La Frette (Isère)

Infos
La Frette est une commune française, située dans le département de l'Isère et la région Rhône-Alpes.
La Frette (Isère)

La Frette est une commune française, située dans le département de l'Isère et la région Rhône-Alpes.

Géographie

Histoire

Les maires de La Frette Depuis 1789 -Michel Blaise DOUILLET - est le premier Maire de La Frette. Il sera élu de 1789 à 1792. Il est " fermier général de M. le Marquis de Marcieu " qui possède alors le château de La Frette. L'épouse de Michel Blaise DOUILLET est Marie-Clémence PICOT de la BUISSONNIERE. C'est à Eclose que se trouvait le vieux château fort de la Buissonnière. La famille PICOT habite aussi le château de la Beaume toujours à Eclose, et le château de Tournin entre la Tour du Pin et Sainte Blandine. Deux maires de la Tour du Pin portent le nom de PICOT dans la première moitié du 19ème siècle. Après le 12 nivôse an V, Michel Blaise DOUILLET et sa famille semblent avoir quitté La Frette car on ne trouve plus aucune mention d'eux dans notre état civil. - - Jean BELLIER - est le second Maire de La Frette. Il sera élu de 1792 à 1795. Il est " élu le 16 décembre 1792 pour dresser les actes destinés à constater les naissances, mariages et décès des citoyens «. Son nom et celui de son épouse Anne JACQUIER semblent le rattacher à des familles de St Hilaire de la Côte. Mais à sa mort le 13 prairial an 9 ( 2 juin 1801 ), il laisse plusieurs fils qui se marient à la Frette. - -Claude Murys - est le troisième maire de La Frette. Il sera élu de 1795 à 1799. Claude Murys appartient à la famille Murys qui, si on en croit une inscription dans le cimetière de notre village, fut pendant "trois siècles à La Frette" avant de s'éteindre en 1899 avec Alexandre Murys arrière-petit-fils de Claude; Les Murys sont une famille bourgeoise qui a donné des notaires mais surtout des maîtres de poste à notre village, bien placé sur la route allant de Grenoble à Lyon. La maison Murys aujourd'hui propriété de madame Irminger était le relais de poste où s'arrêtait la diligence. Claude Murys, maire de La Frette, et aussi maître de poste à partir de 1788. Par sa mère, il s'apparente à la célèbre famille Paris de Moirans dont sont issus les quatre frères Paris qui furent banquiers de Louis XV. Mademoiselle de la Villardière disait que l'ancien castel Galois (dont une partie subsiste avec la maison de madame et monsieur Audouard) avait appartenu aux Paris. Claude Murys et son épouse Magdeleine Choin reposant dans le cimetière de La Frette, à côté du caveau de la famille de la Villardière. Le lieu-dit "La grange de Mury(s)" entre La Frette et Saint Etienne de Saint-Geoirs a empêché que le nom de Murys tombe totalement dans l'oubli depuis un siècle. - - François Sillans - est le quatrième maire de La Frette. Il sera élu de 1799 à 1800. Déjà cité en 1798, comme adjoint, François Sillans appartient à une des plus vieilles familles frettoise. Sa mère Marie-Anne Roux d'Armanière (les vieux frettois disent Dramanière) est la sœur de Marie-Thérèse Roux d'Armanière, épouse Mingaz-Mignot à Bévenais. François Sillans a épousé Antoinette Roudet, cousine de Mathieu Jullien-Viéroz marié en1788 avec Antoinette Bouvat de La Frette. François Sillans était aussi l'arrière arrière-grand-oncle du regretté Monsieur Eugène Sillans qui fut conseiller municipal de La Frette pendant 24 ans. Tandis que François Sillans est maire, Sébastien Ginet est adjoint. - - Claude Murys - 3ème bis. Il sera élu de 1800 à 1806. Claude Murys retrouve son fauteuil de maire. - - Louis Joseph Romain - est le cinquième maire de La Frette. Il sera élu de 1806 à 1821. La famille Romain s'apparente aux Murys. Louis Joseph Romain est notaire à La Frette de 1801à 1819. Les Romain ont aussi des attaches à Saint-Étienne de Saint-Geoirs, où ils finissent par s'installer ayant acquis le château de Fassion, rebaptisé depuis château Romain (sur la route de Saint-Geoirs). Le fils de Louis Joseph Romain est maire de Saint-Étienne de Saint-Geoirs en 1852.Apartir de 1820, le maire Romain étant absent c'est son adjoint Benoît Grilliat (ou Grillat) qui signe tous les actes d'état civil. - -François Jacquier-Ferrandière - est le sixième maire de La Frette. Il sera élu de 1821 à1848. Natif de Saint-Hilaire de la Côte, il est notaire à La Frette de 1835 à 1844. Dans l'état civil on voit sa signature devenir de plus en plus "tremblée" jusqu'à l'été 1847. A partir de là, Joseph Bouvat, son adjoint, le remplace, et c'est lui qui signe l'acte de décès de François Jacquier-Ferrandière le 14 avril 1848. - -Charles Antoine Arthus Berger Lavillardière - est le septième maire de La Frette. Il sera élu de 1848 à 1852. La famille Berger de La Villardière est originaire de Bizonnes, et tire son nom du hameau de Villardière sur cette commune. Le père d'Arthus de la Villardière a acheté le château de La Frette après la révolution française. On remarque que le maire signe Berger Lavillardière en omettant la particule. La particule a été rajoutée par la famille apres l'achat du chateau de la villardiere. Fausse noblesse. A la même époque, le fils de Claude Murys est adjoint et maître de poste. - - Antoine Alexandre Genevey - est le huitième maire de La Frette. Il sera élu de 1852 à 1875. Pendant tout le second empire, Antoine Alexandre Genevey est maire de La Frette. Bonapartiste, il est aussi notaire dans notre village de 1844 à 1880. Il est issu d’une famille paysanne de La Frette. Mais s’étant retrouvé orphelin très tôt, son oncle l’abbé Joseph Michel Bergeret s’est chargé de son éducation et lui a fait faire des études de droit. Maître Genevey est maire de La Frette, lorsque la vieille église est détruite en 1861, et que la nouvelle, que nous connaissons aujourd’hui, est achevée en 1864. Eugène Jacquier-Ferrandière, fils de François, est adjoint en 1875. - - Alexandre Brosse - est le neuvième maire de La Frette. Il sera élu de 1875 à 1776. Il appartient à une vieille famille frettoise. Sur notre commune existent les lieux-dits le sommet des Brosses et la ferme des Brosses. - - Alexandre Prudhomme - est le dixième maire de La Frette. Il sera élu de 1876 à 1884. Il lance la construction de la mairie et du groupe scolaire actuel. - - Charles Antoine Armand Berger de La Villardière - est le onzième maire de La Frette. Il sera élu de 1884 à 1919. Avec plus de 35 ans de présence à la tête de notre commune, c'est lui qui détient le record de longévité comme maire de La Frette. Il surveille la construction des bâtiments de l'école publique, de la mairie et contribue à l'embellissement de l'église. - - Alexandre Mercier - est le douzième maire de La Frette. IL sera élu de 1919 à 1929. - - Pierre Camille Frizon - est le treizième maire de La Frette. Il sera élu de 1929 à 1935. - - Séraphin Jules joseph Vivier - est le quatorzième maire de La Frette. Il sera élu de 1935à 1944. - - Alexandre François Porchier - est le quinzième maire de La Frette. Il sera élu de 1944 à 1947. - - Fernand pierre Alexandre Marmonier - est le seizième maire de La Frette. Il sera élu de 1947 à 1959. - -Etienne Philippe Burion - est le dix-septième maire de La Frette. Il sera élu de 1959 à 1983. De 1977 à 1983 Marc Célestin Henri Bergeret est le premier adjoint du maire Etienne Philippe Burion. - - François Joseph Auguste Marmonier - est le dix-huitième maire de La Frette. Il sera élu de 1983 à 1995. - - Henri Sillans - est le dix-neuvième maire de La Frette. Il est élu depuis 1995. Depuis 2001 Florence Marie-Élisabeth Bergeret fait partie du conseil municipal.

Démographie

Lieux et monuments

Personnalités liées à la commune

Bernard De La Villardière

Voir aussi

- Communes de l'Isère ==
Sujets connexes
Arrondissement de Grenoble   Canton de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs   Communauté de communes du Pays de Bièvre-Liers   Communes de l'Isère   France   Isère (département)   Rhône-Alpes  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^