Vocabulaire des croisades

Infos
Le vocabulaire des croisades comprend un certain nombre de termes spécifiques à cette époque de conflits, la première étant l'opposition entre Croisés et Musulmans, les uns nommant les autres Sarrasins, et les seconds mécréants ou infidèles. Carte des états latins d'Orient, qui furent aussi nommés états francs du Levant en leur temps ; face aux franjj se trouvaient les redoutables Hashshashin - la zone d'influence de ces opposants se trouvait aux
Vocabulaire des croisades

Le vocabulaire des croisades comprend un certain nombre de termes spécifiques à cette époque de conflits, la première étant l'opposition entre Croisés et Musulmans, les uns nommant les autres Sarrasins, et les seconds mécréants ou infidèles. Carte des états latins d'Orient, qui furent aussi nommés états francs du Levant en leur temps ; face aux franjj se trouvaient les redoutables Hashshashin - la zone d'influence de ces opposants se trouvait aux alentours de Masyaf (colorée en blanc entre la principauté d'Antioche et le comté de Tripoli). : Le périmètre de cet article comprend deux volets : la Terre Sainte, et la péninsule ibérique où eut lieu la Reconquista.

Terre Sainte

Terminologie pendant les Croisades

- chrétien,
- croisé,
- On appelait francs, franj ou franjj (faranja, adj. pl. , européens) les croisés, les occidentaux, les européens et leurs descendants au Proche-Orient et dans l'Est du bassin méditerranéen (aussi appelé le Levant) à partir de cette époqueOn lit dans Le Roi des montagnes d'Edmond About (1857), qui fait parler des Grecs : « Quel est ce Franc qui nous écoute ? - Rien, un Allemand sans conséquence ».. Le terme levantin, proche, semble être postérieur.
- On appelait rûm ou roumi les Byzantins (rūmīy, , pl. rūm, , byzantin(s)). L'empire romain d'orient étant devenu l'empire byzantin. Le « pays de Roum » désigne l'Anatolie dans l'ancien vocabulaire géographique arabe. A cette époque, la distinction entre rûm et faranj recoupe pratiquement la distinction entre chrétiens catholiques venant de l'étranger et chrétiens orthodoxesLes Roums / Orthodoxes / Byzantins font partie du paysage pour les musulmans de l'époque. ils utilisaient le grec ou leur langue maternelle (arabe, syriaque, arménien ...) comme langue liturgique au contraire des farandj qui n'utilisaient que le latin. autochtones.
- Poulain désignait le Franc arabisé, né dans le pays et connaissant ou ayant adopté la langue et les mœurs des Orientaux.Les intégrismes Xavier Hélary, Historia Les Croisades vues par les Arabes, Amin Maalouf, Paris, J.-C. Lattes, 1992, cité (peut-être aussi l'Oriental latinisé, intégré dans la société des royaumes croisés.) D'où les chaussures "à la poulaine", à longue pointe recourbée. Voir aussi chrétien arabophone (maronite, etc.) dans les états latins d'Orient.
- Alamut : terme confondant abusivement la vallée avec le vrai nom de la forteresse de Qasir Khan ; confusion due à la légende colportée postérieurement.

Péninsule Ibérique

Terminologie pendant la Reconquista

-chrétien, se réclame de Santiago
-infidèle (non fidèle à la religion du livre Révélé) — cet usage est interchangeable selon le camp
- Voir aussi : mécréant
- mozarabe : Population autochtone d'Al-Andalus ayant été arabisée, mais pas islamisée.
- exemple spécifique : le clan des Banu Qasi, métis issu d'une famille déchue de nobles wisigoths d'Hispanie, évoluant en zone frontière. caricature de l'époque coloniale, tirée de l'article Maures.
-Mahométan, pour musulman.
-Maure
-Morisque : Population musulmane de l'Espagne s'étant convertie au christianisme.

Usage des noms composés

Les noms composés se référant aux personnes ou au pays, qui sont connotés par leur évocation du mélange, et reflètent mal en cela la diversité d'Al-Andalus, peuplé d'origines aussi diverses que d'Africains et de Syriens, compte tenu de la multitude des pays rencontrés lors de la conquête musulmane faisant suite à l'Hégire.
-arabo-berbère, arabo-musulman, hispano-arabe, hispano-mauresque, arabo-andalou, arabo-espagnol (moins courant). Outre ce nommage, il faut savoir que dans l'aire géographique laissée par la coexistence d'états de confession musulmane et d'autres de confession chrétienne survivants de l'Espagne wisigothe, il était d'usage courant qu'un intervenant, qui passait la frontière pour offrir ses services à l'un ou l'autre des royaumes, soit connu sous un nom arabe ET un nom chrétien, ou de consonance gothique. Le plus célèbre d'entre eux est Le Cid Campeador, sidi.

Terminologie après la Reconquista

Voir l'article détaillé la société de la Reconquista.
-Mudéjar
-Converso | Marrane
-Morisque

Notes

Voir aussi

- article générique : Terminologie
- Barbaresque, pirate opérant en Méditerranée occidentale. Catégorie:Orientalisme Catégorie:Islam et croisades
Sujets connexes
Al-Andalus   Alamut   Anatolie   Arabe   Arménien   Banu Qasi   Barbaresque   Caricature   Chevalier croisé   Christianisme   Christianisme orthodoxe   Comté de Tripoli   Croisade   Empire byzantin   Fidèle   Grec médiéval   Hégire   Indigène   Infidèle   Levant   Levantin   Maures (population)   Morisque   Mozarabe   Mudéjar   Mécréant   Ordre de Santiago   Principauté d'Antioche   Royaume wisigoth   Sarrasin (peuple)   Second espace colonial français   Syriaque   Terminologie   Terre Sainte  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^