Pogrom

Infos
Un pogrom (du russe погром que l'on peut traduire par attaque ou émeute) désigne les actions violentes préméditées, menées à l'instigation des tsars par sa police, avec l'aide de populations locales essentiellement contre les communautés Juives d'Europe, et en particulier de l'Europe de l'Est, parfois contre d'autres minorités ethniques, comme les Tziganes. Ces actions s'accompagnent souvent de pillages mais aussi de destructions des biens personnels et co
Pogrom

Un pogrom (du russe погром que l'on peut traduire par attaque ou émeute) désigne les actions violentes préméditées, menées à l'instigation des tsars par sa police, avec l'aide de populations locales essentiellement contre les communautés Juives d'Europe, et en particulier de l'Europe de l'Est, parfois contre d'autres minorités ethniques, comme les Tziganes. Ces actions s'accompagnent souvent de pillages mais aussi de destructions des biens personnels et communautaires et d'assassinats. Il a aussi existé des pogroms au Moyen-Orient. C'est à partir du que le terme de pogrom est utilisé, mais les actions menées contre les Juifs étaient bien antérieures puisqu'on en relève à Mayence en 1096, à Berne en 1294, à Prague en 1389, à Valladolid en 1391. Lors du soulèvement des Cosaques Zaporogues et de la population ruthène entre 1648 et 1654, conduit par Bogdan Khmelnitski, contre la noblesse polonaise, de nombreux pogroms secouèrent l'Ukraine. Ce fut également le cas lors de l'invasion de la République des Deux Nations entre 1654 et 1656 par les armées tsaristes. Les premières violences désignées comme des pogroms se déroulèrent à Odessa en 1821, 1859 et 1871. C'est surtout après l'assassinat du tsar Alexandre II dont les Juifs sont accusés, que les violences se déchainent en 1881-1882, dans plus d'une centaine de localités, essentiellement en Ukraine, alors partie intégrante de l'empire tsariste. Le nouveau tsar, Alexandre III, approuve les massacres et mène une politique anti-sémite dont les pogroms deviennent une des composantes, y compris chez son successeur jusqu'à la révolution de 1917. Les populations locales chrétiennes, soutenues et souvent incitées par la police du tsar, attaquent les communautés juives de la ville ou du village avec l'approbation des autorités civiles et religieuses. Aux destructions et pillages des biens des Juifs s'ajoutaient les viols et les assassinats. Les pogroms ont une double conséquence : l'émigration massive de 600 000 Juifs au cours des vingt dernières années du XIXe siècle, vers les États-Unis essentiellement, et la création du mouvement sioniste. Après la Révolution russe d'octobre 1917, les Juifs de Russie ont continué à être persécutés par les tsaristes et on compte des milliers de victimes de pogroms pendant la guerre civile de 1918 à 1920, en particulier des Juifs d'Ukraine et de Pologne orientale, certains les accusant d'être à l'origine du bolchévisme, donc de la Révolution d'Octobre et parlent alors de Judéo-bolchévisme. La montée des idées nationalistes et racistes entre les deux guerres mondiales, en particulier en Allemagne dans les années 1930, attise les tensions envers les communautés Juives. Le Parti nazi au pouvoir, conduit par Adolf Hitler, va institutionnaliser les pogroms et autres actes de violences anti-sémites désordonnés et mettre en œuvre des actes de plus grande envergure. Ce sera le cas lors du pogrom du 9 novembre 1938, nommé « Nuit de cristal ». Le 1941 eu lieu le Farhoud, pogrom contre les Juifs de Bagdad qui a entraîné 200 morts et 2000 blessés et lors duquel 900 maisons juives ont été détruites. Les pogroms ne s'arrêtèrent pas après la Shoah et la Seconde Guerre mondiale. En 1946, un pogrom éclatait à Kielce en Pologne. Les habitants attaquèrent les juifs après que de fausses rumeurs s'étaient répandues selon lesquelles les juifs avaient enlevé un enfant chrétien pour utiliser son sang. Quarante-deux Juifs furent tués et environ cinquante blessés. Le pogrom de Kielce fut l'un des facteurs qui provoquèrent l'émigration massive de centaines de milliers de juifs survivants de la Shoah. Connu sous le nom de Berihah, ce mouvement conduisit les Juifs de Pologne et d'autres pays d'Europe de l'Est vers les camps pour personnes déplacées en Allemagne, en Autriche et en Italie.

Bibliographie

- Léon Poliakov : Histoire de l'Antisémitisme, Seuil, coll. Points, 1991
- Renée Neher-Bernheim : Histoire du Peuple Jui
- De la Renaissance à nos jours, Klincksieck, 4 vol., 1960 sq. Catégorie:Racisme Catégorie:Antisémitisme Catégorie:Persécution du judaïsme catégorie:massacre af:Pogrom ca:Pogrom cs:Pogrom da:Pogrom de:Pogrom el:Πογκρόμ en:Pogrom eo:Pogromo es:Pogromo fi:Pogromi he:פוגרום id:Pogrom it:Pogrom ja:ポグロム ko:포그롬 nl:Pogrom nn:Pogrom no:Pogrom pl:Pogrom pt:Pogrom ro:Pogrom ru:Погром simple:Pogrom sk:Pogrom sl:Pogrom sv:Pogrom uk:Погром yi:פאגראם
Sujets connexes
Adolf Hitler   Alexandre III de Russie   Alexandre II de Russie   Allemagne   Années 1930   Assassinat   Attaque   Autriche   Bagdad   Berihah   Berne   Bogdan Khmelnitski   Christianisme   Cosaques   Europe de l'Est   Guerre civile   Histoire des Juifs en Pologne   Histoire du sionisme   Italie   Judéo-bolchévisme   Juifs   Kielce   Léon Poliakov   Mayence   Minorité nationale   Noblesse   Nuit de cristal   Odessa   Parti national-socialiste des travailleurs allemands   Pillage   Pogrom de Kielce   Pologne   Russe   Russie   Russie impériale   République des Deux Nations   Révolution d'Octobre   Révolution russe   Seconde Guerre mondiale   Shoah   Tsar   Ukraine   Valladolid   Viol  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^