Norvège

Infos
Carte de Norvège Le royaume de Norvège (de Norðrvegr, ou « chemin du Nord ») est un pays d'Europe du Nord situé à l’ouest de la péninsule scandinave. Il possède des frontières communes avec la Suède, la Finlande et la Russie. Avec habitants pour  km², dont  km² de terre, la Norvège est après l'Islande le pays le moins densément peuplé d'Europe. C'est aussi un des pays les plus riches du monde, grâce à une importante production pétrolière
Norvège

Carte de Norvège Le royaume de Norvège (de Norðrvegr, ou « chemin du Nord ») est un pays d'Europe du Nord situé à l’ouest de la péninsule scandinave. Il possède des frontières communes avec la Suède, la Finlande et la Russie. Avec habitants pour  km², dont  km² de terre, la Norvège est après l'Islande le pays le moins densément peuplé d'Europe. C'est aussi un des pays les plus riches du monde, grâce à une importante production pétrolière notamment. C'est aussi un des États dont la politique sociale est la plus généreuse. La Norvège a pour capitale Oslo, pour langue officielle le norvégien et pour monnaie la couronne norvégienne (NOK). Elle exerce sa souveraineté sur l’archipel de Svalbard, l’île de Jan Mayen, l'Île Pierre Ier et l’île Bouvet.

Histoire

La nation norvégienne affirma pour la première fois son unité et sa volonté d’expansion à l’époque des grands raids vikings, du au . Redoutables navigateurs, les Vikings d’origine norvégienne étendirent rapidement leur influence aux îles Shetland, aux Orcades, aux Hébrides et à l’île de Man. Depuis les Shetland, ils implanteront ensuite des colonies plus durables dans les îles Féroé, en Islande et au Groenland. Il n’existe toutefois pas encore d’autorité centrale en Norvège elle-même, où les communications se font d’ailleurs davantage par voie maritime que terrestre. Au , la Norvège était encore divisée en vingt-neuf petits royaumes indépendants. Le premier roi connu qui aurait régné sur toute la Norvège serait Harald I aux Beaux Cheveux (872-933) qui l'emporte selon les sagas en 872 sur les ducs (jarl). L'aîné de ses fils, Erik « Hache sanglante » est détrôné en 935 par le chef viking Haakon Ier le Bon. Son petit fils, Olaf Tryggveson (995-1000) lui succède mais il est chassé par le roi danois Sven « Barbe fourchue ». La Norvège est alors partagée entre Sven et le jarl du Trondheim. Il faut attendre l’an 1016 pour trouver un vrai père fondateur du royaume norvégien, en la personne du roi Olaf Haraldsson, qui établit sa capitale à Trondheim. Olaf, ancien Viking, rapporte de ses nombreux voyages le christianisme, et convertit la population par la force, ce qui lui vaut d’être canonisé en saint Olaf. Au , un jeune aventurier prénommé Sverre Sigurdsson s’empara du pouvoir et fonda une nouvelle dynastie, installée à Bergen. Néanmoins, en raison du pouvoir croissant détenu par la ligue hanséatique dans cette ville, la capitale du pays se fixa finalement à Oslo au début du . L’année 1380 voit l’extinction de la dynastie royale norvégienne, avec la mort du roi Haakon VI. Sa femme Margrethe, fille du roi de Danemark, obtient la succession et consacre ainsi l’union du Danemark et de la Norvège. La Suède vient s’ajouter à ce domaine en 1397, formant l’ « Union de Kalmar ». Le Danemark, au sein de cette union, exerce une nette domination, et la Norvège n’est plus guère alors qu’une province danoise, avec le danois pour langue officielle. L’émancipation de la Suède, avec la révolte de Gustave Vasa, met un terme à l’union de Kalmar en 1523. La Norvège, elle, reste néanmoins sous domination des Danois. Ces derniers, en 1536, imposent au pays la Réforme luthérienne, ce qui eut pour conséquence de tarir le flot des voyageurs se rendant en pèlerinage auprès des reliques de Saint Olaf, à Trondheim (anciennement Nidaros) et de couper encore davantage le pays du reste du monde. En raison de l’alliance contractée par le royaume dano-norvégien avec Napoléon, les puissances coalisées victorieuses cèdent la Norvège à la Suède en 1814. En réaction, une Convention nationale se réunit à Eidsvoll dans l'Akershus : elle déclare l’indépendance du royaume de Norvège et adopte une constitution (c'est la constitution écrite la plus ancienne encore en vigueur en Europe), avant de désigner comme roi le prince danois Christian-Frédéric, le 17 mai 1814. Un compromis est finalement trouvé, et fait de la Norvège un royaume distinct, mais en union personnelle avec le roi de Suède. Ce régime, malgré plusieurs concessions, entraîna un mécontentement croissant des Norvégiens au cours du , et fut dissous sans effusion de sang le 7 juin 1905. Suite à un référendum confirmant la nature monarchique du nouveau régime, le gouvernement offrit la couronne à un prince danois, qui fut élu par le Parlement sous le nom de Haakon VII. Le roi Harald V de Norvège La Norvège parvint à conserver sa neutralité au cours de la Première Guerre mondiale, en raison de sa puissance navale particulièrement dissuasive. Il n’en alla pas de même pendant la Seconde Guerre mondiale, au cours de laquelle le pays fut envahi par les troupes allemandes dans le cadre de l’opération Weserübung. La résistance armée dura jusqu’à trois mois dans certaines régions, mais le roi et le gouvernement choisirent de s’exiler et de continuer la lutte depuis Londres. La Norvège occupée fut dirigée par le chef des forces d’occupation, le Reichskommissar Josef Terboven. Le chef du parti nazi local, Vidkun Quisling, fut autorisé à former un gouvernement collaborationniste, sous supervision allemande. Après l’intervention des Alliés au sud et de l’Armée rouge au nord, les derniers occupants capitulèrent avec le reste des forces allemandes, le 8 mai 1945. L’épisode de l’occupation allemande rendit les Norvégiens plus sceptiques vis-à-vis du concept de neutralité, et le pays adopta une nouvelle stratégie fondée sur la sécurité collective. Après l'échec de l'instauration d'une union de défense scandinave, la Norvège fut l’un des membres fondateurs de l’OTAN, en 1949, et de l’ONU, à laquelle elle fournit son premier secrétaire général (Trygve Lie). La Norvège a refusé à deux reprises par référendum de rejoindre l’Union européenne, en 1972 et en 1994. Le débat européen continue néanmoins à déchaîner les passions, avec environ 50 % de la population dans chaque camp. Le pays fait par ailleurs partie, comme l’Islande, de l’Espace économique européen (EEE), ainsi que de l'Espace Schengen depuis 2001. Voir aussi : Relations internationales de la Norvège

Politique

Vue sur l'église Saint-Olaf à Balestrand La Norvège est une monarchie constitutionnelle à tendance parlementaire. La famille royale, originaire du Schleswig-Holstein, descend de la famille princière de Glücksbourg. Le roi ne joue pour l’essentiel qu’un rôle honorifique, mais il constitue un symbole fort d’unité nationale. Bien que la constitution de 1814 lui accorde d’importantes prérogatives dans le domaine de l’exécutif, ces dernières sont presque toujours exercées en son nom par le gouvernement. Le gouvernement est composé du premier ministre et de l’équipe ministérielle, tous nommés par le roi. Mais depuis 1884, l’évolution parlementaire du régime fait que le gouvernement doit obtenir un vote de confiance du Parlement : la désignation du gouvernement par le roi n’est donc qu’une formalité. Le parlement norvégien (le Storting) est monocaméral et comprend 169 membres (soit quatre membres de plus suite aux élections de 2005). Les députés sont élus tous les quatre ans dans chacun des 19 comtés du pays, à la représentation proportionnelle. Après les élections, le parlement se divise en deux chambres, l’Odelsting et le Lagting, qui pourront alors se réunir séparément ou conjointement selon l’importance de l’ordre du jour. Le parlement et le gouvernement sont en dialogue permanent avec les autres pays scandinaves dans le cadre du Conseil nordique. A la tête du système juridique se trouve la Cour Suprême, ou Høyesterett, composée de 17 juges et d’un président. On trouve ensuite les cours d’appel, les tribunaux ordinaires et les juges de paix. Les juges sont nommés par le roi et le gouvernement, sur proposition du ministre de la justice. La « Haute Cour du Royaume » est une juridiction spéciale destinée, le cas échéant, à décider de la destitution du souverain. Voir aussi : Relations internationales de la Norvège / Liste des rois de Norvège / Liste des premiers ministres de Norvège

Géographie

Reine, îles Lofoten, vue depuis le sommet du Reinebringen Le relief du pays, fait de montagnes et de glaciers, est très accidenté. Le sommet le plus élevé est le mont Galdhøpiggen, d’une altitude de mètres. La Norvège est parfois surnommée « pays du soleil de minuit » en raison de sa situation septentrionale : une partie du pays se trouve en effet au nord du cercle polaire arctique, où le soleil ne se couche jamais en été et ne se lève jamais en hiver. Les côtes norvégiennes, d’une longueur de plus de kilomètres (littoral des îles de l'archipel inclus), sont ponctuées de fjords et d’une multitude de petites îles. Sur toute sa longueur, la Norvège borde l’océan Atlantique ainsi que trois autres étendues d’eau : la mer du Nord au sud-ouest, la mer de Norvège à l’ouest et la mer de Barents au nord-est. Le climat norvégien est raisonnablement tempéré, en particulier sur le littoral grâce à la chaleur amenée par le Gulf Stream, ce qui permet notamment aux navires de l'Hurtigruten de naviguer tous les jours de l'année jusqu'à Kirkenes au Finnmark, alors que les eaux de la mer Baltique (bien plus au sud pourtant) sont prises par les glaces. Les conditions climatiques à l’intérieur des terres, en revanche, peuvent se révéler plus rudes, et le nord du pays connaît un climat subarctique. Voir aussi : Villes de Norvège / Plateau du Hardangervidda / Liste de points extrêmes de la Norvège / Liste des cours d'eau de Norvège

Administration

Le fjord d'Oslo, l'Oslofjord

Les grandes régions (Landsdeler)

La Norvège est traditionnellement divisée en cinq Landsdeler, ou grandes régions, dont les délimitations sont fondées sur des critères géographiques et linguistiques :

Les comtés (départements)

Le pays compte en outre 19 fylker, ou comtés, qui assurent d’importantes fonctions administratives : Les 19 comtés norvégiens Østfold Akershus Oslo Hedmark Oppland Buskerud Vestfold Telemark Aust-Agder Vest-Agder Rogaland Hordaland Sogn og Fjordane Møre og Romsdal Sør-Trøndelag Nord-Trøndelag Nordland Troms Finnmark (Le numéro 13 a disparu en 1972 lorsque Bergen fut intégrée au comté de Hordaland)

Les communes (Kommuner)

Au niveau local, la Norvège compte 433 communes (kommuner).

Société

Langue

Le norvégien, langue germanique, a pour racine historique le vieux norrois, qui était pratiqué depuis le Moyen Âge dans les pays scandinaves (Suède, Danemark, Islande et Norvège). Le norvégien actuel se compose en réalité de deux langues officielles coexistantes :
- le bokmål (littéralement « langue des livres » ─ prononcer « boukmol »), héritier du riksmål (ou « langue du royaume », prononcer « riksmol »), c'est-à-dire du dano-norvégien élaboré pendant la longue période de domination danoise ;
- le nynorsk (ou « neo-norvégien »), héritier du landsmål ou « langue des campagnes » (on peut aussi traduire landsmål par « langue nationale »). Cette scission en deux langues s'est produite au moment de l'indépendance de la Norvège, sous l'influence des travaux du linguiste Ivar Aasen qui avait réalisé un relevé particulièrement complet des différents dialectes norvégiens du . La Norvège acquit son indépendance vis-à-vis de la Suède à la fin du . Après une période de romantisme patriotique effréné, certains voulurent imposer un retour aux sources, c'est-à-dire au norvégien « originel » des campagnes ; mais les diverses institutions ne purent suivre ce mouvement, puisque toutes leurs archives étaient rédigées en danois. Cette tension explique la coexistence, aujourd'hui, de deux langues norvégiennes. Actuellement, le bokmål est plus répandu dans le sud et dans l'est de la Norvège (régions urbaines), alors que le nynorsk se rencontre dans les montagnes de l'ouest et dans le nord (régions campagnardes). Le vieux quartier de Bryggen, à Bergen

Religion

left Environ 86 % des Norvégiens sont recensés comme membres de l’Église d’État luthérienne. L’Église de Norvège (Den norske kirke), aussi appelée Église luthérienne évangélique de Norvège, est reconnue comme telle par la constitution du pays. Son gouverneur est le roi régnant, qui a donc l’obligation d’être de confession luthérienne. Les lois régissant le fonctionnement et le budget de l’Église de Norvège sont votées par le Parlement, et exécutées par le ministère des Églises. Cela étant, selon Gallup, seulement 36 % d'habitants sont religieux. C'est le nombre le plus bas de l'Ouest.http://www.klassekampen.no/31940/mod_article/item Les autres confessions chrétiennes (Église luthérienne évangélique libre de Norvège, Église catholique, congrégations pentecôtistes et méthodistes, etc.) regroupent environ 4, 5 % de la population. Due à une immigration récente, l’Islam compte 1, 8 % de croyants. Les autres religions représentent moins de 1 %, et les personnes se déclarant sans confession un peu plus de 5 %.

Démographie

FAO, 2005). Population en milliers d'habitants. La Norvège compte environ habitants, chiffre en augmentation de 0, 7 % par an. D’un point de vue ethnique, la plupart des Norvégiens sont d’origine germanique, à l’exception de la minorité lapone du nord du pays. La Norvège est passée sous le seuil de renouvellement de sa population (2, 1 enfants par femme) en 1975. L’immigration, ces dernières années, a assuré plus de la moitié de la croissance démographique. Au 2006, 8, 3 % de la population était d’origine immigrée. Parmi les immigrants, les nationalités les plus représentées sont les Pakistanais, les Suédois et les Irakienshttp://www.ssb.no/english/subjects/02/01/10/innvbef_en/.

Économie

Plate-forme pétrolière L’économie norvégienne est un bastion prospère du capitalisme social, offrant une combinaison réussie entre la liberté des marchés et l’intervention de l’État. Le gouvernement, par le biais de grandes entreprises publiques, contrôle quelques domaines particulièrement stratégiques, comme une partie du secteur pétrolier. Mais une vague de privatisations a débuté en 2000, lorsque l’État a vendu un tiers de l’entreprise Statoil, qu’il contrôlait jusqu’alors dans sa totalité. Le pays regorge de ressources naturelles (pétrole, hydroélectricité, poissons, forêts, minéraux…) et sa prospérité est très dépendante des revenus générés par l’exploitation du pétrole : ce dernier représentait en 1999, avec le gaz, 35 % des exportations du pays. Seules l’Arabie saoudite et la Russie, exportent davantage que la Norvège, laquelle ne fait pas partie de l’OPEP. La croissance économique est forte et a atteint 4, 1% en 2005 Malgré un niveau de vie comptant parmi les plus élevés au monde, les Norvégiens s’inquiètent à propos des deux prochaines décennies, lorsque leurs réserves de gaz et de pétrole commenceront à s’épuiser. C’est pourquoi le pays engrange, depuis déjà plusieurs années, une partie des revenus générés par le pétrole dans le fonds pétrolier de Norvège. Le capital ainsi obtenu est investi à l’étranger : à la fin 2006, il est estimé à 215 milliards d' euros. En novembre 2006, le taux de chômage est descendu à 2, 1 % de la population active soit demandeurs d'emploi.

Culture

Musique

Ole Bull (1810-1880) fut certainement le premier violoniste norvégien à atteindre une renommée internationale. Il se produisit en Europe et aux États-Unis et laissa aussi une œuvre variée. Mais c'est Edvard Grieg (1843-1907) qui illustre le mieux la musique norvégienne. Il s'inspira dans ses œuvres de la musique traditionnelle norvégienne et assura notamment la mise en musique de pièces d'Henrik Ibsen. La Norvège est connue entre autres pour avoir hébergé de nombreux groupes de Black metal, notamment dans les années 1990. En voici une liste non exhaustive : Mayhem, Darkthrone, Burzum, Immortal, Emperor, Satyricon, ou les controversés Dimmu Borgir. Plus récemment d'autres groupes sont apparus tels que 1349 ou Taake. Plusieurs de ces groupes ont d'ailleurs été à l'origine de crimes ou de vandalisations (par exemple de nombreuses églises en bois debout ont été brûlées, comme l'église de Fantoft en 1993 par Varg Vikernes de Burzum) dans les années 1990. Cependant plusieurs d'entre eux se sont éloignés du black metal traditionnel pour aller vers une forme de musique unique et piochant par exemple dans l'electro, le progressif ou l'indus. On peut citer par exemple Arcturus et Dodheimsgard. Certains vont même à changer radicalement de style comme Ulver qui est passé par l'ambient méditatif et l'électro/jazz avant d'arriver à une mixture inédite sur Blood inside. La Norvège comporte d'autres groupes de metal comme Theatre of Tragedy ou Tristania qui pratiquent du metal gothique. Enfin, depuis les années 1980 et malgré une image de boys-band, le groupe A-ha reste le représentant de la pop norvégienne à travers le monde. Leur dernier album en date, Analogue, sorti en 2005, s'est vendu à plus de exemplaires. Mais la musique norvégienne n'est pas seulement du metal. Plusieurs musiciens et groupes norvégiens de jazz sont connu partout en Europe (et certains aussi aux États Unis), comme par exemple Jan Garbarek, Nils Petter Molvær, Bugge Wesseltoft, Arild Andersen, Erlend Skomsvoll/Come Shine, Jon Christensen, Jaga Jazzist et Wibutee. Dans le cadre de la pop, on peut trouver des groupes mondialement connus comme Kings of Convenience, Röyksopp, Sondre Lerche, etc.

Statistiques

Indice de développement humain (IDH) : 1 sur 173 en 2000, 1 sur 177 en 2003 Indicateur de pauvreté humaine (IPH-2) : 1 sur 17 pays développés (IPH-2 de 7, 1 %)

Voir aussi

- Alsten ===
Sujets connexes
A-ha   Allemagne   Alsten   Années 1980   Arabie saoudite   Arild Andersen   Armée rouge   Balestrand   Bergen (Norvège)   Black metal   Bokmål   Bryggen   Bugge Wesseltoft   Burzum   Capitalisme   Catholicisme   Cercle polaire   Christianisme   Chômage   Classement IDH des pays, 2000   Classement IDH des pays, 2003   Climat   Climat tempéré   Comté d'Akershus   Comté d'Aust-Agder   Comté d'Oppland   Comté d'Østfold   Comté de Buskerud   Comté de Finnmark   Comté de Hedmark   Comté de Hordaland   Comté de Møre og Romsdal   Comté de Nord-Trøndelag   Comté de Nordland   Comté de Rogaland   Comté de Sogn og Fjordane   Comté de Sør-Trøndelag   Comté de Telemark   Comté de Troms   Comté de Vest-Agder   Comté de Vestfold   Conseil nordique   Couronne norvégienne   Danemark   Danois   Darkthrone   Dimmu Borgir   Edvard Grieg   Emperor   Espace économique européen   Euro   Europe   Europe du Nord   Finlande   Finnois   Fjord   France   Galdhøpiggen   Government Pension Fund-Global   Groenland   Gulf Stream   Gustave Ier Vasa   Haakon VII de Norvège   Hanse   Harald Ier de Norvège   Harald V de Norvège   Hardangervidda   Henrik Ibsen   Hurtigruten   Håkon VI de Norvège   Hébrides   IXe siècle   Immigration   Immortal   Indice de développement humain   Irak   Islam   Islande   Ivar Aasen   Ja, vi elsker dette landet   Jaga Jazzist   Jan Garbarek   Jens Stoltenberg   Jon Christensen   Kilomètre   Kings of Convenience   Kirkenes   Landsmål   Langue germanique   Langues sames   Laponie   Liste de points extrêmes de la Norvège   Liste des cours d'eau de Norvège   Liste des rois de Norvège   Liste des royaumes de Norvège   Londres   Mayhem   Mer Baltique   Mer de Barents   Mer de Norvège   Mer du Nord   Monarchie constitutionnelle   Moyen Âge   Méthodisme   Nazisme   Neutralité   Nils Petter Molvær   Nord-Norge   Nordiques (revue)   Norvégien   Nynorsk   Océan Atlantique   Olaf II de Norvège   Ole Bull   Opération Weserübung   Orcades   Organisation des Nations unies   Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture   Organisation du traité de l'Atlantique Nord   Oslo   Pakistan   Pays développés   Pays nordiques   Pentecôtisme   Philosophie   Pop (musique)   Premiers ministres de Norvège   Première Guerre mondiale   Privatisation   Protestantisme   Pétrole   Reine (Norvège)   Relations internationales de la Norvège   Riksmål   Romantisme   Russie   Régions pétrolières en Europe   Röyksopp   Scandinavie   Schleswig-Holstein   Seconde Guerre mondiale   Shetland   Soleil de minuit   Statoil   Suède   Svalbard   Sverre de Norvège   Sørlandet   Taake   Territoire britannique antarctique   Theatre of Tragedy   Tristania (groupe)   Trondheim   Trygve Lie   Trøndelag   Ulver   Union de Kalmar   Union de défense scandinave   Union européenne   Vestlandet   Vidkun Quisling   Vieux norrois   Viking   Villes de Norvège   Wibutee  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^