Lao Zi

Infos
Lao Zi, Mythes et Légendes de Chine, 1922 par E. T. C. Werner Lao-tseu (transcription EFEO) ou Lǎo Zi (pinyin) 老子 (« vieil enfant » ou « maître Lao ») est un philosophe chinois qui aurait vécu au . Il est occasionnellement appelé Laojun, « Monsieur Lao » 老君. Le Livre de la Voie et de la Vertu ou Dao De Jing qu'on lui attribue a initié (a posteriori) le taoïsme et est considéré par d'autres courants également comme un texte p
Lao Zi

Lao Zi, Mythes et Légendes de Chine, 1922 par E. T. C. Werner Lao-tseu (transcription EFEO) ou Lǎo Zi (pinyin) 老子 (« vieil enfant » ou « maître Lao ») est un philosophe chinois qui aurait vécu au . Il est occasionnellement appelé Laojun, « Monsieur Lao » 老君. Le Livre de la Voie et de la Vertu ou Dao De Jing qu'on lui attribue a initié (a posteriori) le taoïsme et est considéré par d'autres courants également comme un texte philosophique important. Sur sa vie, on ne sait que peu de chose. Certains historiens estiment même qu'il n'a jamais existé. Il est considéré par le taoïsme religieux comme un dieu et l'ancêtre de toutes les écoles.

Mythe ou personnage réel ?

Sources

Les premières mentions de Lao Zi se trouvent dans le Zhuangzi (dix-huit passages) où il apparait le plus souvent sous le nom de Lao Dan 老聃. Il existe une occurrence isolée de Lao Laizi 老萊子 Un passage le décrit comme archiviste du roi des Zhou. On le voit le plus souvent critiquer les efforts de Confucius pour appliquer les vertus confucéennes, selon lui inefficaces et contre nature. Lao Zi l’appelle par son nom de famille, Qiu 邱, comme le ferait un aîné, mais il se pourrait que ce soit une initiative de Zhuang Zhou pour mettre en évidence la supériorité de Lao Zi. Un passage du Livre des rites, classique confucéen, mentionne que Confucius interrogea un jour Lao Dan sur les rites de deuil. Le Hanfeizi et le Huainanzi sont les premiers à lui attribuer le Dao De Jing. Au II siècle av.J.C. Sima Qian rédige sa biographie : selon lui, il se nomme Li Er 李耳, nom social Boyang 伯陽, encore appelé Dan. Il est né au pays de Chu dans le comté de Ku 苦. Il était archiviste des Zhou. Il pratiquait le dao et la vertu et se tenait caché. Il aurait rencontré Confucius à Luoyang alors que ce dernier venait consulter la bibliothèque. Ils auraient eu une série de discussions au cours desquelles Lao Zi aurait exposé à Confucius l’inutilité de ses pratiques. À l'âge mûr, lassé des hommes, il aurait quitté son pays par l'Ouest, chevauchant un buffle, et aurait dicté au gardien de la passe Yin Xi 尹喜 qui l'en priait les cinq mille caractères (environ) du fameux Livre de la Voie et de la Vertu qui est avec le Livre des Mutations aux sources de l'ésotérisme chinois. Une théorie affirme qu'il n'aurait écrit que les dix premiers articles du Livre de la Voie et de la Vertu et que les autres auraient été ajoutés plus tard. Cette hypothèse est liée aux doutes concernant l’identité de Lao Laizi, l’un des noms sous lesquels est mentionné le critique du confucianisme du Zhuangzi. On trouve effectivement dans des textes datant d’avant l’empire, comme le Zhanguoce 战国策, mention d’un Lao Laizi de Chu, vivant à l’époque des Printemps et des Automnes, né sous le roi Kang 康王 559-545 av.J.C. et mort sous le roi Hui 惠王 488-432 av.J.C. , pratiquant du Dao qui aurait vécu 160 ou 200 ans. Il se serait retiré dans les montagnes vers 479 av.J.C. pour y vivre en ermite avec sa femme, refusant le poste offert par le roi. Il serait l’auteur d’un Laolaizi en 15 ou 16 articles, perdu dès la fin des Han. Le folklore de la région de Jingmen au Hubei a conservé son souvenir ; il est devenu au le héros d’une des Vingt-quatre histoires de piété filiale 二十四孝 de Guo Jujing 郭居敬.

Débat

Rien ne permet donc de clore le débat. Le Lao Dan du Zhuangzi est-il inspiré par un personnage réel ? Pourrait-il être le Lao Laizi du Hubei ? Même s’il s’agit d’un personnage historique, est-il vraiment l’auteur du Dao De Jing ? D’où l’historien Sima Qian tire-t-il le nom de Li Er et le lieu d’origine mentionné dans sa biographie ? Autant de questions toujours sans réponse. Il existe d’ailleurs deux candidats possible pour le comté de Ku : l’actuel comté de Luyi 鹿邑 dans le Henan et la ville de Guoyang 涡阳 dans l’Anhui. Le sens du nom Lao lui-même est débattu : l’interprétation littérale de « vieux » ou « ancien », évoquant la sagesse, est tentante ; certains prennent le suffixe zi au sens littéral d’« enfant » et en font « le vieil enfant », appellation mystique ou symbolique. Néanmoins, d’autres font remarquer que le nom de famille Lao est attesté à l’époque des Royaumes combattants. Différentes identifications historiques ont été proposées par les érudits chinois. Certains, faisant remarquer que Mencius, grand continuateur de Confucius avec Xun Zi, ne mentionne pas Lao Zi dans ses diatribes contre les excès des mohistes et des taoïstes, en déduisent que Lao Zi n'est sans doute pas un personnage historique, mais peut-être tout simplement le fruit de l'imagination de Zhuang Zi et d'autres penseurs du même courant comme Lie Zi, auteur du Vrai classique du vide parfait. L'un d'eux aurait eu l'idée géniale de signer son livre du nom du sage reclus auprès duquel Confucius, le premier maître de la Chine selon Feng Youlan, serait allé demander conseil et en aurait, nous dit la légende, perdu trois jours durant l'usage de la parole. Lao Zi en dieu taoïste avec l’éventail en main

Lao Zi dans le taoïsme

Lao Zi et le souverain civilisateur mythique Huangdi sont les personnages centraux du courant huanglao, dont l'appellation provient de la combinaison de leurs deux noms. Ce courant, très répandu de la fin des Royaumes combattants aux début des Han, serait à l’origine philosophique et politique puis aurait pris un tour plus religieux quand il fut évincé par le confucianisme. On trouve des témoignages de la divinisation de Lao Zi dès les Han orientaux : l’empereur Huandi (r. 146-168), par exemple, lui rend un culte. Sous son règne en 153, Wang Fu 王阜, préfet de la région de Changsha, fait dresser une stèle dédiée à Lao Zi sur laquelle celui-ci est identifié au Dao originel du commencement des choses. À la même époque, le lettré Bian Shao 邊韶 déclare que Lao Zi est un immortel et le maître des sages. Il est l’un des quatre grands dieux de la secte des cinq boisseaux de riz qui exige de ses adeptes la récitaton régulière du Dao De Jing et deviendra sous les noms de Vénérable céleste du Dao et de la Vertu ou Pur du faîte suprême l’un des Trois Purs, divinités principales des grandes écoles taoïstes modernes. Dans ce rôle, il apparait sous des formes diverses au fil des siècles pour guider les fidèles. C'est ainsi que le taoïsme religieux, confronté au à l'arrivée du bouddhisme en Chine, a tenté un rapprochement audacieux entre ce personnage parti en pays barbare et le Bouddha qui serait son incarnation ou son élève. Un membre de l’École des Maitres célestes exposa cette opinion dans La conversion des Barbares par Lao Zi Laozihuanhu 老子化胡, ouvrage qui sera régulièrement repris et enrichi jusqu'au XIV siècle où les prétentions de voir Lao Zi dans le Bouddha seront définitivement rejetées. Dans les temples son effigie est à la droite du trio des Trois Purs ; il a la barbe et les cheveux blancs et tient en main un éventail. Les empereurs de la dynastie Tang, dont le nom de clan était Li, accèptèrent volontiers de se considérer comme ses descendants lorsqu’ils firent du taoïsme leur religion officielle et de l'honorer comme Shengzu 聖祖 « Saint ancêtre ». L’empereur Gaozong (r. 649-683) lui accorda le titre de « Suprême empereur céleste du mystère originel » 太上玄元天帝.

Lao-Tseu : précurseur de l'anarchisme ?

Lao-Tseu est considéré par beaucoup comme un précurseur de l'anarchisme, en effet, certaines citations (voir plus bas) correspondent à une certaine idée de l'anarchisme. Néanmoins cette question reste sujette à débat en raison des nombreuses interprétations des écrits de Lao-Tseu.

Aspects légendaires

Image classique de Lao Zi s’en allant vers l’Ouest monté sur un buffle Sa divinisation a accentué son aspect hors du commun : sa mère l'aurait porté pendant huit ou quatre-vingts ans. Ge Hong le décrit ainsi : peau jaune clair, oreilles longues, grands yeux, dents écartées, bouche carrée aux lèvres épaisses, quinze rides sur un front large qui porte aux coins la forme de la lune et du soleil. Il a deux arêtes de nez et trois orifices à chaque oreille, et les dix lignes des êtres d’élite marquent ses paumes. Lorsqu’il naquit, une comète apparut dans le ciel et neuf dragons sortirent de terre pour le baigner. C’est ce dernier détail, joint au fait que selon Bian Shao, son lieu de naissance se situait au confluent des rivières Guo et Gu et sur la rive yáng de la Guo, qui a encouragé la ville de Guoyang à postuler la place de lieu de naissance du sage. Il y existe en effet un site appelé « Puits des neuf dragons » qui daterait des Printemps et des Automnes. Les caractères qui composent son nom, Lao vieux), Li (prune) et Er (oreille) ont inspiré l'imagination. Certains estiment que le surnom de « vieux » lui vient du fait qu’il est né avec des cheveux blancs, d’autres préfèrent imaginer que sa mère l’a eu sur le tard. « Prune » viendrait du fait que sa mère l’aurait conçu en apercevant une comète ou un dragon volant alors qu’elle était assise sous un prunier, ou bien en consommant un fruit magique. Quant à « oreille », il est en général expliqué par leur taille particulèrement développée, surtout les lobes, caractéristique souvent prêtée aux sages.

Citations

- Aucun de nous ne sait ce que nous savons tous, ensemble.
- Si quelqu'un t'a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre.
- Les hommes sont différents dans la vie, semblables dans la mort.
- Savoir se contenter de ce que l'on a, c'est être riche.
- L'échec est le fondement de la réussite.
- Mieux vaut allumer une bougie que maudire les ténèbres.
- L'homme qui sait ne parle pas. L'homme qui parle ne sait pas.
- Plus il y a de lois plus il y a de voleurs.
- Si tu abolis l'amour du gain, les voleurs et les bandits disparaîtront.
- Lorsque le saint homme gouverne, il vide son cœur, il remplit son ventre (son intérieur), il affaiblit sa volonté, et il fortifie ses os.. (voir traduction: http://taoteking.free.fr/interieur.php3?chapitre=3)
- Le combat n'a rien à voir avec la querelle
- Donne un poisson à un homme, tu le nourris pour un jour. Apprends lui à pêcher, il se nourrira toute sa vie.
- Celui qui a inventé le bateau a aussi inventé le naufrage.
- Celui qui connait les autres est perspicace ; celui qui se connait lui-même est intelligent.

Notes

Voir aussi

===
Sujets connexes
Anhui   Bouddhisme   Changsha   Chu (État)   Civilisation chinoise   Confucius   Dao De Jing   Dragon chinois   Dynastie Han   Dynastie Tang   Dynastie Zhou   Gautama Bouddha   Ge Hong   Han Fei Zi   Henan   Huanglao   Hubei   Immortel taoïste   Lie Yukou   Luoyang   Philosophie chinoise   Période des Printemps et des Automnes   Royaumes combattants   Sima Qian   Sinogramme   Système de romanisation de l'EFEO pour le mandarin   Taoïsme   Trois Purs   Xun Zi   Yi Jing   Yáng (陽 ou 阳)   Zhuang Zi  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^