République cisalpine

Infos
La République cisalpine est une « république sœur » créée le 27 juin 1797 par le Général Bonaparte, par la réunion des républiques cispadane et transpadane. Elle prit le nom de République italienne le 26 janvier 1802, puis de Royaume d'Italie le 17 mars 1805.
République cisalpine

La République cisalpine est une « république sœur » créée le 27 juin 1797 par le Général Bonaparte, par la réunion des républiques cispadane et transpadane. Elle prit le nom de République italienne le 26 janvier 1802, puis de Royaume d'Italie le 17 mars 1805.

Première république

Ayant vaincu les Autrichiens et les Sardes et imposé à Cherasco la paix à ces derniers. (28 avril 1796), Napoléon remodèle de sa propre autorité le visage politique de l'Italie du Nord. Il crée au nord du Pô la république transpadane et au sud du Pô la république cispadane. Le 29 juin 1797, ces deux républiques s'unirent pour donner naissance à la République cisalpine, à laquelle Brescia, le Mantouan, Ferrare et la Romagne s'unirent plus tard. Enfin, la nouvelle république s'agrandit encore, le 22 octobre 1797, de la Valteline et des comtés de Chiavenna et Bormio, qui avaient proclamé (19 juin) leur séparation et leur indépendance des Ligues grisonnes (alliées des cantons suisses). Cette république, avec Milan pour capitale, est dirigée sur le modèle français par un directoire de cinq membres assisté d'un Grand Conseil. C'est en fait une émanation pure et simple de Napoléon Bonaparte. Un traité signé le 21 février 1798 impose à la république l'entretien d'une armée française de 25 000 hommes, d'une armée nationale de 22 000 hommes et le versement de 18 millions. La République cisalpine est reconnue par l'Autriche aux traités de Campoformio (octobre 1797), mais elle disparut au printemps 1799 suite à la prise de Milan fut reprise par les Austro-Russes le 29 avril.

Seconde république

La deuxième campagne d'Italie conduit, après Marengo (14 juin 1800) au rétablissement de la République cisalpine (diminuée de la région de Pesaro, restée au pape, mais augmentée le 7 septembre 1800 du Novarais, détaché du Piémont). Le traité de Lunéville (9 février 1801) fixe sa frontière orientale sur l'Adige, avec la totalité de la ville de Vérone. Renommée République italienne le 26 janvier 1802, Bonaparte s'en proclame président, Melzi étant vice-président. La Cisalpine espérait alors s'agrandir à l'ouest, du côté du Piémont et de l'État de Parme, Plaisance et Guastalla. Le premier Consul français en décida autrement et, le 11 septembre 1802, décréta l'annexion du Piémont à la France. Carte politique de l'Italie en 1812. Le 17 mars 1805, il la transforme cette fois en Royaume d'Italie, dont il devient roi, Eugène de Beauharnais étant le vice-roi. L'espoir d'un agrandissement fut à nouveau déçu lorsque l'Empereur décida l'annexion de la Ligurie à l'Empire. Mais la victoire d'Austerlitz (2 décembre 1805) permit l'annexion - effective le mai 1806 - de Venise et de ses dépendances cependant qu'au sud, les pays de Massa, Carrare et la Garfagnana étaient perdus par cession à la principauté de Lucques et Piombino. Par la suite, on vit l'annexion de parties du Frioul oriental (région de l’Isonzo, novembre 1807), l'annexion de la république de Raguse (janvier 1808), des Marches enlevées au pape (mai 1808) et du Trentin perdu par la Bavière (juin 1810). Mais la création des Provinces illyriennes (octobre 1809), rattachées à l'Empire, scellèrent la perte de l'Istrie et de la Dalmatie, tandis que la Toscane, Parme et Plaisance (mai 1808) et surtout le reste des États pontificaux (mai 1809) étaient eux aussi réunis à la France. Le royaume, divisé en vingt-quatre départements, subsista jusqu'à la révolte de la fin avril 1814, le vice-roi Eugène de Beauharnais renonçant alors à succéder à une couronne que Napoléon avait abdiquée quelques semaines plus tôt. En avril 1815, le roi de Naples, Joachim Murat, prenant la tête d'une armée de libération de l'Italie, réoccupa les parties méridionales et centrales de l'ancien royaume d'Italie et y rétablit les administrations départementales anciennes. Mais dès le mois suivant, après la défaite de ses armées à Tolentino (2/3 mai 1815), Murat fut obligé de se retirer dans son royaume, qu'il dût lui aussi quitter le 25 mai pour rejoindre la France.

Voir aussi

- Gian Battista Sommariva , Avocat et politique en 1800 Republique Cisalpine, république Cisalpine br:Republik Cizalpin de:Cisalpinische Republik eml:Repóblica Cişalpèina en:Cisalpine Republic es:República Cisalpina fi:Cisalppinen tasavalta it:Repubblica Cisalpina ja:チザルピーナ共和国 la:Res Publica Cisalpina lmo:Republica Cisalpina nl:Cisalpijnse Republiek no:Den cisalpinske republikk pl:Republika Cisalpińska pt:República Cisalpina ru:Цизальпинская республика sl:Cisalpinska republika sr:Цисалпинска Република sv:Cisalpinska republiken
Sujets connexes
Adige   Bataille d'Austerlitz   Bataille de Marengo   Bavière   Bormio   Brescia   Campagne d'Italie (1799-1800)   Cantons suisses   Cherasco   Chiavenna   Dalmatie   Drapeau de l'Italie   Eugène de Beauharnais   Ferrare   France   Frioul   Gian Battista Sommariva   Guastalla   Isonzo   Istrie   Italie   Joachim Murat   Ligurie   Lucques   Mantoue   Marches   Milan   Novare   Pape   Parme   Pesaro   Piombino   Piémont   Plaisance (Italie)   Provinces illyriennes     Romagne (Italie)   Royaume d'Italie   République cispadane   République française   République italienne   République sœur   République transpadane   Sardes   Tolentino   Toscane   Traité de Lunéville   Valteline   Vérone  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^