Azote

Infos
L'azote est un élément chimique de la famille des pnictogènes, de symbole N et de numéro atomique 7. L'azote est le 34 élément constituant la croûte terrestre par ordre d'importance. Les « minéraux » contenant de l'azote sont essentiellement les nitrates : nitrate de potassium KNO3 (constituant du salpêtre) ou « nitre » qui servait autrefois à faire des poudres explosives; nitrate de sodium NaNO3 (constituant du salpêtre du Chili). Dans le la
Azote

L'azote est un élément chimique de la famille des pnictogènes, de symbole N et de numéro atomique 7. L'azote est le 34 élément constituant la croûte terrestre par ordre d'importance. Les « minéraux » contenant de l'azote sont essentiellement les nitrates : nitrate de potassium KNO3 (constituant du salpêtre) ou « nitre » qui servait autrefois à faire des poudres explosives; nitrate de sodium NaNO3 (constituant du salpêtre du Chili). Dans le langage courant, l'azote désigne le gaz diatomique diazote N2, constituant majoritaire de l'atmosphère terrestre, représentant presque les 4/5 de l'air.

Histoire

Le nom latin « nitrogenium » provient du grec nitron gennan, ce qui signifie « formateur de salpêtre » (nitrate de potassium). Le symbole chimique N provient de cette origine. Le terme anglais pour désigner l'azote est nitrogen. Il existe aussi le nom nitrogène en français, mais l'appelation azote est la plus fréquente. Antoine Lavoisier a choisi le nom azote, composé de a- (privatif) et du radical grec ζωτ-, « vivant » et signifie donc « privé de vie », du fait que contrairement à l'oxygène, il n'entretient pas la vie des animaux. L'azote a été isolé par Daniel Rutherford en 1772, cependant les composés azotés sont connus depuis l'antiquité. On le préparait en extrayant de l'air le dioxygène et le dioxyde de carbone. Il a principalement été utilisé sous forme de nitrates, dans les engrais et explosifs pour les munitions de guerre et de chasse ou explosifs civils.

Propriétés

Propriétés physiques

À la pression atmosphérique normale :
- l'azote N2 se condense (ou se vaporise) à -196°C ;
- sa viscosité est de 1, 75 Pa.s à 20°C ;
- sa solubilité dans l'eau à pression atmosphérique, égale à 22, 0 mol/l à 15°C, est la moitié de celle de l'oxygène.

Exploitation et usages

Composés de l'azote

L'élément chimique « azote » est un des composants principaux du Vivant et des écosystèmes ainsi que des agrosystèmes (Cf. cycle de l'Azote). Il entre dans la composition des protéines (pour environ 15 %). L'azote est présent dans de très nombreux produits chimiques, dont certains pesticides dits à (« urées substituées ») L'azote a été exploité et l'est encore en tant qu'engrais naturel dans l'urée animale (ou humaine) et le guano (excréments sec d'oiseau ou de chauve-souris), notamment au Chili, au Pérou, en Inde, en Bolivie, en Espagne, en Italie et en Russie. La nitre (nitrate naturel minéral) était autrefois récoltée pour produire la poudre à canon. Le cycle de l'azote Aujourd'hui, ses composés sont essentiellement produits industriellement par synthèse chimique pour de nombreux usages, dont par exemple :
- fertilisant agricoles (engrais); les sels d'ammonium sont absorbés par les plantes, qui sont alors forcées d'absorber plus d'eau (équilibre osmotique). Ces sels forcent ainsi la plante à grossir. Si d'autres minéraux sont présent en suffisance (phophore, potassium en particulier) cet azote dope la croissance des plantes cultivées. De l'azote est pour cette raison utilisé sous forme de nitrate d'ammonium, NH4NO3, de sulfate d'ammonium, (NH4)2SO4, de monophosphate d'ammonium, NH4H2PO4, ou d'urée, CO(NH2)2. C'est au jourd'hui le principal usage de l'azote dans le monde, qui est également responsable d'une pollution généralisée (eutrophisation, dystrophisation) de l'environnement (eaux de nappes, estuaires, certains littoraux, avec l'apparition de vaste zones mortes dans les océans jugées très préoccupantes par l'ONU).
- produits pharmaceutiques :
- certains nitrates « organiques », telle la nitroglycérine, sont utilisés pour soigner certaines affections cardiovasculaires ;
- le protoxyde d'azote (gaz hilarant) est utilisé comme anesthésiant ;
- l'ammoniac NH3, utilisé comme matière première de production de polymères, d'explosifs, d'engrais, ou comme fluide réfrigérant dans certains installations industrielles ;
- combustibles (l'hydrazine et autres dérivés comme combustibles de fusée) ;
- explosifs (composés chimiques organiques qui possèdent plusieurs groupes -ONO2 ou -NO2 : dynamite).
- gaz propulseurs pour bombes aérosols (N2O) ou aérographes ;
- conservateur (E250, NaNO2) ;
- azoture de sodium, utilisé pour gonfler instantanément les coussins de protection "airbags" en cas de choc.

Diazote

Aujourd'hui, l'azote gazeux ou diazote est généralement obtenu par liquéfaction de l'air, dont il est le principal constituant avec une concentration de en volume et de en poids. La production mondiale est d'environ 150 millions de tonnes par an. Le gaz diazote lui-même a en particulier les applications suivantes :
- gaz « neutre » utilisé pour protéger (grâce à la constitution d'une atmosphère inerte confinée) des produits, des objets ou des contenants (citernes par exemple) dans l'industrie, les musées ou autres lieux : protection contre la corrosion, des insectes, champignons... ;
- gaz utilisé comme pesticide doux pour éliminer par asphyxie les vers du bois ou certains organismes (ex : Petite vrillette) ayant colonisé des objets anciens fragiles (cadres, sculptures et objets de bois, incunables, les parchemins, gravures, etc.) ;
- gaz de gonflage de pneumatiques. Bien que l'air contienne déjà 78 % d'azote (de diazote pour être plus précis), certains professionnels de l'aviation ou de la formule 1, (par exemple), augmentent cette proportion et gonflent les pneumatiques avec de l'azote presque pur. Ce gaz ayant la propriété d'être inerte et stable conserve une pression plus constante même en cas d'échauffement intense du pneumatique. De plus ce gaz fuit plus difficilement. Une polémique existe d'ailleurs quant à l'introduction de cette méthode pour les véhicules particuliers. En effet, ceux-ci sont soumis à des contraintes bien moindres ce qui rend la différence avec l'air moins notable. Par contre le gonflage devient payant et on lui reproche souvent d'avoir un prix non justifié (le gonflage à l'air est souvent gratuit et jugé satisfaisant). Ceux qui l'utilisent devraient avoir, en principe, à rectifier le gonflage plus rarement, mais ils doivent néannmoins contrôler les pressions régulièrement.
- gaz utile pour gonfler les accumulateurs hydrauliques en raison de sa passivité vis à vis des huiles.
- agent de lutte contre les incendies : allié à 50% d'argon et parfois avec du dioxyde de carbone, il est présent dans certaine installations d'extinction automatique à gaz protègeant des salles informatiques ou des stockages particuliers ne devant pas être endommagés par de la poudre ou de l'eau. Conservé dans des bonbonnes métalliques sous une pression d'environ 200 bars, il est libéré dans un local où un début d'incendie a été détecté. Le volume de diazote injecté remplace une partie de l'atmosphère de la pièce et entraine une chute du taux d'oxygène dans l'air. Le niveau généralement retenu de 15 % de comburant interrompt le phénomène de combustion sans effet létal sur la respiration humaine ;
- azote liquide :agent réfrigérant. Le diazote, contrairement aux gaz inhibiteurs chimiques halogénés et aux CFC ne présente a priori aucun effet nocif pour l'environnement (pas d'impact sur l'effet de serre, ni sur la couche d'ozone). Mais il requiert des réservoirs volumineux, des canalisations adaptées et des mesures constructives pour faire face à la détente brutale d'un équivalent de 40 à 50 % du volume protégé. Danger du gaz diazote : l'utilisation de diazote pour créer des atmosphères confinées inertes est à l'origine de plusieurs morts par asphyxie, lorqu'une personne pénètre sans s'en rendre compte dans une enceinte inertée ; il est nécessaire de vérifier la présence d'une proportion suffisante d'oxygène dans de tels espaces confinés avant d'y pénétrer, ou de s'équiper d'un appareil respiratoire autonome.

Voir aussi


- Amide
- Amidure
- Amine
- Ammoniac
- Azoture
- Cycle de l'azote
- Fixation biologique de l'azote
- Nitrite
- Nitronium
- Nitrure
- NOx
- Eutrophisation, dystrophisation ==
Sujets connexes
Accumulateur hydraulique   Air   Amide   Amidure   Amine (chimie)   Ammoniac   Ammonium   Anesthésie   Antoine Lavoisier   Argon   Automobile   Aviation   Azoture   Aérosol   Bolivie   CFC   Chili   Comburant   Combustion   Couche d'ozone   Croûte terrestre   Cycle de l'azote   Daniel Rutherford   Diazote   Dioxyde de carbone   Dioxygène   Dynamite   Dystrophisation   Détecteur   Effet de serre   Engrais   Espagne   Eutrophisation   Fixation biologique de l'azote   Formule 1   Guano   Hydrazine   Incendie   Inde   Installation d'extinction automatique à gaz   Italie   Liste des éléments par symbole   Munition   NOx (chimie)   Nitrate   Nitrate de sodium   Nitrite   Nitroglycérine   Nitronium   Nitrure   Numéro atomique   Organisation des Nations unies   Oxygène   Pesticide   Petite vrillette   Pneumatique (véhicule)   Pnictogène   Polymère   Potassium   Poudre à canon   Pression   Protoxyde d'azote   Protéine   Pérou   Russie   Salpêtre   Solubilité   Synthèse chimique   Urée   Zone morte  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^