Bertrand du Guesclin

Infos
Bertrand du Guesclin, né en 1320 au château de la Motte-Broons près de Dinan, mort le 13 juillet 1380 devant Châteauneuf-de-Randon, est un connétable de France.
Bertrand du Guesclin

Bertrand du Guesclin, né en 1320 au château de la Motte-Broons près de Dinan, mort le 13 juillet 1380 devant Châteauneuf-de-Randon, est un connétable de France.

Biographie

Le Dogue noir de Brocéliande

Fils aîné de Robert II du Guesclin (v. 1300-1353), seigneur de la Motte-Broons et de son épouse Jeanne de Malesmains (morte en 1350), dame de Sens, sa laideur (on dit de lui qu'il est « le plus laid qu'il y eut de Rennes à Dinan »), et sa brutalité lui valent l'opprobre paternelle, et il doit gagner le respect de la noblesse à la pointe de son épée. Il se fit remarquer dès son enfance par sa force, son habileté dans les exercices du corps et ses goûts belliqueux. Lors d'un tournoi où il a interdiction de participer, il défait tous ses adversaires, avant de refuser de combattre son père en inclinant sa lance par respect au moment de la joute (à la grande surprise de l'assemblée). Il a 15 ans. Gisant de Bertrand du Guesclin à la Basilique Saint-Denis Bertrand du Guesclin se fait connaître en 1357 en participant à la défense de Rennes assiégée par Henry de Grosmont, duc de Lancastre. Eléastre de Marès l'adoube chevalier au château de Montmuran dans les Iffs, et le nomme capitaine de Pontorson et du mont Saint-Michel sur recommandation de Pierre de Villiers. Il commença à signaler sa bravoure dans les guerres que se livraient Charles de Blois et Jean de Montfort pour l'héritage du duché de Bretagne : il soutenait les droits du premier. En 1360, il est lieutenant de Normandie, d'Anjou et du Maine puis en 1364, capitaine général pour les pays entre Seine et Loire et chambellan de France. Il passa en 1361 au service de la France et célébra l'avènement de Charles V en avril 1364, en remportant la bataille de Cocherel contre l'armée du roi de Navarre. Il reçoit le duché de Longueville en Normandie. Après cette victoire, il vola de nouveau au secours de Charles de Blois en Bretagne; mais en septembre 1364 à la bataille d'Auray, malgré tous ses efforts, son parti fut battu, il est fait prisonnier par John Chandos chef de l'armée anglaise (sept. 1364). Le roi de France paie sa rançon de 100 000 livres. La bataille d'Auray, d'après la Chronique de Bertrand du Guesclin par Cuvelier En 1365 à la demande du roi de France il délivre le royaume et entraîne les Grandes compagnies, amas de soldats indisciplinés qui ravageaient les provinces. Il les persuada de participer à la première guerre civile de Castille au côté d'Henri de Trastamare qui disputait à Pierre le Cruel le trône de Castille. Il s'y couvrit de gloire, et déjà il avait anéanti le parti de Pierre le Cruel, lorsque celui-ci appela à son secours deux vaillants capitaines anglais, Chandos et le Prince Noir. Du Guesclin fut défait et pris après des prodiges de valeur à la bataille de Najera, livrée contre son avis (1367). Il est fait prisonnier et n'est libéré que contre une forte rançon, à nouveau payée par Charles V. Il participe et venge sa défaite à la bataille de Montiel, en 1369. Il rétablit Henri sur le trône et en récompense de ces actions en Espagne il est fait duc de Molina.

Connétable de France

Du Guesclin est fait connétable par le roi En octobre 1370, revenu en France, il est fait connétable par Charles V. Sa grande entreprise va être d'expulser les Anglais. Contrairement aux habitudes de la chevalerie française, il ne procède pas par grandes campagnes avec tout l'ost français, mais préfère reconquérir méthodiquement des provinces entières, assiégeant château après château. Il va chasser les Anglais de la Normandie, de la Guyenne, de la Saintonge et du Poitou. Bien souvent, le siège ne dure pas, l'issue en étant accélérée par un assaut victorieux ou plus souvent encore par une ruse.
- en 1378, il participe à la campagne contre la Bretagne, avec son cousin Olivier de Mauny — chevalier banneret, seigneur de Lesnen et Pair de France, qui fut nommé Capitaine général de Normandie et chambellan de Charles V en 1372 ;
- en 1374, il combat à La Réole ;
- en 1376, il reçoit la seigneurie de Pontorson en Normandie ;
- Charles V, ayant en 1378 confisqué la Bretagne à Jean IV de Bretagne, les soldats bretons, jaloux de l'indépendance de leur patrie, désertent l'armée de Du Guesclin, et le connétable est soupçonné lui-même de trahison. Indigné d'un tel soupçon, il renvoie aussitôt au roi l'épée de connétable, et veut passer en Espagne auprès de Henri de Transtamare ; mais, apaisé bientôt par le roi, qui reconnaît son erreur, il retourne dans le Midi pour combattre encore les Anglais. En 1380, il combat contre les Grandes compagnies en Auvergne, et il met le siège devant Châteauneuf-de-Randon : après plusieurs assauts terribles, la place promet de se rendre au Connétable lui-même, si elle n'était secourue dans 15 jours. Le héros mourut dans cet intervalle (d'avoir bu trop d'eau glacée après avoir combattu en plein soleil), le 13 juillet 1380, et le gouverneur vient, la trêve expirée, déposer les clefs de la place sur son cercueil. Son corps est déposé à Saint-Denis.

Après sa mort

Mort de du Guesclin Tombeau de Bertrand du Guesclin à la Basilique de Saint-Denis, France Du Guesclin avait souhaité que son corps fût rapporté en Bretagne. La route était longue, il faisait chaud et l'on décida de l'embaumer. En l'absence des embaumeurs royaux, on éviscéra et décervela le corps (au couvent des dominicains du PuyJean Chervalier : Le mausolée de Du Gesclin au Puy. Ed. des cahiers de la hautre-loire Le Puy. 1978) qui fut baigné dans une mixture de vin et d'épices, mais sans obtenir l'effet escompté : quelques jours plus tard, un nuage de mouches obscurcit le cortège, suivant de près la charrette sur laquelle on avait posé le corps. Il fallut le bouillir (au couvent des dominicains de Clermont-Ferrand) dans un grand chaudron pour détacher les chairs du squelette. Celui-ci et le cœur poursuivirent leur route vers la Bretagne jusqu’à ce que le roi Charles V décide, fait presque unique pour un cadet de petite naissance, d'inviter les ossements de son défunt connétable à reposer dans la basilique royale de Saint-Denis, aux côtés des rois de France. Sa sépulture, comme celles de la plupart des princes et dignitaires qui y reposaient, fut profanée par des révolutionnaires en 1793, comme le fut aussi le tombeau contenant ses chairs bouillies (à Montferrand). Quand au tombeau qui contient ses entrailles (église saint Laurent, au Puy), il échappa à la profanation : l'urne fut mise en dépot à la mairie en vue de lui donner une sépulture laïque puis fut finalement replacée dans l'église saint Laurent avec son contenu, ils y demeurent toujours.Jean Chervalier : Le mausolée de Du Gesclin au Puy. Ed. des cahiers de la hautre-loire Le Puy. 1978 Son cœur seul parvint en Bretagne où il fut déposé sous une dalle au couvent des Jacobins à Dinan. En 1810, la pierre tombale et l'urne contenant le cœur furent transférées dans la basilique Saint-Sauveur de Dinan. Trois des quatre tombes sont encore visibles et ornées de monuments, celle de Montferrand ayant disparu lors de la Révolution française. Les gisants de St-Denis et celui du Puy permettent d'observer un personnage et un visage apparemment sculptés à la ressemblance du sujet, par ailleurs connu par des descriptions physiques et plusieurs miniatures contemporaines, insistant toutes sur la laideur et la pugnacité que révélait son visage. Il existe à Chateauneuf-de-Randon (Lozère) et au lieu dit "L'Habitarelle" où se situait le campement de Dugesclin au moment de sa mort, un cénotaphe construit par subvention et souscription nationnales, dont le gisant reproduit celui du Puy. Jean Chervalier : Le mausolée de Du Gesclin au Puy. Ed. des cahiers de la hautre-loire Le Puy. 1978 Eustache Deschamps composa une Ballade sur le trépas de Bertrand Du GuesclinDisponible en ligne sur Wikisource : .

Unions

On connaît deux unions pour Bertrand du Guesclin :
-il fut l'époux, en premières noces, probablement en 1363 à Vitré, de Tiphaine Raguenel (morte en 1373), fille de Robin III Raguenel, seigneur de Châtel-Oger, héros du combat des Trente, et de Jeanne de Dinan, vicomtesse de La Bellière ;
-il épousa, en secondes noces, le 21 janvier 1374 à Rennes, Jeanne de Laval (morte après 1385), fille de Jean de Laval (mort en 1398), et d'Isabeau de Tinteniac. Après son veuvage, en 1380, Jeanne de Laval se remaria, le 28 mai 1384, avec Guy XII de Laval (mort en 1412), sire de Laval. On ne connaît aucune descendance légitime à Bertrand du Guesclin. En revanche, Jeanne de Laval, par son second mariage, est l'ancêtre d'un nombre incalculable de roturiers, nobles et souverains de toute l'Europe.

Parenté

Bertrand du Guesclin avait un frère :
- Olivier du Guesclin : (mort en 1403). À la mort de Bertrand du Guesclin il reprit le titre de comte de Longueville. et deux cousins :
- Olivier de Mauny : Capitaine général de Normandie, chambellan de Charles VI de France, seigneur de Lesnen et Pair de France.
- Olivier du Guesclin : Seigneur de Vauruzé, partisan de Charles de Blois, duc de Bretagne.

Titres

- Capitaine de Pontorson et du mont Saint-Michel
- duc de Longueville, en Normandie, en 1364 par le roi de France
- roi de Grenade et duc de Molina, par le roi de Castille
- seigneur de Pontorson en Normandie, en 1376 par le roi de France

Armoiries

Bertrand du Guesclin «D'argent à l'aigle bicéphale éployée de sable becquée et membrée de gueules, à la cotice du même brochant sur le tout » La cotice (ou bâton en bande — quasi-équivalent) est une bande réduite en largeur et était utilisée en général comme brisure pour les cadets - choix surprenant pour Bertrand, qui était l'aîné.

Anecdotes

-«Du Guesclin» est une forme modernisée de son nom, dont on ignore la graphie exacte. Selon certains historiens, le nom des seigneurs de Pontorson, puis de Broons était Du Guerplic. Le connétable lui-même ne nous laisse aucune indication, signant simplement Bertran. Sa mère, Jeanne de Malemains, se désigne elle-même « Uxor domini mei Roberti de Glaquino ». Ce nom de Glaquin, ou plus souvent Claquin, se retrouve chez les poètes du siècle suivant François Villon et Marot. La dalle de la basilique Saint-Sauveur de Dinan sous laquelle est enterrée son cœur mentionne Guéaquin, ce qui est peut-être lié à la légende le faisant descendre d'Aquin ou Haquin, le général mythique qui aurait conduit les armées arabes à la bataille de Poitiers.
- Bien que la plupart des représentations qui ont été faites de lui le montrent avec une épée, du Guesclin n'utilisait pas cette arme avec laquelle il n'était pas très habile, lui préférant une grande hache.
- Du Guesclin est considéré comme "le Ganelon de la Bretagne" par de nombreux nationalistes bretons qui lui reprochent d'avoir fait marcher les troupes du roi de France qu'il commandait en tant que Connétable, sur celles du duché de Bretagne, alors indépendant.
- Un portrait de Du Guesclin radicalement différent est dressé dans le Cycle d'Ogier d'Argouges, une saga historique de Pierre Naudin. Il y est présenté comme un personnage peu recommandable, mal élevé et incapable de prouesses, preuves historiques à l'appui. L'auteur conteste même le "Du" de son nom, affirmant que le personnage s'appelait en réalité Bertrand Guesclin, la marque de noblesse n'ayant été rajoutée que très longtemps après sa mort par des romanciers en manque de héros.
- Il fut pendant longtemps, du milieu du au milieu du , un des héros français qui furent à la République ce que sont les saints aux religions. À cette époque, son histoire, plus ou moins romancée, était présentée comme la vie d'un citoyen modèle, que sa conscience très personnelle avait toujours amené à faire le bien du plus grand nombre, au service de sa patrie.

Voir aussi

Article connexe

- Famille de Laval ===
Sujets connexes
Angleterre   Anjou   Aquin   Bataille d'Auray   Bataille de Cocherel   Bataille de Montiel   Bataille de Nájera   Bataille de Poitiers (732)   Bataille de Pontvallain   Bretagne   Brisure   Broons   Capitaine   Castille   Chambellan   Charles VI de France   Charles V de France   Charles de Blois   Château   Château de la Motte-Broons   Châteauneuf-de-Randon   Combat des Trente   Comté du Maine   Connétable   Dinan   Duc de Lancastre   Duché de Bretagne   Espagne   Eustache Deschamps   Famille de Laval   France   François Villon   Ganelon   Gisant   Grandes compagnies   Guerre de Succession de Bretagne   Guy XII de Laval   Guyenne   Haquin   Henri II de Castille   Henry de Grosmont   Jean Froissart   Jean IV de Bretagne   Jean de Montfort   Jeanne de Laval-Tinténiac   Laval (Mayenne)   Les Iffs   Lieutenant (grade militaire)   Liste de pièces héraldiques   Liste des comtes de Blois   Marot   Normandie   Nîmes   Olivier de Mauny   Ost   Paul Hay du Chastelet (marquis)   Pierre Ier de Castille   Pierre Naudin   Pierre de Villiers   Poitou   Pontorson   Première guerre civile de Castille   Rennes   Royaume de Castille   Royaume de France   Saintonge   Statue équestre   Tiphaine Raguenel   Vitré (Ille-et-Vilaine)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^