Khitans

Infos
Les Khitan ou Khitai (mot qui a donné Cathay, l'ancien nom français de la Chine, le mongol Xiatad et le russe Kitaï : Chine) sont un peuple proto-mongol, fondateur en 907 de la dynastie chinoise des Liao.
Khitans

Les Khitan ou Khitai (mot qui a donné Cathay, l'ancien nom français de la Chine, le mongol Xiatad et le russe Kitaï : Chine) sont un peuple proto-mongol, fondateur en 907 de la dynastie chinoise des Liao.

Histoire

Les Khitan sont mentionnés pour la première fois par les chroniques chinoises en 405-406. Ils nomadisent alors sur les bords du Kara-muren, et font partie de la confédération Donghu. Ils effectuent des raids à la frontière chinoise à partir de 695. L'année suivant, ils menacent Pékin. L'empereur Tang demande de l'aide au khan des Tujue qui les écrasent.

Abaoji

De 907 à 926, le chef Abaoji parvient à unifier les tribus khitan et fonde la dynastie Liao. En 924, il chasse les Kirghizes de haute Mongolie. Abaoji meurt au cours d’une offensive contre le royaume de Bohai en 926. À la suite de cette campagne, les tribus jurchen des forêts de l’Oussouri, apparentés aux Mandchous, se soumettent aux Khitan qui étendent alors leur empire jusqu’à la frontière de la Corée. La veuve d'Abaoji accède au pouvoir. Elle favorise l’élection par les nobles de son fils puîné, Yelü Deguang. Souveraine rusée et cruelle, elle condamne à mort ses adversaires en leur disant qu’elle les envoie en ambassade chez son mari défunt.

Yelü Deguang

Après la conquête du royaume de Bohai (931), Deguang participe au renversement de la dynastie Tang en Chine (936). Le nouvel empereur Jin lui donne le nord du Hebei (Pékin) et du Shanxi (Datong). Le 25 janvier 947, il entre dans Kaifeng, pille la ville et rentre à Pékin avec la cour chinoise prisonnière. Il fonde officiellement la dynastie Liao qui règne sur la Chine du Nord jusqu'en 1122.

Les Kara-Khitan

Menacé par les Jurchen (tribus toungouses) établis en Mandchourie (deuxième dynastie Jin, 1115), les Khitan sont expulsés de Chine par les Jurchen en 1125-1126. Ils s’enfuient vers l’Ouest. Le dernier empereur Liao meurt en captivité. Menés par Yelü Dashi (1130-1142) une partie d'entre eux retournent au nomadisme pour fonder l’État bouddhique des Kara-Khitan (Khitan noirs) dans l’est du Turkestan occidental. Cet État se maintiendra de 1130 à 1218. Ils soumettent les régions de Tourfan et de Koutcha puis se présentent aux frontières des Karakhanides, aux prises avec les Karluk de l’Ili et les Kangli du nord de la mer d'Aral. Yelü Dashi entre à Balasaghun (sur le Tchou), en dépose le Karakhanide et s’installe à sa place. En 1144, ils atteignent l’Amou-Daria. Djebé, général de Gengis Khan, prend possession de l’État des Kara-Khitan à la faveur d'une révolte de la population turque de l'empire en 1218. À la mort de Gengis Khan en 1227, le territoire des Kara-Khitan devient l'apanage de son fils Djaghataï (khanat de Djaghataï).

Société

Ils étaient initialement organisés en une confédération de huit tribus dirigées par un khan élu pour une durée déterminée dans une des tribus. Son successeur est systématiquement élu dans une autre tribu. Ce système commence à se désintégrer au , chaque khan s'efforçant de faire reconnaître sa propre tribu comme dominante afin que le khan soit désormais toujours désigné dans celle-ci. Au début du , l'ancien système tribal est progressivement remplacé par un féodalisme nomade, implanté définitivement à l'époque de la dynastie Liao. Le pouvoir du khan devient héréditaire, comme la propriété foncière et le titre des nobles soutenant le khan. La société féodale nomade des Khitan est complexe. La couche inférieure est composée d'esclaves privés de droits, prisonniers de guerre ou criminels condamnés à l'esclavage. Les peuples soumis doivent payer un impôt aux seigneurs sur la terre desquels ils vivent. Les pâtres libres khitan, plus favorisés, sont de plus en plus dépendant de leur seigneur au fur et à mesure que la féodalité évolue. La classe supérieure est composée de seigneurs féodaux laïques et ecclésiastiques et de la famille du khan ou de l'empereur. La population opprimée par le renforcement de la féodalité se révolte de plus en plus à partir du , mais ces luttes, canalisées par les seigneurs, se confondent avec les querelles dynastiques et la société n'évolue pas. L'administration du pays est divisée en deux : l'Office de la horde du Nord s'occupe des affaires de la région nomade et l'Office de la horde du Sud administre la population agricole.

Économie

Au , l’élevage occupe la plus grande place dans leur économie. L’agriculture et l’artisanat se développent dans les siècles suivants, surtout dans les régions en contact avec la Chine. Dans l’empire khitan du , les pâtres libres sont exemptés d’impôts, mais doivent assurer le service postal. Seul les peuples soumis sont assujettis à l’impôt. Au contact des Chinois, les populations du sud de l’empire se sont sédentarisées et l’agriculture domine. Les Khitan construisent des villes fortifiées, des palais, des routes et creusent des canaux d’irrigation. Il existe deux sortes de propriétés foncière dans l’empire Liao : la propriété d’État, où vivent au Nord des soldats-pâtres et au Sud des agriculteurs et la propriété privée des aristocrates et le domaine concédé aux monastères bouddhistes. Cette propriété privée, affermée à des pâtres et des agriculteurs, est donnée en fief par le khan aux seigneurs féodaux qui en disposent sans restriction. Le commerce, avec les barbares du Nord et les sédentaires de Chine du Sud occupe une place importante, sous forme généralement de troc. Vers le , une monnaie de bronze apparaît.

Culture

L'écriture existe sous deux formes : la grande écriture khitan, tirée de l'écriture chinoise et utilisée pour les inscriptions officielles, et la petite écriture khitan, peut-être une variante de l'écriture ouïghoure. Les chroniques chinoises rapportent que la vie littéraire est importante à Pékin à l'époque de la dynastie Liao. Les empereurs eux-mêmes s'adonnent à la littérature et à la poésie, des savants khitan rédigent des ouvrages historiques. Sculpture, peinture et musique sont appréciées. Le chamanisme reste la religion des Khitan du Nord. Dans l'empire Liao, le confucianisme deviendra la religion d'État. Le bouddhisme, très populaire, détient le plus grand pouvoir. Catégorie:Ancien peuple de Chine Catégorie:Peuple turco-mongol de:Kitan en:Khitan people es:Kitán hu:Kitajok ja:契丹 ko:거란 mn:Кидан үндэстэн nl:Kitan no:Khitanerne pl:Kitanowie ru:Кидани ug:Qitan vi:Khiết Đan zh:契丹
Sujets connexes
Affermage   Agriculture   Amou-Daria   Apanage   Aristocratie   Artisanat   Balhae   Barbare   Bouddhisme   Bronze   Chamanisme   Civilisation chinoise   Commerce   Confucianisme   Corée   Datong   Deuxième dynastie Jin   Djaghataï   Djebé   Dynastie Liao   Dynastie Tang   Esclavage   Fief   Français   Féodalisme   Gengis Khan   Hebei   Histoire   Ili   Impôt   Kaifeng   Kara-Khitans   Karlouks   Khanat de Djaghataï   Kirghizes   Köktürks   Littérature   Mandchourie   Mandchous   Mer d'Aral   Mode de vie sédentaire   Monastère   Mongol   Mongolie   Mongols   Monnaie   Musique   Noblesse   Nomadisme   Oussouri   Ouïghour   Peinture   Peuples turcs   Poste   Poésie   Prisonnier de guerre   Pékin   Qarakhanides   Religion d'État   Russe   Sculpture   Shanxi   Sinogramme   Toungouses   Tourfan   Tribu (ethnologie)   Troc   Turkestan  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^