Noël Mamère

Infos
Noël Mamère, né le 25 décembre 1948 à Libourne (Gironde), est un ancien journaliste et un homme politique français de sensibilité écologiste, élu des Verts. Il est maire de Bègles (Gironde) et réélu député le 17 juin 2007.
Noël Mamère

Noël Mamère, né le 25 décembre 1948 à Libourne (Gironde), est un ancien journaliste et un homme politique français de sensibilité écologiste, élu des Verts. Il est maire de Bègles (Gironde) et réélu député le 17 juin 2007.

Éléments biographiques

Noël Jean Mamère est le fils de deux négociants en chaussures, Roger et Marthe Mamère. Issu d'une famille de commerçants catholiques de droite, il est envoyé en 1968 chez les jésuites pour y décrocher son baccalauréat. Noël Mamère a pour frère le journaliste sportif de télévision Jean Mamère, décédé des suites d'un cancer en 1995. Il s'est marié en secondes noces à Françoise, dite Fanchon, et est père d'un enfant, Adrien. Selon le journal Le Point, Noël Mamère aurait été initié à la Loge "Demain" du Grand Orient de France en 1994Le Point, N° 1529, information confirmée par Ghislaine Ottenheimer et Renaud LecadreLes Frères invisibles, Albin Michel, p.76. Selon un membre du GOF, Mamère en a démissionné six mois plus tard, « faute d'y avoir trouvé sa place ». « Je ne suis pas moi-même franc-maçon », dit-il. « Mais, ajoute-t-il, les maçons disent que je parle comme un maçon sans tablier. »

Diplômes

Il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Bordeaux, titulaire d'une licence de droit et d'un doctorat en communication.

Carrière professionnelle

- assistant à la faculté de Bordeaux (1973-1977)
- journaliste à l'ORTF, RMC, au « Quotidien de Paris »
- présentateur et rédacteur en chef du journal magazine "c'est la vie" d'Antenne 2, première émission télévisée qui s'intéresse à l'écologie et qui défend les "petits" contre les "grands". Ce journal, qui intervient à 18h, est très populaire et fait des scores d'audience de plus de dix millions de téléspectateurs. (1980 - 1982)
- présentateur et rédacteur en chef d'Antenne 2 midi (1982-1986), puis des journaux du week-end (1986-1987)
- responsable et présentateur de l'émission « Résistances » (1986-1992)

Carrière politique

Noël Mamère interviewé place de la Bastille, lors de la manifestation du 4 octobre 2005.Assemblée nationale, 02/01/2006. En juin 1988, il est élu comme suppléant du député socialiste de la 10 circonscription de Gironde Gilbert Mitterrand. En 1989, il conduit une liste « majorité présidentielle » à Bègles contre le candidat officiel du Parti communiste soutenu par le Parti socialiste. Il échoue à se faire élire lors d'une législative partielle (causée par la démission de Catherine Lalumière) le 25 juin 1989 dans la 3 circonscription de la Gironde. Il échouera dans la même circonscription en mars 1993 sous l'étiquette écologiste. En 1990, création de Génération écologie (GE) avec Brice Lalonde. En 1992, vice-président et porte-parole national de Génération écologie En 1994, il quitte Génération écologie, suite au virage centriste de ce parti entamé sous l'impulsion de Brice Lalonde, et fonde Convergences écologie solidarité dont il devient le président. En 1994, toujours, il est élu député européen sur la liste de Bernard Tapie, tête de liste « Énergie radicale » jugeant qu'il faut développer un véritable courant écologiste de gauche. En 1995, après le retrait de Jacques Delors, il soutient Lionel Jospin au premier tour de la présidentielle. En 1997, il est élu député de la 3 circonscription de la Gironde et siègera dans le groupe RCV (constitué par les députés du PRS, du MDC et des Verts). Réélu en 2002, il siègera parmi les non-inscrits, les Verts n'ayant pas assez d'élus (3) pour pouvoir former un groupe. En 1998, il adhère, avec l'ensemble de son mouvement, au parti écologiste Les Verts. En novembre 2001, lors d'un référendum sur le maintien de la candidature d'Alain Lipietz à l'élection présidentielle, il annonce sa « décision irrévocable » de ne pas être candidat de substitution. Il reviendra sur cette décision deux jours plus tard, après l'annonce du retrait d'Alain Lipietz et le refus de Dominique Voynet d'être à nouveau candidate. Le 21 avril 2002, il appelle à voter pour Jacques Chirac pour barrer la route à Le Pen au deuxième tour de l'élection présidentielle. Fin 2005, il renonce à se porter candidat à l'investiture des Verts pour mieux se consacrer à Bègles qui n'aura pas échappé à la vague de violences urbaines de novembre 2005. En octobre 2006, afin de ne pas contrevenir aux règles de non-cumul des mandats, Les Verts refusent de valider son investiture pour les élections législatives. Il est cependant réélu député avec 62, 82 % des voix le 17 juin 2007.

Mandats électifs

-Conseiller municipal et maire :
- 20/03/1989 - 18/06/1995 : maire de Bègles (Gironde)
- 25/06/1995 - 18/03/2001 : maire de Bègles (Gironde)
-1989-2001;vice-président de la communauté urbaine de Bordeaux
- depuis le 19/03/2001 : maire de Bègles (Gironde), et membre du Conseil de la Communauté Urbaine de Bordeaux.
-Conseiller régional :
- 23/03/1992 - 27/06/1994 : membre du conseil régional d'Aquitaine
- 16/03/1998 - 25/03/1998 : membre du conseil régional d'Aquitaine
-Député :
- 1988 : suppléant du député de Gironde Gilbert Mitterrand.
- 01/06/1997 - 18/06/2002 : député de la Gironde
- depuis le 16/06/2002 : député de la Gironde (3e circonscription)
-Député européen :
- 19/07/1994 - 05/08/1997 : député européen

Candidature

- 21 avril 2002, candidat présenté par Les Verts à l'élection présidentielle, il obtient 5, 25 % des suffrages.

Prises de position médiatisées

- Député, il a accusé et demandé une mise en accusation judiciaire du président Jacques Chirac pour sa participation au financement illégal de son parti, ce qui lui vaudra une sanction symbolique de l'Assemblée bien qu'il fut membre de la majorité parlementaire elle-même opposée au président.
- Il a soutenu et a participé à des arrachages illégaux d'OGM en plein champ, aux côtés notamment de José Bové et de faucheurs volontaires au nom de la « désobéissance civile » et du « principe de précaution ».
- Il est membre du "Comité International de Soutien aux victimes vietnamiennes de l'Agent Orange et au procès de New York" (CIS) conduit par André Bouny.http://vned.free.fr/documents/soutien.php
- Il a dénoncé les sources de financement de clubs sportifs de sa région.
- Le 5 juin 2004, il a célébré le premier mariage homosexuel dans sa mairie. Il entendait ainsi lutter contre ce qu'il dit considérer comme une discrimination homophobe. Cette cérémonie très médiatisée a entraîné la suspension de sa fonction d'une durée d'un mois, assortie de la nullité de l'acte. Le mariage a été annulé par le tribunal de grande instance de Bordeaux le mardi 27 juillet. Cette annulation a été confirmée en appel, puis validée en cassation.
- Noël Mamère a pris des positions très favorables au vélo dans Paris et au covoiturage, mais aussi très sévères à l'égard de l'automobile. Certains lui ont reproché son manque de sincérité à ce sujet. Il a notamment déclaré que « la voiture est une machine à tuer » et dénonce ainsi « la religion de l’automobile » et la surmédiatisaion des évènements automobiles comme la Formule 1 ou le Paris-Dakar qui, selon lui, « exporte la mort en Afrique ». Cependant, il a prêté sa voix en 1989 pour l'enregistrement d'un disque de Claude Belzane, un myopathe qui rêvait de participer au Paris-Dakar et comptait le financer avec ce disque, et dont les textes du titre « L'odyssée Paris-Dakar » serait un hymne à ce rallye.
-Noel Mamère a récemment été au coeur d'une polémique remettant en question sa sincérité concernant son emploi des moyens de transports écologiques (vélo et métropolitain) qu'il prétend utiliser exclusivement. En effet, le 14 février 2007, au cours d'une émission de l'animateur Karl Zéro tournée au club de l'étoile à Paris, il affirme devant une caméra être arrivé à "bicyclette". Pourtant, des images le montrant arrivant quelques minutes plus tôt sur le lieu du tournage en voiture avec chauffeur ont pour conséquence de le discréditer fortement.

Affaire Noël Mamère contre le professeur Pierre Pellerin

Lors de l'émission télévisée Tout le monde en parle sur la chaîne publique France 2 le 23 octobre 1999, il qualifie de « sinistre personnage » le professeur Pierre Pellerin, ancien directeur du SCPRI (Service central de protection contre les radiations ionisantes) en 1986, à l'époque de l'explosion de la centrale de Tchernobyl. A la suite de cette déclaration, Pierre Pellerin porte plainte au pénal devant le tribunal correctionnel de Paris contre Noël Mamère et le directeur de la chaîne France 2, Marc Tessier. Le 11 octobre 2000, Noël Mamère et France 2 sont condamnés par le tribunal correctionnel de Paris pour diffamation publique envers un fonctionnaire. Ils font appel. Le 3 octobre 2001, Noël Mamère et France 2 sont condamnés par la cour d’appel de Paris. Ils se pourvoient en cassation. Le 22 octobre 2002, les pourvois de Noël Mamère et de France 2 sont rejetés par la Cour de Cassation . Le 11 avril 2003, Noël Mamère saisit la Cour européenne des droits de l'homme, en invoquant la violation de l'article 10 (droit à la liberté d'expression) de la Convention européenne des droits de l'homme. Le 7 novembre 2006, la Cour dit à l'unanimité que cet article a été violé, la condamnation de Mamère n'étant pas « nécessaire dans une société démocratique à la protection de la réputation ou des droits d’autrui ».

Polémique

En 2007, Noel Mamère est invité par Karl Zéro pour une interview. Il se rend à l'interview en voiture puis quelques minutes plus tard il déclare être venu à vélo. .

Ouvrages

- Andriana (1984)
- La dictature de l'audimat (1988)
- Gens de Garonne (1993)
- Chine, on ne bâillonne pas la lumière (en coll., 1996)
- Les forçats de la mer (1997)
- Ma République (1999)
- Non merci, Oncle Sam (en coll., 1999)
- Les damnés de la mer (en coll., 2000)
- Le combat des humbles (2000)
- Toxiques affaires (en coll., 2001)
- La vie rêvée du Loft (en coll., 2001)
- Mes vertes années (2002)
- La fracture humaine (2002)
- Auteur du film-reportage Man (2004), du nom de l'artiste galicien qui s'est suicidé lors de la catastrophe du « Prestige »
- SARKOZY, mode d'emploi, Ramsay (février 2006), 283 pages, ISBN 2-84114-777-0 ===
Sujets connexes
Alain Lipietz   Aquitaine   Assemblée nationale (France)   Bernard Tapie   Bordeaux   Brice Lalonde   Bègles   Catastrophe de Tchernobyl   Catherine Lalumière   Cinquième République   Compagnie de Jésus   Convention européenne des droits de l'homme   Convergences écologie solidarité   Cour européenne des droits de l'homme   Covoiturage   Doctorat   Dominique Voynet   Droit   Député   Député européen   Désobéissance civile   Faucheurs volontaires   Formule 1   France   Gauche démocrate et républicaine   Ghislaine Ottenheimer   Gilbert Mitterrand   Gironde   Grand Orient de France   Génération écologie   Homophobie   Institut d'études politiques de Bordeaux   Jacques Chirac   Jacques Delors   Jean-Marie Le Pen   Jean Mamère   José Bové   Journaliste   Karl Zéro   Les Verts (France)   Libourne   Licence (grade universitaire)   Lionel Jospin   Maire   Mariage homosexuel   Novembre 2001   Octobre 2006   Organisme génétiquement modifié   Paris-Dakar   Parti communiste français   Parti radical de gauche   Parti socialiste français   Pierre Pellerin   Principe de précaution   Radical-citoyen-vert   Renaud Lecadre   Résistances (émission de télévision)   Tout le monde en parle   Tribunal de grande instance   Troisième circonscription de la Gironde  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^