Honorat de Bueil de Racan

Infos
Honorat de Bueil, marquis de Racan, né au manoir de Champmarin à Aubigné-Racan le 5 février 1589 et mort à Paris le 21 janvier 1670, est un poète et écrivain français. Issu de la vieille famille de Bueil, Racan, devenu orphelin très tôt, fut admis en 1603 parmi les pages de la Chambre du Roi. « Officier sans passion pour le métier militaire, il manifeste très tôt son dégoût des intrigues et son attachement à la nature, au loisir nonchalant. » Il entrepri
Honorat de Bueil de Racan

Honorat de Bueil, marquis de Racan, né au manoir de Champmarin à Aubigné-Racan le 5 février 1589 et mort à Paris le 21 janvier 1670, est un poète et écrivain français. Issu de la vieille famille de Bueil, Racan, devenu orphelin très tôt, fut admis en 1603 parmi les pages de la Chambre du Roi. « Officier sans passion pour le métier militaire, il manifeste très tôt son dégoût des intrigues et son attachement à la nature, au loisir nonchalant. » Il entreprit ses premiers essais poétiques peu après et fit en 1605 la rencontre du grand Malherbe, en qui il trouva un ami et un maître. Timide, gauche et maladroit, il souffrait, de surcroît, de bégaiement ainsi que d’un défaut de prononciation qui l’empêchait de prononcer correctement les sons R et K, et donc son propre nom qu’il devait souvent écrire dans la paume de sa main avec son doigt pour faire comprendre qui il était à ceux qui ne le connaissaient pas. Trouvant pour toutes ces raisons peu de succès auprès des femmes, il composa néanmoins des vers élégiaques pour la comtesse de Moret, alias Cloris. En 1618 il écrivit ses belles Stances sur la retraite, où l'expérience personnelle assume toute une tradition poétique (des Anciens à du Bartas et à Desportes) et s'exprime en harmonies pré-romantiques : :Agréables déserts, séjour de l'innocence, :Où, loin des vanités, de la magnificence, :Commence mon repos et finit mon tourment, :Vallons, fleuves, plaisante solitude, :Si vous fûtes témoins de mon inquiétude, :Soyez-le désormais de mon contentement. À nouveau, en 1619, épris cette fois de Catherine de Thermes, alias Arthénice, il compose sa pastorale dramatique Arthénice ou les Bergeries, où transparaît l'influence italienne, qui le rend célèbre. Au cours des années 1621 et 1622 il fait la guerre contre les Protestants, se trouve au siège de la Rochelle, puis au pas de Suse. Entre-temps, il épouse en 1628 Madeleine du Bois. Retiré sur ses terres de Touraine (château de la Roche?) en 1630, il ne les quitte que pour remplir ses fonctions de soldat. En 1634, il entre à l’Académie française, où il occupe le fauteuil 30, et quitte l'armée définitivement aux alentours de 1639. Peu instruit et peu laborieux, selon certains, il écrivit pourtant avec élégance et avec talent des vers remplis de tendresse et de mélancolie, où transparaît un vif amour de la nature. Il composera ses Mémoires pour la vie de Malherbe ainsi que diverses adaptations des psaumes (Sept Psaumes, 1631 ; Odes sacrées, 1651 ; Cent neuf psaumes, 1654). « Disciple assez indépendant de Malherbe, il voit avec inquiétude grandir l’emprise des théoriciens, s’élève contre la tyrannie des règles, défend - lui, le malherbien - la spontanéité et les dons. La sincérité de l’émotion, la science des rythmes et la douceur musicale font de Racan l’un des meilleurs poètes du XVIIe siècle. La Fontaine l’admirait vivement. »

Œuvres complètes en ligne

- Œuvres complètes de Racan, , , annotées par Jean-Baptiste Tenant de Latour ; avec une notice biographique et littéraire par Antoine de Latour, Paris, P. Jannet, 1857

Références

- Louis Arnould, Racan (1589-1670) ; histoire anecdotique et critique de sa vie et de ses œuvres, Genève, Slatkine Reprints, 1970
- Louis Arnould, Un Gentilhomme de lettres au . Honorat de Bueil, Seigneur de Racan, Paris, Colin, 1901
- Pierre Robert, Racan en son pays, Chambray-Lès-Tours, C.L.D., 1991
- Valéry Larbaud, Note sur Racan, Maestricht, A.A. Stols, 1928
- Louis Arnould, Les Stances de Racan sur la retraite, Paris, , 1898
- Nadine Genta, Le Lyrisme de Racan, , 1900
- Pieyrre de Clythère, « Racan et les femmes, Racan et le bien vivre, Racan et le voyage... », Sur la Route des muses et des géants", Éditions du Cherche-Lune (Vendôme - 41), 2006.
- Pierre Robert, « Dans le Pays de Racan » à la recherche des Bueil- La Roche Racan - Le Tournoi de Tours... », "
Sur la Route des muses et des géants", Éditions du Cherche-Lune (Vendôme - 41), 2006.
-
Histoire de la littérature Française, Du Moyen-Age au '', éditions Bordas, Berger-Levrault, Nancy, juin 1986, p.187-188.

Lien externe

- Catégorie:Écrivain français du XVIIe siècle Catégorie:Membre de l'Académie française Catégorie:Poète français Catégorie:Siège de La Rochelle (1627-1628) Catégorie:Naissance en 1589 Catégorie:Décès en 1670 en:Honorat de Bueil, seigneur de Racan es:Honorat de Bueil de Racan it:Honorat de Bueil de Racan nl:Honorat de Bueil
Sujets connexes
Académie française   Aubigné-Racan   France   François-Séraphin Régnier-Desmarais   François de Malherbe   Jean-Baptiste Tenant de Latour   Jean de La Fontaine   Paris   Poète   Suse (Italie)   XVIIe siècle  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^