Fumay

Infos
Fumay (en wallon: Fumwè) est une commune française, située dans le département des Ardennes et la région Champagne-Ardenne. Fumay est parfois nommée La Cité de l'Ardoise en référence au matériau qui fit sa prospérité au .
Fumay

Fumay (en wallon: Fumwè) est une commune française, située dans le département des Ardennes et la région Champagne-Ardenne. Fumay est parfois nommée La Cité de l'Ardoise en référence au matériau qui fit sa prospérité au .

Géographie

Plan sommaire de Fumay Commune des Ardennes frontalière de la Belgique, Fumay se situe à 30 km au nord de Charleville-Mézières dans la pointe de Givet (que les géographes désignent également sous le terme de doigt de Givet). Ville frontalière de la Belgique, le ruisseau de l'Alyse qui se jette dans la Meuse en aval de la commune est un des points de repères qui sépare les deux pays. Le territoire communal, d'une superficie de 3756 hectares, se compose essentiellement d'espaces boisés. Si la forêt domine dans le paysage, c'est principalement une ressource de son sous-sol qui fit la renommée de la ville: le schiste ardoisier. De qualité exceptionnelle, il fut exploité jusqu'au début des années 1970. La partie la plus ancienne de la ville s'est développée dans un méandre de la Meuse extrêmement resserré, dessinant une véritable presqu'île, les quartiers les plus récents se développant sur ses pourtours. Fumay semble chapeautée par son église. L'on prétend que l'exploitation de l'ardoise a peu à peu fait s'affaiser l'ensemble de la commune, mais que personne n'osa jamais creuser sous l'église, ce qui fait qu'elle domine aujourd'hui. Cet encaissement de la Meuse dans le massif de l'Ardenne renforce l'impression de confinement et d'isolement, caractérisant la valleye . On peut y flaner le long de la Meuse, en partant du port fluvial, en poursuivant par le traditionnel chemin de halage, et en remontant vers la place du Baty où l'on se reposera à l'ombre des tilleuls. Le long de cette promenade on remarquera les immenses buttes de déchets d'ardoises les fouégés que les scailleteux ont laissés là lors de l'exploitation des ardoisières.

Histoire

histoire politique

Vue depuis Haybes D’après un historien local, les premiers habitants de Fumay s’établirent autour de la chapelle de Notre Dame de Divers-Monts qu'un moine évangélisateur, Saint-Materne aurait érigé vers le VIe siècle après avoir tué, dit-on dans une légende, « le fameux serpent qui terrorisait les bois de Fumay ». En 762, Pépin le Bref cède les terres qui correspondent aujourd’hui aux communes de Revin, Fumay et Fépin à l’Abbaye de Prüm (ville de l’actuel land allemand de la Rhénanie-Palatinat), leur conférant le statut de terres franches. Pour gérer cette région, mais également la protéger, l’Abbé, nomma un Avoué pour le représenter. Ce principe d’organisation ne fut pas sans heurts quand l’avoué prit un poids de plus important au détriment de l’Abbé, ce qui donna lieu à la publication de règlements où les deux Seigneurs furent désignés par la mention de Seigneur Foncier et de Seigneur Avoué. Le premier de ces textes est daté de 1222. La charge d'avouerie, dès lors considérée comme bien meuble, se transmettra par voie héréditaire ou par vente. C'est par ce dernier procédé que Jean II d'Avesnes, Prince du Hainaut, devient Seigneur Avoué des terres de Revin, Fumay et Fépin en 1288. En 1433 Philippe le Bon, duc de Bourgogne, confisqua ces terres à Jacqueline de Bavières, dernière héritière directe de Jean II d'Avesnes. Il les revendra en 1453 à la famille des Croÿ. La charge s'y transmettra alors de père en fils dans la branche de Philippe II que Charles Quint éleva, pour services rendus, au titre de duc d’Arschott. En 1610, ces terres furent vendues aux Aremberg, Princes de Chimay puis à Jacques Théodore, comte de Bryas, archevêque de Cambrai en 1689. De part sa situation sur le cours de la Meuse et aux « Limites » du Royaume de France et située dans la zone d’influence des Pays Bas, Fumay acquit une importance stratégique. Ainsi, chacun des deux Royaumes revendiqua la possession de la ville, remettant en cause le statut de terre franche accordé par Pépin le Bref. Cette situation de tension ne prendra fin qu'en 1769 avec la signature du Traité des Limites rattachant, notamment, Fumay au Royaume de France.

histoire économique

le centre ancien et l'église Saint-Georges Fumay doit sa renommée à l'extraction de l'ardoise laquelle remonte, d'après les documents les plus anciens connus, au XIIe siècle. Au XVe siècle, l’activité devient régulière et structurée par des négociants venus des Pays-Bas. En 1466, les ardoisiers fumaciens fondent une corporation, baptisée corporation des mineurs escailleurs, placée sous la protection de la Confrérie de Notre Dame de Divers-Monts, pour défendre leurs droits. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, entre dix et quinze fosses sont en activité régulière, ce en raison d'une stabilisation politique dans la région. Par contre, les années précédent la Révolution voient la disparition des fosses les plus petites, un tassement de l'activité et une perte en qualité de la pierre. Trois sociétés sont actives au moment où éclatent les troubles révolutionnaires. Seule une seule exploitation parvient à rester en activité, l'ardoisière du Moulin Sainte-Anne. L'activité économique est entravée jusqu'aux environ de 1835 où se développent de nouvelles sociétés. En 1846, Jacques Lenoir et son épouse Clara Patez fondent une forge au lieu-dit le Potay : les futurs établissements Bidez et Haller. En 1848, au lieu-dit Pied Selle, la Péchenard Nanquette et Cie abandonne la production de verre à vitre et se concentre sur l’atelier d’ustensiles de cuisine en fer étamé, fondé en 1841 : les futurs établissements du Pied-Selle qui prennent leur réel essor avec l’arrivée d’Eugène Boucher en 1856. La fin du XIXe siècle montre un premier ralentissement d’activité au sein des ardoisières, marqué par une diminution de la demande sur le marché français. Avec la Première Guerre Mondiale, tout l’appareil économique local est arrêté, les usines détruites par l’occupant. Après le conflit, les besoins de matériaux pour la reconstruction facilitent le relance des ardoisières. Toutefois la demande française ralentit après 1925 et les exploitants retrouvent le contexte prévalant avant guerre, renforcé par la concurrence locale entre les sociétés. Si l'ouverture d'un marché en direction de l'Angleterre permet d'écouler les stocks, la crise sur le marché de l’ardoise s’intensifie après 1928, entraînant les premières périodes de chômage. La grande crise de 1929 accentue les difficultés des exploitations locales et entraîne la disparition de la plupart d'entre elles. Ainsi, en 1937, deux cents personnes, contre un millier dix ans plus tôt, travaillaient encore dans les deux seules ardoisières en activité : Saint-Joseph et La Renaissance. L'après-guerre et les Trente Glorieuses voient le règne de la métallurgie. Si les ardoisières peinent à recruter, les usines sont en plein développement. Un établissement comme les Usines du Pied Selle emploie jusqu'à 1000 salariés et, au milieu des années 1950, modernise l'ensemble de sa chaîne de production. En 1971, la dernière ardoisière ferme. La même année, malgré un élargissement de la gamme de production, les Usines du Pied Selle se reconvertissent dans la fabrication de câbles de communication. 600 emplois disparaissent ainsi en un an. La ville, et la pointe des Ardennes, voient une grande partie de leur industrie disparaître.

Administration

Fumay est chef-lieu de canton. Celui-ci comprend les communes de Fumay, Haybes, Fépin, Hargnies, Montigny-sur-Meuse. Au niveau intercommunal, Fumay est membre de la Communauté de communes Ardennes Rives de Meuse. | align="center" rules="all" cellspacing="0" cellpadding="4" style="border: 1px solid
-999; border-right: 2px solid
-999; border-bottom: 2px solid
-999; background:
-f3fff3" |+ style="font-weight: bold; font-size: 1.1em; margin-bottom: 0.5em"| Liste des maires successifs |-style= ! Période !! Identité !! Parti !! Qualité

Démographie

Histogramme (élaboration graphique par Wikipédia) Colors= id:lightgrey value:gray(0.9) id:darkgrey value:gray(0.7) id:sfondo value:rgb(1, 1, 1) id:barra value:rgb(0.7, 0.9, 0.7) ImageSize = width:850 height:350 PlotArea = left:50 bottom:50 top:30 right:30 DateFormat = x.y Period =from:0 till:8000 TimeAxis = orientation:vertical AlignBars = justify ScaleMajor = gridcolor:darkgrey increment:1000 start:0 ScaleMinor = gridcolor:lightgrey increment:200 start:0 BackgroundColors = canvas:sfondo BarData= bar:1793 text:1793 bar:1806 text:1806 bar:1821 text:1821 bar:1831 text:1831 bar:1836 text:1836 bar:1841 text:1841 bar:1846 text:1846 bar:1851 text:1851 bar:1856 text:1856 bar:1861 text:1861 bar:1866 text:1866 bar:1872 text:1872 bar:1876 text:1876 bar:1881 text:1881 bar:1886 text:1886 bar:1891 text:1891 bar:1896 text:1896 bar:1901 text:1901 bar:1906 text:1906 bar:1911 text:1911 bar:1921 text:1921 bar:1926 text:1926 bar:1931 text:1931 bar:1936 text:1936 bar:1946 text:1946 bar:1954 text:1954 bar:1962 text:1962 bar:1968 text:1968 bar:1975 text:1975 bar:1982 text:1982 bar:1990 text:1990 bar:1999 text:1999 PlotData= color:barra width:30 align:left bar:1793 from:0 till: 1815 bar:1806 from:0 till: 1891 bar:1821 from:0 till: 2213 bar:1831 from:0 till: 2421 bar:1836 from:0 till: 2654 bar:1841 from:0 till: 2903 bar:1846 from:0 till: 3390 bar:1851 from:0 till: 3447 bar:1856 from:0 till: 3535 bar:1861 from:0 till: 3918 bar:1866 from:0 till: 4099 bar:1872 from:0 till: 4565 bar:1876 from:0 till: 4857 bar:1881 from:0 till: 5231 bar:1886 from:0 till: 5147 bar:1891 from:0 till: 5065 bar:1896 from:0 till: 5281 bar:1901 from:0 till: 5568 bar:1906 from:0 till: 5836 bar:1911 from:0 till: 5790 bar:1921 from:0 till: 4789 bar:1926 from:0 till: 5339 bar:1931 from:0 till: 5376 bar:1936 from:0 till: 4948 bar:1946 from:0 till: 4013 bar:1954 from:0 till: 4850 bar:1962 from:0 till: 6185 bar:1968 from:0 till: 6424 bar:1975 from:0 till: 6147 bar:1982 from:0 till: 5811 bar:1990 from:0 till: 5363 bar:1999 from:0 till: 4667 PlotData= bar:1793 at: 1815 fontsize:S text: 1815 shift:(-10, 5) bar:1806 at: 1891 fontsize:S text: 1891 shift:(-10, 5) bar:1821 at: 2213 fontsize:S text: 2213 shift:(-10, 5) bar:1831 at: 2421 fontsize:S text: 2421 shift:(-10, 5) bar:1836 at: 2654 fontsize:S text: 2421 shift:(-10, 5) bar:1841 at: 2903 fontsize:S text: 2903 shift:(-10, 5) bar:1846 at: 3390 fontsize:S text: 3390 shift:(-10, 5) bar:1851 at: 3447 fontsize:S text: 3447 shift:(-10, 5) bar:1856 at: 3535 fontsize:S text: 3535 shift:(-10, 5) bar:1861 at: 3918 fontsize:S text: 3918 shift:(-10, 5) bar:1866 at: 4099 fontsize:S text: 4099 shift:(-10, 5) bar:1872 at: 4565 fontsize:S text: 4565 shift:(-10, 5) bar:1876 at: 4857 fontsize:S text: 4857 shift:(-10, 5) bar:1881 at: 5231 fontsize:S text: 5231 shift:(-10, 5) bar:1886 at: 5147 fontsize:S text: 5147 shift:(-10, 5) bar:1891 at: 5065 fontsize:S text: 5065 shift:(-10, 5) bar:1896 at: 5281 fontsize:S text: 5281 shift:(-10, 5) bar:1901 at: 5568 fontsize:S text: 5568 shift:(-10, 5) bar:1906 at: 5836 fontsize:S text: 5836 shift:(-10, 5) bar:1911 at: 5790 fontsize:S text: 5790 shift:(-10, 5) bar:1921 at: 4789 fontsize:S text: 4789 shift:(-10, 5) bar:1926 at: 5339 fontsize:S text: 5339 shift:(-10, 5) bar:1931 at: 5376 fontsize:S text: 5376 shift:(-10, 5) bar:1936 at: 4948 fontsize:S text: 4948 shift:(-10, 5) bar:1946 at: 4013 fontsize:S text: 4013 shift:(-10, 5) bar:1954 at: 4850 fontsize:S text: 4850 shift:(-10, 5) bar:1962 at: 6185 fontsize:S text: 6185 shift:(-10, 5) bar:1968 at: 6424 fontsize:S text: 6424 shift:(-10, 5) bar:1975 at: 6147 fontsize:S text: 6147 shift:(-10, 5) bar:1982 at: 5811 fontsize:S text: 5811 shift:(-10, 5) bar:1990 at: 5363 fontsize:S text: 5363 shift:(-10, 5) bar:1999 at: 4667 fontsize:S text: 4667 shift:(-10, 5)

Sites et monuments

Les points de vues et sites naturels

- la roche de l'uf,
- le risque tout,
- le point de vue dit du Relais,
- la madule, D'autres endroits à voir :
- les chemins de halage,
- la place du Baty: place bordée de tilleuls menant à une chapelle dédiée à Saint-Roch. Ces arbres furent plantés en 1738 par un moine d'un couvent de Jéroministes, situé en arrière de l'actuelle chapelle de Notre Dame de Divers Monts
- le port fluvial,
- la folie: ce lieu-dit se situe en rive droite du fleuve, face à la roche de l'Uf. C'est sur ce site que se trouve l'ardoisière Saint-Joseph, dernière exploitation à avoir fermé en 1971
- ...

édifices et monuments

le patrimoine religieux

le buffet d'orgue provenant de l'ancienne église L'église paroissiale L'église est placée sous le patronnage de Saint-Georges. Elle a été construite d'après les plans de Jean-Baptiste Couty, architecte originaire de Sedan. Ce dernier a dessiné et suivi une trentaine de constructions d'églises sur le département des Ardennes, dont les plus importantes sont celles de Neuvizy et de Douzy, au style proche et construit avant l'édifice fumacien. L'origine du projet de construction remonte à 1862 quand les membres du Conseil de Fabrique s'alarmèrent auprès du préfet de la vétusté de l'église, laquelle devenait trop petite pour accueillir l'ensemble des paroissiens. Au premier premier projet, correspondant à un agrandissement, succéda la reconstruction totale de l'édifice. Les travaux, commencés en 1872, s'achevèrent en 1876. L'édifice, de style néogothique, est appareillé en calcaire de Dom, lequel recouvre un gros oeuvre en quartzite. la majorité des vitraux qui ornent les différentes baies proviennent des nombreuses confréries que comptait la commune, faisant de cette église l'une des plus dotées en ce domaine du département. D'autres vitraux, comme les rosaces du transept représentant l'Education de la Vierge et Sainte-Barbe, proviennent de sociétés ardoisières. On retrouve également une partie du mobiier de l'ancien édifice a été réinstallé. On peut y voir notamment un confessionnal réalisé au début du XIXe siècle, le buffet d'orgues, réalisé en 1780, ainsi qu'une série de bancs, relativement bien conservés. Les chapelles Notre Dame de Divers-Monts sur son dais de procession La chapelle de Notre Dame de Divers Monts, située à l'écart de la ville, est de loin un des sites les plus symboliques de la ville, car supposée comme correspondant au premier bassin de vie après son érection, supposée, par Saint-Materne par Saint-Materne au VIIIe siècle. Derrière la chapelle, une communauté de Jéroministes s'installa en 1610. Le site fut vendu à la Révolution et les édifices démantelés. La chapelle fut reconstruite en 1802 par des ardoisiers. Chaque année, à la Pentecôte, une procession conduit Notre Dame à l'église paroissiale où elle reste jusqu'au 15 août. Celle-ci est connue depuis les XVe siècle et, ce sont les ardoisiers qui, en habits de travail, conduisaient la Vierge, suivis par la population. Sur le parcours, plusieurs stations permettaient aux gens de se recueillir avant la messe donnée en l'église paroissiale. La chapelle Saint-Roch se situe à l'extrémité de la place du Baty. Elle fut construite en 1662 suite au voeu émis par le bourgmestre de construire une chapelle en l'honneur de Saint-Roch si la ville était épargnée par les épidémies. L'autel, daté du XVIIIe siècle proviendrait, d'après la tradition orale, de l'ancienne église de la Communauté des Carmélites, détruite à la Révolution. Sur la porte, on peut remarquer un clou marqué d'une croix que les jeunes filles, cherchant un mari, venaient baiser, ou bien les personnes devant accomplir un voyage et cherchant la protection de Saint-Roch. On raconte aussi que, derrière la chapelle, se serait trouvé un cimetière de pestiférés. La chapelle Sainte Barbe fut construite au début du XIXe siècle à proximité de l'ardoisière des Trépassés.Sa construction date de 1821. Elle fut construite par des ardoisiers pour conjurer le sort devant le manque de travail. Sainte-barbe est fêtée le 4 décembre.

les édifices civils

- le château des Comtes de Bryas: construit par les Comtes de Bryas, seigneurs de Fumay, vers 1700. Vendu en 1815 à un entrepreneur local qui y installe une fabrique de céruse. Vente en 1835 à la Société ardoisière du Moulin Sainte Anne qui en fait son siège. Le reste jusqu'à la vente complète des biens de la société en 1946.Propriété de la ville de Fumay depuis 1952. Inscrit à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques en 1972.

le patrimoine industriel

les ardoisières

Vue panoramique, vers 1900, de l'ancienne ardoisière Sainte-Anne Les traces écrites les plus anciennes montrant qu'on extrait de l'ardoise à Fumay datent du XIIe siècle. Elles émanent de communautés religieuses qui demandent à l'Abbé de Prüm, Seigneur du lieu, l'autorisation d'extraire le schiste ardoisier pour couvrir leurs bâtiments. Tout au long du Moyen Age, l'essor des communautés religieuses favorise la diffusion du matériau et structure les premiers réseaux économiques qui s'organisent en direction des Pays-Bas. Leur influence diminue au profit des négociants au XVe siècle, négociants originaires de villes comme Dinant, Namur. Face à l'essor de l'activité et d'ouvriers, les ardoisiers fumaciens fondent, en 1466, une corporation pour défendre leurs droits et, notamment, restreindre l'accès à des ouvriers étrangers. C'est la corporation des Mineurs Escailleurs qu'ils placent sous la protection de Notre Dame de Divers Monts. Les ardoisiers travaillent sous la responsabilité d'un maître d'ouvrage qui les recrute et les rémunère. Lui-même achète, aux enchères, le droit d'exploiter une portion de sous-sol à un exploitant. Ces ventes, publiques, portent le nom de remise d'ouvrage. Les charges et les salaires sont payés en ardoise que chacun revend alors à des négociants contre de l'argent ou, le plus souvent, des denrées alimentaires. Ce sont dans les dernières années du XVIIIe siècle que les exploitants commencent à organiser eux-mêmes leurs circuits commerciaux et achètent directement les ardoises fabriquées aux ouvriers, leur garantissant un salaire fixe. Le principe de la remise d'ouvrage, qui devient anonyme avec le XIXe siècle et prend une forme voisine aux actuels appels d'offre, disparaît entièrement dans les premières années du XXe siècle, les exploitants recrutant désormais directement leur main d'oeuvre. La seule exception vise le crabotage, nom donné aux premiers travaux conduits lors du creusement d'une chambre d'exploitation, ce jusqu'à la Grande Guerre. Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, les exploitations se répartissent, pour leur majorité, dans le cœur de la ville ou le long de l'Alyse, là où les veines sont plus facilement accessibles. Dans le courant du XIXe siècle les progrès techniques, mais également la connaissance du sous-sol, permettent d'élargir le champs des explorations du sous-sol à l'ensemble du territoire communal, mais aussi domanial. Les ardoisières de Fumay ont vu passer des générations de scailleteux. Si beaucoup n'employèrent que quelques personnes, d'autres en employèrent entre 100 et 500. Certaines ne furent actives que quelques années, forcées de fermer par manque de gisement ou d'argent, d'autres durant plusieurs décennies. Citons, pêle-mêle: Bacara, Belle Montagne, Bourache Malcotte, Chenay, Curé, Fontaines, Floris, Frechy, Gaye, Grand Tranchy, Gros Chène, Jaffe, Jeannette, Pierre le Maule, Malcontaine, Meuse, Mondé, Moulin Sainte Anne, Montauban, Monteil, Munoye, Padoue, Petit Tranchy, Grand Tranchy, Prévôt, Raguet, Renaissance, Rochettes, Thérèse Gillet, Français, Peureux, Trépassés, Ste Désirée, St- Georges, St-Gilbert, St-Jean, St-Joseph, St-Pierre des Lions, St-Roch, Ste-Marie, Ste-Sésirée.

la métallurgie

Si le nom de Fumay est associé à l'extraction du schiste ardoisier, l'économie du bourg est également intimement liée à l'industrie métallurgique. Vue panoramique, carte postale vers 1910 Il s'agit tout d'abord des établissements du Pied-Selle, spécialisés dans la fabrication d'appareils de chauffage. Le site s'est développé autour d'une forge fondée dans la seconde moitié du 18 siècle par Jacques François Ancienne. En 1827, Eugène Mathys y implante une verrerie. En 1841, Louis-Antoine Péchenard diversifie la production avec l'installation d'un atelier de poterie de fonte et démantèle la verrerie en 1848. Y travaillent alors environ 70 personnes. En 1885, sous l'impulsion d'Eugène Boucher, l'usine emploie 650 ouvriers, soit un chiffre équivalent au nombre d'ardoisiers. En 1923, l'usine est rachetée par le groupe Thomson. L'usine emploie jusque 1500 personnes dans les années 1955 où d'importants travaux de modernisation et d'agrandissements sont menés. Toutefois, la crise dans l'électroménager conduit le conseil d'administration à diversifier sa production puis à mettre en place une reconversion totale du site, s'appuyant sur certains savoir-faire en émaillerie et fonderie: la fabrication de câbles. Cette transformation, effective en 1971, s'accompagne de la disparition de 500 emplois. L'usine, qui appartient au groupe NEXANS, emploie aujourd'hui plus de 300 personnes. Viennent ensuite les Etablissements Bidez Haller. Cette fonderie doit son origine à Jacques Lenoir et son épouse Clara Patez qui, en 1846, fondent un atelier de forge qui devient, rapidement, la fonderie « Lenoir et Patez ». En 1893, Joseph Bidez et Chrétien Haller font l'acquisition de la société qui prend le nom des deux associés. L'entreprise prend le nom d'établissements Bidez Haller & Chatillon avec l'acquisition, en 1937, d'une nouvelle unité à Châtillon sur Seine (Côte d’or). L'usine, au début des années 1980, est frappée de plein fouet par la crise de l'industrie sidérurgique. Début 1983 interviennent les premiers licenciements après un an de chômage partiel. La société ferme définitivement ses portes en 1994 et une grande partie des bâtiments détruits.

Spécialités

- le boudin blanc à l'oignon
- les rosties àl'gâte, tranches de pain tartinées de fromage de chèvre (ou du roquefort) malaxé avec du beurre, puis grillées.

Pour aller plus loin

Personnalités liées à la commune

- Hervé Carn, poète et écrivain breton né à Fumay
- Martin Coupaye, boulanger et syndicaliste
- Victorin Jasset, réalisateur
- Pol Plançon, chanteur d'opéra ===
Sujets connexes
Alyse   Ardennes (département)   Ardoise   Arrondissement de Charleville-Mézières   Canton de Fumay   Champagne-Ardenne   Communauté de communes Ardennes Rives de Meuse   Communes des Ardennes   Corporation   Dinant   Douzy   France   Fépin   Gare de Fumay   Hargnies   Haybes   Hervé Carn   Martin Coupaye   Montigny-sur-Meuse   Namur   Neuvizy   Pays-Bas   Pol Plançon   Pépin le Bref   Saint-Georges   Sainte Barbe   Scailleteux   Schiste   Sedan   Trente Glorieuses   Victorin Jasset   Wallon  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^