Kimi Räikkönen

Infos
Ferrari) à l'issue de sa victoire lors du Grand Prix d'Australie 2007 Kimi Matias Räikkönen (né le 17 octobre 1979 à Espoo, Finlande -) est un pilote automobile finlandais de Formule 1. Il a fait ses débuts en Formule 1 en 2001 avec l'écurie suisse Sauber. Après cinq saisons sans être parvenu à remporter le titre de champion du monde, Kimi Räikkönen, que les journalistes ont surnommé « Iceman », à cause de son étonnante capacité à conserver son sang-
Kimi Räikkönen

Ferrari) à l'issue de sa victoire lors du Grand Prix d'Australie 2007 Kimi Matias Räikkönen (né le 17 octobre 1979 à Espoo, Finlande -) est un pilote automobile finlandais de Formule 1. Il a fait ses débuts en Formule 1 en 2001 avec l'écurie suisse Sauber. Après cinq saisons sans être parvenu à remporter le titre de champion du monde, Kimi Räikkönen, que les journalistes ont surnommé « Iceman », à cause de son étonnante capacité à conserver son sang-froid en toutes circonstances, quitte à la fin de la saison 2006 McLaren-Mercedes Il dispute la saison 2007 chez Ferrari, où il succède — après la retraite de celui-ci — au septuple champion du monde allemand Michael Schumacher, aux côtés du brésilien Felipe Massa. Il devient Champion du Monde de Formule 1 à l'issue de l'ultime Grand Prix de la saison à São Paulo, en devançant sur le fil Lewis Hamilton et Fernando Alonso.

Biographie

Encore enfant, Kimi Räikkönen découvre la compétition automobile par l'intermédiaire du karting, qu'il commence à pratiquer dès l'âge de 8 ans. En 1999, il participe pour la première fois à des courses de monoplaces et se fait remarquer immédiatement : il remporte les quatre courses auxquelles il participe en Formule Renault. En 2000, il remporte le championnat britannique en remportant sept courses sur les dix qui figuraient au calendrier.

2001 : Débuts prometteurs chez Sauber

Une telle performance attire l'attention des responsables des écuries de Formule 1, et, après des essais au cours desquels il étonne les ingénieurs de l'écurie suisse Sauber, Peter Sauber l'engage pour la saison 2001. La FIA hésite à accorder la super licence — sésame indispensable pour pouvoir piloter en Formule 1 — à un si jeune pilote, qui parait totalement inexpérimenté, ayant seulement disputé dix-sept courses en monoplace. (13 victoires, 3 podiums et 1 abandon) Après avoir finalement obtenu sa super licence, d'abord à titre provisoire, le pilote finlandais dispute la saison 2001 chez Sauber-Petronas, aux côtés de l'Allemand Nick Heidfeld, protégé de McLaren Mercedes, saison au cours de laquelle il terminera deux fois à la 4 place. Une performance qui parut amplement suffisante à McLaren-Mercedes pour l'engager — au détriment de son coéquipier à qui la place semblait promise — pour remplacer un autre Finlandais, Mika Häkkinen, parti à la retraite.

2002-2006 : Cinq saisons sans titre chez McLaren-Mercedes

2002 En 2002, la McLaren MP4-17 n'est pas la voiture la plus fiable du plateau, mais cela n'empêche pas Kimi de prendre rapidement la mesure de son expérimenté équipier David Coulthard — qui dispute sa septième saison chez McLaren-Mercedes — et de terminer 6 au classement final du championnat, avec 4 podiums et un record du tour à la clé. Il passe proche de sa première victoire à l'occasion du Grand Prix de France, où piégé par une traînée d'huile, il doit céder le commandement de l'épreuve à Michael Schumacher à quelques boucles de l'arrivée. En 2003, au volant d'une monoplace qui n'est qu'une évolution de celle de la saison précédente, il s'octroie sa première victoire en début de saison lors du GP de Malaisie. Il est également déclaré vainqueur dans la confusion de l'épreuve suivante au Brésil avant que quelques jours plus tard, la FIA ne reconnaisse une erreur et accorde finalement la victoire à Giancarlo Fisichella. D'une grande régularité tout au long de l'année, il se positionne comme un candidat au titre mondial que sont également en mesure de briguer Michael Schumacher et le colombien Juan Pablo Montoya (Williams-BMW). Au Grand Prix du Japon, dernière manche du championnat, il est le seul pilote encore en mesure de ravir le titre à Schumacher, qui compte neuf points d'avance sur lui. Mais sa deuxième place (la septième de la saison) est insuffisante pour devancer le pilote allemand et l'oblige à se contenter du titre de vice-champion du monde. Ses espoirs de bien figurer au championnat 2004 sont rapidement douchés par le manque de compétitivité de la nouvelle McLaren, la MP4-19, qui s'avère en outre d'une fiabilité douteuse. Sa première moitié de saison est catastrophique, avec seulement deux arrivées et un point inscrit en sept courses. Au Grand Prix de France, McLaren sort une profonde évolution de sa monoplace, la McLaren MP4-19B, qui permet enfin à Kimi de se battre avec les meilleurs. A Silverstone, après avoir réalisé la pole position, il termine deuxième derrière l'intouchable Ferrari F2004 de Michael Schumacher. Puis, au GP de Belgique, malgré une qualification ratée, il se hisse rapidement en première place et après une course à rebondissements au cours de laquelle la voiture de sécurité dut intervenir à trois reprises, il décroche la deuxième victoire de sa carrière en contenant les assauts de Michael Schumacher. Deux nouveaux podiums en fin de saison (troisième en Chine puis deuxième au Brésil où il s'est battu pour la victoire avec Juan Pablo Montoya) ne l'empêchent pas de terminer à une décevante 7 place place au championnat avec seulement 45 points. En 2005, Kimi connaît encore un début de saison difficile. Relativement performantes en course (comme le prouvent son meilleur tour en Malaisie et celui de son coéquipier d'un jour Pedro de la Rosa à Bahrein), les McLaren sont handicapées par des qualifications ratées où elles peinent à faire monter en température leurs pneus. Une modification du train avant et de la répartition des masses permettent de rectifier le tir à partir du Grand Prix de Saint-Marin, où Kimi réalise la pole, avant d'être contraint à l'abandon. Fiabilité et performances se combinent enfin lors des Grands Prix d'Espagne et de Monaco qu'il domine outrageusement mais au terme desquels il reste à distance respectable du leader du championnat du monde Fernando Alonso, auteur quant à lui d'un début de saison quasiment sans faute sur sa Renault. Un troisième succès consécutif lui semble promis lors du GP d'Europe sur le Nurburgring mais les vibrations causées par un "plat" sur son pneu provoquent une spectaculaire casse de sa suspension à l'entame du dernier tour et offrent la victoire à Fernando Alonso. Räikkönen renoue avec la victoire au Canada et reprend 10 points à Alonso mais est ensuite victime d'ennuis techniques à répétition, notamment sur son moteur Mercedes : en France et en Grande-Bretagne, pénalisé de dix places sur la grille en raison de casses moteurs lors des essais, il est contraint à de spectaculaires remontées dans le peloton, qu'il achève à chaque fois derrière Alonso. Pire, en Allemagne, la casse moteur intervient en course alors qu'il dominait les débats et permet à Alonso de creuser encore un peu plus l'écart au championnat. La supériorité du duo Räikkönen/McLaren se concrétise à nouveau en Hongrie et en Turquie. En Italie à nouveau pénalisé à l'issue des qualifications (alors qu'il avait réalisé la pole), il termine 4, mais s'impose en Belgique et conserve un infime espoir de titre mondial. Ses chances d'être titré s'envolent définitivement au GP du Brésil, antépénultième manche de la saison, qu'il termine deuxième devant Fernando Alonso, lequel décroche son premier titre de champion du monde. Pour l'honneur, Räikkönen s'impose avec classe lors de la manche suivante au Japon : parti de l'avant dernière ligne, à la 17 place, il fournit un effort tout au long du Grand Prix pour se rapprocher de la tête de course. Dans les derniers tours, il se lance à l'assaut de la première place détenue par Giancarlo Fisichella (Renault) qu'il parvient à dépasser à l'entame de l'ultime boucle en lui faisant l'extérieur dans le premier virage du circuit en fin de ligne droite des stands. Grand Prix de Monaco 2006 La saison 2006 est une nouvelle année blanche pour Kimi, dont les performances sont handicapées par un matériel qui ne peut lutter à armes égales avec celui des pilotes Renault et Ferrari. Le climat dans l'écurie McLaren s'est détérioré après l'annonce dès le mois de décembre 2005 du recrutement du champion du monde Fernando Alonso pour la saison 2007. Devant l'impossibilité de se battre pour la victoire, le coéquipier de Kimi, Juan Pablo Montoya jette l'éponge en milieu de saison et annonce son départ pour le championnat Nascar en 2007. Il est remplacé par le pilote d'essais Pedro de la Rosa, qui termine la saison. Kimi n'obtient aucune victoire et doit se contenter de quelques coups d'éclat gâchés par ces défaillances techniques (6 abandons) et le moindre niveau de performance de la McLaren MP4-21. Sollicité par les trois écuries de pointe pour la saison 2007, Kimi fait attendre sa décision. Échaudé par cette saison catastrophique, il décide de quitter au bout de cinq saisons McLaren-Mercedes, où il ne sera pas parvenu à obtenir le titre de champion du monde que son talent laissait espèrer. N'ayant pas confiance dans l'avenir de Renault, malgré les deux titres que cette écurie vient de remporter, il donne finalement sa préférence à la prestigieuse Scuderia Ferrari, qui annonce le 10 septembre 2006 son recrutement pour remplacer Michael Schumacher, qui vient d'annoncer son retrait de la compétition à la fin de la saison.

2007 : Une succession risquée mais conquérante chez Ferrari

Kimi en mars 2007 A peine installé dans sa nouvelle écurie, Kimi Räikkönen débute la saison 2007 en fanfare. Lors du premier Grand Prix, en Australie, il devient le premier pilote Ferrari depuis Juan Manuel Fangio en 1956 à réussir un « hat-trick » (
Pole position, meilleur tour en course, victoire) dès sa première course en rouge. Ces débuts tonitruants laissent bien augurer de la manière dont Kimi va pouvoir assumer la délicate succession du septuple champion du monde Michael Schumacher dont il a la charge. Mais, lors des deux courses suivantes, il est dominé par le champion du monde en titre Fernando Alonso (McLaren-Mercedes) au GP de Malaisie, puis par son coéquipier Felipe Massa au GP de Bahreïn et termine chaque fois sur la 3 marche du podium, devancé également par le surprenant débutant Lewis Hamilton (McLaren-Mercedes). Contraint à l'abandon dès le début de la course (9 tour) en raison de problèmes électriques, lors du GP d'Espagne — remporté à nouveau par son coéquipier, qui le domine également en qualification — Kimi, qualifié en 16 position à Monaco, où la place sur la grille a une importance primordiale en raison de la quasi-impossibilité de dépasser, parvient péniblement à entrer dans les points, récoltant celui de la 8 place, en terminant à un tour du vainqueur (Fernando Alonso) au terme d'une course anonyme au cours de laquelle il resta englué dans le peloton. Au terme de la campagne « américaine », qui voit les deux premières victoires du jeune Lewis Hamilton, Kimi, qui termine 5 au Canada et 4 à Indianapolis pour le GP des États-Unis, se retrouve distancé au championnat. Il réagit en remportant le GP de France ainsi que celui de Grande-Bretagne d'une manière qui n'est pas sans rappeler la stratégie qu'utilisait parfois Michael Schumacher. En effet, c'est grâce à des arrêts aux stands décalés qu'il a remporté ces deux courses, en effectuant en fin de deuxième relais, une série de tours très rapides avant le second ravitaillement. Cette tactique lui permit par deux fois de ressortir des stands en tête, à Magny-Cours en devançant son coéquipier Felipe Massa, à Silverstone Alonso. Il connaît la malchance au Nurburgring lorsqu'après une avoir réalisé la pole position, il est contraint à l'abandon sur panne mécanique. En Hongrie, si les Ferrari sont dominées en qualifications par les McLaren, il parvient néanmoins à réduire l'écart en course et finit dans les échappements d'Hamilton, reprenant ainsi 8 points à son coéquipier Felipe Massa. En Turquie, il ne se qualifie que troisième sur la grille, malgré une voiture moins chargée en essence que l'auteur de la pole position, Massa. Cette performance mitigée plombe sa course puisque, contraint à des arrêts aux stands précoces, il ne peut inquiéter son coéquipier et doit se contenter de la deuxième place (non sans avoir réalisé le meilleur tour en course dans l'ultime boucle). A Monza, il joue de malchance pendant les essais où il percute violemment les rails puis la barrière de pneus avant la 3 chicane. Ferrari attribue ce problème à une "bosse", mais Kimi s'en tire avec une blessure à la nuque qui l'handicape tout le week-end. Il signe un médiocre 5 temps en qualifications, qui cache des problèmes de performance mais surtout une voiture lourde en essence. Auteur d'un bon départ, puis profitant de l'abandon de Massa, il se hisse rapidement en troisième position, mais sur un rythme sensiblement plus lent que les McLaren. Sa stratégie à un seul arrêt lui permet de ressortir des stands devant Hamilton, mais il n'est pas en mesure de lui résister en doit se contenter de la troisième marche du podium. A Spa-Francochamps le Finlandais s'impose pour la 3 fois consécutive. Il a en effet remporté les deux dernières éditions en 2004 et 2005, le circuit de Spa n'ayant pas été présent au calendrier 2006. Les deux Ferrari ont dominé les deux McLaren pendant la totalité de la cours et Kimi franchit la ligne d'arrivée en vainqueur de son Grand Prix fétiche. Il ne manque pas de saluer le 15 titre des constructeurs de l'équipe Ferrari, suite à l'exclusion de Mclaren Mercedes, par un "donuts" (360 degré en dérapage). GP de Bahreïn Räikkönen à Bahreïn Après un GP du Japon disputé sur un circuit du Mont-Fuji faisant son retour en championnat du monde, et sous une pluie battante, où il termine troisième après être remonté de la dernière place, suite à un arrêt au stand forcé (la FIA avait ordonné à l'ensemble des équipes de parti en pneus « maxi-pluies » mais Ferrari n'en a eu connaissance qu'après le départ de la course et a dû faire s'arrêter ses deux voitures sous peine de disqualification), les chances du Finlandais s'amenuisent au championnat avec 17 points de retard sur le leader du championnat du monde, Lewis Hamilton, qui remporte cette course, tandis que Räikkönen termine derrière son compatriote Heikki Kovalainen qui parvient à décrocher sa première 2 place. Mais sur le circuit de Shanghai, il se replace dans la course au titre en s'imposant après avoir réussi un dépassement sur Hamilton, en difficulté avec ses pneumatiques, pour prendre la tête de la course. Le Britannique abandonnera après avoir fait une erreur en rentrant aux stands et Räikkönen reviendra à sept points de Hamilton, l'autre pilote McLaren Fernando Alonso étant intercalé en deuxième positon du championnat. Au Brésil, sur le circuit de São Paulo, et alors qu'il n'est qu'outsider, Kimi Räikkönen profite d'un incroyable concours de circonstances pour devancer ses deux adversaires Fernando Alonso et Lewis Hamilton et devenir Champion du monde de Formule 1 pour la première fois de sa carrière. Malgré une réclamation portant sur la température du carburant embarqué dans les BMW Sauber et Williams-Toyota F1 et qui pouvait abouttir sur le déclassement de leurs pilotes et permettre à Lewis Hamilton de récupérer les points qui lui ont manqué pour remporter le championnat, la FIA a officialisé le résultat du Grand Prix. L'écurie McLaren décide de faire appel de cette décisionhttp://www.sports.fr/fr/cmc/scanner/f1/200743/gp-bresil-mclaren-fait-appel_152876.html mais le 16 novembre, le Tribunal d'appel de la FIA confirme la décision des commissaires, entérinant le titre de Raikkonen.

Carrière sportive

Son casque chez Ferrari
- 1987 : Première expérience en karting.
- 1988-1990 : Il fait du karting. Il remporte quelques courses en classes A, B et C.
- 1991 : Karting au niveau National, en Classe Mini.
- 1992 : Karting national, en Classe Raket Junior.
- 1993 : Karting national, en Classe Raket, Coupe de Finlande, 9.
- 1994 : Karting national, en Classe Raket, Coupe de Finlande, 2.
- 1995 : Karting en Formule A : Première course et première victoire, le 23 Avril.
- 1996 : Karting Grand Prix (Séries Européennes) ; Courses du Championnat Mondial et du Championnat Nordique ; Aucune victoire en championnat de Finlande ; En Formule A, il termine 4.
- 1997 : Champion de Finlande, Classe A intercontinentale ; Championnat Nordique, Classe A intercontinentale, 4 ; Karting Grand Prix et championnat mondiaux - invité à piloter avec la « Peter de Bruin Team ».
- 1998 : Habite en Hollande ; Champion de Finlande, Formule A ; Champion Nordique ; Gagnant du « Karting Grand Prix » européen, en Formule Intercontinentale; 2 au Super A; 3 à la coupe de Monaco en Super A; Championnats Mondiaux, en formule Super A, rétiré de la 7 position.
- 1999 : Championnats Finlandais, Formule A, 2; Championnats Mondiaux , Formule Super A, 10; Première course en Formule Renault, avec Haywood Racing, il termine 3 (!); Formule Renault Winter Series, avec Manor Motorsport - Champion avec 4 victoires sur un total de 4 courses !
- 2000 : Formule Renault Britannique 2000, Champion avec Manor Motorsport (bien qu'il ait participé à seulement 10 courses), 7 victoires, 6 pole positions, 7 meilleurs tours. Il termine sur le podium à chacune des 10 courses auxquelles il participa ; Formule Renault Européenne : participe à seulement 3 courses, 2 victoires, 2 pole positions, 2 meilleurs tours. Abandonne à la 3 course, à cause d'un bris de moteur, alors qu'il menait l'épreuve. Effectue des essais pour l'équipe de Formule 1 Sauber-Petronas sur le circuit du Mugello.
- 2001 : Formule 1 avec l'équipe Sauber Petronas 10, 9 points.
- 2002 : Formule 1 avec l'équipe McLaren Mercedes, 6, 24 points. Remporte 1 meilleur temps
- 2003 : Formule 1 avec McLaren Mercedes, 2, 91 points. Remporte le Grand Prix de Malaisie, 2 pôles et 3 meilleurs temps
- 2004 : Formule 1 avec McLaren Mercedes, 7, 45 points. Remporte le Grand Prix de Belgique. Remporte 1 pôle et 2 meilleurs temps
- 2005 : Formule 1 avec McLaren Mercedes, 2, 112 points. Remporte 7 Grand Prix (Espagne, Monaco, Canada, Hongrie, Turquie, Belgique et Japon), 5 pôles et 10 meilleurs temps.
- 2006 : Formule 1 avec McLaren Mercedes, 5, 65 points. Remporte 3 pôles et 3 meilleurs temps.
- 2007 : Formule 1 avec Ferrari, Champion du monde, 110 points. Remporte 6 Grand Prix (Australie, France, Grande-Bretagne, Belgique, Chine et Brésil), 3 pôles et 6 meilleurs temps.

Statistiques en Formule 1

MP4-21 en avril 2006sur le circuit de Silverstone (
Après le Grand prix du Brésil 2007)
- Nombre de saisons en F1 : 7
- Participations en F1 : 122
- Grands Prix disputés : 121
- Victoires : 15 (
soit 12, 40 %)
- Points marqués : 456
- Moyenne de pts par GP : 3, 77 pts

- Moyenne de pts par saison : 65, 14 pts
- Pole Positions : 14 (
soit 11, 57 %)
- Départs 1 ligne : 25 (
soit 20, 49 %)
- Deuxièmes places en Grand Prix : 17 (
soit 14, 05 %)
- Troisièmes places en Grand Prix : 16 (
soit 13, 22 %)
- Podiums : 48 (
soit 39, 34 %)
- Dans les Points : 73 (
soit 60, 33 %)
- Meilleurs Tours: 25 (
soit 20, 66 %)
- Nbre courses en ayant mené : 44 (
soit 36, 36 %)
- Tours en tête : (
soit 14, 18 % des tours parcourus)
- km en tête : (
soit 14, 60 % de la distance)
- Tours parcourus :
- Kms parcourus :
- Hats trick (
Victoire/Pole position/Meilleur tour) : 1 (soit 0, 83 %)
- Abandons
: 40 (soit 33, 06 %)
- Meilleur résultat au championnat : 1 (2007) ----
- Débuts en F1 : 2001 — Grand Prix d'Australie, sur le circuit de Melbourne, le 4 mars 2001 (
Résultat : 6)
- Première victoire : 2003 — Grand Prix de Malaisie, sur le circuit de Sepang, le 23 mars 2003
- Première pole position : 2003 — Grand Prix d'Europe, sur le circuit du Nürburgring, le 29 juin 2003
- Premier Hat Trick (
Victoire/Pole position/Meilleur tour) : 2007 — Grand Prix d'Australie, sur le circuit de Melbourne, le 18 mars 2007

Résultats en championnat du monde de Formule 1

Victoires en Championnat du monde de Formule 1

Kimi en Malaisie Kimi en Grande-Bretagne
Pole Positions (15) :
- 2003: Europe, Etats-Unis
- 2004: Grande-Bretagne
- 2005: Saint-Marin, Espagne, Monaco, Allemagne, Turquie, Italie
- 2006: Allemagne, Hongrie, Italie
- 2007: Australie, Europe, Belgique.
Records du tour en course (24) :
'
- 2002: Australie
- 2003: Australie, Monaco, Europe
- 2004: Allemagne, Belgique
- 2005: Malaisie, Canada,
- 2006: Australie, Canada, France, Grande-Bretagne, Allemagne, Hongrie, Italie, Brésil, Japon, Chine
- 2007: Australie, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Hongrie, Turquie, Brésil.

Vie privée

-Il habite dans sa ville natale ou à Chigwell près de Londres en Grande-Bretagne.
-Le 31 juillet 2004, à l'âge de 24 ans, il s'est marié en Finlande avec Jenni Dahlman, Miss Scandinavie 2000.

Notes et références

Voir aussi

- Pilotes de Formule 1 : classement par victoires
- Pilotes de Formule 1 : classement par meilleurs tours
- Pilotes de Formule 1 : classement par podiums
- Pilotes de Formule 1 : classement par pole positions
- Pilotes de Formule 1 : classement par hat tricks ==
Sujets connexes
Allemagne   Allemand   Autodromo José Carlos Pace   Bridgestone   Championnat du monde de Formule 1 1956   Championnat du monde de Formule 1 2001   Championnat du monde de Formule 1 2002   Championnat du monde de Formule 1 2003   Championnat du monde de Formule 1 2004   Championnat du monde de Formule 1 2005   Championnat du monde de Formule 1 2006   Championnat du monde de Formule 1 2007   Circuit d'Istanbul Park   Circuit de Catalogne   Circuit de Monaco   Circuit de Nevers Magny-Cours   Circuit de Silverstone   Circuit de Spa-Francorchamps   Circuit de Suzuka   Circuit de l'Albert Park   Circuit international de Sepang   Circuit international de Shanghai   Colombie   David Coulthard   Décembre 2005   Espoo   Felipe Massa   Fernando Alonso   Ferrari F2004   Ferrari F2007   Finlande   Formule 1   Formule Renault   Fuji Speedway   Giancarlo Fisichella   Grand Prix automobile d'Allemagne 2005   Grand Prix automobile d'Australie 2001   Grand Prix automobile d'Australie 2007   Grand Prix automobile d'Espagne 2005   Grand Prix automobile d'Espagne 2007   Grand Prix automobile d'Europe 2003   Grand Prix automobile d'Europe 2005   Grand Prix automobile d'Europe 2007   Grand Prix automobile d'Italie 2007   Grand Prix automobile de Bahreïn 2007   Grand Prix automobile de Belgique 2004   Grand Prix automobile de Belgique 2005   Grand Prix automobile de Belgique 2007   Grand Prix automobile de Chine 2004   Grand Prix automobile de Chine 2007   Grand Prix automobile de France 2002   Grand Prix automobile de France 2005   Grand Prix automobile de France 2007   Grand Prix automobile de Grande-Bretagne 2005   Grand Prix automobile de Grande-Bretagne 2007   Grand Prix automobile de Hongrie 2005   Grand Prix automobile de Hongrie 2007   Grand Prix automobile de Malaisie 2003   Grand Prix automobile de Malaisie 2005   Grand Prix automobile de Malaisie 2007   Grand Prix automobile de Monaco 2005   Grand Prix automobile de Monaco 2006   Grand Prix automobile de Monaco 2007   Grand Prix automobile de Saint-Marin 2005   Grand Prix automobile de Turquie 2005   Grand Prix automobile de Turquie 2007   Grand Prix automobile des États-Unis 2007   Grand Prix automobile du Brésil   Grand Prix automobile du Brésil 2004   Grand Prix automobile du Brésil 2007   Grand Prix automobile du Canada 2005   Grand Prix automobile du Canada 2007   Grand Prix automobile du Japon 2003   Grand Prix automobile du Japon 2005   Grand Prix automobile du Japon 2007   Grande-Bretagne   Heikki Kovalainen   Hollande   Hungaroring   Indianapolis Motor Speedway   Jenni Dahlman   Juan Manuel Fangio   Juan Pablo Montoya   Karting   Lewis Hamilton   Londres   McLaren MP4-17   McLaren MP4-17D   McLaren MP4-19   McLaren MP4-19B   McLaren MP4-20   McLaren MP4-21   Mercedes-Benz   Michael Schumacher   Michelin   Mika Häkkinen   Mugello   Nick Heidfeld   Nürburgring   Pedro de la Rosa   Petronas   Petronas (moteur)   Pole position   Renault F1 Team   Sauber   Scuderia Ferrari   Suisse   São Paulo   Team McLaren Mercedes  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^