Synthétiseur

Infos
Un synthétiseur est un instrument de musique capable de générer et de manipuler des sons électroniquement au moyen d'oscillateurs électroniques produisant des formes d'ondes que l'on module à l'aide de techniques telles que la synthèse additive, la synthèse soustractive, la synthèse FM, la modélisation physique ou la modulation de phase. Les sons peuvent être créés soit de manière analogique à l'aide de circuits électriques ayant un comportement continu, soit de
Synthétiseur

Un synthétiseur est un instrument de musique capable de générer et de manipuler des sons électroniquement au moyen d'oscillateurs électroniques produisant des formes d'ondes que l'on module à l'aide de techniques telles que la synthèse additive, la synthèse soustractive, la synthèse FM, la modélisation physique ou la modulation de phase. Les sons peuvent être créés soit de manière analogique à l'aide de circuits électriques ayant un comportement continu, soit de manière numérique à l'aide de circuits modélisant numériquement les formes d'ondes analogiques, ou bien encore de manière mixte en exploitant ces deux possibilités. Un synthétiseur possède habituellement un clavier qui permet de jouer avec l'instrument. Toutefois, l'interface d'un synthétiseur n'est pas forcément un clavier, elle peut se présenter sous forme d'un ruban tactile ou même être la détection de la position de la main du joueur dans l'espace. À l'inverse, un instrument électronique muni d'un clavier n'est pas forcément un synthétiseur. L'enveloppe ADSR Un des aspects les plus caractéristiques de tout son est son enveloppe d'amplitude. Cette enveloppe détermine si le son est percussif, comme la caisse claire d'une batterie, ou persistant, comme une corde de violon. Le plus souvent, la mise en forme du profil de l'amplitude d'un son est réalisée avec un modèle d'enveloppe "ADSR" (Attack, Decay, Sustain, Release, i.e. attaque, déclin, maintien, relâchement) appliqué pour contrôler le volume des oscillateurs. À part le sustain, chacune de ces étapes est modélisée par un changement dans le volume (souvent exponentiel).
- la durée d'attaque est la durée mise pour la première élévation du niveau sonore
- la durée de déclin est la durée mise pour la baisse suivante jusqu'au niveau de maintien
- le niveau de maintien, la troisième étape, est le volume constant produit quand une touche est maintenue
- la durée de relâchement est la durée mise pour que le son décroisse du niveau de maintien jusqu'au niveau nul quand la touche est relâchée. Si la touche est relâchée pendant l'étape d'attaque ou de déclin, la phase de maintien est habituellement passée. De manière similaire, un niveau de maintien de zéro produira une enveloppe plus ou moins de piano (ou percussif), sans niveau continûment maintenu, même si une touche est maintenue. Des taux exponentiels sont habituellement utilisés car ils modélisent plus précisément les vraies vibrations physiques, qui augmentent ou décroissent de manière exponentielle. Bien que les oscillations des vrais instruments changent également de fréquence, la plupart des instruments peuvent être bien modélisés sans ce raffinage. Ce raffinage est nécessaire pour créer un vibrato.

Méthodes de synthèse les plus courantes

Trois types de synthèse sonore ont prédominé dans l'histoire des synthétiseurs. Les plus courantes sont les synthèses analogiques soustractive et additive (l'additive fut utilisée dès le début du 20ème siècle sur un instrument appelé le Telharmonium. Ce fut la première). Elles ont connu leurs heures de gloire dans les années 1970 puis leur retour en grâce dans les années 1990 à 2000 à cause de leur usage très répandu dans les musiques actuelles, et cela continue aujourd'hui grâce à leur facilité d'accès sous forme de logiciel informatique. Toutefois il ne s'agit plus d'un traitement analogique du son mais d'un traitement numérique qui simule le comportement analogique des synthétiseurs de cette époque. Dans les années 1980, un autre type de synthèse a remporté un large succès, il s'agit de la synthèse FM. Le principe est radicalement différent, il s'appuie sur la modulation de fréquence. Pour plus de détails, voir l'article synthèse sonore. Attention, les instruments de musique électroniques munis d'un clavier ne sont pas forcément des synthétiseurs : la plupart du temps il s'agit d'appareils qui reproduisent des sons pré-enregistrés plutôt que de fabriquer des sons de toutes pièces.

Historique

L'histoire de la synthèse sonore et celle du synthétiseur étant intimement liées, elles sont toutes deux regroupées ici.

Les ancêtres

1874 - Après avoir déposé infructueusement le brevet du téléphone (une heure après Alexandre Graham Bell), Elisha Gray invente le télégraphe musical. Celui-ci comporte un clavier de deux octaves et exploite via des électro-aimants les vibrations de lamelles métalliques. La diffusion est assurée par le réseau téléphonique. 1897 - L'américan Thaddeus Cahill invente le Telharmonium, appelé aussi Dynamophone car il fonctionne à l'aide de 408 dynamos. Il inspirera la conception de l'orgue Hammond 40 ans plus tard et utilise lui aussi le réseau téléphonique. 1907 - Lee De Forest invente le tube à vide (la « lampe » électronique, la triode) qui va permettre de réaliser des circuits électroniques. 1917 - Le russe Lev Termen invente le Theremin, instrument peu courant mais encore joué et construit aujourd'hui. Il ne comporte pas de clavier mais deux antennes qui sont influencées par les positions des mains, l'une servant à piloter la hauteur et l'autre le volume du son ; ce son est le résultat de la différence entre deux oscillateurs travaillant à très hautes fréquences. C'est lui qui fait les "chœurs" dans le morceau Good Vibrations de Brian Wilson (Beach Boys). 1928 - Maurice Martenot invente « les ondes Martenot », instrument qui utilise le même principe de différence entre deux fréquences élevées mais dispose d'un clavier et d'un moyen de faire des glissandos. Cet instrument au son fascinant a été réédité en 2001 sous le nom d'Ondéa et est exploité notamment en concert par Yann Tiersen. Bien avant, des artistes comme Olivier Messiaen, Edgar Varèse ou Darius Milhaud ont composé pour lui un véritable répertoire. 1930 - Le Trautonium de l'allemand Friedrich Trautwein est le premier synthétiseur à synthèse soustractive. La bande son du film "Les oiseaux" de Alfred Hitchcock a été entièrement réalisée avec cet instrument, par Oskar Sala, notamment les cris des oiseaux. 1935 - C'est la naissance de l'orgue Hammond, conçu par Laurens Hammond qui travaillait à l'origine à la mise au point d'un moteur destiné à une horloge. Les sons de l'orgue Hammond sont créés par un grand nombre de roues phoniques (sortes de dynamos) et selon un procédé de synthèse additive. Cet instrument est totalement polyphonique. Destiné initialement aux églises, il sera popularisé par le Gospel puis le blues, le jazz et le rock. Il est encore très populaire aujourd'hui. 1947 - L'électronicien français Constant Martin invente le Clavioline, instrument à clavier (une octave et demi) n'ayant qu'un seul oscillateur. 1950 - Le chef d'orchestre Raymond Scott crée le Clavivox pour produire des jingles publicitaires, puis l'Electronium, un instrument très avant-gardiste puisqu'il est à la fois un synthétiseur et un séquenceur, permettant donc de programmer des mélodies. 1969 - Le guitariste des Who, Pete Townshend utilise l'instrument sur leur album Tommy ainsi que sur les suivants. Le synthétiseur deviendra alors un instrument de rock.

Voir aussi

===
Sujets connexes
AKAI EWI 4000S   ARP 2600   ARP Odyssey   Alex Staropoli   Alexandre Graham Bell   Alfred Hitchcock   Analogique   Années 1970   Années 1980   Années 1990   Années 2000   Blues   Bontempi (musique)   Bradley Joseph   Brian Eno   Brian Wilson   Clavier (musique)   Clavioline   Constant Martin   Daniel Balavoine   Darius Milhaud   Deep Purple   Depeche Mode   Derek Sherinian   Devo   Duran Duran   Dynamo   EMS VCS3   Elisha Gray   Enveloppe sonore   Enya   Fairlight CMI   Frank Zappa   Genesis (groupe)   George Duke   Good Vibrations   Gospel   Hawkwind   Herbie Hancock   Huey Lewis and the News   Jan Hammer   Jazz   Jean Michel Jarre   Keytar   Korg 01/W   Laurie Anderson   Lee De Forest   Logiciel   Maurice Martenot   Michael Brecker   Michael Jackson   Mike Oldfield   Minimoog   Modulation de fréquence   Modulation de phase   Moog   Musiques actuelles   New Order   Nitzer Ebb   Numérique   OMD   Oberheim OB-Xa   Olivier Messiaen   Onde   Ondes Martenot   Orgue Hammond   Orgue numérique   Pet Shop Boys   Pete Townshend   Peter Gabriel   Phil Collins   Pink Floyd   Prince Rogers Nelson   Raymond Scott   Roland D-50   Roland Jupiter-8   Roland MT-32   Roland TB-303   Roxy Music   Sequential Circuits Prophet 5   Son (physique)   Spock's Beard   Stereolab   Steve Reich   Steve Winwood   Stevie Wonder   Styx   Supertramp   Synclavier   Synthèse FM   Synthèse sonore   Synthèse sonore additive   Synthèse sonore soustractive   Synthèse vocale   Synthétiseur modulaire   Tangerine Dream   Telharmonium   The Beatles   The Cars   The Cure   The Police   The Prodigy   The Residents   The Who   Thomas Dolby   Tom Scott   Tommy   Tony Banks   Trautonium   Triode   Télégraphe   Téléphone   Ultravox   Van Halen   Vibrato   Vince Clarke   Vélocité (musique)   Wayne Shorter   Weather Report   Weezer   Wendy Carlos   Yamaha DX7   Yann Tiersen   Zoot Woman  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^