Henry Kissinger

Infos
Henry (Heinz) Alfred Kissinger (né le 27 mai 1923, Fürth, Allemagne) est un diplomate américain d’origine allemande, prix Nobel de la paix en 1973, Conseiller à la sécurité nationale (États-Unis) puis Secrétaire d'État du gouvernement républicain de Richard Nixon.Promoteur de la ‘’Realpolitik’’, il joue un rôle important dans la diplomatie américaine au cours de la Guerre froide de 1968 et 1976. Il inspire la politique de la détente avec l’URSS et joue u
Henry Kissinger

Henry (Heinz) Alfred Kissinger (né le 27 mai 1923, Fürth, Allemagne) est un diplomate américain d’origine allemande, prix Nobel de la paix en 1973, Conseiller à la sécurité nationale (États-Unis) puis Secrétaire d'État du gouvernement républicain de Richard Nixon.Promoteur de la ‘’Realpolitik’’, il joue un rôle important dans la diplomatie américaine au cours de la Guerre froide de 1968 et 1976. Il inspire la politique de la détente avec l’URSS et joue un rôle crucial dans le rapprochement avec la Chine à partir de 1971. Figure médiatique pendant ses fonctions, sa politique étrangère lui crée de nombreux inimités aussi bien du côté de la gauche pacifiste que de la droite anticommuniste. Personnage controversé et cible de critiques de la presse internationale et des association humanitaires, la justice de nombreux pays souhaite aujourd’hui l’interroger, il limite ses voyages à l’étranger. Henry Kissinger

Histoire

Les années de formation

Henry Kissinger est né à Fürth (dont il est devenu citoyen d'honneur et supporter de l'équipe de football), en Allemagne dans une famille juive. En 1938, sa famille, fuyant les persécutions nazies (plus d'une dizaine de ses membres disparaîtront dans les camps d'extermination) part pour New York. Il est naturalisé américain le 19 juin 1943. Écolier à Manhattan, et ne perdant pas son accent allemand, il suit l'école la nuit pour travailler dans les usines le jour. En 1943, il est pris comme interprète allemand dans l'armée américaine et pour les services secrets. Selon certains il aurait alors été un espion soviétique sous le nom de code Bor. Après la guerre, il est nommé administrateur d'une petite ville allemande. En 1954, il devient docteur en science politique à Harvard, sa thèse sur la diplomatie entre 1812 et 1822 (A World Restored: Metternich, Castlereagh, and the Problems of Peace 1812–22) étant réputée la plus longue de l'histoire de l'université. Il y devient alors professeur au département des études gouvernementales. Ayant une grande ambition politique, il entretient des relations avec Nelson Rockefeller et conseille occasionnellement Dwight Eisenhower, John F. Kennedy et Lyndon B. Johnson. Alors que Richard Nixon est le favori de l'élection de 1968, Henry Kissinger devient son conseiller. Du point de vue théorique, c'est un fervent partisan de la realpolitik, comme il l'expose dans son œuvre majeure, Diplomacy, parue en 1995. Il y oppose le réalisme politique à l'idéalisme wilsonien dont les néoconservateurs sont les héritiers. Il fut administrateur de Rockefeller Brothers Fund et de Gulfstream Aerospace et créateur de Kissinger Associates.

Administration Nixon

Lorsque Richard Nixon prend ses fonctions, Henry Kissinger est nommé conseiller à la Défense nationale, en 1969, puis en 1973 secrétaire d'État (affaires étrangères). Henry Kissinger en entretien avec Mao Zedong. Dans l'équipe de Richard Nixon, Henry Kissinger met au point la politique de détente avec l'Union soviétique. Il négocie ainsi le traité SALT I limitant le nombre de bombes nucléaires des deux superpuissances. De même, en juin et octobre 1971, pour la première fois, il entre secrètement en contact avec la Chine communiste puis accompagne Nixon lors de sa visite officielle (la première d'un président américain) en 1972. Des documents récemment déclassifiés montrent qu'il était alors fortement question de Taïwan. Ayant promis lors des élections de 1968 une issue rapide au problème de la guerre du Viêt Nam, Nixon et Kissinger doivent faire face à une escalade du conflit. Celle-ci est marquée par la décision (à laquelle Kissinger participe) de bombarder illégalement des positions (elles-mêmes illégales) du Vietcong au Laos et au Cambodge. À la suite des accords de Paris du 23 janvier 1973 jetant les bases du retrait américain du Viet-Nam, il reçoit le prix Nobel de la paix conjointement avec le vietnamien Le Duc Tho, pour le travail réalisé pour les accords de paix au Viêt Nam. Ce dernier refuse le prix, expliquant que la paix n'est pas encore faite. En 1973, il joue un rôle important dans la fin de la guerre du Kippour en négociant le cessez-le-feu entre Israël et l'Égypte. Selon plusieurs ouvrages, comme les Crimes de M. Kissinger, du journaliste iconoclaste Christopher Higgens, Henry Kissinger aurait une responsabilité dans le coup d'État du 11 septembre 1973 au Chili dirigé par le général Pinochet contre le gouvernement de Salvador Allende. Des éléments déclassifiés ont plus tard montré que la CIA avait soutenu un projet de coup de force en 1970, mais Kissinger affirme que les États-Unis ne fomentaient plus de tels projets en 1973 et qu'ils n'ont pas eu de rôle dans le putsch de 1973 sans que cette affirmation ait jamais été démentie. En dépit d'accusations sur des liens jugés trop serrés avec des pays étrangers, Kissinger est alors l'un des rares personnages de l'administration Nixon à être réellement populaire. Il n'est pas mis en cause lorsqu’éclate le scandale du Watergate, gagnant ainsi une réputation d’homme propre (clean man).

Administration Ford

Ford, Nixon et Kissinger en réunion à la Maison Blanche. À la suite de la démission de Richard Nixon, Henry Kissinger reste à son poste de secrétaire d'État mais quitte celui de conseiller à la Défense nationale, sous l'autorité du nouveau président Gerald Ford en 1974. En décembre 1975, Gerald Ford et Henry Kissinger, rencontrent le président de l'Indonésie Suharto. Ils auraient approuvé, à la suite de la déclaration d'allégeance de 4 partis de Timor oriental à l'Indonésie, l'imminente annexion par celle-ci de ce territoire, en vue d'unifier l'île de Timor, dont les Indonésiens possèdent déjà l'autre moitié. Cette annexion conduisit au massacre de 200 000 habitants par les soldats indonésiens. Kissinger a toujours affirmé son ignorance à l'égard de cette invasion, à l'encontre de documents soutenant le contraire. En 1976, Henry Kissinger revient sur la politique de détente avec les régimes « blancs » d'Afrique (établie en 1969). En échange d'une relaxation des relations avec l’Afrique du Sud sur les questions relatives au Sud-Ouest Africain/Namibie et à l’apartheid, il se rend à Pretoria où il demande à John Vorster, le premier ministre sud-africain, de faire pression sur Ian Smith, le premier ministre de Rhodésie afin d’obtenir de lui le retour à la légalité internationale et l’application du principe de majorité "One man, one vote" en Rhodésie. Il obtint partiellement gain de cause et en septembre 1976, Ian Smith cédait sur le principe du gouvernement par la majorité noire, ouvrant ainsi la voie à une solution politique en Rhodésie. La victoire du démocrate Jimmy Carter aux élections présidentielles de novembre 1976 ne lui permet pas alors de poursuivre les négociations en vue d'un règlement négocié (elles seront reprises par son successeur Cyrus Vance et déboucheront sur un échec). Henry Kissinger quitte son poste de secrétaire d'État en janvier 1977.

Influence ultérieure

Par la suite, Henry Kissinger joue un rôle relativement mineur dans les gouvernements qui suivent (ayant de mauvaises relations avec George Bush), participant à de nombreux groupes politiques, commissions, etc. Il exprime régulièrement son point de vue en tant que consultant ou lors de discours, d'articles ou de livres. En 2002, George W. Bush le nomme dans la commission d'enquête sur les évènements du 11 septembre 2001, qu'il doit quitter à la suite de dissensions avec les démocrates.

Accusations

En sa qualité de responsable des affaires internationales des États-Unis, chargé de défendre les intérêts internationaux de ce pays, Henry Kissinger a été la cible d’accusations :

Coup d’État au Chili

Il est cité comme témoin dans des enquête sur des crimes de guerres par des juges au Chili et en Espagne, au sujet du coup d'État du 11 septembre 1973 au Chili. Henry Kissinger aurait alors déclaré : « Nous n'allons pas laisser un pays basculer dans le communisme à cause de l'irresponsabilité de ses citoyens ». Kissinger n'a pas déféré aux requêtes de ces juges et les a invités à s'adresser au département d’État des États-Unis. L'hostilité des États-Unis au gouvernement de l'Unité Populaire au Chili ne faisait aucun doute (en partie en raison du précédent du régime de Castro). L'intervention dans le coup d'État est controversée. Par exemple selon le journaliste et écrivain Christopher HitchensLes Crimes de Monsieur Kissinger, Editions Saint-Simon : « Nous pouvons affirmer, sans crainte d'être démentis, qu'il est coupable, prima facie, d'intervention directe dans le meurtre d'un officier supérieur d'un pays pacifique et démocratique. » (à propos du meurtre du général Schneider).

Guerre du Viet-Nam

Plusieurs essais lui reprochent la première phase du bombardement secret du Cambodge par les États-Unis (1969-1975). On est même allé jusqu'à lui imputer la mort de 200 000 personnes. La neutralité du Cambodge avait été violée de longue date par les convois nord-vietnamiens empruntant la « piste Ho-Chi-Minh », à travers des forêts peu peuplées, pour ravitailler le Viêt-Cong au Sud-Viet-Nam. Les Américains, en guerre contre le Viêt-Cong, bombardèrent ces convois lors de leur passage illégal à travers le Cambodge.

Invasion du Timor oriental

On lui a de même reproché son soutien formel au président indonésien Suharto durant l'invasion du Timor oriental par ce pays, entraînant par la suite 200 000 morts.

Opération Condor

Des documents déclassifiés par la CIA et publiés par la NSA à partir de 2001 , National Security Archive prouvent le soutien des États-Unis à l’opération Condor qui a eu lieu tout au long des années 1970. Cette opération, organisée entre les dictatures sud-américaines, consistait en l'élimination physique des opposants politiques "subversifs" (initialement Chili, Argentine, Uruguay, Paraguay, Bolivie et Brésil, puis ensuite aussi Équateur et Pérou). Les victimes ont été traquées dans le monde entier, sans se limiter au sous-continent sud-américain. Kissinger étant conseiller à la Défense nationale de 1969 à 1974 ainsi que secrétaire d'État de 1973 à 1977, il est probable qu'il ait été au minimum informé de l'opération Condor. Ses rapports diplomatiques étroits de l'époque avec les gouvernements des dictatures concernées le placent en première ligne des personnalités politiques états-uniennes accusées d'avoir soutenu l'opération Condor, même si aucun lien formel n'a jusqu'ici été prouvé entre Kissinger et cette campagne d'assassinats de grande envergure.

Ouvrages

- La nouvelle puissance américaine, 2003
- Diplomatie, Fayard, Paris, 1996, 860 pages, ISBN 2-213-59720-0
- A World Restored: Metternich, Castlereagh and the Problems of Peace 1812-22. Boston: Houghton Mifflin, 1957 (thèse de doctorat)
- À la Maison Blanche, 1968-1973, 2 vol. Fayard, Paris, 1979.
- Les Années orageuses, 2 vol. Fayard

Bibliographie

- Les Crimes de monsieur Kissinger de Christopher Hitchens, éditeur : Saint-Simon (9 mai 2001), 203 pages, ISBN 2951659709
- Larry Berman: No peace, no honor. Nixon, Kissinger, and Betrayal in Vietnam. New York, NY u.a.: Free Press 2001. ISBN 0-684-84968-2
- Stephan Fuchs: „Dreiecksverhältnisse sind immer kompliziert“. Kissinger, Bahr und die Ostpolitik. Hamburg: Europäische Verl.-Anst. 1999, ISBN 3-434-52007-4
- Jussi Hanhimäki: The flawed architect. Henry Kissinger and American foreign policy. Oxford u.a.: Oxford University Press 2004, ISBN 0-19-517221-3
- Seymour Hersh: The Price of Power: Kissinger in the Nixon White House. 1983

Films

- Nixon
- 9min 11s 01 september 11, court métrage de Ken Loach sur un exilé chilien vivant à Londres.
- On le voit aussi parodié dans un épisode de la saison 2 des Simpsons
- Il apparait dans le documenteur Opération Lune.

Musique

- Henry Kissinger de l'album Monty Python's Contractual Obligation ou de l'album Monty Python Sings cette chanson est composée par Eric Idle et interprété par les Monty Python.

Citations

On attribue à Henry Kissinger les phrases suivantes :
-« Quand on ne sait pas où l'on va, tous les chemins mènent nulle part. »
-« Le pouvoir est le plus puissant des aphrodisiaques. »
-« Le Sud du monde ne m’intéresse pas et je ne veux rien connaître de ce qui se trouve plus bas que les Pyrénées. »
-« Les États-Unis se doivent de faire quelque chose quelque part dans le monde pour affirmer leur puissance » en avril 1975 après la défaite du Vietnam.
-"Aujourd'hui, l'Amérique serait outrée si les troupes des Nations Unies entraient dans Los Angeles pour restaurer l'ordre. Demain elle en sera reconnaissante! Ceci est particulièrement vrai s'il leur était dit qu'un danger extérieur, qu'il soit réel ou promulgué, menace leur existence. C'est alors que les peuples du monde demanderont à être délivrés de ce mal. L'unique chose que tous les hommes craignent est l'inconnu. Confrontés à ce scénario, les droits individuels seront volontairement abandonnés au profit de la garantie de leur bien-être assuré par le gouvernement mondial." Conférence Bilderberg, Évian-les-Bains, France, mai 1992.

Voir aussi

Notes

===
Sujets connexes
Allemagne   Anticommunisme   Apartheid   Argentine   Augusto Pinochet   Bilderberg   Bolivie   Bombardement   Brésil   Cambodge   Camp d'extermination   Central Intelligence Agency   Cessez-le-feu   Chili   Christopher Hitchens   Conseiller à la sécurité nationale (États-Unis)   Coup d'État du 11 septembre 1973 au Chili   Crime de guerre   Cyrus Vance   Diplomatie   Diplomatie (livre)   Documenteur   Droite (politique)   Détente (politique)   Eric Idle   Espagne   Fayard (édition)   Football   Fürth   Gauche (politique)   George W. Bush   Gerald Ford   Guerre du Kippour   Guerre du Viêt Nam   Guerre froide   Gulfstream Aerospace   Histoire des États-Unis de 1964 à 1980   Ian Smith   Indonésie   Israël   Jimmy Carter   John Vorster   Ken Loach   Kissinger Associates   Klemens Wenzel von Metternich   Laos   Les Simpson   Liste des secrétaires d'État américains   Maison Blanche   Manhattan   Mao Zedong   Monty Python   Namibie   National Security Archive   Nazisme   Nelson Rockefeller   New York   Nixon (film)   Négociations sur la limitation des armements stratégiques   Opération Condor   Opération Lune   Pacifisme   Paraguay   Parti démocrate (États-Unis)   Parti républicain (États-Unis)   Pretoria   Prix Nobel de la paix   Pérou   Realpolitik   René Schneider (général)   Rhodésie du Sud   Richard Nixon   Robert Stewart   République populaire de Chine   Salvador Allende   Scandale du Watergate   Science politique   Secrétaire d'État   Théorie du complot   Timor oriental   Unidad Popular   Union des républiques socialistes soviétiques   Uruguay   Viêt Nam   William P. Rogers  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^