Dîme

Infos
La dîme — du latin decima, dixième — était, sous l'Ancien Régime en France, un impôt collecté en faveur de l'Église catholique et servant à l'entretien des ministres du culte.
Dîme

La dîme — du latin decima, dixième — était, sous l'Ancien Régime en France, un impôt collecté en faveur de l'Église catholique et servant à l'entretien des ministres du culte.

Histoire de la dîme

L'idée d'un impôt pour l'entretien du clergé se trouve dans la Bible (Genèse, XIV-20 et XXVIII-22). Chez les Juifs, c'est la dixième partie de la récolte prélevée pour l'entretien des Lévites et sur tous les revenus pour organiser un festin pour toute la maisonnée. Dans le monde chrétien, la dîme est d'abord une pratique religieuse qui devient obligatoire au . Les capitulaires de 779 et 794, la rendent exigible de toute la population, y compris sur les biens personnels des membres du clergé, dans tout l'Empire franc. Elle correspondait à une certaine part de la récolte (la part variant d'un évêché à l'autre et même d'une paroisse à l'autre, voire parfois à l'intérieur d'une même paroisse. Le taux était élevé dans le Sud-Ouest de la France (jusqu'au huitième), en Lorraine (jusqu'au septième). Il était du onzième en Normandie, du treizième dans le Berry, du cinquantième en Flandre maritime, presque aussi faible en Dauphiné et en Provence. Afin de procéder à la collecte de cet impôt, le curé primitif passait par un fermier, soit pour la totalité de la dîme, soit pour une partie (moitié, tiers, quart, sixième, etc.) et en général pour une durée de six ou sept ans selon les régions. La dîme était l'impôt perçu avant tous les autres. Le fermier, la conservait moyennant une redevance annuelle versée soit en nature, soit en monnaie, au décimateur, c'est-à-dire le curé primitif. Le curé desservant recevait alors du "curé primitif" la portion congrue. La dîme sur les céréales mécontentait les paysans privés de la paille nécessaire à la litière et à la fumure. L'accaparement de la dîme par les gros décimateurs qui en détournaient l'utilisation originelle (entretien des églises, du clergé desservant, assistance aux pauvres, création des écoles...) créait aussi un malaise. Loin d'en demander la disparition, les fidèles réclamaient une meilleure utilisation. La dîme fut supprimée avec les privilèges le 4 août 1789. La Constitution civile du clergé de 1790 créa un clergé salarié par l'État. On pouvait distinguer, selon les régions et les périodes, différents types de dîmes :
-dîme grosse : porte sur les gros grains, froment et seigle.
-dîme inféodée : dîme sécularisée perçue par un laïc.
-dîme menue : porte sur les bestiaux (également appelée "carnelage") et la laine.
-dîme mixte : porte sur les animaux.
-dîme novale : porte sur des terres défrichées depuis moins de 40 ans.
-dîme personnelle : porte sur le fruit du travail.
-dîme solite : perçue depuis des temps immémoriaux (les dîmes insolites étant occasionnelles).
-dîme réelle ou prédiale : porte sur les fruits de la terre.
-dîme verte : porte sur le lin, le chanvre, les fruits et le légumes. En 1789, les estimations de l'époque évaluent le montant de la dîme entre 70 et 130 millions de livres. ==
Sujets connexes
Ancien Régime   Berry   Bible   Capitulaire   Chanvre cultivé   Clergé   Constitution civile du clergé   Curé primitif   Dauphiné   Décimateur   Décime   Dîme saladine   Flandre   France   Francs   Genèse   Judaïsme   La Dîme royale   Laine   Latin   Lin cultivé   Lorraine   Normandie   Paroisse   Portion congrue   Provence   Prélèvements obligatoires   Seigle   Tribu de Lévi  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^