Programme commun

Infos
Signé le 26 juin 1972 par le Parti socialiste, le Parti communiste et les radicaux de gauche, le Programme commun prévoyait un grand bouleversement dans les domaines économique, politique et militaire en France. La victoire de François Mitterrand aux élections présidentielles de 1981 l'amène à mettre en pratique une partie de ce programme. À partir de 1983, une partie des réformes déjà réalisées seront annulées.
Programme commun

Signé le 26 juin 1972 par le Parti socialiste, le Parti communiste et les radicaux de gauche, le Programme commun prévoyait un grand bouleversement dans les domaines économique, politique et militaire en France. La victoire de François Mitterrand aux élections présidentielles de 1981 l'amène à mettre en pratique une partie de ce programme. À partir de 1983, une partie des réformes déjà réalisées seront annulées.

Projets

-L'amélioration des conditions de vie et de travail avec la semaine de 35 heures
-La lutte contre le chômage
-La nationalisation de secteurs clés de l'économie française
-Une politique de paix avec l'abandon de la force de frappe nucléaire, la réduction du service militaire à 6 mois, et la dissolution de l'Otan et du pacte de Varsovie sources de tensions internationales.
-Un remaniement de l'Education nationale...

Réalisation

Signée par le PS, le PC et le Mouvement des Radicaux de gauche en 1972, cette union marque le retour de la gauche dans le paysage français de l'après 1958 et le début de l'hégémonie du PS. Elle permit notamment à François Mitterrand d'être le candidat unique de la gauche en 1974 (exception faite d'Arlette Laguiller) et à l'union de gagner une majorité de municipalité aux élections de mars 1977. Mais dès le mois de septembre, face à une surenchère du PC (sûrement sous la pression de l’URSS), Robert Fabre, président des radicaux de gauches, suspend les négociations. Malgré un rabibochage des trois partis entre les deux tours des législatives de 1978, les Français font le « bon choix » (cf. discours du président Giscard d’Estaing de Verdun-sur-le-Doubs) et la droite garde la majorité à l’Assemblée Nationale.

Le désastre économique

Mis en place à partir de l'élection de François Mitterrand en mai 1981, le Programme commun a mené à une perte de confiance et à une fuite importante de capitaux. Face à cette crise et ce « désastre » économique, le président doit revenir sur ses réformes économiques; Pierre Bérégovoy, ministre de l'Économie, des Finances et du Budget du Gouvernement Laurent Fabius, privatise certains secteurs. Les marchés financiers sont partiellement dérégulés. La plupart des entreprises nationalisées entre 1981 et 1984 sont privatisées sous le Gouvernement Jacques Chirac entre 1986 et 1988; à partir de 1984, la France quitte un fonctionnement économique très étatisé et adopte davantage un fonctionnement d'économie sociale de marché. Ce projet, du point de vue économique, aura marqué l'histoire de la France de par son échec retentissant ; il sera une des causes de la faiblesse de la gauche au cours des années suivantes.

Notes et références

Voir aussi

- Loi de nationalisation du 13 février 1982
- Nationalisation

Liens et documents externes

- Catégorie:Parti socialiste (France) Catégorie:Parti communiste français
Sujets connexes
Arlette Laguiller   France   François Mitterrand   Gouvernement Jacques Chirac (2)   Gouvernement Laurent Fabius   Loi de nationalisation du 13 février 1982   Nationalisation   Parti communiste français   Parti radical de gauche   Parti socialiste (France)   Pierre Bérégovoy   Privatisations en France  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^