Capoeira

Infos
Capoeiristes La capoeira est un art martial brésilien qui puise ses racines dans les méthodes de combat et les danses des peuples africains du temps de l'esclavage au Brésil. On situe l'origine de ces techniques en Angola, une ancienne colonie portugaise. Une forme très analogue, aussi bien dans les gestes que dans les rythmes, est d'ailleurs connue et pratiquée dans tout l'Océan Indien sous le nom de Moringue depuis plusieurs siècles. La capoeira est un art martial qui u
Capoeira

Capoeiristes La capoeira est un art martial brésilien qui puise ses racines dans les méthodes de combat et les danses des peuples africains du temps de l'esclavage au Brésil. On situe l'origine de ces techniques en Angola, une ancienne colonie portugaise. Une forme très analogue, aussi bien dans les gestes que dans les rythmes, est d'ailleurs connue et pratiquée dans tout l'Océan Indien sous le nom de Moringue depuis plusieurs siècles. La capoeira est un art martial qui utilise beaucoup les pieds car les mains des esclaves étaient enchaînées. Au début de la capoeira, les mouvements étaient très proches du sol (copiés sur les mouvements des animaux) mais avec l'arrivée de peuples orientaux avec leurs propres techniques d'art martial, la capoeira a développé les coups de pieds et de nombreuses acrobaties.

Étymologie

Le mot portugais capoeira désigne une clairière. En français, on pourrait le traduire par "herbe rase". Par extension une analogie de l'endroit où étaient parqués les esclaves durant la domination portugaise (appelés aussi "Senzalas" ou cases). Selon d'autres le mot désignerait une herbe sauvage qui poussait sur les chemins empruntés par les esclaves en fuite. L'origine même de la capoeira en tant que telle est plus vague. Certains la placent comme un des héritages rapportés des esclaves venus d'Afrique. Cependant beaucoup d'études sur ce sport la voient plutôt naître dans les "Quilombos" au Brésil. Les "Quilombos" étaient des lieux souvent cachés au milieu des forêts où les esclaves échappés venaient se regrouper. Un des "Quilombos" les plus connus et souvent récurrent dans les chants de capoeira était le "Quilombo de Palmares".

Histoire

La capoeira est, semble-t-il, apparue entre le et le au Brésil. Le premier document connu remonte à 1789, à Rio de Janeiro. Elle était alors exclusivement pratiquée par les esclaves noirs. Elle se distingue des autres arts martiaux par son côté ludique et souvent acrobatique. Les pieds sont très largement mis à contribution durant le combat et les « joueurs » prennent souvent position en équilibre sur les mains pour effectuer leurs mouvements de jambes. Il s'agissait à l'époque pour les esclaves de s'entraîner au combat, sans doute en prévision d'une fuite prochaine. Pour ne pas être reconnue comme un art de combat qui aurait été évidemment réprimé, les esclaves la déguisèrent en danse rituelle. Capoeira ou la danse de la Guerre par Johann Moritz Rugendas 1835 Longtemps interdite et réprimée, la capoeira se pratiquait dans la rue, et les « capoeiristas » causaient des désordres. Dans les années 1930, Mestre Pastinha puis maître Bimba (1900-1974) ont créé la première école (payante), d'abord tolérée, puis autorisée officiellement, à condition de rester entre ses quatre murs. La capoeira de rue continuait à être réprimée. Son école, tout d'abord appelée "Luta Regional Baiana" avant de prendre le nom de "Capoeira Regional", a connu un grand succès. Par la suite, d'autres maîtres ouvraient aussi des « académies » de capoeira, avec des succès variables. C'est à partir de ce moment qu'on accola le nom d'"Angola" à la capoeira pratiquée avant Mestre Bimba, en hommage aux esclaves majoritairement originaires de ce pays. Dans l'école de Mestre Bimba, pour signaler le niveau des élèves, chacun avait un foulard de couleur autour du cou en fonction de son niveau. Puis, avec l'essor de la capoeira, le Brésil a vu apparaître de nombreux groupes, et, vers 1970, un groupe qui souhaitait pratiquer la capoeira a créé un système de cordons à l'image des ceintures de couleur du karaté qui était tellement à la mode. Néanmoins, il n'y a pas d'uniformité entre les différents groupes de capoeira au niveau des couleurs des ceintures. Chaque groupe a un classement de couleur qui lui est propre. La plupart du temps, la première ceinture est la blanche, qui représente la virginité et à qui on doit tout apprendre, mais parfois, cela peut être vert clait en signe d'un fruit qui n'a pas encore atteint maturité. Les années 1980 et le renouveau des mouvements de conscience noire ont favorisé l'apparition des groupes qui cherchaient à se rapprocher de la tradition. Dans les mêmes années, des professeurs de capoeira se sont installés un peu partout dans le monde. Au niveau international, la discipline de la capoeira est majoritairement organisée en groupes, eux-mêmes composés d'académies et d'écoles. Chaque groupe possède ses propres aspirations, pratiques et coutumes, tout en conservant la base culturelle commune de la discipline.

Roda

Berimbau et pandeiro La principale caractéristique de la capoeira est la roda, elle en est la parfaite illustration. Elle met en scène tous les aspects de la capoeira : l’aspect martial avec ses combats et l’aspect artistique avec les « flores » (acrobaties), les chants et les instruments typiques de la capoeira. Le jeu symbolise le combat, l'expression corporelle et la conversation non verbale entre les deux partenaires. La roda (ronde en français) est la ronde que forment les capoeiristes lors des confrontations qui sont appelées « jeux ». cette ronde qui sert à délimiter l’espace de jeu, sert surtout à créer une ambiance propice au spectacle. En effet, cette roda crée, par ses chants et ses rythmes brésiliens, une ambiance festive et chaleureuse qui « donne de l’énergie » aux capoeiristes qui s’affrontent au centre. Dans une roda typique on retrouve les instruments suivants :
- trois berimbau
- un pandeiro
- un atabaque
- un agogo. La personne qui tient le berimbau central contrôle la roda. C’est elle qui décide du rythme de la musique et donc du type de jeu que doivent produire les capoeiristes au centre de la roda, et c’est elle qui décide du début et de la fin de la roda. Il existe deux styles bien distincts : Angola et Regional. L’Angola se joue sur un rythme lent avec des mouvements précis et près du sol alors que le Regional se joue sur un rythme rapide avec des mouvements rapides, beaucoup de déplacements et des « flores » (acrobaties). Le capoeiriste qui chante influe également sur le « jeu » produit au centre de la roda. En effet, les chants qui accompagnent le rythme des instruments sont souvent porteurs de sens : ils racontent une histoire qui met en avant certaines valeurs ou simplement des caractéristiques de jeu qu’il faut essayer de reproduire dans la roda. Un bon capoeiriste doit savoir interpréter le rythme et les chants afin de produire un jeu qui corresponde, c’est-à-dire adapter sa vitesse et ses mouvements au rythme des instruments et mettre en pratique les valeurs ou caractéristiques de jeu dont il est question dans les chants. Par exemple un jeu plein de malice, ou d’acrobaties ou encore de mouvements d’animaux. Le démarrage de la roda suit un rituel précis. Une fois la ronde formée, deux capoeiristes viennent s’accroupir au pied du berimbau central et patientent. C’est à ce moment que les instruments entrent en action dans un ordre bien précis : le berimbau central commence seul, ensuite les deux autres l’accompagnent, puis c’est au tour de l’atabaque, ensuite le pandeiro et enfin l’agogo. Quand tous les instruments sont en action, un capoeiriste commence à chanter : il chante seul les couplets et la ronde entière reprend les refrains en chœur. Et c’est uniquement lorsque la roda chante le premier refrain que les deux capoeiristes qui étaient en attente peuvent commencer à « jouer ». Ensuite, les autres capoeiristes peuvent prendre la place d’un des deux protagonistes en passant au préalable s’accroupir au pied du berimbau central.

Écoles

La capoeira est enseignée dans des écoles spécialisées, appelées académies, où règne une hiérarchie très précise entre le Maître (o Mestre) et ses élèves. En dessous du Maître, il y a le Contre-Maître, puis le professeur, l'instructeur et le moniteur. Les moniteurs peuvent commencer à donner des cours aux enfants ou assister une personne plus gradée, mais c'est généralement les à partir du grade d'instructeur que l'on donne des cours de capoeira. La discipline et le respect mutuel sont des valeurs fondamentales de cette pratique. Dans la capoeira sportive, les différents niveaux de technicité d'un capoeiriste peuvent être sanctionnés (un peu comme au judo ou au karaté) par la remise d'un cordon de couleur, chaque couleur correspondant à un grade ou degré de connaissance (technique, chants, instruments, acrobaties, etc.). Le grade n'atteste pas uniquement des capacités techniques du pratiquant, mais récompense aussi son niveau d'investissement, d'implication dans son école ou son groupe (organisation, participation aux manifestations, etc). De plus, le mental est un élément fondamental de ce sport : la mandiga, qui est proche de la malice mais bien plus complexe car acquise totalement que par les mestres. Elle permet de posséder une pensée et un mode de vie différents, presque une sagesse. Quelques groupes, surtout les plus traditionnels, n'utilisent pas de grades. S'ils sont utilisés, le nombre de grades ainsi que les couleurs des cordes leur correspondant ne sont pas identiques pour tous les groupes.

Batizado

Le Batizado est le passage de grade. Il cloture généralement une semaine de stage, avec l'intervention de personnes gradées venues de tout le globe. Un Mestre doit bien entendu être présent. Entre chaque niveau, il y a de petits spectacles de danse, de chants, de musique... préparés par les élèves, ou des démonstrations de capoeira avec les professeurs, instructeurs... Les élèves sont appelés par leur nom de capoeira. Ensuite, un par un, ils jouent avec l'un des professeurs, jusqu'à être mis à terre. Une fois que tout le monde de même niveau est passé, les élèves jouent entre eux. Puis on leur remet leur ceinture. A partir d'un certain niveau, les élèves doivent chanter tout seuls devant le public, puis faire un petit solo.

Quelques mouvements de capoeira

-Ginga

Positions

-Negativa
-Coqueirinho

Acrobaties

-Au
-Macaco
-Queda de rins
-Au batido

Coups de pied

-Martelo
-Armada
-Cabeçada
-Meia lua de compasso
-Meia lua de frente
-Rabo-de-arraia
-Chapa / esporão
-Benção
-Ponteira
-Queixada
-Gancho
-Chapeu de couro / martelo do chão

Esquives

-Cocorinha
-Negativa
-Negativa de angola
-Esquiva de lado
-Esquiva de tronco
-Esquiva de frente

Autres

-Rasteira

La capoeira dans les médias

-Le personnage Eddy Gordo (appelé aussi Eddy ou, avec son style disco/Jackson Five, Tiger Jackson) du jeu vidéo de combat Tekken 3, pratique la capoeira.
-Dans le film de Pitof Catwoman, les mouvements du personnage principal incarné par Halle Berry sont principalement inspiré de la capoeira.
-Dans le film l'Honneur du dragon, on assiste à une confrontation entre muay thaï (Tony Jaa) et capoeira (Lateef Crowder).

Voir aussi

===
Sujets connexes
Abada   Afrique   Angola   Années 1930   Armada   Art martial   Atabaque   Au batido   Berimbau   Brésil   Catwoman (film)   Eddy Gordo   Ginga   Halle Berry   Johann Moritz Rugendas   Judo   Karaté   L'Honneur du dragon   Liste des groupes de capoeira   Macaco   Mestre Pastinha   Moringue   Muay thaï   Océan Indien   Pandeiro   Pitof   Portugal   Quilombo   Rio de Janeiro   Tekken 3   Tony Jaa   Wikia  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^