Guerre

Infos
ancien monument soviétique à la gloire de la force armée débarquement en Normandie le 6 juin 1944. Pour le premier dictionnaire de l'Académie française, la guerre est une « querelle » ou un «un différent entre deux Princes, entre deux États Souverains, qui se poursuit par la voie des armes». La guerre est un conflit armé, opposant au moins deux groupes sociaux organisés. Elle se traduit ainsi par des combats armés, plus ou moins d
Guerre

ancien monument soviétique à la gloire de la force armée débarquement en Normandie le 6 juin 1944. Pour le premier dictionnaire de l'Académie française, la guerre est une « querelle » ou un «un différent entre deux Princes, entre deux États Souverains, qui se poursuit par la voie des armes». La guerre est un conflit armé, opposant au moins deux groupes sociaux organisés. Elle se traduit ainsi par des combats armés, plus ou moins dévastateurs, et implique directement ou indirectement des tiers. Elle qualifie donc tous les conflits, ayant pour principales caractéristiques, la force physique, les armes, la tactique, la stratégie ou la mort de certains de ses participants (soldats, membres des MLN, résistants, Franc-tireur etc.) ou de tiers (civils, employés et membres des associations d'aide humanitaire, etc.). Le sens commun veut que la guerre soit aussi vieille que l'humanité, mais si des indices laissent penser que les conflits armés sont très anciens, il semble aussi que des civilisations ou sociétés aient su vivre longtemps sans guerre, ou avec des simulacres ou des stratégies d'évitement. Du mythe de la société paradisiaque et non violente de Tahiti, aux analyses de la vie dans les Gothuls chez les Murias, en passant par les stratégies non violentes de Gandhi, avec quelques indices qui laissent penser que les guerres fréquentes entre tribus d'amérindiens du sud datent surtout de l'arrivée des Conquistadors, en s'appuyant sur l'étude comparée des stratégies de règlement de conflits chez le chimpanzé et chez le bonobo, le sens du conflit et de sa solution est encore un domaine peu exploré de la recherche. Certains estiment que chez l'Humain, la guerre est une forme extrême de communication, un « commerce » dans sa signification profonde ou exacte de mise en commun, de partage et d'échange (ici d'agressivité), dans la relation entre crise et conflit, la guerre économique pouvant alors, sous une apparence plus socialement et éthiquement acceptable, satisfaire d'autres appétits de pouvoirs que ceux qui animaient les auteurs des guerres ethniques, de religions, de classe, etc. Les armes des nouveaux conflits seraient alors la capacité à trouver et manipuler l'argent, l'influence et l'information. Dans le contexte du droit international les belligérants remplacent souvent le terme guerre par conflit armé, grande opération de police, lutte contre le terrorisme, pacification, etc. Toutes les guerres laissent des séquelles, sociopsychologiques, économiques et environnementales qui souvent constituent le germe ou le ferment d'une prochaine guerre, produisant un cercle vicieux entretenu par la haine, le non respect, la peur de l'autre ou de l'avenir, et la difficulté à négocier.

Conflit et métaphores dans le monde animal

De nombreux animaux grégaires ont des comportements d'agression qui, lorsqu'ils s'expriment collectivement, peuvent évoquer la guerre. Il s'agit généralement d'animaux territoriaux qui disposent aussi parfois de comportements évoquant la négociation. Ainsi certains insectes sociaux (fourmis, termites, etc) vivant en colonies semblent former de véritables armées, disposant d'individus que nous nommons "soldats" chargés de défendre la colonie. Les arts martiaux se sont en Asie beaucoup inspiré des attitudes et moyens de défense des animaux. Toute vision anthropomorphique semble cependant inappropriée ; les animaux en question ne semblent pas développer de stratégies planifiées d'attaque et de pouvoir, mais plutôt obéir à des stimuli simples de défense et d'extension de leurs colonies. De plus, le sentiment durable de vengeance, qui a chez l'Homme entretenu des guerres durant des siècles ou décennies leur semble inconnu.

Théories

Selon Théodore Funck-Brentano et Albert Sorel, « La guerre éclate lorsque les États n'ont plus une conscience claire de leurs devoirs, une intelligence nette de leurs droits, une notion exacte de leurs intérêts respectifs. Ils ne peuvent plus arriver à une entente commune, ils ne peuvent plus accepter les lois que leur traçait le droit des gens en temps de paix : ils s'y soustraient. La guerre est l'acte politique par lequel des États, ne pouvant concilier ce qu'ils croient être leurs devoirs, leurs droits et leurs intérêts, recourent à la lutte armée, et demandent à cette lutte de décider lequel d'entre eux étant le plus fort pourra en raison de sa force imposer sa volonté aux autres ». (Funck-Brentano et Sorel, Précis du droit des gens, Paris, Plon, 1900, p. 74) « Quand on a un marteau dans la main, tous les problèmes deviennent des clous » Les responsables des nations ont considéré depuis longtemps que l'éventualité des guerres étant fréquente, il convenait de s'y préparer. La préparation de ces guerres se fait le plus souvent par l'entraînement d'une ou plusieurs armées, et par ce que les médias ont appelé depuis la guerre froide la course aux armements, que résume la formule d'une théorie sans cesse démentie depuis des milliers d'années "Si tu veux la paix prépare la guerre". Après la deuxième guerre mondiale, les états ont créé l'ONU qui développe par la coopération et la diplomatie des stratégies de préparation et de maintien de la paix (avec, l'aide de contingents de casques bleus lorsque le stade du conflit armé est atteint). Depuis l'histoire de la libération de l'Inde, qui s'est terminée au milieu du XX siècle, le Mahatma Gandhi a fait école auprès de certains courants minoritaires qui réfléchissent à des moyens «non-violents» pour régler les conflits entre nations. Ils cherchent à réformer les réflexes ancestraux des nations et des peuples vis-à-vis des guerres.

Origines de la guerre

Dans la globalité de l'Anthropologie, une guerre est la forme suprême d'une agressivité collective organisée, en contraste à une « mêlée générale » où selon René Girard interviendrait le désir mimétique favorisant une violence mimétique généraliséetout le monde se bat contre tout le monde, pour faire comme tout le monde. L'anthropologue Marvin Harris (Marvin Harris, 1977, pp. 47-64, Cannibals and Kings. The Origins of Culture, Vintage, New York) de la Columbia University a proposé une théorie sur les origines de la guerre dans les sociétés non-étatiques, tribales et villageoises. L'idéologie dominante dans notre société tend à blâmer l'individu pour la guerre sur la base supposément biologique d'une « violence innée » de la « nature humaine » (le péché originel) ou de l'« instinct de mort ». C'est un point de vue simple et simpliste qui nous lave de toute responsabilité dans notre conduite envers autrui. Si la guerre était naturelle, il n'y aurait pas besoin de tant d'efforts de propagande pour dresser les uns et les autres à s'entretuer. Le dressage ici se rapporte à ce que l'Anglais nomme par « basic training » dès l'enfance dans la famille, la parenté, l'école, le milieu social et à travers les jeux et les divertissements apparemment les plus inoffensifs, le rejet et le déni de l'autre, la compétition et la coopération. Harris répertorie quatre théories, selon lui les plus communes sur l'origine de la guerre :
-la guerre comme solidarité,
-la guerre comme jeu,
-la guerre comme nature humaine
-la guerre comme continuation de la politique (Cf. Clausewitz entre autres). Dans cette perspective et en couvrant à la fois les sociétés non-étatiques et les sociétés étatiques, la guerre apparaît comme la forme et le moment (à la fois comme instant et comme rapport de forces) de violence extrême d'un vol organisé dont l'objet peut être physique, imaginaire ou symbolique.

La guerre comme facteur de cohésion sociale

Tant du point de vue de attaquant que de l'attaqué, la guerre semble parfois, mais provoisement, pouvoir contribuer à maintenir ou restaurer la cohésion sociale d'un groupe ou pays. Harris ne nie pas cet aspect de la guerre (ceux qui ont eu cette expérience de guerre et de front de « solidarité » ne l'oublient pas facilement) mais le réfute comme origine et cause ; la cohésion et la solidarité sociales peuvent être restaurés par bien d'autres moyens, dont les mythes fondateurs (mutos : fable, une histoire inventée des ancêtres communs et de l'origine distinctive du groupe comme les Gaulois pour les Français et les Français pour les Québécois, etc.), certains rites (la culture, à l'origine, désigne les rites du culte), les danses (la liturgie est l'ensemble des danses), les jeux festifs (activités ludiques) , les compétitions sportives, qui sont des sortes de simulacres de guerre, etc. Harris notes qu'en terme coûts/bénéfices, l'argument de la solidarité échoue à montrer comment et pourquoi le recours à une guerre meurtrière et destructrice est plus bénéfique que les mortalités, morbidités et destructions dues à une plus faible cohésion et solidarité sociales. Des guerres étrangères, « joyeuses et courtes » ont pu avoir été déclarées pour détourner l'attention du public de difficultés à gouverner, voire pour éviter ou retarder une « guerre civile », en cherchant l'« union sacrée » interne (Cette attitude serait pour certains plutôt anglosaxone). Mais l'Histoire montre qu'au contraire, une guerre étrangère peut aussi - à terme - réveiller ou fortement exacerber les disputes partisanes. Durant la seconde Guerre mondiale, les dictatures hitlérienne et mussolinienne n'ont par exemple que provisoirement suscité un certain consensus « national », lequel était forcé par la violence quand la propagande ne suffisait pas. La guerre peut aussi faire naître chez l'attaqué un front de résistance et de solidarité inattendu, qui peut ne durer que le temps de la guerre, mais confronte l'attaquant à de nouvelles difficultés internes pour justifier sa guerre.

La guerre comme jeu

Harris veut démontrer que les gens, les hommes surtout, sont élevés dans le culte et la croyance de la guerre comme une activité anoblissante, flamboyante et glorieuse, avec un substitut qui est la compétition sportive collective. L'histoire montre qu'on peut être élevé à prendre plaisir à pourchasser d'autres personnes et à les tuer, à les détester et les haïr ou bien à se révolter contre les résultats de tels actes. Si on croit que les valeurs belliqueuses sont sources des guerres, alors le problème crucial et critique devient celui de spécifier les conditions dans lesquelles des personnes sont amenées à valoriser et à révérer la guerre. La théorie de la guerre comme jeu trouve là sa limite. Comme activité ludique, le jeu est une représentation du type « théâtral » et prépare à la guerre en la glorifiant et en la valorisant.

La guerre comme nature humaine

Du point de vue de la « nature humaine » décrite par ses “pulsions” génétiques, biologiques et/ou culturelles acquises, la pulsion de meurtre pourrait ou voudrait expliquer, au delà de la « pulsion de mort » que l'humain est « programmé » pour tuer. « Instinct », comme ailleurs « Dieu » seraient alors des principes explicatifs passe-partout pour justifier absolument et définitivement ce que nous ne comprenons pas. La théorie de l'instinct de mort ou pulsion de mort néglige (aussi bien dans la signification française de « ne pas savoir » que dans la signification anglaise de « ne pas vouloir savoir ») l'environnement bio-physico-chimique et le contexte culturel, historique et social dans lesquels les tueries et les guerres prennent place. L'argument de la « nature humaine », réincarnation du déterminisme génétique de la sociobiologie qui va aussi loin que proclamer le viol comme un acte logique dans l'intérêt du « succès reproductif » du violeur, se contredit lui-même car guerre et tueries ne sont pas universellement et de tous les temps admirées et pratiquées par les humains. De plus, il y a d'énormes distinctions entre les « lois de la guerre » (à différentes époques et dans différentes sociétés) et, par ailleurs la quantité de violences distribuée. La théorie d'un universel « instinct de meurtre » est insoutenable même dans une société en guerre. L'être humain est bien entendu capable de devenir dangereusement agressif en apprenant à jouir et à se réjouir de la guerre et de l'exercice de la cruauté. Mais, « comment et quand nous devenons agressif sont plutôt sous le contrôle de nos cultures que de nos gènes » écrit Harris (p. 54), dans le vieux débat scientifique entre l'inné et l'acquis (ou du déterminisme génétique contre le déterminisme culturel).

La guerre comme continuation de la politique

Cette théorie pose qu'un conflit armé est « la suite logique d'une tentative d'un groupe pour protéger ou augmenter sa prospérité économique, politique et sociale au dépens d'un autre ou d'autres groupe(s) » (Harris, p. 54). C'est la définition de la guerre impériale ou étatique, où l'attaquant se battrait pour élever son niveau de vie au détriment des autres (les intérêts économiques sous-jacents peuvent être enfouis et cachés derrière et par des alibis politiques, raciaux et religieux). Dans cette approche l'État n'existerait que par son organisation politique - impérialiste à l'usage interne ou externe - capable de réaliser des guerres de conquête territoriale, d'agencement économique et de colonisation. Cette théorie n'explique pas, selon Harris, l'origine de la guerre dans des sociétés non-étatiques, tribales et villageoises. John Foster Dulles, alors Ministre des Affaires étrangères du Président Eisenhower, a déclaré qu'il y eût deux moyens pour soumettre un pays, par la force des armes et par le contrôle de son économie. Jacob Bronowski - mathématicien, philosophe et poète réfugiés en Angleterre et aux États-Unis durant les années 1930-40 a estimé que la guerre était le résultat de la conjonction d'une technologie appropriée et de la logique du pillage. L'agriculture avec la domestication des animaux et des plantes a fait sortir l'humanité de l'errance perpétuelle. La domestication du cheval s'insèrerait alors dans cette logique du pillage, le cheval permettant à des nomades de faire des razzias chez des cultivateurs fixés à leurs terres, et aux temps des semailles et des récoltes et voler le fruit de leur travail. La frayeur suscité par ces cavaliers serait la source de la légende du « centaure ». Une tradition de pillage et d'ailleurs de guerre par des cavaliers a persisté en de nombreux lieux et époques, en Afrique, Amérique et Asie.

Références bibliographiques

- Carl von Clausewitz De la guerre, traduction de Nicolas Waquet, Éditions Rivage poche, 2006, ISBN : 2743615168 .
-Carl von Clausewitz Théorie du Combat, préface de Thomas Lindemann, Economica (1998), ISBN : 2717837361.
- Antoine-Henri de Jomini
Précis de l’art de la guerre, éditions Ivrea, 1994 ; Les guerres de la Révolution, Hachette, 1998. Thanh H. Vuong & as. Communauté Économique de l’Asie-Pacifique. Essai d’Anthropologie économique et de Géographie politique, Presses inter-universitaires, Cap Rouge, QC, 2004.
- Victor Davis Hanson, Carnage & Culture, Doubleday, 2001, ISBN 2-7028-7924-1
- John Keegan, Histoire de la guerre, Dagorno, 1996, ISBN 2910019322
- Fabio Maniscalco, World Heritage and War - monographic series "Mediterraneum", vol. VI, Naples, 2007, ISBN 88-89466-07-3
- Anthony Wilden, The Rules are no Game. The Strategy of Communication, Routledge & Kegan Paul, London & New York, 1987.
- Anthony Wilden, Man and Woman, War and Peace. The Strategist’s Companion, Routledge & Kegan Paul, London & New York, 1987.
-Jean Doise Du Combat antique au Combat moderne : Les réalités du terrain, ADDIM 1999, 223p.ISBN 2-907341-96-0.
- Jean Doise Histoire militaire de l'Alsace : La défense du Pays ; première partie : De la guerre de Trente ans à Napoléon, Saisons d'Alsace, Revue Trimestrielle n°84, 1984, 103p.ISSN 0048-9018.
- Jean Doise Histoire militaire de l'Alsace : La défense du Pays ; deuxième partie : De la Restauration à la Ligne Maginot, Saisons d'Alsace, Revue Trimestrielle n°87, 1985, 102p.ISSN 0048-9018.
-Jean Doise et Maurice Vaïsse) Diplomatie et outil militaire. Politique étrangère de la France : 1871-1969, Imprimerie Nationale, collection Politique étrangère de la France1987, 546p.ISBN 2-11-080924-8. Nouvelle éd.,
Diplomatie et outil militaire. Politique étrangère de la France : 1871-1991, Le Seuil, collection Points Histoire, 1992, 749p.ISBN 2020141590.

Théories de la guerre

Selon le théoricien prussien Carl von Clausewitz (1780-1831) : la guerre est le prolongement de la politique par d'autres moyens. Cette définition rejoint les antiques idées de la civilisation chinoise : la guerre n'est qu'un des moyens pour imposer sa volonté à un groupe ou à l'inverse y résister. Comme ce moyen est le plus risqué et le plus coûteux, la victoire la plus intéressante est celle qui ne se voit pas, l'adversaire n'ayant pas perdu la face, ce qui pourrait être une des définitions de la diplomatie. Par cette continuité politique, la guerre est aussi un élément incontournable des relations humaines, et donc une chose à laquelle il faut être prêt, ce que traduit le proverbe romain : Si vis pacem, para bellum (Si tu veux la paix, prépare la guerre), ou bien l'aphorisme de Nicolas Machiavel : « une guerre prévisible ne se peut éviter, mais seulement repousser ». On peut même considérer que l'état de guerre est naturel, et que c'est la paix qui résulte d'une construction, motivée par les plus grand gain d'un mauvais compromis que de la plus grande victoire. La régulation et le traitement de la guerre sont l'un des sujets majeurs pour les acteurs politiques et religieux et depuis quelques années par l'Organisation des Nations unies et d'autres institutions internationales et des organisations non gouvernementales.
- En 1933, à l'initiative de la Société des nations, Albert Einstein a questionné Sigmund Freud :"Pourquoi la guerre ?""Pourquoi la guerre ?" (1933), Ed.: Rivages, 2005, ISBN 2743613645 et, au terme d'une longue réponse, Freud conclut son courrier "Tout ce qui travaille au développement de la culture travaille aussi contre la guerre". Des théoriciens ont émis l'hypothèse que la guerre était aussi une nécessité naturelle pour réguler la population humaine. C'est une idée qui semble assez communément partagée, qui voudrait que malgré son « intelligence » l'humanité ne saurait se réguler autrement, mais cette théorie est infirmée par au moins deux faits ;
-les guerres même les plus sanglantes n'ont eu qu'un impact très provisoire et négligeable sur la démographie humaine (la dernière guerre mondiale ayant même suscité un baby boom).
-Quand le niveau de vie augmente, la population se stabilise, et en Europe depuis la période de paix (interne au moins), la démographie s'est rapidement stabilisée.

Causes et enjeux

Causes invoquées

On dit parfois que les guerres ont des causes profondes et des raisons futiles. Les causes - ou parfois les prétextes - de guerre peuvent être entre autres :
- conquérir un territoire,
- libérer un territoire occupé par une puissance étrangère (colonisation, etc.),
- accéder à une ressource vitale (en particulier l'eau, les débouchés sur la mer, ...),
- engager une domination économique (par exemple une réserve de pétrole ou de cuivre qu'on espère se faire céder à un prix avantageux),
- obtenir le remboursement d'une dette,
- punir le non-respect d'accords internationaux,
- honorer un pacte d'alliance (conclu antérieurement ou pas),
- imposer une croyance, une religion (Marx ne croit guère à ce genre d'explication qui selon lui masque toujours en réalité des intérêts matériels qui ne veulent pas s'avouer, comme le trafic d'armes par exemple),
- ériger un système politique ou social, présenté comme le meilleur,
- obtenir réparation d'un affront, d'autant plus important que le pouvoir est personnalisé.
-permettre une relance économique au niveau du pays

Diverses opinions sur la guerre

L'apothéose de la guerre'', Vasily Vereshchagin 1871

Opinion d'André Maurois

Dans Les silences du colonel Bramble André Maurois voit la guerre comme aussi inévitable que les mouvements d'un dormeur dans son sommeil : suite à un immobilisme prolongé, des parties du corps éprouvent des soucis qui se cumulent avec le temps d'approvisionnement en ressources, et la souffrance engendrée déclenche une tentative de retournement brutale. Après s'ensuit un nouveau calme, temporaire, à l'issue duquel le cycle recommence.

Opinion de Rosa Luxemburg

« Les guerres sont un phénomène barbare, profondément immoral, réactionnaire et contraire aux intérêts du peuple » - Déclaration devant le tribunal de Francfort, février 1914.

Quelques exemples

Une guerre a rarement une cause unique, et fait suite plus souvent à une accumulation de causes profondes; la cause immédiate, par exemple l'affront, sert alors de déclencheur, comme la goutte qui fait déborder le vase.
-La guerre est souvent une façon de ressouder une communauté contre un ennemi commun, de justifier une forte discipline, voire d'acquérir ou conserver une gloire politiquement nécessaire à un pouvoir se voulant charismatique (Junte argentine dans la Guerre des Malouines). Ces raisons rendent la guerre fréquente dans les dictatures et les États où les hommes voient leurs certitudes troublés par une brutale évolution politique (ethnique), économique ou technique. Il arrive cependant, bien que ce soit plus rare, que des démocraties se fassent la guerre entre elles aussi (guerres frontalières péruviennes, par exemple).
-La raison d'une guerre (le groupe auquel on veut imposer sa loi) n'est pas toujours « en face », mais peut-être dans chaque camp, à l'image de la guerre franco-allemande de 1870, occasion pour Bismarck de sceller l'unité allemande. Cette interprétation fut également donnée à la Première Guerre mondiale par des socialistes de chaque camp.
-La guerre est parfois perçue comme le moyen (éventuellement inconscient et selon Jean Jaurès « naturel au capitalisme ») d'éliminer une impasse sociale sans la régler.
- Lorsque la guerre est particulièrement mal vécue par les militaires, comme la Première Guerre mondiale, le pouvoir accentue la propagande et promet (brièvement) que ce sera la dernière (Der des ders). Elle mit fin aux monarchies dans tous les pays vaincus (trois empires).

Guerres civiles

Comme dans une vendetta les guerres internes à un pays mettant aux prises une partie de la population contre l'autre, sont qualifiées de guerres civiles. Chacun voit dans son ennemi, et même en celui qui voudrait rester neutre, un traître avec lequel il n'est plus possible de cohabiter et avec lequel aucun compromis territorial n'est possible (comme cela serait possible avec un ennemi étranger). C'est pourquoi l'unique issue envisagée est bien souvent l'anéantissement de l'autre et de ses alliés réels ou potentiels (y compris femmes et enfants), avec emploi de la terreur, ce qui rend ces guerres meurtrières et sans merci (féroce). La plupart des dirigeants n'hésiteront donc pas à se lancer dans une guerre étrangère plutôt que de risquer une guerre civile. Le statut juridique d'une guerre civile ne permet pas aux puissances étrangères et aux institutions internationales, comme l'ONU d'intervenir, comme la France pour les « intelligence » ou Guerre d'Algérie pour régler les différends. Inversement, une guerre étrangère est déguisée en guerre civile pour masquer l'agression étrangère, comme la France a déguisé sa reconquête coloniale en guerre civile avec la création d'Un État vietnamien indépendant en 1948, durant la Première Guerre d'Indochine d'indépendance et comme les États-Unis qui ont « aidé » la République du Viêt Nam en lutte contre la République Démocratique du Viêt Nam pendant la Deuxième Guerre d'Indochine ou Guerre du Vietnam de réunification. Il faut et il suffit simplement de fabriquer un gouvernement à sa solde qui demande l'aide pour intervenir en toute légalité dans les affaires intérieures d'Un État souverain.

Conventions

Suite aux Premières guerres mondiales, des instances telles que l'ONU et son Conseil de sécurité des Nations unies ont cherché des moyens nouveaux moyens de résolution non-violente des conflits, s'appuyant notamment sur la polémologie et la signature et ratification de traités de paix et de conventions internationales. Mais ces outils restent fragiles. Les principes du développement durable visent par un partage des ressources, en amont et plus solidairement, à atténuer les tensions entre groupes. Ils dépendent cependant du bon vouloir et des possibilités qu'ont les pouvoirs et les habitants à les appliquer.

La convention de La Haye

La convention de La Haye interdit l'incorporation dans les armées de la population d'un territoire occupé. Le pouvoir nazi a donc fait usage d'une ruse : à partir du 25 août 1942, il a conféré la citoyenneté allemande à un nombre croissant de Français d'Alsace et de Moselle à commencer par les hommes (les Malgré-nous).

Les conventions de Genève du 12 août 1949 dont la troisième relative au traitement des prisonniers de guerre

droit de la guerre (jus in bello) et dommages de guerre

Voir aussi

===
Sujets connexes
Agressivité   Aide humanitaire   Albert Einstein   Albert Sorel   Alsace   André Maurois   Angleterre   Animal   Anthony Wilden   Anthropologie   Anthropomorphisme   Aphorisme   Armes   Armée   Art martial   Association   Bataille de Normandie   Bonobo   Carl von Clausewitz   Centaure   Chimpanzé   Civilisation chinoise   Clémence   Colonisation   Communication   Compétition sportive   Conflit   Conquistador   Conquête   Conscience   Conseil de sécurité des Nations unies   Convention de La Haye   Course aux armements   Crise et conflit   Croyance   Cuivre   Danse   Dictature   Domination   Droit de la guerre   Droit international   Défense et sécurité   Démographie   Désir mimétique   Développement durable   Fabio Maniscalco   Franc-tireur   Gandhi   Gothul   Guerre asymétrique   Guerre civile   Guerre d'Algérie   Guerre d'Indochine   Guerre d'indépendance   Guerre de l'information   Guerre des Malouines   Guerre franco-allemande de 1870   Guerre froide   Guerre propre   Guerre psychologique   Guerre sainte   Guerre subversive   Guerre économique   Histoire   Inde   Insecte   Institution internationale   Jacob Bronowski   Jean Doise   Jean Jaurès   Jeu   John Foster Dulles   John Keegan   Karl Marx   Liberté   Ligne Maginot   Liste des guerres   Malgré-nous   Marvin Harris   Maurice Vaïsse   Mode alternatif de résolution des conflits   Mort   Muria   Mythe   Nation   Nicolas Machiavel   Non-violence   Organisation des Nations unies   Organisation non gouvernementale   Origine de la guerre   Otto von Bismarck   Paix   Peuple   Peur   Police (institution)   Politique   Polémologie   Première Guerre mondiale   Principes de la guerre   Propagande   Prusse   Pulsion   Pulsion de mort   Pétrole   Religion   René Girard   Responsabilité   Rite   Rome antique   Rosa Luxemburg   République du Viêt Nam   Résistance (politique)   Seconde Guerre mondiale   Sigmund Freud   Social   Solidarité   Stratégie   Séquelle de guerre   Tactique   Tahiti   Terrorisme   Traité de paix   Union sacrée   Vendetta (justice privée)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^