Saint

Infos
Congrégation de Saints et d'archanges aux Cieux, par Albrecht Dürer Les saints sont des hommes ou des femmes distingués dans les diverses traditions religieuses par leur relation particulière avec le divin et leur élévation spirituelle ou morale. L'impact d'un saint dépasse souvent l'espace de sa religion propre, quand son rayonnement moral apparaît comme universel : c'est le cas, par exemple, de Mère Teresa ou de Gandhi, ainsi que, jusq
Saint

Congrégation de Saints et d'archanges aux Cieux, par Albrecht Dürer Les saints sont des hommes ou des femmes distingués dans les diverses traditions religieuses par leur relation particulière avec le divin et leur élévation spirituelle ou morale. L'impact d'un saint dépasse souvent l'espace de sa religion propre, quand son rayonnement moral apparaît comme universel : c'est le cas, par exemple, de Mère Teresa ou de Gandhi, ainsi que, jusqu'à un certain point, de tous les fondateurs de grandes religions. Mais si la plupart des religions de l'Inde ont volontiers des tendances syncrétistes, ce n'est pas le cas des trois monothéismes occidentaux (judaïsme, christianisme, islam) où la sainteté se conçoit dans le cadre d'une appartenance communautaire ou sacramentelle. L'islam et le christianisme protestant refusent même la notion de saint et le culte porté à des personnes humaines. Cela n'empêche cependant pas l'islam populaire d'avoir développé, en marge de l'islam officiel et savant, un culte fervent autour des tombeaux des saints.

Christianisme

De manière concise, la sainteté s'exprime comme le désir et la vocation de tout homme à rejoindre le Christ dans un état que l'on nomme "communion". C'est une action impossible à l'homme mais pas à Dieu. Le saint est donc la personne qui parvient à cette proximité.

Première Église

Tout au long de l’Ancien Testament, on retrouve, comme dans le judaïsme, l’affirmation que seul Dieu est saint. Cependant, du fait du baptême et de l'adoption filiale qui s'ensuit, les chrétiens sont associés et appelés à cette sainteté, qui est une vocation universelle. L'apôtre Paul parle des saints pour désigner les chrétiens vivant dans telle ou telle villePaul de Tarse. Première et secondes épître aux Corinthiens. En ce sens, la sainteté exprime l'état de communion avec Dieu, dans l'Église, par le baptême. Les saints au sens strict sont ceux qui, comme le Bon Larron à qui le Christ dit "Aujourd'hui, tu seras avec moi au Paradis", sont parvenus à la béatitude éternelle, contemplent Dieu au Ciel et intercèdent pour les hommes ici-bas. Parmi les défunts, étaient réputés saints et vénérés comme tels les martyrs (leur baptême sanglant effaçait tout péché) et les apôtres (choisis par le Christ). D'autres saints, comme certains ascètes, sont vénérés plus tard. Ainsi, dès les premiers temps du christianisme, tous les fidèles sont appelés à la sainteté et peuvent être dignes de vénération posthume, aussi bien hommes que femmes, les philosophes comme les simples d’esprit, quelque soit leur condition sociale, esclave ou aristocrate (voir saint Druon, saint Gerlac ou encore Benoît Joseph Labre au ), ce qui est une nouveauté radicale, p 23-30. De plus, ce n’est pas, jusqu’à l’invention de la procédure de canonisation au , la hiérarchie qui décide de la sainteté, mais la vox populi . Celle-ci se base sur la pureté du saint, et la recherche d’un absolu à travers la foi. Cette recherche d’absolu peut conduire jusqu’au martyre, jusqu’à mourir ou endurer des tortures pour ne pas abandonner sa foi ; le martyre est, jusqu’à notre époque, un moyen privilégié d’accéder à la sainteté. Petit à petit, la notion de saint s'est élargie, et de nombreuses personnalités locales dans l'Église primitive et parmi les populations nouvellement christianisées ont acquis la réputation de sainteté. Aujourd'hui, la reconnaissance officielle du statut de saint passe par l'inscription dans le calendrier de l'Église appelé martyrologe.

Catholicisme

voir l'article Saint catholique Pour les catholiques, les saints forment l'Église triomphante et intercèdent auprès de Dieu pour les hommes d'ici-bas (l'Église militante) et pour les défunts au Purgatoire (l'Église souffrante) : c'est la communion des saints. Tous ces saints, qui n'ont pas forcément été officiellement reconnus ici-bas comme tel, sont fêtés ensemble le jour de la Toussaint. La fête de la Toussaint, célébrée le 1 novembre, signifie, chez les catholiques que, au-delà du nombre restreint de personnes canonisées, c'est-à-dire dont on affirme sans ambigüité la sainteté et auxquels un culte peut être adressé, de nombreux chrétiens, voire stricto sensu non chrétiens (par exemple Abraham, Moïse, David, Job), ont atteint l'idéal chrétien : la communion avec Dieu. Les saints inscrits au martyrologe romain sont ceux pour lesquels l'Église catholique romaine déclare être sûre qu'ils sont au Paradis. Ils font donc l'objet d'un culte public (à l'instar de l'Église orthodoxe) dit culte de dulie (du grec δοῦλος, le serviteur) lequel s'oppose au culte de lâtrie (du grec λατρεία, service dû à Dieu) qui n'est dû qu'à Dieu. Dans le cas de Marie, une exception est admise, qui se nomme hyperdulie et qui se manifeste dans les sites d'apparition.

Christianisme orthodoxe

Lors de chaque liturgie eucharistique, aussitôt après la consécration, le prêtre élève les saints dons consacrés vers l'assistance des fidèles et proclame : "les saints dons sont pour les saints !" Et les fidèles ou les chantres protestent : "Un seul est saint, un seul est Seigneur, Jésus-Christ, à la gloire de Dieu le Père". La sainteté orthodoxe est une participation à la vie du Christ et les saints sont appelés ainsi dans la mesure où ils sont christophores, c’est-à-dire suffisamment humbles et obéissants en la personne du Christ pour représenter fidèlement son image, en être une icône. L'Église orthodoxe ignore la notion de "bienheureux", le mot est équivalent de saint. Elle ignore aussi les procès en canonisation ou le nombre minimum de miracles requis pour être proclamé saint. Lorsque la vénération de la mémoire d'un défunt se répand parmi les fidèles, le synode de l'Église concernée se réunit autour du primat (patriarche ou archevêque) et étudie la question de la sainteté de cette personne. Il arrive souvent que quelques icônes aient déjà été peintes à sa mémoire. La sainteté de la personne en question est ensuite proclamée en même temps qu'est déterminé un (ou plusieurs) jour de fête liturgique et l'adoption d'un tropaire (hymne en l'honneur du nouveau saint). Le canon iconographique du saint s'élabore ensuite petit à petit. Dans le calendrier orthodoxe, le jour consacré à la mémoire de tous les saints est le premier dimanche après la Pentecôte.

Protestantisme

Le protestantisme se distingue du reste du christianisme notamment par son refus du culte des saints (et de leurs reliques). La Bible déclare sainte toute personne ayant accepté le sang de Jésus versé à la croix comme nécessaire et suffisant pour effacer ses péchés, car tous sont pécheurs devant Dieu (cf. et ). Ce sens du mot saint comme synonyme de chrétien est le plus courant en protestantisme. Cette confession insiste sur l'affirmation du salut à l'initiative de Dieu seul (sola gratia, sola fide, "seule la grâce, seule la foi..."), ce qui implique que « Dieu seul connaît ceux qui lui appartiennent ». De ce fait, les protestants s'abstiennent de déclarer quiconque particulièrement saint, d'autant que leur conception de l'après-vie est très variable non seulement selon les dénominations mais aussi selon les individus. Dans le protestantisme classique, on appelle couramment saints les personnages du Nouveau Testament, sans que cela donne lieu au moindre culte, car pour l'ensemble des protestants, le culte n'est dû qu'à Dieu seul (Soli Deo gloria, "à Dieu seul la gloire"). Par tradition, plusieurs pays protestants ont conservé comme patron le saint qui est réputé avoir joué le plus grand rôle dans leur évangélisation : sainte Brigitte en Suède, saint Olav en Norvège, etc.

Islam

Dans le dogme sunnite, l'islam réprouve tout culte autre que celui adressé à Dieu. On parle d'associateurs pour désigner ceux qui associent à Dieu des idoles, qu'elles soient matérielles ou humaines, pour un péché nommé shirk. Ainsi, le culte des "saints" est interdit dans le Sunnisme. Pourtant, cela ne signifie pas ne pas reconnaître la sainteté de certaines personnes. Il est nécessaire de préciser que le Sunnisme, a contrario d'autre religion comme le catholicisme, ne reconnaît pas de "hiérarchie". Il n'y a donc par de titre de sainteté, à proprement parler, déclaré par une autorité du culte, mais plutôt une reconnaissance par les croyants de la sainteté d'un hommeSur les saints en islam : par Sossie ANDEZIAN, dans CLIO, revue francophone d'histoire des femmes. Au cours d'une étude du mysticisme féminin, elle présente le concept de saint et son fonctionnement dans la spiritualité musulmane féminine.Se reporter aussi à l'ouvrage d'Émile Dermenghem (1892-1971), Vies des saints musulmans. 2 édition. Arles : Sinbad-Actes Sud, coll. « La bibliothèque de l'Islam », 2005. 329 p., 23 cm. ISBN 2-7427-5717-1.. Cela explique que dans les pays d'Afrique, et notamment au Maghreb, on pratique parfois un "certain" culte des saints, nommés localement marabouts. Le soufisme, dont les tariqa sont répandues dans l'ensemble de l'espace musulman, connaît aussi des wali, terme toujours traduit par saint dans la littérature d'expression française, bien que le sens de "wali" soit souvent synonyme de "guide vers Dieu" ou de "maître". Par ailleurs, le chiisme reconnaît les saints et leur tombeau donne lieu à des pèlerinages. A contrario du Sunnisme, le Chiisme est une religion qui reconnaît une hiérarchie officielle.

Hindouisme

Bouddhisme

Voir aussi

===
Sujets connexes
Abraham   Albrecht Dürer   Allah   Archange   Arles   Baptême   Benoît Joseph Labre   Bodhisattva   Bouddhisme   Brigitte de Suède   Canonisation   Catholicisme   Chiisme   Christianisme orthodoxe   Ciel   Communion des saints   David (Bible)   Dulie   Grec ancien   Hyperdulie   Icône (religion)   Islam   Job   Judaïsme   Liste des saints catholiques   Liste des saints de l'Église orthodoxe   Maghreb   Marabout (islam)   Martyr   Martyrologe   Mohandas Karamchand Gandhi   Moïse   Mysticisme   Mère Teresa   Nouveau Testament   Paradis   Paul de Tarse   Première épître aux Corinthiens   Purgatoire   Pèlerinage   Saint catholique   Saints auxiliaires   Sanctification   Shirk   Sola fide   Sola gratia   Soli Deo gloria   Soufisme   Spiritualité   Sunnisme   Tariqa   Torture   Toussaint   Vita   Vox populi  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^