Monténégro

Infos
La vieille ville de Kotor. Façade principale du palais des princes puis des rois de Monténégro à Cetinje. Le Lac Noir de Durmitor Le Monténégro (nom vénitien signifiant « montagne noire », Crna Gora en serbe, Црна Гора en serbe cyrillique) est une république des Balkans. Le Monténégro est bordé par la mer Adriatique et est frontalier de la Croatie, de la Bosnie-Herzégovine, de la Serbie (y compris du Kosovo) et de l'Albanie. Les villes princi
Monténégro

La vieille ville de Kotor. Façade principale du palais des princes puis des rois de Monténégro à Cetinje. Le Lac Noir de Durmitor Le Monténégro (nom vénitien signifiant « montagne noire », Crna Gora en serbe, Црна Гора en serbe cyrillique) est une république des Balkans. Le Monténégro est bordé par la mer Adriatique et est frontalier de la Croatie, de la Bosnie-Herzégovine, de la Serbie (y compris du Kosovo) et de l'Albanie. Les villes principales de la république sont la capitale Podgorica (Titograd de 1945 à 1992) avec 170 000 habitants, Nikšić (75 000) et Pljevlja (37 000). L'ancienne capitale royale est Cetinje qui détient également le titre de « capitale de trône » (prestonica).

Histoire

Le Monténégro, bien que devenu récemment indépendant en 2006, a une longue histoire de plusieurs siècles en tant que duché semi-indépendant puis principauté autonome, puis en tant que royaume indépendant en 1910, avant son annexion en tant que province du Royaume de Yougoslavie en 1918. Au lendemain de la Seconde Guere mondiale, le Royaume a été dissous sous le nouveau régime communiste et la province est devenue une république autonome de la République fédérale socialiste de Yougoslavie. Le Parlement du Monténégro a officiellement proclamé l’indépendance du pays de l’ancienne communauté d’États de Serbie-et-Monténégro (qui avait été instaurée de façon transitoire en 2003 après la dissolution de la République fédérale de Yougoslavie) dans la soirée du 3 juin 2006, celle-ci entrant immédiatement en application. Le ministre islandais des Affaires étrangères Geir Haarde a annoncé avoir reconnu le Monténégro comme un pays indépendant et souverain, faisant ainsi de l’Islande le premier pays au monde à reconnaître l’indépendance monténégrine, la Russie lui emboîtant le pas le 11 juin, en devenant ainsi la première grande puissance à le faire, suivi dès le 13 juin, des États-Unis, du Royaume-Uni, et de la France qui ont adopté la même attitude, tout comme le gouvernement serbe. Le 22 juin, le Monténégro devient le 56 état membre de l'OSCE. Puis le 28 juin, il est admis en tant que 192 État membre de l’ONU. Le 15 octobre 2007, il signe un Accord de stabilisation et d'association avec l'Union Européenne.

Géographie

Carte du Monténégro Le Monténégro est situé dans les Balkans. C'est un territoire de forme relativement rectangulaire, bordé au Sud par la mer Adriatique, à l'Ouest par la Croatie et la Bosnie-Herzégovine, au Nord par la Serbie, au Nord-Est par le Kosovo) et enfin au Sud-Est par l'Albanie. Le territoire monténégrin s'étend depuis les hautes montagnes à la frontière avec la Serbie et l'Albanie — une partie des karsts de l'ouest de la péninsule balkanique — jusqu'à une étroite plaine côtière de deux à six kilomètres de large. Cette plaine s'interrompt abruptement au Nord, à l'endroit où le Mont Lovcen et l'Orjen plongent dans les bouches de Kotor. Ainsi, bien que disposant d'un large débouché sur la mer, le pays ne dispose pas de port important en raison d'un littoral très accidenté. La région karstique du Monténégro se situe à environ 1 000 m d'altitude, certaines parties montant à près de 2 000 m, comme le mont Orjen (1 894 m), point culminant des chaînes calcaires côtières. La vallée de la Zeta est la zone la plus basse, avec une altitude d'environ 500 m. Le Monténégro possède quelques cavités naturelles. Les montagnes du Monténégro comptent parmi les terrains les plus accidentés en Europe et parmi les parties qui furent les plus érodées dans la péninsule balkanique pendant la dernière ère glaciaire. Le territoire culmine au Zla Kolata, dans les monts Prokletije, à une altitude de 2 534 m.

Nom du pays

Le nom serbe ou monténégrin du Monténégro, Crna Gora, peut se traduire littéralement par « montagne noire », en référence aux forêts sombres qui recouvraient autrefois les Alpes dinariques. Le nom du pays, dans la plupart des langues d'Europe occidentale, y compris en français, en italien ou en anglais, est tiré du terme vénitien monte negro, qui a la même signification et remonte probablement à l'époque de la domination de Venise sur la région, au Moyen Âge. D'autres langues, notamment celles parlées aux environs immédiats, ont adopté leurs propres traductions de l'expression : c'est ainsi le cas de l'albanais (Mali i Zi), du grec (Μαυροβούνιο), du roumain (Muntenegru), du turc (Karadağ), du russe (Черногория) ou même de l'islandais (Svartfjallaland, c'est-à-dire « pays de la montagne noire »).

Subdivisions administratives

Du point de vue administratif, le Monténégro est divisé en 21 « municipalités » (opština en serbe), regroupant chacune une ville principale dont elle porte le nom.

Démographie

Groupes linguistiques

Par langue :
- Serbe : 63, 5 % (cf. ci-dessous)
- Monténégrin : 21, 53 % (cf. ci-dessous)
- Albanais : 5, 26 %

Langue monténégrine

La langue monténégrine est le serbe dans sa variante iékavienne. Les indépendantistes monténégrins insistent pour l'appeler monténégrin. Le gouvernement a provoqué un mouvement de protestation chez les professeurs partisans de l’union avec la Serbie en souhaitant que les manuels appellent uniquement « langue maternelle » (et non pas « serbe ») la langue parlée au Monténégro. D'ailleurs, depuis l'accession à l'indépendance, les Serbes du Monténégro qui représentent 44 % de la population réclament leur autonomie linguistique. Même si certains linguistes utilisent encore le terme de serbo-croate pour définir la langue parlée au Monténégro, en Serbie, en Bosnie-Herzégovine et en Croatie, officiellement le serbo-croate n’existe plus, chaque pays nommant sa langue : monténégrin, serbe, bosniaque (voire bosno-serbe ou bosnien en fonction de l’écriture utilisée) ou croate. Il y a isoglosse entre ces langues (les locuteurs se comprennent spontanément, sans traducteur) : leur définition est donc historique et politique. En revanche, il y a des différences partielles de lexique (certains mots, certaines conjugaisons ou déclinaisons varient) et surtout une différence d'alphabet : il est cyrillique et latin en Serbie (avec une utilisation courante de l'alphabet latin en dehors des situations officielles) et dans la République serbe de Bosnie, mais latin en Croatie et dans la Fédération de Bosnie-et-Herzégovine. Au Monténégro, l'emploi de l'alphabet latin progresse rapidement depuis la fin de la Yougoslavie aux dépens du cyrillique.

Groupes ethnico-religieux

Carte ethnique du Monténégro selon un sondage de 2003. La question de la composition ethnique, tout comme celle de la langue, est au cœur d'une querelle politique au Monténégro : l'identité ethnique monténégrine n'étant pas clairement définie. Un sondage sur l'origine ethnique des Monténégrins réalisé en 2003 et disponible sur le site du prince héritier donne les résultats suivantsUne personne pouvait se déclarer serbe, puis monténégrine dans un autre sondage. :
- Population totale : 620 145
- Monténégrins : 267 669 (43, 16 %)
- Serbes : 198 414 (31, 99 %)
- BosniaquesBosniaques (ou Bochniaques) est une traduction du terme Bosnien-croate-serbe ', anciennement désigné en Yougoslavie sous le terme Musulmans et ne doit pas être confondu avec « Bosniens » (en Bosnien-croate-serbe ), qui désigne les habitants de la Bosnie-Herzégovine. : 48 184 (7, 77 %)
- Albanais : 31 163 (5, 03 %) dont 70 % de musulmans et 30 % de catholiques
- Musulmans : 24 625 (3, 97 %)La nationalité Musulmane hérité de la Yougoslavie désigne habituellement les slaves de tradition musulmane qui ne se reconnaissent pas comme Bochniaques, cf note précédente.
- Croates  : 6 811 (1, 10 %)
- Rroms : 2 601 (0, 42 %)
- autres : 41 271 (6, 56 %) La répartition ethnique au Monténégro n'est pas homogène, les Albanais sont situés en majorité à l'Est et au Sud-Ouest du pays; aux frontières du Monténégro et de la Serbie et aux frontières avec l'Albanie. Les Musulmans et Bochniaques (terme qui désigne fondamentalement le même groupe national, les slaves du sud islamisés) vivent en majorité dans la zone nord dénommée aussi Sandjak. Quant à la répartition Serbes-Monténégrins; elle a été très fluctuante dans le temps non pas à cause de mouvements de population mais bien parce que les gens peuvent se déclarer succesivement Monténégrins ou Serbes principalement selon leurs options politiques (souverainisme/fédéralisme). On peut cependant définir grosso modo deux zones où les Serbes sont plus nombreux que les Monténégrins, la région du Sandjak et la région côtière. La petite minorité croate est localisée pour sa presque totalité dans la baie de Kotor. Les Albanais du Monténégro représentent 10 % de la population et sont majoritairement de confession musulmane. Ils se trouvent surtout au sud du Montenegro à la frontière avec l'Albanie. Leur noms ont été slavisés et leurs appellations subdivisées en : malsor, shqitar et albanski.

Politique

Le Monténégro est le premier pays du monde à avoir inscrit la protection de l'environnement dans sa Constitution (en 1992).

Économie


-
Produit intérieur brut : 1.5 milliards d'€
-
PIB/habitant : 1.530 €
-
taux de croissance : 5, 5 % (2006)
-
taux de chômage : 15 % (2006)
-
Inflation : 2, 4 % (2006)
-
Dette publique : 45 % du PIB (2006)
-
Principales matières premières : le bauxite, le minerai de fer et le lignite
-
Principales industries : tabac, aluminium, sel
-
Production agricole : légumes, céréales, pomme de terre, tabac, viticulture, agrumes, olives, figues
-
Tourisme : 15 % du PIB
-
Monnaie :
' euro (depuis 2005)

Culture

Sport

Après l'indépendance, les fédérations sportives nationales monténégrines ont été fondées, dont la Fédération du Monténégro de football. D'autres fédérations sont en cours de constitution, comme la .

Voir aussi

Notes

===
Sujets connexes
Accord de stabilisation et d'association   Albanais   Albanie   Alpes dinariques   Alphabet cyrillique   Alphabet latin   Aluminium   Anglais   Balkans   Bauxite   Bosniaques   Bosnie-Herzégovine   Bosnien   Bosniens   Bouches de Kotor   Cetinje   Croate   Croates   Croatie   Durmitor   Euro   Europe de l'Ouest   Filip Vujanović   France   Français   Fédération de Bosnie-et-Herzégovine   Fédération du Monténégro de football   Geir Haarde   Grec moderne   Inflation   Islandais   Islande   Isoglosse   Italien   Karst   Kosovo   Kotor   Langues slaves   Lignite   Mer Adriatique   Minerai de fer   Monténégrin   Monténégro   Moyen Âge   Musulmans (nationalité)   Oj, svijetla majska zoro   Opština   Organisation des Nations unies   Orjen   Pljevlja   Podgorica   Produit intérieur brut   Prokletije   Présidents du Monténégro   Roumain   Royaume-Uni   Royaume de Yougoslavie   Rroms   Russe   Russie   République   République fédérale de Yougoslavie   République fédérale socialiste de Yougoslavie   République serbe de Bosnie   Sandjak   Sel   Serbe   Serbes   Serbie   Serbie-et-Monténégro   Tabac   Turc   Venise   Villes du Monténégro   Viticulture   Vénitien   Yougoslavie   Zone euro  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^