redéfinit alors comme un défenseur du confucianisme et des conventions néo-confucéennes, et plus comme un simple rebelle populaire. Malgré ses humbles origines, il devint la figure de proue du mouvement patriotique Han contre la dynastie vieillissante des Yuan. Une fois ses rivaux battus, il s'autoproclama empereur le 23 janvier 1368, établissant sa capitale à Nanjing qu'il avait nommée Yingtianfu (應天府), et adoptant Hongwu comme nom de règne. La tradition populaire prétend qu'il aurait choisi le nom de sa dynastie Ming, « lumière », pour continuer de bénéficier du soutien populaire accordé par les masses au « Roi de lumière » attendu en sauveur par les mouvements religieux d'inspiration manichéenne soutenant la rébellion. Il devint ainsi à plus de mille ans d'intervalle le deuxième fondateur dynastique à venir de la classe paysanne, le premier étant l'empereur Gao Zu de la dynastie Han, plus d'un millénaire auparavant. Bien plus tard, Mao Zedong et Deng Xiaoping, deux autres révolutionnaires d'origine paysanne, dirigeront à leur tour le pays le plus peuplé de la planète. Étant donné que les envahisseurs mongols, même repoussés, restaient un danger très présent, Hongwu n'adopta pas la position classique confucéenne qui considérait les militaires comme une classe inférieure aux bureaucrates qui devaient les contrôler. Maintenir une armée forte était tout simplement indispensable tant que les Mongols restaient une menace. Le nom « Hongwu » signifie d'ailleurs « vaste armée » et reflète bien le prestige agrandi des militaires. Par contre, il partageait pleinement l'aversion confucéenne pour le commerce et encouragea l'établissement de communautés agricoles indépendantes. La gestion féodalisée des terres qui avait repris cours sous les dynasties Song et les Yuan fut supprimée dès l'établissement de la nouvelle dynastie. Les grands domaines fonciers furent confisqués par le gouvernement, morcelés et loués ; l'esclavage privé fut interdit. Par conséquent, après la mort de l'empereur Yongle (Yung-lo), les petits paysans propriétaires et indépendants formaient la part majeure de la population agricole. Statue de l'empereur Yongle, 3 de la dynastie Ming Sous le règne de Hongwu, les bureaucrates mongols et issus d'ethnies non-Han, qui avaient dominé le gouvernement durant près d'un siècle, furent remplacés par des Chinois. On restaura et renouvela le système traditionnel des examens, qui sélectionnait les fonctionnaires d'après leur mérite et leurs connaissances en littérature et en philosophie. Les candidats pour des postes de fonctionnaire civil ou d'officier militaire devaient passer le concours traditionnel de connaissance des classiques chinois. L'élite confucéenne, marginalisée sous le règne des Mongols, reprit son rôle prédominant au sein de l'État. Hongwu réussit à renforcer son contrôle sur tous les aspects du gouvernement pour que personne ne puisse posséder assez de pouvoir pour le détrôner. Pour parer aux menaces extérieures, il tenta d'améliorer les défenses des frontières nord du pays. À l'intérieur, il concentra de plus en plus le pouvoir entre ses propres mains. Il abolit le Secrétariat Impérial, qui était l'administration principale sous les dynasties précédentes, après avoir étouffé un complot dont il accusait son premier ministre. Très longtemps avant, lorsque le statut d'empereur était devenu héréditaire, le poste de premier ministre avait été instauré dans le but de garantir un niveau de continuité et de compétence dans le gouvernement au cas où des empereurs incompétents se succèderaient. Mais Hongwu, recherchant une autorité absolue, abolit ce poste et supprima ainsi l'unique protection contre l'incompétence d'un empereur. Son petit-fils Jianwen lui succéda, mais le trône fut vite usurpé par son oncle Zhu Di, fils de Hongwu, qui régna alors sous le nom d'empereur Yongle (Yung-lo) de 1402 à 1424. Ayant pris note du rôle néfaste qu'avaient joué les eunuques à la cour des Song, il prit de nombreuses mesures contre eux : il réduisit grandement leur nombre, leur interdit de posséder des documents, insista pour qu'ils restent illettrés et élimina ceux qui s'immisçaient dans les affaires d'État. Son aversion est symbolisée par une plaque dans son palais déclarant : « Les eunuques ne doivent rien avoir à faire avec l'administration. » Dès le règne de son successeur, ils commencèrent cependant à regagner une certaine influence. Le pouvoir devint ainsi de plus en plus autocratique, bien que Hongwu fût obligé de continuer à utiliser ceux qu'il appelait les « Grands Secrétaires » pour l'aider dans l'immense paperasserie de la bureaucratie, qui comprenait demandes (pétitions et recommandations pour le trône), édits impériaux en réponse, rapports de diverses sortes, et archives fiscales. Les débuts de l'ère Ming sous le règne du premier empereur furent caractérisés par une croissance rapide et remarquable de la population, largement due aux réformes agricoles impulsées par Hongwu et à l'augmentation des ressources alimentaires. À la fin de la dynastie, la population avait probablement augmenté de plus de moitié grâce à l'amélioration importante des techniques agricoles soutenue par un État agraire issu d'une rébellion paysanne pro-confucéenne.

De l'exploration des Ming à l'isolation

La xénophobie et l'introspection intellectuelle caractéristique de la nouvelle école néo-confucianiste, de plus en plus populaire sous les Ming, ne mena pas à une isolation physique de la Chine. Les contacts avec le monde extérieur, en particulier avec le Japon, et le commerce extérieur augmentèrent considérablement. Yongle tenta d'étendre l'influence de la Chine au-delà de ses frontières en encourageant les autres dirigeants à envoyer les ambassadeurs en Chine pour y payer un tribut. Les armées chinoises reconquirent Annam et bloquèrent l'expansionisme mongol, tandis que la flotte chinoise naviguait dans les mers de Chine et dans l'océan Indien, allant jusqu'à la côte est de l'Afrique. Les Chinois eurent une certaine influence sur le Turkestan. Les nations maritimes asiatiques envoyèrent des envoyés avec un tribut pour l'empereur chinois. Intérieurement, le Grand Canal fut étendu jusque dans ses limites les plus reculées et stimula le commerce intérieur. Toutefois la plus extraordinaire aventure de cette époque fut l'expédition des sept navires de Zheng He, qui traversèrent l'Océan Indien et l'archipel d'Asie du Sud. Eunuque musulman ambitieux, descendant des Mongols, aussi étranger que possible à l'élite confucéenne des mandarins, Zheng He conduisit sept expéditions maritimes de 1405 à 1433, six d'entre elles sous les auspices de Yongle. Ces expéditions explorèrent les mers du sud, à travers l'océan Indien et passèrent peut-être le cap de Bonne-Espérance, et selon l'hypothèse de 1421, les Amériques. Sa convocation en 1403 pour diriger une force de troupes dans les mers lointaines fut un triomphe pour les groupes commerciaux cherchant à stimuler le commerce traditionnel et non le mercantilisme. Les intérêts des lobbies commerciaux et religieux étaient liés. Les offensives de l'élite intellectuelle néo-confucéenne et des lobbies religieux encourageaient au commerce et à l'exploration pour détourner les fonds de l'État de la lutte anti-cléricale des érudits confucéens. La première expédition en 1405 était constituée de 62 navires et 28 000 hommes, c'était alors la plus grande expédition maritime de l'histoire de la Chine. Les navires à plusieurs ponts de Zheng He transportaient plus de 500 hommes mais aussi des cargaisons de produits d'exportation, principalement de la soie et des porcelaines, et ils ramenèrent des objets de luxe étrangers comme les épices et des bois tropicaux. Le motif économique de ces grandes entreprises avait dû être important et plusieurs de ces navires possédaient de grandes cabines privées pour les marchands mais le but principal était sûrement politique. En effet, la Chine voulait les tributs des autres États pour marquer la renaissance de l'Empire du Milieu après un siècle de domination barbare. Le caractère politique des voyages de Cheng-Ho indiquait la prééminence des élites politiques. Malgré leurs puissances formidables et sans précédents, les expéditions de Zheng He, contrairement aux expéditions européennes du , n'étaient pas destinées à étendre la souveraineté de la Chine au-delà des mers. Preuve de la compétition entre les élites, ces excursions sont aussi devenues critiquées politiquement. Les voyages de Zheng He sont soutenus par les autres eunuques mais violemment critiqués par les fonctionnaires confucéens. Leur aversion était si forte qu'ils essayèrent de supprimer toute mention de ses voyages dans les rapports impériaux officiels. Les raids mongols faisaient pencher la balance en faveur des fonctionnaires. À la fin du , des lois interdirent aux Chinois de construire des navires maritimes ou de quitter le pays. Les historiens sont maintenant d'accord pour dire que cette mesure fut prise pour contrer la piraterie. De toute façon, ces restrictions sur l'émigration et la construction navale furent en grande partie levées au milieu du . Les historiens des années 1960 comme John Fairbank et Joseph Levinson pensent que cette rénovation déboucha sur une stagnation et que sciences et philosophie étaient prisonnières des traditions, étouffant toute nouvelle tentative. Ces historiens s'appuient sur le fait qu'au , les décrets impériaux réduisirent la superbe flotte, interdirent la construction de bateaux pouvant aller en mer et sur le constat d'une industrie de l'acier déclinante.

Le déclin des Ming, la révolution commerciale avortée

Tombeau des Ming. La combinaison de longues guerres avec les Mongols, des incursions japonaises en Corée, des provocations de la flotte japonaise sur les cités côtières durant le affaiblirent la dynastie, qui est renversée par la dynastie Qing. Les historiens s'interrogent sur les raisons de la progression plus lente du capitalisme et de l'industrialisation en Chine par rapport à l'Europe. En effet, à la fin de l'ère Ming, les conditions de développement du « capitalisme naissant » de la Chine, s'apparentaient fortement à celles de l'Ouest. Des historiens économistes récents tels que Kenneth Pomeranz estiment que les conditions économiques et technologiques étaient équivalentes jusqu'aux années 1750, mais que la divergence s'explique notamment par des conditions d'accès aux ressources naturelles différentes. Le cœur du débat reste néanmoins dans les contrastes des systèmes économiques et politiques de l'Est et de l'Ouest. Si l'on admet que les transformations économiques sont à l'origine de changements sociaux, ce qui a également des conséquences politiques, l'on comprend mieux pourquoi le développement du capitalisme, un système économique qui fait travailler le capital en vue de produire plus de capital, a été une force d'entraînement pour l'Europe moderne. On peut distinguer plusieurs étapes dans l'histoire du capitalisme occidental. Le capitalisme commercial est la première étape et est associé à des phénomènes historiques que l'on retrouve durant la période Ming : les découvertes géographiques et la colonisation, l'innovation scientifique et le développement du commerce maritime intercontinental. Mais en Europe, les gouvernements protègent la classe bourgeoise naissante, en majorité composée de marchands, via un contrôle étatique, des subventions et des accords de monopole, tels que ceux accordés à la British East India Company. Les gouvernements absolutistes de cette période voient tout le profit du développement de la bourgeoisie marchande pour enrichir l'État. Le ralentissement de ce développement est d'autant plus surprenant si l'on considère l'existence durant le dernier siècle de la dynastie Ming d'une véritable économie monétaire couplée à l'émergence de grandes entreprises industrielles et commerciales, publiques et privées, telles que les grands centres textiles du sud-ouest. Cette question est au cœur des débats concernant le relatif déclin de la Chine en comparaison avec l'Occident moderne, au moins jusqu'à la venue du maoïsme. Dans les années 1970, les historiens marxistes chinois identifient l'ère Ming comme celle d'un capitalisme naissant, timide, ce qui n'explique pas pour autant la régression du commerce et l'emprise exercée par la régulation étatique sur le commerce pendant cette période. Ces historiens considèrent que le coup d'arrêt a été porté par la conquête mandchoue et l'expansion de l'impérialisme européen, en particulier à la suite des guerres de l'opium. L'école post-moderne sur la Chine considère cette théorie comme simpliste sinon erronée. Ces historiens, parmi lesquels on trouve Jonathan Spence, Kenneth Pomeranz, et Joanna Waley-Cohen nient le fait que la Chine se soit repliée sur elle-même à cette période en mettant en évidence l'augmentation du volume des échanges entre la Chine et l'Asie du Sud-Est. L'interdiction de la navigation en haute mer, qui avait pour objet de limiter la piraterie, a été décidée au milieu de l'ère à la demande pressante de l'administration qui soulignait son effet néfaste sur le commerce côtier. Lorsque les Portugais débarquèrent en Inde, ils y trouvèrent un réseau commercial en expansion qu'ils suivirent jusqu'en Chine. Ensuite, au , les Européens font leur apparition sur les rivages orientaux et créent le premier comptoir commercial européen en Chine, Macao. D'autres historiens lient généralement le développement prématuré du mercantilisme et de l'industrialisation sur le modèle occidental au déclin de la dynastie de Ming. Le rôle de l'État dans le freinage du commerce est le thème sur lequel se focalise l'essentiel du débat. Durant les premières années de la dynastie Ming, Hongwu est plus intéressé par les revenus que l'État peut tirer de l'agriculture que du commerce. Peu au fait des processus économiques, et poussé par la bourgeoisie adepte de Confucius, Hongwu accepte le point de vue confucéen selon lequel les marchands sont uniquement des parasites. Le confucianisme défend l'idée selon laquelle la richesse doit être tirée de l'agriculture et non du commerce qui est une ignominie. Ce point de vue a pu être d'autant plus facilement accepté par Hongwu du fait de ses origines paysannes. Par conséquent, durant l'ère Ming, l'accent est mis sur la terre. Au contraire, la dynastie Song qui avait précédé les Mongols, tirait ses revenus des marchands et du commerce. Les lois régissant le négoce et les restrictions sur le travail des artisans restent essentiellement les mêmes que sous la période Song, mais les négociants étrangers issus de la période mongole doivent désormais également respecter ces lois, et leur influence diminue rapidement. La fin de l'époque Ming a connu l'émergence d'une économie monétaire fondée sur l'argent, grâce, en grande partie au commerce avec le Nouveau Monde via l'Espagne et le Portugal. Le flux d'argent en provenance du Nouveau Monde servait à payer les exportations chinoises de thé, de soie et de céramique, les hommes d'affaires chinois ayant trouvé un moyen de produire une porcelaine meilleur marché pour satisfaire les marchés européens. Cependant, on peut difficilement parler de capitalisme émergent tant le poids du politique sur l'économie est important. En Europe, le capitalisme est soutenu par l'État qui voit dans la bourgeoisie qui en est issue, une nouvelle base d'imposition. La Chine n'a pas développé le système au même niveau. Le règne de Hongwu vit néanmoins apparaître le papier-monnaie. Mais sa méconnaissance du phénomène inflationniste le força, en 1425, à réintroduire des pièces de monnaie en cuivre, la valeur des billets ayant été divisée par soixante-dix. Le contrôle et non le soutien de l'État sur l'économie, ainsi que sur l'ensemble de la société fut l'une des caractéristiques de l'ère Ming. La concentration exacerbée des pouvoirs entre les mains d'empereurs de moins en moins compétents est une piste d'explication avancée par les historiens occidentaux. Dans un premier temps, Hongwu conserva le « Grand Secrétariat » afin de l'assister dans l'immense travail administratif. Cependant, Hongwu concentra de plus en plus les pouvoirs et en 1380, et abolit le secrétariat impérial qui avait été le principal corps administratif central pendant les dynasties précédentes. Le rôle de premier ministre, créé dans le but de garantir un niveau de continuité et de compétence dans le gouvernement alors que des empereurs incompétents pouvaient se succéder, fut abolit par Hongwu, recherchant une autorité absolue. Bien que très compétent comme administrateur, Yongle fit une série de choix politiques désastreux. En premier lieu, alors que Hongwu avait maintenu quelques pratiques mongoles telles que la punition corporelle, au grand dam des élites confucianistes qui souhaitaient le voir gouverner par la vertu, Yongle dépassa ces limites. Il se livra à l'assassinat des familles de ses opposants, et fit exécuter arbitrairement des milliers de personnes. Par ailleurs, malgré l'aversion de Hongwu pour les eunuques, ses successeurs firent revivre leur rôle informel dans le gouvernement. Hongwu, en effet, à la différence de ses successeurs, avait relevé le rôle destructif des eunuques de cour sous les Song. Enfin, le cabinet ou « grand secrétariat » de Yongle devint une sorte d'instrument rigide de consolidation du pouvoir ce qui en fit un instrument de déclin. Si Hongwu lui-même est généralement considéré comme un empereur fort à l'origine d'une puissance et d'une efficacité impériales qui ont duré longtemps après son règne, la centralisation de l'autorité qu'il avait engagée fit des ravages sous le règne d'empereurs moins compétents.

Voir aussi

- Liste des empereurs Ming
- Chronologie du monde chinois Ming
- bs:Dinastija Ming ca:Dinastia Ming cs:Dynastie Ming da:Ming-dynastiet de:Ming-Dynastie en:Ming Dynasty eo:Dinastio Ming es:Dinastía Ming et:Mingi dünastia eu:Ming dinastia fi:Ming-dynastia he:שושלת מינג hr:Dinastija Ming hu:Ming-dinasztia id:Dinasti Ming it:Dinastia Ming ja:明 ko:명나라 lb:Ming-Dynastie lt:Ming dinastija ms:Dinasti Ming nds:Ming-Dynastie nl:Mingdynastie no:Ming-dynastiet pl:Dynastia Ming pt:Dinastia Ming ru:Мин (династия) sh:Dinastija Ming simple:Ming Dynasty sl:Dinastija Ming sr:Династија Минг sv:Mingdynastin th:ราชวงศ์หมิง tr:Ming Hanedanı vi:Nhà Minh zh:明朝 zh-classical:明 zh-yue:明朝
Sujets connexes
Absolutisme   Afrique   Amérique   Annam   Années 1750   Années 1970   Asie du Sud-Est   Bois   Bourgeoisie   Cap de Bonne-Espérance   Capitalisme   Chronologie du monde chinois   Civilisation chinoise   Colonisation   Commerce   Confucianisme   Confucius   Corée   Deng Xiaoping   Dynastie   Dynastie Han   Dynastie Qing   Dynastie Song   Dynastie Yuan   Esclavage   Eunuque   Europe   Féodalité   Grand Canal (Chine)   Guerre de l'opium   Imprimerie   Impérialisme   Inde   Industrialisation   Inflation   Innovation   Islam   Japon   John Fairbank   Liste des empereurs Ming   Lobbying   Macao   Mandchourie   Mao Zedong   Maoïsme   Mercantilisme   Monastère   Mongolie   Mongols   Monnaie   Nanjing   Nouveau Monde   Océan Indien   Paysan   Philosophie   Pirate   Porcelaine   Premier ministre   Ressource naturelle   Science   Secte du lotus blanc   Soie   Steppe   Système économique   Turkestan   Vertu   Zheng He  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^