Alliance Base

Infos
Alliance Base est une cellule antiterroriste commune à la CIA et aux services secrets français : un système permanent de coordination et d'échanges d'informations entre les services basé à Paris, entre les Invalides et l'Ecole militaire, et dirigé « par un général français assigné à la DGSE ». Mise en place après les événements du 11 septembre 2001 par le Président de la République française, Jacques Chirac et l'Administration américaine du Président
Alliance Base

Alliance Base est une cellule antiterroriste commune à la CIA et aux services secrets français : un système permanent de coordination et d'échanges d'informations entre les services basé à Paris, entre les Invalides et l'Ecole militaire, et dirigé « par un général français assigné à la DGSE ». Mise en place après les événements du 11 septembre 2001 par le Président de la République française, Jacques Chirac et l'Administration américaine du Président des États-Unis, George Bush. La langue de travail y est le français. Selon le Washington Post, un grand quotidien américain, dans des articles en juillet 2005, la cellule Alliance Base, installée à Paris, se consacrerait depuis 2002 à la lutte contre Al-Qaïda — le nom d'Alliance Base étant une traduction littérale de celui d'Al Qaïda. Le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Canada et l'Australie y collaboreraient. La cellule, qui comprendrait également des agents britanniques, australiens, canadiens et allemands, communiquerait en français dans le texte. Le but : analyser les mouvements transnationaux des terroristes présumés et lancer des opérations pour les capturer ou les espionner. Des documents officiels du ministère de la Défense montrent que le projet est en cours dès avril 2002. En dépit de leurs désaccords autour de l'Irak, la France et les États-Unis n’ont jamais cessé, depuis le 11 septembre 2001, de collaborer étroitement dans la lutte contre le terrorisme islamiste. La Direction générale pour la sécurité extérieure (DGSE), tout comme la Direction de la surveillance du territoire (DST, contre-espionnage), ont des « relations bilatérales régulières » avec leurs homologues de la CIA et du FBI. Cette coopération, selon les sources proches des services, porte à la fois sur le renseignement classique traditionnel (sur les personnes suspectes, leurs activités, leurs déplacements…) et sur le renseignement opérationnel, « celui qui débouche directement sur le démantèlement de réseaux et des interpellations ». La CIA a pu s’appuyer, lors du déclenchement de la guerre en Afghanistan, sur le dispositif de la DGSE dans les zones contrôlées par l'Alliance du Nord. En 2003, la France aurait transmis aux États-Unis une vidéo montrant Oussama ben Laden dans son maquis afghan. « Alliance Base » choisit méticuleusement ses « cas », détermine un pays comme théâtre d'opération et remet entre les mains des agents de ce pays la tâche d'exécuter l'opération. La France aurait ainsi fait arrêter quelque 60 personnes dans le cadre des activités d’« Alliance Base » depuis sa création. C’est « l'une des meilleures au monde », a commenté l'ancien directeur intérimaire de la CIA, John McLaughlin, en parlant de la collaboration entre les deux services secrets. La France aurait ainsi permis à la CIA de se servir de ses installations aériennes à Djibouti, afin de faire décoller un drone armé RQ-1 Predator pour tuer des membres d’Al-Qaida. Cette opération s’est déroulée au Yémen, le 3 novembre 2002. Abou Al-Harithi, soupçonné d'être à l'origine de l'attaque contre le destroyer américain USS Cole le 12 octobre 2000 dans la rade d’Aden, avait été tué par un missile, ainsi que six autres terroristes. La France, l'un des très rares pays à participer aux bombardements avec les Américains sur les zones tenues par Al-Qaïda, a placé depuis 2003, sous commandement opérationnel américain, une centaine de commandos de ses forces spéciales dans le district de Spin Boldak de la province de Kandahar (sud de l'Afghanistan). Ces commandos français ont d'ailleurs été retirés de l'Afghanistan, en Janvier 2007, pour être redéployés sur d'autres théâtres d'opérations. Cette coopération entre les deux pays aurait notamment permis de déjouer des attentats dont celui qu’auraient fomenté pour La Réunion Karim Medhi et sa tête pensante et financière, Christian Ganczarski arrêté le 3 juin 2003 un Allemand d’origine polonaise converti à l'islam, considéré comme « l’un des plus importants membres européens d’Al-Qaïda vivants » et depuis incarcéré en France.

Lien interne

- Guerre contre le terrorisme

Voir aussi

- de Dana Priest du 3 juillet 2005
- du 8 septembre 2006 Alliance Base Catégorie:Guerre contre le terrorisme de:Alliance Base en:Alliance Base nl:Alliance Base
Sujets connexes
Aden   Administration américaine   Afghanistan   Allemagne   Allemand   Alliance Base   Alliance du Nord   Antiterrorisme   Australie   Canada   Central Intelligence Agency   Direction de la surveillance du territoire   Direction générale de la sécurité extérieure   Djibouti   Drone   Federal Bureau of Investigation   France   Français   George W. Bush   Guerre contre le terrorisme   Général   Irak   Jacques Chirac   John McLaughlin   Kandahar   Paris   Pologne   Président de la République française   Président des États-Unis   RQ-1 Predator   Royaume-Uni   Terrorisme islamiste   USS Cole   Yémen  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^