Dynastie Qin

Infos
La dynastie Qin (秦 ; pinyin : qín EFEO : Ts'in), qui régna sur la Chine de -221 à -206 avant notre ère, succéda à la dynastie Zhou et précéda la dynastie Han en Chine. Le mot Qin est écrit aussi Chin et il s'agit probablement de la source du mot Chine actuel. À la fin de la période des Royaumes combattants, Ying Zheng de Qin, un royaume situé à la périphérie du berceau de la culture chinoise et dirigé suivant la doctrine d
Dynastie Qin

La dynastie Qin (秦 ; pinyin : qín EFEO : Ts'in), qui régna sur la Chine de -221 à -206 avant notre ère, succéda à la dynastie Zhou et précéda la dynastie Han en Chine. Le mot Qin est écrit aussi Chin et il s'agit probablement de la source du mot Chine actuel. À la fin de la période des Royaumes combattants, Ying Zheng de Qin, un royaume situé à la périphérie du berceau de la culture chinoise et dirigé suivant la doctrine de l’École des Légistes, parvint à conquérir, un à un tous les autres royaumes indépendants : le Hann (-230), le Zhao (-228), le Wei (-225), le Chu (-223), le Yan (-222) et le Qi (-221). Il unifia ainsi la Chine en un empire centralisé que l'on qualifierait aujourd’hui de totalitaire, remplaçant le système féodal de la dynastie Zhou. Ying Zheng prit le nom de règne de Qin Shi Huangdi (Premier Auguste Empereur de Qin). 210 av. J.-C. Durant son règne, il réalisa de nombreux projets de constructions grandioses. La grande muraille pour se protéger des Xiongnu au nord, une somptueuse tombe et de nombreux canaux et ponts. Il standardisa les poids et mesures, la monnaie, l’écriture et la largeur des essieux des chariots. Les caractères de l’ancien état des Qin devinrent standard pour toute la Chine. Il voulut aussi unifier les esprits, exécuta de nombreux lettrés et ordonna un autodafé de tous les livres exceptés ceux ayant valeur purement pratique, comme les traités d’agriculture et ceux de divination. Le travail incessant exigé dans les dernières années du règne de Qin Shi Huangdi, ainsi que les brimades et arrestations arbitraires à l’égard des lettrés finirent par déclencher des révoltes et des jacqueries. D'après la légende, sa mort soudaine permit à deux hauts-fonctionnaires, le ministre Li Si et l'eunuque Zhao Gao, de contrefaire un ordre de suicide pour le prince Fu Su, pourtant désigné par le souverain comme héritier, afin de pouvoir placer sur le trône le plus jeune fils de l'empereur, Ying Hu Hai, comme dirigeant fantoche, sous le nom de Er Shi Huandi (Second Auguste Empereur). Moins de trois mois après la mort de Qin Shi Huangdi à Shaqiu, une révolte générale de paysans, soldats, prisonniers et descendants des nobles des anciens Royaumes combattants se répandit à travers toute la Chine. Chen Sheng et Wu Guan, deux soldats faisant partie d’un groupe assigné à la défense contre les Xiongnu, prirent la tête de la première rébellion. Ying Hu Hai fut finalement tué, après moins de trois ans de règne fantoche et remplacé par un enfant, son neveu Ying Zi Ying (fils de Fusu), qui ne sera souverain, de nom, que quelques mois. Enfin, la dynastie Qin s’éteint dans le feu et le sang, seulement trois ans après la mort de son fondateur.

Réalisations

Durant ses 15 années de domination (221 av. J.-C. - 207 av. J.-C.), la dynastie Qin réorganisa l'empire à l'intérieur d'un système impérial de districts (jun) et de comtés (xian) qui mit en place une base géographique et bureaucratique pour la dynastie lui succédant, les Han (206 av. J.-C. - 220). Bien que son règne ait été bref, la doctrine légiste de la dynastie Qin a laissé des traces durables en Chine : outre la centralisation administrative, on lui doit l’uniformisation des poids et des mesures, des caractères et de la monnaie. La censure et la destruction systématique des livres a peut-être été la cause de la perte définitive d’une partie des fruits de la période des Cent Écoles, mais, étant donné la courte durée de ce régime, une grande partie d’entre eux ont pu être retrouvés dans des cachettes ou reconstitués de mémoire. Pour avoir tenté d’éliminer, parfois physiquement, la classe des Lettrés (nous dirions aujourd’hui : les intellectuels), Qin Shi Huangdi a été soumis à la détestation générale pendant le reste de la longue histoire de la Chine impériale. Ceci n’a pas empéché Mao Zedong de se comparer dans quelques-uns de ses discours a Qin Shi Huangdi.

Rois et empereurs de la dynastie Qin

Le premier empereur de Chine Qin Shi Huangdi
-Ying Dang, au pouvoir sous le nom de Wu, roi de Qin (-311/-307)
-Ying Ji (ou Ze), au pouvoir sous le nom de Zhaoxiang ("le roi Zhao"), roi de Qin (-306/-251)
-Ying Zhu, au pouvoir sous le nom de Xiaowen, roi de Qin (-250)
-Ying Zi Chu (Yi Ren), au pouvoir sous le nom de Zhuangxiang, roi de Qin (-249/-247)
-Ying Zheng, roi de Qin (-246/-221) puis Qin Shi Huangdi "Premier Auguste Empereur de Qin" (-221/-210)
-Ying Hu Hai, fils du précédent, règne sous le nom de Qin Ershi Huangdi, "Second Auguste Empereur de Qin" (-209/-207)
-Ying Zi Ying, neveu du précédent, parfois appelé "Troisième Auguste Empereur (-207) De -207 à -202, il n'y a pas d'empereur de Chine

Voir aussi

- armée de terre cuite de l'empereur Qin
- chronologie de la Chine
- histoire de la Chine
- Qin ar:تشين ca:Dinastia Qin cs:Dynastie Čchin cy:Brenhinllin y Qin da:Qin-dynastiet de:Qin-Dynastie en:Qin Dynasty eo:Dinastio Qin es:Dinastía Qin et:Qini dünastia eu:Qin dinastia fi:Qin-dynastia id:Dinasti Qin it:Dinastia Qin ja:秦 ko:진나라 lt:Čin dinastija nl:Qin-dynastie no:Qin-dynastiet pl:Dynastia Qin pt:Dinastia Chin ru:Цинь (династия) sv:Qin tr:Qin Hanedanı vi:Nhà Tần zh:秦朝
Sujets connexes
Autodafé   Civilisation chinoise   Dynastie Han   Dynastie Zhou   Histoire de la Chine   Jacquerie   Légisme   Mao Zedong   Royaumes combattants   Totalitarisme   Xiongnu  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^