Arc (arme)

Infos
L'arc est une arme destinée à lancer des flèches. Il est constitué principalement d'une pièce courbe flexible qui emmagasine et restitue l'énergie comme un ressort, et d'une corde qui permet le bandage de l'arc (tension du « ressort »), puis la transmission de l'impulsion à la flèche lors de la détente. Une personne qui tire à l'arc est un archer. Ce mot désignait autrefois un combattant (le plus souvent à pied) dont l'arc était l'arme principale ; la célèbre b
Arc (arme)

L'arc est une arme destinée à lancer des flèches. Il est constitué principalement d'une pièce courbe flexible qui emmagasine et restitue l'énergie comme un ressort, et d'une corde qui permet le bandage de l'arc (tension du « ressort »), puis la transmission de l'impulsion à la flèche lors de la détente. Une personne qui tire à l'arc est un archer. Ce mot désignait autrefois un combattant (le plus souvent à pied) dont l'arc était l'arme principale ; la célèbre bataille de Crécy (26 août 1346) illustra le rôle des archers anglais (ou yeomen) équipés de l'arc long (longbow). Au Japon, l'arc yumi long est nommé Daikyu et l'arc court Hankyu. Le Kyudo, « voie de l'arc », désigne l'art martial consacré à l'arc.

Histoire

Chine, 15ème siècle Il est difficile de dater l’apparition de l’arc ou de la flèche, car leur bois se décompose assez vite. La plus ancienne flèche trouvée date de -10800 (Stellmoor, Allemagne du Nord). Néanmoins, la petite taille de certaines pointes découvertes à Gravette, fait penser que l’arc existe depuis au moins 20 000 ans. De nombreux types d'arcs ont été employés, tant pour la guerre, que pour la chasse, les arcs les plus courts étant plus particulièrement destinés aux archers à cheval. Quelques arcs historiques :
-type asiatique (arcs mongols, turcs, etc.) : arcs traditionnels de chasse ou de guerre, reconnaissables à la forte courbure des branches, et leur petite taille. Ce sont des arcs composites constitués de corne, de bois et de tendons
-type amérindien (chasse et guerre) : arcs reconnaissables à leur forme de type « flatbow ».
-type africain : à venir Actuellement, les arcs les plus courants sont :
-le longbow
-l'arc classique ou recurve (type retenu pour les jeux olympiques)
-l'arc à poulies ou arc compound. L'avantage de ce dernier est de réduire l'effort de maintien de l'arc bandé, sans pour autant diminuer la puissance de l'arme. La "puissance" d'un arc (en réalité la force nécessaire à le maintenir armé pour un arc classique ou la force maximale necessaire pour l'armer pour un arc à poulies) est indiquée sur la branche du bas en livres-force. Plus précisément il s'agit d'une force nominale, qui correspond à la réaction de l'arc pour un armement à une allonge de 28 pouces (71.12 cm). Si l'allonge de l'archer est plus petite la force de réaction sera plus petite (comme un ressort mais non lineaire). Par exemple, un arc de 35 livres n'aura qu'une réaction réelle de 24 livres si l'archer à une allonge de 22 pouces (ces chiffres varient d'un type de branches à l'autre). La puissance transmise à la fléche dependra de la valeur de cette force mais aussi du rendement des branches et la distance de la periode d'acceleration: encore l'allonge de l'archer. L'arc a été modifié avec une puissance développée, pour donner par exemple l'arbalète ou les balistes, puis des arcs surpuissants grâce à l'utilisation de poulies à axe decentré.

Types d'arcs

On peut différencier les arcs d'après leurs formes, mais aussi d'après leur apparition historique ou géographique. On les tire en droitier ou en gaucher, c'est-à-dire en tenant l'arc de la main gauche ou droite, suivant que l'œil directeur est celui de droite ou de gauche.

Longbow

longbow avec flèche en bois Le longbow (anglais : arc long) est un arc droit avec une seule courbure, qui peut posséder une fenêtre de tir et un plancher de flèche. Traditionnellement les meilleurs "arcs de guerre" anglais et gallois étaient fabriqués avec de l'if italien. Celui-ci était aussi grand que son archer ou yeomen. On tirait alors des flèches en bois et on n'utilisait aucune aide à la visée. Il s'est rendu célèbre pour l'avantage qu'il a pu donner aux troupes anglaises de la Guerre de Cent Ans. À bout portant, cet arc était capable de percer les meilleures armures de l'époque. On raconte que le yeomen pouvait tirer trois flèches avant que la première n'atteigne sa cible. En créant ainsi à plusieurs un nuage de flèches, les Anglais cherchaient à créer la panique. Il a été utilisé jusqu'à la Première révolution anglaise puis remplacé par les mousquets à platine à mèche. Bien que les armes à feux avaient le désavantage d'être longues à charger, elles apportaient un avantage psychologique dû à la fumée et au bruit et surtout le grand avantage de pouvoir être maniées sans entraînement.

Arc classique ou recurve (à double courbure)

arc classique ou recurve avec viseur et stabilisateur arc de chasse recurve avec carquois L’arc à double courbure, parfois appelé recurve du mot anglais signifiant recourbé. En français, on l'appelle aussi arc classique, probablement parce que c'est le modèle le plus utilisé actuellement, bien qu'il n'existe que depuis les années 50 dans sa forme actuelle. Il existe des modèles non-démontables (monobloc), et des modèles démontables pour la chasse avec plancher de tir ou repose-flèche, qu'on peut tirer avec ou sans viseur. Le modèle le plus courant est celui utilisé aux jeux olympiques, qui comporte des éléments améliorant la stabilité et la précision du tir.

Arc à poulies ou compound

compound équipé pour la chasse Le compound a été développé aux États-Unis pour la chasse au gros gibier. Le premier brevet fut déposé en 1969 par Holless Wilbur Allen. Les compounds sont en aluminium ou en matériaux composites. Au bout de chaque branche se trouve une poulie où passent des câbles. L’avantage consiste dans le fait que, environ à la moitié de l’armement, la force nécessaire diminue de 40% à 60%, voire plus, ce qui permet à l’archer de tenir longtemps à plein armement sans fatigue, tandis qu’un arc traditionnel, une fois bandé, doit être lâché rapidement, sinon le bras de l’archer fatigue, tremble et la précision du tir diminue. La corde accélère la flèche après le lâcher ce qui lui donne plus de force. La vitesse au lâcher peut atteindre 90m/s. Le vol a très peu de parabole, ce qui accroît la précision du tir.

Les accessoires de l'arc

1. La corde : la corde relie les deux extrémités de chaque branche de l'arc. Elle est un composant de l'Arc .De nos jours, la corde est constituée de fibres synthétiques qui sont :
- soit du polyester sous la dénomination de Dacron une fibre qui a tendance à s'allonger
- soit du polyamide plus connu sous le nom de Kevlar, une fibre ne s'allongeant presque pas mais très sensible à l'usure
- ou encore du polyéthylène haute performance connu sous le nom de Fast-Flight, une fibre quasiment inusable et très rapide La corde est toujours recouverte d'une protection de cire contre l'usure et pour augmenter sa vitesse dans l'air. 2. Le repose-flèche : c'est un petit accessoire de plastique ou de métal fixé sur l'arc et sur lequel la flèche est posée. Lorsqu'elle part, la flèche glisse sur ce support. 3. Le bouton berger : ou bouton ecarteur, plunger cushion, berger button; cet accessoire sert d'amortisseur à la flèche lorsqu'elle est propulsée. En effet, la poussée exercée par la corde au moment du lâcher, combinée à l'inertie de la pointe de la flèche, provoquent une torsion de la flèche. Puis la flèche part, en se tortillant et par conséquent en heurtant l'arc. Le bouton de Berger sert donc à amortir cette déformation de la flèche afin que lorsqu'elle quitte l'arc, son vol soit rectiligne. 4. Le cliqueur : le cliqueur sert à tirer chaque flèche avec la même puissance. C'est une lame métallique fixée sur la joue de l'arc sous laquelle on glisse la flèche avant de la poser sur le repose-flèche et de la fixer sur la corde. Lorsque l'archer tire sur la corde, au moment où la flèche dépasse cette lame, la lame retombe sur l'arc ce qui provoque un petit clic (d'où son nom), indiquant à l'archer qu'il est à l'allonge désirée. Il peut donc lâcher sa flèche. Comme la puissance de l'arc dépend de sa tension, l'archer est ainsi certain de tirer avec la même puissance. Ceci améliore la précision et est utilisé sur les arcs recurves. 5. Le viseur : le viseur est un dispositif se fixant sur l'arc, permettant de donner à l'arc et par conséquent à la flèche, une direction voulue. Le viseur dispose d'un mécanisme de réglage micrométrique vertical et horizontal. Tout système électrique ou électronique y est proscrit. Dans certaines disciplines, les arcs à poulies ont le droit d'utiliser un viseur-loupe, afin de voir la cible avec plus de précision. On vise à l' aide de l'oeileton qui est fixé au bout du viseur. 6. La visette : la visette est le deuxième point de visée que l'archer aligne avec son viseur. Il s'agit d'un petit tunnel qui est inséré dans la corde. Elle est interdite pour les arcs classiques. 7. La stabilisation : composée de tiges mono ou multitubes, en aluminium ou en carbone (pour la compétition), elle sert à équilibrer l'arc au moment du lâcher, et à absorber les vibrations pour protéger le matériel et les articulations de l'archer. Il y a la canne centrale, fixée à l'avant dans le sens de tir, les cannes latérales, plus courtes, fixées sur un V-Bar à la base de la canne centrale, et qui sont de part et d'autre de l'arc, et des cannes courtes et autres poids que l'on peut mettre en haut ou en bas de la poignée.

Les systèmes de décochage mécaniques des compounds

Utilisés en compétition, uniquement par les arcs à poulies. Ce système permet, au lieu de tirer la corde avec les doigts, de la tirer avec un « décocheur ». Il existe plusieurs types de décocheurs :
- Au poignet (fixé autour du poignet).
- À main (l'archer tient dans le poing). Mais le principe reste identique : une cordelette ou mord vient prendre la corde. L'archer tire sur l'ensemble et libère la corde au moment voulu soit en appuyant sur une gâchette soit en faisant pivoter le décocheur. Ceci permet une plus grande précision du lâcher, mais aussi de ne pas s'abîmer les doigts sur des arcs de très forte puissance.

Les accessoires de l'archer

1. La dragonne : cordelette servant à maintenir l'arc dans la main de l'archer, après la décoche car l'archer ne doit pas tenir son arc mais seulement exercer une poussée sur lui. 2. Le carquois : rangement pour les flèches. Souvent de forme tubulaire et attaché à la taille ou au dos de l'archer. 3. Le protège bras : protection de cuir ou de plastique, portée sur le bras d'arc (bras tenant l'arc), il protège l'avant-bras lorsque, juste après le lâcher, la corde reprend sa position initiale. 4. La palette : morceau de cuir ou de matière synthétique, protégeant les doigts qui tiennent la corde de l'arc. La palette est retenue à la main par un anneau autour du majeur. 5. Le gant : utilisé à la place d'une palette, généralement préféré par des chasseurs et en tir nature (field) (sans viseur). 6. Le plastron : pour protéger la poitrine du frottement de la corde lors du lâcher.

Voir aussi

- Tir à l'arc
- Flèche
- Yumi, Kyudo
- Arbalète

L'arc dans les œuvres de fiction

- Robin des Bois Image:Douglas Fairbanks Robin Hood 1922 film poster.jpg 230px ==
Sujets connexes
Anglais   Arbalète   Arbalète (arme)   Archer   Archer à cheval   Arme   Armure (équipement)   Art martial   Baliste   Bataille de Crécy   Cible   Civilisation chinoise   Dacron   Daikyu   Flèche (arme)   Guerre de Cent Ans   Hankyu   If (botanique)   Japon   Kevlar   Livre-force   Mousquet   Platine à mèche   Polyamide   Polyester   Polyéthylène   Poulie   Première révolution anglaise   Ressort   Robin des Bois   Tir à l'arc   Yumi  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^