Tibétains

Infos
Jeunes moines bouddhistes tibétains de l'école Gelug du Monastère de Drépung au Tibet Les Tibétains forment un peuple d'Asie vivant dans l'actuelle région autonome du Tibet et dans les provinces chinoises voisines. Ils composent une des 56 nationalités de Chine. Environ 5 % des Tibétains vivent en exil. Historiquement, le Tibet comprenait trois régions principales : la région de Ü-Tsang correspondant à la plus grande partie de la région autonome du Tibet actuelle
Tibétains

Jeunes moines bouddhistes tibétains de l'école Gelug du Monastère de Drépung au Tibet Les Tibétains forment un peuple d'Asie vivant dans l'actuelle région autonome du Tibet et dans les provinces chinoises voisines. Ils composent une des 56 nationalités de Chine. Environ 5 % des Tibétains vivent en exil. Historiquement, le Tibet comprenait trois régions principales : la région de Ü-Tsang correspondant à la plus grande partie de la région autonome du Tibet actuelle, l'Amdo incorporé à la province chinoise du QinghaiUne petite partie de l'Amdo est rattachée à la province du Gansu et le Kham dont la partie orientale est incorporée à la province chinoise du SichuanUne petite partie du Kham est rattachée à la province du Yunnan, sa partie occidentale étant rattachée à la région autonome.

Démographie

Chiffres de population

L'évolution démographique tibétaine entre 1953 et 2000 (les chiffres de la RAT en 1953 et 1964 présentés dans cette étude correspondent à des évaluations, tous les autres chiffres proviennent de recensements)Department of Population, Social, Science and Technology Statistics of the National Bureau of Statistics of China (国家统计局人口和社会科技统计司) and Department of Economic Development of the State Ethnic Affairs Commission of China (国家民族事务委员会经济发展司), eds. Tabulation on Nationalities of 2000 Population Census of China (《2000年人口普查中国民族人口资料》). 2 vols. Beijing: Nationalities Publishing House (民族出版社), 2003 (ISBN 7-105-05425-5).En 2000, le nombre de Tibétains dans l'ensemble de ces régions était d'environ selon Bureau d'État des Statistiques lors du recensement de 2000 : , p. 48. Le gouvernement tibétain en exil à Dharamsala en Inde donne une estimation proche de ce chiffre de 6 millions de Tibétains vivant actuellement au Tibet. Il faut ajouter qu'environ Tibétains ont fui le Tibet et vivent actuellement en exil, principalement en Inde. La population tibétaine a subi une baisse importante entre les recensements de 1953 et 1964 (de 2, 77 à 2, 50 millions), comme l'indiquent les chiffres de source chinoise. Les causes de cette diminution restent toutefois à déterminer précisément, Changing Population Characteristics in Tibet, 1959 to 1965, Michael Freeberne, Population Studies, Vol. 19, No. 3 (Mar., 1966), p. 317. , , A Writenet Report by Professor Colin P. Mackerras, p. 19-20. Consulté le 16 novembre 2007..

Conséquences de la présence chinoise

La prise de contrôle et la présence chinoises au Tibet depuis les années 1950 ont entraîné un nombre important de victimes parmi la population tibétaine, les causes principales en étant les combats, la répression et les famines liées au « Grand bond en avant ». Bien qu'il n'existe pas de consensus sur le chiffrage, leur nombre réel est très probablement de l'ordre de plusieurs centaines de milliers de personnes . Le gouvernement tibétain en exil estime, à la suite d'enquêtes et du recueil de témoignages, que Tibétains sont morts directement ou indirectement en conséquence de l'occupation du Tibet par l'armée chinoise entre 1949 et 1979Le document chinois , Yan Hao (Institute of Economic Research, State Department of Planning Commission, Beijing) présente un tableau détaillé avancant le chiffre de 1, 278, 387 de morts tibétains, page 19 (Table 4 : Distribution of Tibetan deaths directly resulting from China’ s invasion, by causes of death and regions (1949–79)) dont la source indiquée est "l'Office du Tibet, Human Rights, 1984".La page sur http://www.tibet.com, le site basé à Londres du gouvernement tibétain en exil, au chapitre "1949-1979: Killings and destructions" on peut lire: et avec un tableau détaillé donnant le chiffre total de 1, 207, 387 de morts tibétains.Tendzin Choegyal, le conseiller du Dalai Lama, dans un discours fait en 1999 au Hillsdale’s Center pour un seminaire sur les alternatives constructives, intitulé "Faith and Freedom Around the World" : . Tendzin Choegyal, "The Truth about Tibet" Imprimis (publication of Hillsdale College, Michigan), April 1999. Un dossier du groupe interparlementaire d'amitié liant le Sénat français au Tibet, intitulé "" , chapitre "2.3. Bilan de l'occupation du Tibet par la Chine" avance : .. Cependant, cette évaluation est remise en cause par certains qui estiment les chiffres exagérés, , Yan Hao (Institute of Economic Research, State Department of Planning Commission, Beijing), , 31 mai 2006. La Commission internationale des juristes a qualifié dans un rapport de 1959 les massacres perpétrés au Tibet par les autorités chinoises de génocide. Le 11 janvier 2006, la Cour suprême d'Espagne a annoncé qu'elle allait instruire une enquête concernant l'implication de sept anciens dirigeants chinois, entre autres l'ancien président Jiang Zemin et l'ancien Premier ministre Li Peng, dans un génocide au Tibet. Cette instruction est la conséquence d'un arrêté de la Cour constitutionnelle espagnole du 26 décembre 2005 qui autorise le traitement des plaintes pour génocide, même si elles n'impliquent pas de nationaux espagnols. Réfugiés tibétains à Dharamsala, en Inde Selon le gouvernement tibétain en exil, il existerait une politique de transfert de population au Tibet, et un programme d’avortement et de stérilisation forcé des femmes tibétaines. Des dizaines de milliers de femmes tibétaines auraient été contraintes par la force à épouser des colons chinois article de Nano Riley, automne 1996, citant le documentaire , réalisé par le réalisateur californien Ellen Bruno : . Encore aujourd'hui, tous les ans, environ Tibétains fuient, au péril de leur vieEn 2006, la police chinoise de la frontière a tiré sur des Tibétains passant la frontière tibéto-népalaise. Au moins 2 des réfugiés sont morts, dont une jeune nonne de 17 ans : , en traversant l'Himalaya vers le Népal et l’Inde. Environ un tiers de ces réfugiés sont des enfants qui viennent y chercher une éducation en langue tibétaine.

Politique de l'enfant unique au Tibet

C'est en 1983 qu'une politique de planning familial destinée aux Tibétains a été instituée pour la première fois, d'abord avec une limitation à deux enfants dans les zones urbaines, puis en 1984 avec une limitation à trois enfants dans les zones rurales, à l'exception des zones frontalières. Cependant, les mesures prévues ont été assez peu mises en pratique, ce qui a conduit, après le recensement de 1990, à une campagne destinée à en renforcer l'application, principalement dans les zones rurales. C'est de cette époque que date la mise en œuvre du système des amendes, chaque autorité locale étant officiellement maître de son application. Un système de quotas de naissances a également été institué ; ces quotas, définis par le gouvernement de Lhassa, étaient répartis entre les différentes entités administratives. Les modalités réelles d'application de cette politique font l'objet de diverses analyses :
- Selon l'analyse de Kate Saunders, journaliste spécialiste du Tibet et de la Chine, analyste à Tibet Information Network, les fonctionnaires tibétaines n'auraient droit qu'à un seul enfant ; les familles ayant trois enfants ou plus seraient soumises à diverses sanctions : une amende de yuans par an (montant équivalent au revenu annuel d'un fonctionnaire bien payé), la perte d'allocations ou d'avantages liés à l'emploi, et même l'avortement forcé ou la stérilisation. En outre, les enfants surnuméraires ne pourraient pas obtenir de permis de travail, et seraient exclus des systèmes d'éducation et de soins de santé .
- En revanche, selon Gu Baochang, un officiel du gouvernement chinois, au Tibet, si les fonctionnaires Han n'ont droit qu'à un seul enfant, les fonctionnaires tibétaines pourraient en avoir deux. Une étude réalisée pour le « Centre chinois d'information sur le Tibet » précise que l'application de la politique de planning familial resterait assez souple au Tibet, et qu'aucun avortement forcé n'y serait pratiqué .

Notes et références

Voir aussi

===
Sujets connexes
Amdo   Années 1950   Asie   Commission internationale des juristes   Dharamsala   Gansu   Inde   Jiang Zemin   Kham   Li Peng   Nationalités de Chine   Népal   Qinghai   République populaire de Chine   Sichuan   Tibet   Tibétain   Xizang   Yunnan  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^