Louis Pasteur

Infos
Louis Pasteur, né à Dole le 27 décembre 1822 et mort à Marnes-la-Coquette le 28 septembre 1895, est un scientifique français, chimiste et physicien de formation, et un pionnier de la microbiologie. Dole dans le Jura
Louis Pasteur

Louis Pasteur, né à Dole le 27 décembre 1822 et mort à Marnes-la-Coquette le 28 septembre 1895, est un scientifique français, chimiste et physicien de formation, et un pionnier de la microbiologie. Dole dans le Jura

Biographie

Félix Nadar en 1878. Buste de Pasteur à Dole Louis Pasteur est né en 1822 à Dole, petite ville du Jura. Son père, après avoir été sergent dans l’armée napoléonienne, reprit la profession familiale de tanneur. En 1825 la famille quitte Dole pour Marnoz, pour enfin s'installer à Arbois en 1830. Le jeune Pasteur suit à Arbois les cours d'enseignement mutuel puis entre au Collège de la ville. C'est à cette époque qu'il se fait connaître pour ses talents de peintre ; il a d'ailleurs fait de nombreux portraits de membres de sa famille et des habitants de la petite ville. En octobre 1838, il quitte Arbois pour l'Institution Barbet à Paris afin de se préparer au baccalauréat puis aux concours. Cependant, déprimé par cette nouvelle vie, il abandonne cette idée, quitte Paris et termine son année scolaire 1838-1839 au Collège d'Arbois. A la rentrée 1839, il poursuit ses études au collège royal de Franche-Comté, à Besançon. En 1840, il obtient le Baccalauréat ès lettres et puis, en 1842, après un échec, le Baccalauréat ès sciences mathématiques. Pasteur retourne de nouveau à Paris et est finalement admis à l'École normale supérieure en 1843. Il y étudie la chimie et la physique, ainsi que la cristallographie. Il soutient d'ailleurs deux thèses (comme cela se faisait habituellement à l'époque) en 1847, en chimie et en physique. Ses travaux sur la chiralité moléculaire lui vaudront la Médaille Rumford en 1856. Après avoir été professeur à Dijon puis à Strasbourg de 1848 à 1853, il y épouse Marie Laurent, fille du recteur d'Académie. Pasteur est ensuite nommé professeur et doyen de la Faculté des sciences de Lille nouvellement créée. En 1857 il est nommé administrateur chargé de la direction des études à l'Ecole normale supérieure, rue d'Ulm, à Paris. En 1862, il est élu à l'Académie des sciences en remplacement de Henri Hureau de Senarmont. À l'École normale supérieure, Pasteur est jugé autoritaire aussi bien par ses collègues que par les élèves et se heurte à de nombreuses contestations. En 1867, à propos d'un débat au sénat, quatre-vingts élèves de l'École envoient une "adresse" à Sainte-Beuve pour le soutenir dans son combat en faveur de la liberté de la librairie. Deux d'entre eux ayant, contrairement au règlement de l'École, fait publier cette "adresse" dans la presse, Pasteur, avec l'accord du ministre de l'Instruction publique, Victor Duruy, prend des mesures disciplinaires contre lesquelles des élèves manifestent en bloc. L'opposition politique et la presse libérale attaquent Pasteur et Duruy, Duruy revient sur les mesures contre les étudiants, la démission de Pasteur comme administrateur de l'École normale supérieure est acceptée; il reçoit une chaire en Sorbonne et on crée, à l'Ecole normale même, un laboratoire de chimie physiologique dont la direction lui est confiéePatrice Debré, Louis Pasteur, 1994, pp. 149-155.. La défaite de 1870 et la chute de Napoléon III sont un coup terrible pour Pasteur, grand patriote et très attaché à la dynastie impériale. Par ailleurs, il est malade. L'Assemblée nationale lui vote une récompense pour le remercier de ses travaux dont les conséquences économiques sont considérables. En 1874, ses recherches sur la fermentation lui valent la médaille Copley, décernée par la Royal Society, de LondresPatrice Debré, Pasteur, 1994, p. 535.. En 1876, Pasteur se présente aux élections sénatoriales, mais c'est un échecPatrice Debré, Louis Pasteur, 1997, p. 535.. Ses amis croient qu'il va enfin s'arrêter et jouir de sa retraite, mais il reprend ses recherches et conclut ses études sur la fermentation de la bière par la publication d'un livre : Les Études sur la bière (1876)C'est la date indiquée dans l'édition des Œuvres complètes, vol. 5.. En 1885, Pasteur refusa de poser sa candidature aux élections législatives, alors que les paysans de la Beauce, dont il avait sauvé les troupeaux grâce au vaccin contre le charbon, l'auraient sans doute porté à la Chambre des Députés. La découverte du vaccin antirabique (1885) vaudra à Pasteur sa consécration dans le monde : il recevra de nombreuses distinctions. Il meurt le 28 septembre 1895. Les Français auraient voulu qu'il fût enterré au Panthéon de Paris; finalement sa famille décida de l'enterrer dans une crypte de l'Institut Pasteur. Que ce soit de la communauté scientifique, ou l’ensemble de la population : « Pasteur bénéficie encore d'une reconnaissance universelle ». Sur les sentiments religieux attribués à Pasteur, son petit-fils Pasteur Vallery-Radot a fait cette mise au point : « Mon père a toujours eu soin, et ma mère également d'ailleurs, de dire que Pasteur n'était pas pratiquant. Si vous ouvrez la Vie de Pasteur, vous verrez que mon père parle du spiritualisme et non du catholicisme de Pasteur. Je me souviens parfaitement de l'irritation de mon père et de ma mère, quand quelque prêtre, en chaire, se permettait de lui attribuer cette phrase qu'il n'a jamais dite : " J'ai la foi du charbonnier breton. " (...) Toute la littérature qui a été écrite sur le prétendu catholicisme de Pasteur est absolument fausse.Pasteur Vallery-Radot, Lettre à Paul Dupuy, 1939, citée par Hilaire Cuny, Pasteur et le mystère de la vie, Paris, Seghers, 1963, pp. 53-54. »

L'oeuvre de Louis Pasteur

Travaux sur la chiralité des molécules

Dans les travaux que Pasteur a réalisés au début de sa carrière scientifique en tant que chimiste, il résolut en 1849 un problème qui allait par la suite se révéler d'importance capitale dans le développement de la chimie contemporaine : la séparation des deux formes de l'acide tartrique. Une solution de ce composé obtenue à partir d'organismes vivants (spécifiquement dans la lie obtenue lors de la vinification) tournait le plan de la lumière polarisée la traversant, alors qu'une solution de ce composé obtenue par la synthèse chimique ne causait pas cet effet bien que les deux composés aient la même formule brute. En examinant les cristaux de tartrate (base conjuguée de l'acide tartrique) de sodium et d'ammonium, Pasteur remarqua que deux formes de cristaux, image l'une de l'autre dans un miroir coexistaient dans l'échantillon. Il sépara les cristaux manuellement et observa un effet de rotation du plan de polarisation de la lumière, dans un sens opposé pour les deux types de cristaux. Pasteur eut l'intuition de penser que la molécule en question pouvait exister en deux formes asymétriques mettant pour la première fois en évidence la chiralité des molécules . Les travaux de Pasteur dans ce domaine ont abouti, quelques années plus tard à la naissance du domaine de la stéréochimie avec la publication de l'ouvrage la Chimie dans l'Espace par van 't Hoff qui, en introduisant la notion d'asymétrie de l'atome de carbone a grandement contribué à l'essor de la chimie organique moderne Aaron J. Ihde, The development of Modern Chemistry, New York, 1984. (Gerald L. Geison, examinant les cahiers privés de Pasteur, note chez lui une tendance à atténuer sa dette envers Auguste LaurentGerald L. Geison, The private science of Louis Pasteur, éd. Princeton university press, 1995, p. 86-89..)

Génération spontanée

À partir de 1859, Pasteur mène une lutte contre les partisans de la « génération spontanée », en particulier contre Félix-Archimède Pouchet et un jeune journaliste, Georges Clemenceau; ce dernier, médecin, met en cause les compétences de Pasteur, qui ne l'est pas, et attribue son refus de la génération spontanée à un parti-pris idéologique (Pasteur est chrétien). Et ce fut finalement après six années de recherche qu'il démontra la fausseté de cette vieille théorie, selon laquelle « la vie pourrait apparaître à partir de rien, et les microbes être générés spontanément ».

Les questions précises

Le 20 décembre 1858Pouchet, "Note sur les proto-organismes animaux et végétaux nés spontanément dans l'air artificiel et le gaz oxygène"; Pouchet et Houzeau, "Expériences sur les générations spontanées. Deuxième partie : Développement de certains proto-organismes dans de l'air artificiel"; Comptes rendus de l'Académie des Sciences, vol. 47, 1858, pp. 979-982 et 982-984., l'Académie des Sciences prend connaissance de deux notes où Pouchet, naturaliste et médecin rouennais, prétend apporter une preuve définitive de la génération spontanée. Depuis le dix-huitième siècle, partisans et adversaires de cette théorie cherchent à réaliser des expériences décisives à l'appui de leur opinion. Les partisans de la génération spontanée (spontéparistes, hétérogénistes) soutiennent que quand le contact avec l'air fait apparaître sur certaines substances des êtres vivants microscopiques, cette vie tient son origine non pas d'une vie préexistante mais d'un pouvoir génésique de l'air. Pour les adversaires de la génération spontanée, l'air amène la vie sur ces substances non par une propriété génésique mais parce qu'il véhicule des germes d'êtres vivants. En 1837, déjà, Schwann a fait une expérience que les adversaires de la génération spontanée considèrent comme probante en faveur de leur thèse : il a montré que si l'air est chauffé (puis refroidi) avant de pouvoir exercer son influence, la vie n'apparaît pasTh. Schwann, " Vorläufige Mitteilung betreffend Versuche über Weingährung und Fäulniss. ", Annalen der Physik und Chemie, XLI, 1837, p. 184-193. Cité par Pasteur, Mémoire sur les corpuscules organisés qui existent dans l'atmosphère. Examen de la doctrine des générations spontanées., 1861, t. 2 des O. C., p. 217. P. Debré, Louis Pasteur, 1994, p. 177.. À l'époque de la communication de Pouchet, il reste cependant deux points faibles dans la position des adversaires de la génération spontanée : 1° sous certaines conditions, ils obtiennent, sans pouvoir l'expliquer, des résultats apparemment favorables à la génération spontanéePar exemple Th. Schwann, " Vorläufige Mitteilung betreffend Versuche über Weingährung und Fäulniss. ", Annalen der Physik und Chemie, XLI, 1837, p. 184-193. Cité par Pasteur, Mémoire sur les corpuscules organisés qui existent dans l'atmosphère. Examen de la doctrine des générations spontanées., 1861, t. 2 des O. C., p. 217-218. P. Debré, Louis Pasteur, 1994, p. 177. Schwann mentionne les résultats aberrants mais estime pouvoir conclure malgré eux.; 2° les procédés (chauffage, lavage à l'acide sulfurique, filtrage) par lesquels ils débarrassent l'air des germes qu'il pourrait véhiculer sont accusés par les spontéparistes de "tourmenter" l'air et de le priver de son pouvoir génésique« M. Bérard, qui admettait la génération spontanée, prétendait qu'en somme, si même les deux expériences de Schultz et de Schwann étaient positives, cela signifierait tout simplement que des animalcules ne peuvent venir dans de l'air tourmenté par l'acide sulfurique ou par la chaleur rouge. » Pouchet, " Remarques sur les objections (...) ", Comptes rendus de l'Académie des Sciences, vol. 48, 1859, p. 155-156.. Le 3 janvier 1859Milne Edwards, "Remarques sur la valeur des faits qui sont considérés par quelques naturalistes comme étant propres à prouver l'existence de la génération spontanée des animaux", Comptes rendus de l'Académie des Sciences, vol. 48, 1859, pp. 23-36., l'Académie des Sciences discute la note de Pouchet. Tous les académiciens qui participent à cette discussion : Milne Edwards, Payen, Quatrefages, Claude Bernard et Dumas, alléguant des expériences qu'ils ont faites eux-mêmes, s'expriment contre la génération spontanée, qui, d'ailleurs, est alors devenue une doctrine minoritaire. Pouchet riposte. « Personne », raconte Pasteur, « ne sut indiquer la véritable cause d'erreur de ses expériences, et bientôt l'Académie, comprenant tout ce qui restait encore à faire, propose pour sujet de prix la question suivante : Essayer, par des expériences bien faites, de jeter un jour nouveau sur la question des générations spontanées.Pasteur, Mémoire sur les corpuscules organisés qui existent dans l'atmosphère. Examen de la doctrine des générations spontanées., 1861, t. 2 des O. C., p. 223. La question fut posée par l'Académie des Sciences dans sa séance du 30 janvier 1860; Comptes rendus de l'Acad. des Sciences, L, 1860, p. 248. » C'est Pasteur qui obtint le prix, pour son Mémoire sur les corpuscules organisés qui existent dans l'atmosphère. Examen de la doctrine des générations spontanées. (1861). Jean Rostand récapitule ainsi ce que Pasteur, dans ce Mémoire, apportait de neuf par rapport aux nombreux savants qui avaient combattu avant lui la théorie de la génération spontanée : « Spallanzani ayant fait voir que, contrairement à l'affirmation de Needham, les microorganismes ne naissent point dans des infusions chauffées en vase clos, 1° Schwann montre que les infusions chauffées ne donnent pas naissance à des microorganismes, même quand on leur fournit de l'air, pourvu que celui-ci ait été porté à une haute température; 2° Pasteur montre que les infusions chauffées ne donnent pas naissance à des microorganismes, même quand on leur fournit de l'air naturel, pourvu que celui-ci ait été débarrassé mécaniquement de ses germes; 3° Pasteur, enfin, montre que des milieux organiques, même non chauffés, ne donnent pas naissance à des microorganismes pourvu qu'on leur fournisse un air débarrassé de germes par le chauffage.Jean Rostand, La genèse de la vie. Histoire des idées sur la génération spontanée, tirage 1946, p. 134. » Le moyen mécanique (sans chauffage) de débarrasser l'air de ses germes, dont il est question au point 2°, consiste à munir un flacon d'un col en S (col de cygne) : dans un nombre appréciable de cas, l'air qui a traversé les sinuosités ne provoque pas l'apparition d'êtres vivants au fond du flacon alors qu'il la provoque sur une goutte placée à l'entrée du circuit. « Cette belle expérience avait été suggérée à Pasteur par le chimiste Balard; Chevreul, de son côté, en avait fait d'analoguesJean Rostand, La genèse de la vie. Histoire des idées sur la génération spontanée, tirage 1946, p. 112. C'est le pasteurien Émile Duclaux qui, dans son livre Pasteur, histoire d'un esprit, 1896, p. 138, a montré dans quelles circonstances Balard, qui s'était satisfait très tôt de sa part de gloire, donna à Pasteur l'idée des ballons à col de cygne.. » Un autre élément de l'apport de Pasteur fut une critique féconde des travaux de ses prédécesseurs. Ainsi, il comprit que certains résultats, apparemment favorables à la génération spontanée, signalés même par Schwann (dont d'autres expériences étaient considérées comme réfutant la génération spontanée), étaient dus à ce qu'on utilisait la cuve à mercure pour empêcher la pénétration de l'air ambiant : le mercure, tout simplement, est lui-même très saleÉmile Duclaux, Pasteur, histoire d'un esprit, 1896, p. 130; Jean Rostand, La genèse de la vie. Histoire des idées sur la génération spontanée, tirage 1946, p. 130.. (Note : la controverse Pasteur-Pouchet est également abordée dans l'article Controverse scientifique.)

Fermentation

De 1857 à 1867, Pasteur étudie la fermentation du vin et les levures. C. Galey, J. Potus et J. Adrian écrivent un peu schématiquement : « La connaissance scientifique de la levure fut établie au XIXe siècle par Cagniard de Latour qui découvre sa nature vivante, par Payen qui établit sa composition chimique et Pasteur qui décrit son métabolisme.C. Galey, J. Potus et J. Adrian, L'emploi de la levure en alimentation, de l'Antiquité à nos jours, Médecine et nutrition, 1994, vol. 30, n° 6, pp. 299-306. » En fait, c'est Adamo Fabbroni qui, en 1787, dans son Ragionamento sull'arte di far vino (Florence), soutint le premier que la fermentation du vin est produite par une substance vivante présente dans le moûtHarry W. Paul, Science, Vine and Wine in Modern France, Cambridge University Press, 2002, p. 123 (consultable sur Internet). L. Pasteur, dans son Mémoire sur la fermentation alcoolique, Annales de Chimie et de Physique, Vol. 58, 3e série, 1860, pp. 323-426 (Œuvres complètes, t. 2, pp. 80-81 et 83-84), rappelle le rôle de Fabbroni (1787), de Cagniard de Latour (1836) et de Schwann (1837) dans la connaissance du rôle des organismes vivants dans la fermentation..

La fermentation anaérobie et l' « effet Pasteur ».

Au cours de ses travaux sur les fermentations, Pasteur découvre un fait jusqu'alors insoupçonné : la possibilité de certains organismes de vivre en l'absence d'oxygène libre (c'est-à-dire en l'absence d'air), en empruntant l'oxygène nécessaire à des corps composés. Il appelle ces organismes anaérobies. (Les mots aérobie et anaérobie sont de lui.) Ainsi, dans le cas de la fermentation alcoolique, la levure tenue à l'abri de l'air vit en provoquant aux dépens du sucre une réaction chimique qui libère l'oxygène dont elle a besoin et provoque en même temps l'apparition d'alcool. En revanche, si la levure se trouve en présence d'oxygène libre, elle se développe facilement à l'aide de cet oxygène et la fermentation productrice d'alcool est faible. Ces rendements contraires en levure et en alcool sont un cas particulier de ce qu'on appelle maintenant « l'effet Pasteur »Hilaire Cuny, Pasteur et le mystère de la vie, Paris, Seghers, 1963, p. 95. André Pichot, Introduction au chapitre des fermentations dans : Louis Pasteur, Écrits scientifiques et médicaux, Choix, présentation et notes par André Pichot, Paris, Flammarion, p. 49. On a fait abstraction d'un "tout se passe comme si" d'A. Pichot..

Débat sur le rôle exact des agents vivants dans la fermentation

Berzélius et Liebig (Liebig de façon plus nuancée) avaient eu une conception purement catalytique de la fermentation, qui excluait le rôle d'organismes vivants, et ils avaient combattu les travaux de Cagniard de Latour, qui, en 1836 et en 1838, avaient montré que la levure de bière était un micro-organisme. Pasteur « dispose d'une première orientation donnée par Cagniard de Latour; il la développe et montre que c'est en tant qu'être vivant que la levure agit, et non en tant que matière organique en décomposition.André Pichot, introduction au chapitre des fermentations dans : Louis Pasteur, Écrits scientifiques et médicaux, Choix, présentation et notes par André Pichot, Paris, Flammarion, pp. 46-47, avec référence précise aux publications de Cagniard de Latour et de Liebig. Pour Berzélius, voir Hilaire Cuny, Pasteur et le mystère de la vie, Paris, Seghers, 1963, p. 86. Cuny, p. 87, cite une phrase de Liebig qui montre que sa position était plus nuancée que celle de Berzelius. » Toutefois, certains faits (« diastase » préparée en 1833 par Payen et Persoz...) allaient dans le sens de la conception catalytique de Liebig et, en 1860, Marcellin Berthelot, dans une note à l'Académie des sciences, proposa une synthèse entre cette conception et celle de Cagniard de Latour : la fermentation n'est pas produite directement par les êtres vivants qui en sont responsables couramment (levures etc.) mais par des substances non vivantes, des « ferments solubles » (on dira plus tard « zymases », puis « enzymes »), substances elles-mêmes produites par les êtres vivants en questionM. Berthelot, « Sur la fermentation glucosique du sucre de canne », Comptes rendus de l'Académie des sciences, vol. 50, 1860, pp. 980-984, spéc. 983. Cité par Jean Jacques : Berthelot. Autopsie d'un mythe, Belin, 1987, p. 150 et 280. Voir aussi André Pichot, introduction au chapitre des fermentations dans : Louis Pasteur, Écrits scientifiques et médicaux, Choix, présentation et notes par André Pichot, Paris, Flammarion, pp. 47-48. En 1878, Berthelot publia un travail posthume de Claude Bernard qui donnait tort à Pasteur. Sur l'âpre polémique qui en résulta entre Pasteur et Berthelot, voir , qui renvoie au livre de Jean Jacques.. On s'accorde à penser que Pasteur fut incapable de comprendre ces faits (consacrés depuis par les travaux d' Eduard Buchner), même quand une publication posthume de Claude Bernard les affirma. On met cette erreur de Pasteur sur le compte de son vitalisme, qui l'empêcha aussi de comprendre le rôle des toxines et d'admettre en 1881, lors de sa rivalité avec Toussaint dans la course au vaccin contre le charbon, qu'un vaccin « tué » pût être efficaceFrançois Dagognet, Méthodes et doctrines dans l'œuvre de Pasteur, Paris, PUF, 1967; rééd. en 1994 sous le titre Pasteur sans la légende, pp. 208, 211, 298...; André Pichot, Introduction générale à : Louis Pasteur, Écrits scientifiques et médicaux, Choix, présentation et notes par André Pichot, Paris, Flammarion, 1994, p. 18.. Les travaux de Pasteur sur la fermentation ont été, dans les années 1970 et 1980, au cœur d'un débat entre théoriciens « internalistes » et « externalistes » des sciencesVoir un résumé dans P. Thuillier, D'Archimède à Einstein, 1988, pp. 281-300..

Les maladies du vin et la pasteurisation

En 1863, il y a déjà quelques années que les maladies des vins français grèvent lourdement le commerce. Napoléon III demande à Pasteur, spécialiste de la fermentation et de la putréfaction, de chercher un remède. Pasteur propose de chauffer le vin à 57°C afin de tuer les germes et résout ainsi le problème de sa conservation et du transport, c'est la pasteurisation. Il a au sujet de ce procédé une querelle de priorité avec l'œnologue Alfred de Vergnette de Lamotte, dans laquelle les savants Balard et Thenard prennent parti respectivement pour Pasteur et pour VergnetteP. Debré, Louis Pasteur, Flammarion, 1994, pp. 241, 256-258. À propos des querelles de priorité qu'on fit à Pasteur en matière de chauffage du vin, René Dubos écrit : « Ces polémiques ont perdu tout intérêt aujourd'hui, si ce n'est de mettre en lumière l'écrasante supériorité des techniques fondées sur une théorie rationnelle par rapport aux procédés de l'empirisme. De toute antiquité, on avait sporadiquement appliqué la chaleur au vin, et certains vignerons savaient qu'on peut y parvenir dans certaines conditions sans en altérer le goût. Mais c'est Pasteur qui le premier a donné une base rationnelle aux traditions empiriques. Ce sont ces études théoriques qui ont permis de mettre au point des techniques standardisées et sûres pour la conservation non seulement du vin, mais aussi des autres liquides périssables ». (René Dubos, Louis Pasteur franc-tireur de la science, rééd. 1995, p. 180; traduction d'un livre publié en anglais la première fois en 1950; première traduction française en 1955). Toutefois, Pierre-Yves Laurioz, Louis Pasteur, la réalité après la légende, Paris, 2003, pp. 109-142, plaide la priorité de Vergnete..

De la fermentation aux maladies contagieuses

La théorie de l'origine microbienne des maladies contagieuses existait depuis longtemps à l'état d'hypothèse quand, en 1835, Agostino Bassi la prouva pour la première fois dans un livre sur la muscardine, une des maladies du ver à soie. Avant Pasteur, donc, on connaissait l’existence des microbes, et des germes. Les travaux de Pasteur sur la fermentation, toutefois, stimulèrent le développement de la théorie microbienne des maladies contagieuses. Davaine, au début de ses publications de 1863, qui sont maintenant considérées comme la première preuve de l'origine microbienne d'une maladie transmissible à l'homme, écrivait « M. Pasteur, en février 1861, publia son remarquable travail sur le ferment butyrique, ferment qui consiste en petites baguettes cylindriques, possédant tous les caractères des vibrions ou des bactéries. Les corpuscules filiformes que j'avais vus dans le sang des moutons atteints de sang de rate ayant une grande analogie de forme avec ces vibrions, je fus amené à examiner si des corpuscules analogues ou du même genre que ceux qui déterminent la fermentation butyrique, introduits dans le sang d'un animal, n'y joueraient pas de même le rôle d'un ferment.C. Davaine, "Recherches sur les infusoires du sang dans la maladie connue sous le nom de sang de rate - Comptes rendus de l'Académie des Sciences, 1863, vol. 57, p. 221. (Consultable sur le site Gallica). Cité par Jean Théodoridès ; - p. 159. ». Pasteur lui-même, en 1880, rappelle ses travaux sur les fermentations et ajoute : « La médecine humaine, comme la médecine vétérinaire, s'emparèrent de la lumière que leur apportaient ces nouveaux résultats. On s'empressa notamment de rechercher si les virus et les contages ne seraient pas des êtres animés. Le docteur Davaine (1863) s'efforça de mettre en évidence les fonctions de la bactéridie du charbon, qu'il avait aperçue dès l'année 1850L. Pasteur, " Sur les maladies virulentes, et en particulier sur la maladie appelée vulgairement choléra des poules. ", Comptes rendus de l'Académie des Sciences, séance du 9 février 1880, t. 90, 1880, p. 239-248; Bulletin de l'Académie de médecine, séance du 10 février 1880, 2e série, t. 9, p. 121-134; O. C., vol. 6, p. 291-303, spéc. p. 292.. »

De la fermentation à la pathologie chirurgicale : antisepsie et asepsie

Le chirurgien anglais Joseph Lister, après avoir lu les travaux de Pasteur sur la fermentation (où la putréfaction est expliquée, comme la fermentation, par l'action d'organismes vivants), se convainc que l'infection postopératoire (volontiers décrite à l'époque comme une pourriture, une putréfaction) est due elle aussi à des organismes microscopiques. Ayant lu ailleurs que l'acide phénique (phénol) détruisait les entérozoaires qui infectaient certains bestiaux, il lave les blessures de ses opérés à l'eau phéniquée et leur applique un coton imbibé d'acide phénique. Le résultat est une réduction drastique de l'infection et de la mortalité. Lister publie sa théorie et sa méthode en 1867, en les rattachant explicitement aux travaux de PasteurP. Debré, Louis Pasteur, 1994, p. 296-297.. Dans une lettre de 1874, il remercie Pasteur « pour m'avoir, par vos brillantes recherches, démontré la vérité de la théorie des germes de putréfaction, et m'avoir ainsi donné le seul principe qui ait pu mener à bonne fin le système antiseptique.Cité par P. Debré, Louis Pasteur, Paris, 1994, pp. 299-300. » L'antisepsie listérienne, dont l'efficacité triomphera en quelques années des résistances des attardés, est, au point de vue théorique, une branche importante de la théorie microbienne. Sur le plan pratique, toutefois, elle n'est pas entièrement satisfaisante : Lister, qui n'a pensé qu'aux germes présents dans l'air, et non à ceux que propagent les mains des opérateurs et les instruments et les tissus qu'ils emploient, attaque les microbes dans le champ opératoire, en vaporisant de l'acide phénique dans l'air et en en appliquant sur les plaies. C'est assez peu efficace quand il faut opérer en profondeur et, de plus, l'acide phénique a un effet caustique sur l'opérateur et sur le patient. On cherche donc bientôt à prévenir l'infection (asepsie) plutôt qu'à la combattre (antisepsie)P. Debré, Louis Pasteur, Paris, 1994, p. 301.. Pasteur « est de ceux qui cherchent à dépasser l'antisepsie par l'asepsieP. Debré, Louis Pasteur, 1994, p. 307. L'expression « Pasteur est de ceux » de P. Debré suggère que l'asepsie post-listérienne n'est pas le fait du seul Pasteur. En 1874, par exemple, Félix Terrier, qui ne s'initiera que plus tard à la bactériologie, pratique l'asepsie « en quelque sorte par intuition ». (Ém. Lagrange, Monsieur Roux, Bruxelles, 1954, p. 83.). » À la séance du 30 avril 1878 de l'Académie de médecine, il attire l'attention sur les germes propagés par l'eau, l'éponge ou la charpie avec lesquelles les chirurgiens lavent ou recouvrent les plaies et leur recommande de ne se servir que d'instruments d'une propreté parfaite, de se nettoyer les mains puis de les soumettre à un flambage rapide, de n'employer que de la charpie, des bandelettes et des éponges préalablement exposées à la température de 130 à 150 degrés et de l'eau qui aurait subi la température de 110 à 120 degrés. Les germes en suspension dans l'air autour du lit du malade étant beaucoup moins nombreux que dans l'eau et à la surface des objets, ces précautions permettraient d'utiliser un acide phénique assez dilué pour ne pas être caustiquePasteur, Joubert et Chamberland, « La théorie des germes et ses applications à la médecine et à la chirurgie », Bulletin de l'Académie de médecine, 2e série, t. 7, 1878, p. 446. Communication publiée sous le même titre dans les Comptes rendus de l'Académie des Sciences, séance du 29 avril 1878 (t. 86, 1878, pp. 1037-1043), mais la partie contenant les recommandations de stérilisation a été supprimée pour ne pas dépasser la longueur réglementaire. À la séance du 5 janvier 1874 de l'Académie des Sciences, Pasteur avait déjà dit : « Si j'avais l'honneur d'être chirurgien, jamais je n'introduirais dans le corps de l'homme un instrument quelconque sans l'avoir fait passer dans l'eau bouillante et mieux encore dans la flamme tout aussitôt avant l'opération, et refroidir rapidement. » (Comptes rendus de l'Académie des Sciences, t. 78 (1874), pp. 46-47.. Certe, ces recommandations n'étaient pas d'une nouveauté absolue : Semmelweis et d'autres avant lui (par exemple Jacques Mathieu Delpech) avaient déjà compris que les auteurs des actes médicaux pouvaient eux-mêmes transmettre l'infection, et ils avaient fait des recommandations en conséquence, mais les progrès de la théorie microbienne avaient tellement changé les données que les conseils de Pasteur reçurent beaucoup plus d'audience que ceux de ses prédécesseurs. En préconisant ainsi l'asepsie, Pasteur traçait une voie qui serait suivie par Ernst von Bergmann et William S. HalstedP. Debré, Louis Pasteur, Paris, 1994, p. 310. On notera que, contrairement à ce qui est dit ou semble dit , la phrase « Au lieu de s'ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il plus raisonnable de ne pas en introduire ? » ne figure pas dans la communication que Pasteur fit à l'Académie des sciences le 29 avril 1878 et à l'Académie de médecine le lendemain..

Bactérie des vers à soie

Telle est la version de Pasteur et de ses admirateurs. Selon d'autres auteursPhilippe Decourt, Les vérités indésirables, Paris, 1989, pp. 165-193. Voir détails dans l'article Antoine Béchamp., Antoine Béchamp, qui étudia la pébrine en même temps que Pasteur, affirma d'emblée la nouveauté de cette maladie et sa nature parasitaire, idées justes que Pasteur combattit longtemps avec violence. Quant aux moyens que Pasteur conseilla pour lutter contre la maladie, les plus raisonnables avaient été proposés avant lui et n'enrayèrent de toute façon pas la décadence de la sériciculture française. Quoi qu'il en soit, les travaux de Pasteur sur les maladies des vers à soie ne se prêtent pas à une illustration facile du génie de leur auteur. Ainsi, André Pichot a choisi de ne pas les faire figurer dans son anthologie d'écrits de Pasteur car « Il est très difficile d'en extraire des passages significatifsAndré Pichot, dans Louis Pasteur, Écrits scientifiques et médicaux, Paris, Flammarion, 1994, p. 196. ».

Le vaccin contre le choléra des poules

À partir de 1876, il travaille successivement sur le filtre et l'autoclave mis au point par Charles Chamberland (1851-1908) et aussi sur le flambage des vases. Suite aux études de Robert Koch, Pasteur découvre le staphylocoque. Pendant six ans, le Français et l'Allemand étudient les maladies et leurs microbes. Durant l'été 1879, Pasteur et ses collaborateurs, Émile Roux et Émile Duclaux, découvrent que les poules auxquelles on a inoculé des cultures vieillies du microbe du choléra des poulesCe microbe était connu depuis quelques années. "D'après les recherches de Moritz, renferme parfois des bactéries. Ici encore il faudrait de nouvelles recherches pour bien spécifier la nature et l'espèce des microphytes (...) " (Dictionnaire de médecine, de chirurgie et d'hygiène vétérinaires de L. H. J. Hurtrel d'Arboval, refondu par A. Zundel, t. 2, Paris, 1875, p. 467.) "La maladie est produite par un organisme microscopique, lequel, d'après le dictionnaire de Zundel, aurait été soupçonné en premier lieu par M. Moritz, vétérinaire de la haute Alsace, puis a été mieux figuré en 1878 par Perroncito, vétérinaire de Turin, et enfin retrouvé en 1879 par M. Toussaint, professeur à l'école vétérinaire de Toulouse, qui a démontré par la culture du petit organisme dans l'urine neutralisée que celui-ci était bien l'auteur de la virulence du sang." L. Pasteur, "Sur les maladies virulentes, et en particulier sur la maladie appelée vulgairement choléra des poules", Comptes Rendus de l'Acad. des Sciences, séance du 9 février 1880, XC, p. 239-248; Bulletin de l'Acad. de médecine, séance du 10 février 1880, 2e sér., IX, p. 121-134; Paris, 1880 (brochure); Recueil de médecine vétérinaire, 6e sér., VII, 1880, p. 125-135. (O. C., vol. 6, p. 291-303, spéc. p. 294.) "Certains vétérinaires y avaient soupçonné l'existence de petits ferments animés, de bactéries, notamment un élève de M. Zundel. Il a été signalé aussi par un vétérinaire de Turin et par un professeur de Toulouse, M. Toussaint. C'est de M. Toussaint que j'ai eu la première petite quantité de sang provenant d'une poule morte de ce qu'on désigne par choléra des poules." (L. Pasteur, "Sur les virus-vaccins du choléra des poules et du charbon", Comptes rendus des travaux du Congrès international des directeurs des stations agronomiques, session de Versailles, juin 1881. Paris, 1881, 4e séance, 22 juin 1881, p. 151-162. (O. C., vol. 6, p. 358-369, spéc. p. 359.) non seulement ne meurent pas mais résistent à de nouvelles infections - c'est la découverte d'un vaccin d'un nouveau type : contrairement à ce qui était le cas dans la vaccination contre la variole, on ne se sert pas, comme vaccin, d'un virus bénin fourni par la nature (sous forme d'une maladie bénigne qui immunise contre la maladie grave) mais on provoque artificiellement l'atténuation d'une souche initialement très virulente et c'est le résultat de cette atténuation qui est utilisé comme vaccin « En 1880, M. Pasteur découvrait précisément le premier exemple d'une maladie (choléra des poules) produite par un microbe spécial, lequel, par un artifice particulier, pouvait être privé d'une partie de sa virulence et être ensuite inoculé sans danger aux poules. Par ce virus atténué on pouvait communiquer aux poules une maladie bénigne; et, à la suite de cette légère atteinte, elles étaient préservées contre la maladie mortelle. » (Ch. Chamberland, Le charbon et la vaccination charbonneuse, Paris, 1883, p. 94, cité par A. Cadeddu, Les vérités de la science, Florence, 2005, p. 109.). S'il faut en croire la version célèbre de René Vallery-RadotReproduite par A. Cadeddu, Les vérités de la science, Florence, 2005, p. 108. et d'Émile Duclaux, Reproduite par A. Cadeddu, ouvr. cité, p. 110, et résumée par P. Debré, Louis Pasteur, 1997, p. 404.c'est en reprenant de vieilles cultures oubliées (ou laissées de côté pendant les vacances) qu'on se serait aperçu avec surprise qu'elles ne tuaient pas et même immunisaient. Il y aurait là un cas de sérendipité. A. CadedduOuvr. cité, p. 122., toutefois, rappelle que « depuis les années 1877-1878, possédait parfaitement le concept d'atténuation de la virulence ». C'est un des motifs pour lesquels CadedduOuvr. cité, p. 105-125., à la suite de Mirko D. Grmek, met en doute le rôle allégué du hasard dans la découverte du procédé d'atténuation de la virulence et pense que cette atténuation a sûrement été recherchée activement, ce que les notes de laboratoire de Pasteur semblent bien confirmer Au vu des notes de laboratoire et des curieuses réticences de Pasteur à indiquer dans ses publications la nature exacte du procédé (il ne le fera jamais, voir ouvr. cité, p. 122), Cadeddu conjecture (ouvr. cité, p. 114-115) que Pasteur a évité de reconnaître le rôle de son collaborateur Roux, qui aurait suggéré très tôt à Pasteur d'utiliser l'oxygène comme agent d'atténuation, suggestion dont Pasteur aurait tardé à comprendre la valeur. A. Cadeddu avait déjà traité cette question dans son article « Pasteur et le choléra des poules. Révision critique d'un récit historique », History and Philosophy of the Life Science, 1985, t. VII. Patrice Debré, Louis Pasteur, 1997, qui cite cet article dans sa bibliographie, p. 545, écrit dans le corps de son livre, p. 404, après avoir reproduit la version de la découverte fortuite : « Une autre version des mêmes faits, reconstituée à partir des archives de Pasteur, fait une part moins belle au hasard et c'est Roux, plus que son patron, qui en est le héros. En l'absence de Pasteur, le jeune médecin, persuadé qu'il est possible d'agir sur la virulence, a l'idée de faire passer un courant d'oxygène sur une culture, puis de comparer l'effet du microbe ainsi modifié. ». Dans sa double communication du 26 octobre 1880 à l'Académie des Sciences et à l'Académie de médecine, Pasteur attribue l'atténuation de la virulence au contact avec l'oxygène. Il dit que des cultures qu'on laisse vieillir au contact de l'oxygène perdent de leur virulence au point de pouvoir servir de vaccin, alors que des cultures qu'on laisse vieillir dans des tubes à l'abri de l'oxygène gardent leur virulence. Il reconnaît toutefois dans une note de bas de page que l'oxygène ne joue pas toujours son rôle d'atténuation, ou pas toujours dans les mêmes délais : « Puisque, à l'abri de l'air, l'atténuation n'a pas lieu, on conçoit que, si dans une culture au libre contact de l'air (pur) il se fait un dépôt du parasite en quelque épaisseur, les couches profondes soient à l'abri de l'air, tandis que les superficielles se trouvent dans de tout autres conditions. Cette seule circonstance, jonte à l'intensité de la virulence, quelle que soit, pour ainsi dire, la quantité du virus employé, permet de comprendre que l'atténuation d'un virus ne doit pas nécessairement varier proportionnellement au temps d'exposition à l'air.(Pasteur, O. C., vol. 6, p. 329.) » Ph. DecourtPhilippe Decourt, Les vérités indésirables, Paris, 1989, p. 232. faisait ce commentaire : « Dans ces conditions, il est impossible de parler d'un procédé de vaccination. On est obligé de constater qu'à la fin d'octobre 1880, Pasteur n'en a encore aucun. » On lit dans en date du 14 janvier 2005 : « Pasteur travailla sur un vaccin contre le choléra des poules, mais sans grand succès. Depuis Pasteur, il y eut plusieurs tentatives de produire un vaccin efficace contre le choléra des poules. Une immunité substantielle mais non absolue peut être conférée à la volaille, dans des conditions contrôlées, à l'aide de vaccins tués de Pasteurella multocida. »

Le vaccin contre la maladie du charbon

Le 5 mai 1881, lors de la célèbre expérience de Pouilly-le-Fort, un troupeau de moutons est vacciné contre la maladie du charbon à l'aide d'un vaccin mis au point par Pasteur et ses assistants. Cette expérience fut un succès complet. Certains auteurs reprochent à Pasteur d'avoir induit le public scientifique en erreur sur la nature exacte du vaccin utilisé. Cette question fait l'objet d'un article à part, le "Secret de Pouilly-le-Fort".

La rage

Pasteur étant souvent accusé, notamment sur Internet, d'avoir usurpé une part de gloire qui revenait à ses devanciers, on va donner ici un tableau des résultats sur la rage auxquels on était parvenu avant son entrée en scène. En 1879, Paul-Henri DubouéPaul-Henri Duboué, De la physiologique pathologique et du traitement de la rage, Paris, 1879. Cité par Jean Théodoridès, Histoire de la rage, Paris, Masson, 1986, p. 184. dégage de divers travaux de l'époque une « théorie nerveuse » de la rage : « Dans cette hypothèse, le virus rabique s'attache aux fibrilles nerveuses mises à nu par la morsure et se propage jusqu'au bulbe ». Le rôle important (mais non exclusif) de la voie nerveuse dans la transmission du virus de la rage fut plus tard confirmé expérimentalement par Pasteur et ses assistants. La même année 1879, Galtier montre qu'on peut utiliser le lapin, beaucoup moins dangereux que le chien, comme animal d'expérimentation. Il envisage aussi de mettre à profit la longue durée d'incubation (c'est-à-dire la longue durée que le virus met à atteindre les centres nerveux) pour faire jouer à un moyen préventif (qu'il en est encore à chercher ou à expérimenter) un rôle curatif : « J'ai entrepris des expériences en vue de rechercher un agent capable de neutraliser le virus rabique après qu'il a été absorbé et de prévenir ainsi l'apparition de la maladie, parce que, étant persuadé, d'après mes recherches nécroscopiques, que la rage une fois déclarée est et restera longtemps, sinon toujours incurable, à cause des lésions qu'elle détermine dans les centres nerveux, j'ai pensé que la découverte d'un moyen préventif efficace équivaudrait presque à la découverte d'un traitement curatif, surtout si son action était réellement efficace un jour ou deux après la morsure, après l'inoculation du virus »V. Galtier, « Études sur la rage », Rec. Méd. vét., 6, 2e série, n° 17, 1879, 857-67; Ann. méd. vét., 28, 1879, 627-39; conclusions in : Comptes Rendus de l'Académie des Sciences, 89, 1879, 444-6. Cité par Jean Théodoridès, Histoire de la rage, Paris, 1986, p. 191.. » (On notera que Galtier ne précise pas que le moyen préventif auquel il pense doive être un vaccin.) Dans une note de 1881V. Galtier, « Transmission du virus rabique », Bulletin de l'Académie de Médecine, 2e série, 10, 1881, 90-94. Cité par J. Théodoridès, Histoire de la rage, Paris, Masson, 1986, p. 192., il signale notamment qu'il semble avoir conféré l'immunité à un mouton en lui injectant de la bave de chien enragé par voie sanguine. (L'efficacité de cette méthode d'immunisation des petits ruminants : chèvre et mouton, par injection intraveineuse sera confirmée en 1888 par deux pasteuriens, Nocard et RouxE. Nocard et É. Roux, « Expériences sur la vaccination des ruminants contre la rage par injections intraveineuses du virus rabique», Annales de l'Institut Pasteur, 2, 1888, 341-353. Cité par J. Théodoridès, Histoire de la rage, Paris, 1986, p. 197..) Dans cette même note, toutefois, Galtier répète une erreur qu'il avait déjà commise dans son Traité des maladies contagieuses de 1880 : parce qu'il n'a pas pu transmettre la maladie par inoculation de fragments de nerfs, de moelle ou de cerveau, il croit pouvoir conclure que, chez le chien, le virus n'a son siège que dans les glandes linguales et la muqueuse bucco-pharyngienne. Les choses en sont là quand Pasteur, en 1881, commence ses publications sur la rage. Dans une note du 30 mai de cette annéePasteur, Chamberland, Roux et Thuillier, « Sur la rage », Comptes rendus de l'Académie des Sciences, 92, 1881, 1259-60. Cité par J. Théodoridès, Histoire de la rage, Paris, Masson, 1986, pp. 202-3., il rappelle la « théorie nerveuse » de Duboué et l'incapacité où Galtier a dit être de confirmer cette théorie en inoculant de la substance cérébrale ou de la moelle de chien enragé. « J'ai la satisfaction d'annoncer à cette Académie que nos expériences ont été plus heureuses », dit Pasteur, et dans cette note de deux pages, il établit deux faits importants : 1° le virus rabique ne siège pas uniquement dans la salive, mais aussi, et avec une virulence au moins égale, dans le cerveau; 2° l'inoculation directe de substance cérébrale rabique à la surface du cerveau du chien par trépanation communique la rage à coup sûr, avec une incubation nettement plus courte (mort en moins de trois semaines) que dans les circonstances ordinaires, ce qui fait gagner un temps précieux aux expérimentateurs. Dans cette note de 1881, Galtier n'est nommé qu'une fois, et c'est pour être contredit (avec raison). En décembre 1882Pasteur, Chamberland, Roux et Thuillier, Nouveaux faits pour servir à la connaissance de la rage, Comptes rendus de l'Académie des Sciences, 95, 1882, 1187-92; Bulletin de l'Académie de Médecine, 2e série, 11, 1882, 1440-45; cité par J. Théodoridès, Histoire de la rage, Paris, 1986, p. 203., nouvelle note de Pasteur et de ses collaborateurs, établissant que le système nerveux central est le siège principal du virus, où on le trouve à l'état plus pur que dans la salive, et signalant des cas d'immunisation d'animaux par inoculation du virus, autrement dit des cas de vaccination. Galtier est nommé deux fois en bas de page, tout d'abord à propos des difficultés insurmontables auxquelles se heurtait l'étude de la rage avant l'intervention de Pasteur, notamment parce que « la salive était la seule matière où l'on eût constaté la présence du virus rabique» (suit une référence à Galtier) et ensuite à propos de l'absence d'immunisation que les pasteuriens ont constatée chez le chien après injection intraveineuse : « Ces résultats contredisent ceux qui ont été annoncés par M. Galtier, à cette Académie, le 1er août 1881, par des expériences faites sur le mouton. » Galtier, en 1891Seconde édition de son Traité des maladies contagieuses, 1891, vol. 2, p. 141. Cité par J. Théodoridès, Histoire de la rage, Paris, Masson, 1986, p. 198. puis en 1904V. Galtier, « Une page d'histoire. Découverte de l'immunité rabique. Vaccination antirabique par injection intraveineuse », J. Méd. Vét. Zoot. (Lyon), 55, 1904, 274-77. Cité par J. Théodoridès, Histoire de la rage, Paris, Masson, 1986., se montra ulcéré de cette critique contre sa méthode d'immunisation des petits ruminants par injection intraveineuse, dont l'efficacité fut confirmée en 1888 par deux pasteuriens, Roux et NocardE. Nocard et É. Roux, « Expériences sur la vaccination des ruminants contre la rage par injections intraveineuses du virus rabique», Annales de l'Institut Pasteur, 2, 1888, 341-353. Cité par J. Théodoridès, Histoire de la rage, Paris, 1986, p. 197.. Deux notes de févrierPasteur, Chamberland et Roux, « Nouvelle communication sur la rage », Comptes rendus de l'Académie des Sciences, 98, 1884, 457-63; Bulletin de l'Académie de médecine, 2e série, 13, 1884, 337-44. Cité par J. Théodoridès, Histoire de la rage, Paris, Masson, 1986, pp. 203-204. et maiPasteur, Chamberland et Roux, « Sur la rage », Comptes rendus de l'Académie des Sciences, 98, 1884, 1229-31; Bulletin de l'Académie de médecine, 2e série, 13, 1884, 661-64. Cité par J. Théodoridès, Histoire de la rage, Paris, Masson, 1986, p. 204. 1884 sont consacrées à des méthodes de modification du degré de virulence par passages successifs à l'animal (exaltation par passages successifs aux lapins, atténuation par passages successifs aux singes). Les auteurs estiment qu'après un certain nombre de passages chez des animaux d'une même espèce, on obtient un virus fixe, c'est-à-dire un virus dont les propriétés resteront immuables lors de passages subséquents. (En 1935, P. Lépine montra que cette fixité était moins absolue qu'on ne le croyait et qu'il était nécessaire de contrôler le degré de virulence et le pouvoir immunogène des souches «fixes»J. Théodoridès, Histoire de la rage, Paris, Masson, 1986, p. 234-5..) En 1885, Pasteur se ditA. Cadeddu, Les vérités de la science, Florence, Olschki, 2005, p. 178, signale que, d'après les notes de laboratoire de Pasteur, ses résultats n'avaient pas vraiment une telle régularité. capable d'obtenir une forme du virus atténuée à volonté en exposant de la moelle de lapin rabique au contact de l'air gardé secL. Pasteur, « Méthode pour prévenir la rage après morsure », Comptes rendus de l'Académie des Sciences, t. 101 (1885), séance du 26 octobre 1885, pp. 765-774; reproduit dans L. Pasteur, Écrits scientifiques et médicaux, choix, présentation et notes par André Pichot, Paris, Flammarion, 1994, pp. 302-311.. Cela permet de vacciner par une série d'inoculations de plus en plus virulentes. C'est en cette année 1885 qu'il fait ses premiers essais sur l'homme. Il ne publia rien sur les deux premiers cas (Girard et la fillette Poughon), ce qui, selon Patrice DebréPatrice Debré, Louis Pasteur, 1994, p. 463., alimente régulièrement une rumeur selon laquelle Pasteur aurait « étouffé » ses premiers échecs. En fait, dans le cas Girard, qui semble avoir évolué favorablement, le diagnostic de rage, malgré des symptômes qui avaient fait conclure à une rage déclarée, était douteux, et, dans le cas de la fillette Poughon (qui mourut le lendemain de la vaccination), il s'agissait très probablement d'une rage déclarée, ce qui était et est encore toujours un arrêt de mort à brève échéance, avec ou sans vaccinationPatrice Debré, Louis Pasteur, 1994, pp. 463-466; Pierre Madeline, La première vaccination antirabique de Pasteur in L’aventure de la vaccination, éd. Frison-Roche, 1996, pp. 160-167. A. Cadeddu, Les vérités de la science, Florence, Olschki, 2005, p. 185-192, qui renvoie aux notes de laboratoire de Pasteur, à Geison 1995, p. 198-205, à Madeline dans Moulin 1996, p. 160-167, et à Debré 1994, p. 441-474 (spéc. 464-465).. Le 6 juillet 1885, on amène à Pasteur un petit berger alsacien de Steige âgé de neuf ans, Joseph Meister, mordu l'avant-veille par un chien qui avait ensuite mordu son propriétaire. La morsure étant récente, il n'y a pas de rage déclarée. Cette incertitude du diagnostic rend le cas plus délicat que les précédents et Roux, l'assistant de Pasteur dans les recherches sur la rage, refuse formellement de participer à l'injectionPatrice Debré, Louis Pasteur, 1994, p. 467. Ce refus de Roux est attesté par Adrien Loir, dont Émile Lagrange (Monsieur Roux'', Bruxelles, 1954, pp. 75 et 79), qui a connu Roux, reprend le récit à son compte. . Pasteur hésite, mais deux éminents médecins, Alfred Vulpian et Joseph Grancher, estiment que le cas est suffisamment sérieux pour justifier la vaccination et la font pratiquer sous leur responsabilité. Joseph Meister reçoit treize inoculations réparties sur dix joursL. Pasteur, « Méthode pour prévenir la rage après morsure », Comptes rendus de l'Académie des Sciences, t. 101 (1885), séance du 26 octobre 1885, pp. 765-774; reproduit dans L. Pasteur, Écrits scientifiques et médicaux, choix, présentation et notes par André Pichot, Paris, Flammarion, 1994, pp. 302-311.. Il ne développera jamais la rage. Le cas très célèbre de Meister n'est peut-être plus très convaincant. Ce qui fit considérer que le chien qui l'avait mordu était enragé est le fait que « celui-ci à l'autopsie, avait foin, paille et fragments de bois dans l'estomacPasteur, carnet du 6 juillet 1885, cité sur . Dans sa publication, Pasteur dit que l'estomac était rempli de foin, de paille et de fragments de bois. (L. Pasteur, « Méthode pour prévenir la rage après morsure », Comptes rendus de l'Académie des Sciences, t. 101 (1885), séance du 26 octobre 1885, pp. 765-774; reproduit dans L. Pasteur, Écrits scientifiques et médicaux, choix, présentation et notes par André Pichot, Paris, Flammarion, 1994, pp. 302-311.)». Aucune inoculation de substance prélevée sur le chien ne fut faite. Peter, principal adversaire de Pasteur et grand clinicien, savait que le diagnostic de rage par la présence de corps étrangers dans l'estomac était caduc. Il le fit remarquer à l'Académie de médecine (11 janvier 1887)« Autrefois, vous vous le rappelez, tout chien dans l'estomac duquel on trouvait des corps étrangers : bois, paille, etc., était réputé enragé; cette preuve est abandonnée. » Peter, dans le Bulletin de l'Académie de Médecine, 2e série, t. 17, 1887, séance du 11 janvier 1887, p. 51; cité par Ph. Decourt, Les vérités indésirables, 1989, p. 145. Victor Babès, disciple de Pasteur, confirmait dans son Traité de la rage (Paris, 1912, p. 74) que « l'autopsie est, en effet, insuffisante à établir le diagnostic de rage. En particulier, la présence de corps étrangers dans l'estomac est à peu près sans valeur. » Dans un autre cas célèbre de 1885, celui de Jean-Baptiste Jupille, rien, dans le récit de Pasteur (L. Pasteur, « Méthode pour prévenir la rage après morsure », Comptes rendus de l'Académie des Sciences, t. 101 (1885), séance du 26 octobre 1885, pp. 765-774; reproduit dans L. Pasteur, Écrits scientifiques et médicaux, choix, présentation et notes par André Pichot, Paris, Flammarion, 1994, pp. 302-311), n'indique que le chien ait donné des marques d'agressivité avant que Jupille n'ait marché vers lui en brandissant un fouet, ce qui, d'après Decourt, ouvr. cit., pp. 146-147, invalide le diagnostic de rage.. Un détail du traitement de Meister illustre ces mots écrits en 1966 par Maxime Schwartz, alors directeur général de l'Institut Pasteur (Paris) : « Pasteur n'est pas perçu aujourd'hui comme il y a un siècle ou même il y a vingt ans. Le temps des hagiographies est révolu, les images d'Épinal font sourire, et les conditions dans lesquelles ont été expérimentés le vaccin contre la rage ou la sérothérapie antidiphtérique feraient frémir rétrospectivement nos modernes comités d'éthiquePréface au livre de Bruno Latour, Pasteur, une science, un style, un siècle, Perrin et Institut Pasteur, 1996, p. 2.. » Pasteur, en effet, fit faire à Meister, après la série des inoculations vaccinales, une injection de contrôle. L'injection de contrôle, pour le dire crûment, consiste à essayer de tuer le sujet en lui injectant une souche d'une virulence qui lui serait fatale dans le cas où il ne serait pas vacciné ou le serait mal; s'il en réchappe, on conclut que le vaccin est efficace. Pasteur a lui-même dit les choses clairement : « Joseph Meister a donc échappé, non seulement à la rage que ses morsures auraient pu développer, mais à celle que je lui ai inoculée pour contrôle de l'immunité due au traitement, rage plus virulente que celle des rues. L'inoculation finale très virulente a encore l'avantage de limiter la durée des appréhensions qu'on peut avoir sur les suites des morsures. Si la rage pouvait éclater, elle se déclarerait plus vite par un virus plus virulent que par celui des morsures. » À propos de la seconde de ces trois phrases, André Pichot, dans son anthologie d'écrits de Pasteur, met une note : « Cette phrase est un peu déplacée, dans la mesure où il s'agissait ici de soigner un être humain (et non de faire une expérience sur un animal).L. Pasteur, « Méthode pour prévenir la rage après morsure », Comptes rendus de l'Académie des Sciences, t. 101 (1885), séance du 26 octobre 1885, pp. 765-774; reproduit dans L. Pasteur, Écrits scientifiques et médicaux, choix, présentation et notes par André Pichot, Paris, Flammarion, 1994, pp. 302-311. Note 237 de Pichot, pp. 308 et 336. » Pasteur ayant publié ses premiers succès, son vaccin antirabique devient vite célèbre et les candidats affluent. Déçu par quelques cas où le vaccin a été inefficace, Pasteur croit pouvoir passer à un « traitement intensif », qu'il présente à l'Académie des Sciences le 2 novembre 1886Louis Pasteur, « Nouvelle communication sur la rage », Compts rendus de l'Académie des Sciences, t. 103, séance du 2 novembre 1886, pp. 777-785.. L'enfant Jules Rouyer, vacciné dans le mois d'octobre précédant cette communication, meurt vingt-quatre jours après la communication et son père porte plainte contre les responsables de la vaccinationP. Debré, Louis Pasteur, Flammarion, 1994, p. 482. D'après un récit fait une cinquantaine d'années après les évènements par le bactériologiste André Loir, neveu et ancien assistant-préparateur de Pasteur, le bulbe rachidien de l'enfant, inoculé à des lapins, leur communique la rage, mais Roux (en l'absence de Pasteur, qui villégiature à la Riviera) fait un rapport en sens contraire; le médecin légiste, Brouardel, après avoir dit à Roux « Si je ne prends pas position en votre faveur, c'est un recul immédiat de cinquante ans dans l'évolution de la science, il faut éviter cela ! », conclut dans son expertise que l'enfant Rouyer n'est pas mort de la rage. P. Debré accepte ce récit, tout en notant qu'il repose uniquement sur LoirP. Debré, Louis Pasteur, Flammarion, 1994, pp. 482-485.. À la même époque, le jeune Réveillac, qui a subi le traitement intensif, meurt en présentant des symptômes atypiques où Peter, le grand adversaire de Pasteur, voit une rage humaine à symptômes de rage de lapin, autrement dit la « rage de laboratoire », la « rage Pasteur », dont on commence à beaucoup parlerBulletin de l'Académie de médecine, séances de janvier 1887. Ph. Decourt, Les vérités indésirables, Paris, 1989, p. 158.. « On renonça plus tard à une méthode de traitement aussi énergique, et qui pouvait présenter quelques dangers.P. Lépine et L. Cruveilhier, dans Annales de l'Institut Pasteur, vol. 55, 1935, supplément sur la rage, p. 20. » En fait, on finit même par renoncer au traitement ordinaire de Pasteur-Roux. En 1908, Fermi proposa un vaccin contre la rage avec virus traité au phénol. Progressivement, dans le monde entier, le vaccin phéniqué de Fermi supplanta les moelles de lapin de Pasteur et Roux. En France, où on en était resté aux moelles de lapin, P. Lépine et V. Sautter firent en 1937 des comparaisons rigoureuses : une version du vaccin phéniqué protégeait les lapins dans la proportion de 77, 7 %, alors que les lapins vaccinés par la méthode des moelles desséchées n'étaient protégés que dans la proportion de 35 % P. Lépine et V. Sautter, « Essais expérimentaux sur la valeur pratique des vaccins antirabiques phéniqués », Annales de l'Institut Pasteur, vol. 59, 1937, pp. 39-56; cité par Ph. Decourt, Les vérités indésirables, Paris, 1989, pp. 152-153 et 311.. Dans un ouvrage de 1973, André Gamet signale que la préparation de vaccin contre la rage par la méthode des moelles desséchées n'est plus utilisée. Parmi les méthodes qui le sont encore, il cite le traitement du virus par le phénolAndré Gamet, La rage, Paris, coll. Que sais-je ?, 1973, p. 88.. L'Académie des sciences propose la création d'un établissement destiné à traiter la rage : l'Institut Pasteur naît en 1888.

Le génie de Pasteur : mise en ordre plutôt qu'innovation

André Pichot définit comme suit le caractère essentiel de l'œuvre de Pasteur : « C'est là le mot-clé de ses travaux : ceux-ci ont toujours consisté à mettre de l'ordre, à quelque niveau que ce soit. Ils comportent assez peu d'éléments originaux (En note : Cela peut surprendre, mais les études sur la dissymétrie moléculaire étaient déjà bien avancées quand Pasteur s'y intéressa, celles sur les fermentations également; les expériences sur la génération spontanée sont l'affinement de travaux dont le principe était vieux de plus d'un siècle; la présence de germes dans les maladies infectieuses étudiées par Pasteur a souvent été mise en évidence par d'autres que lui; quant à la vaccination, elle avait été inventée par Jenner à la fin du XVIIIe siècle, et l'idée d'une prévention utilisant le principe de non-récidive de certaines maladies avait été proposée bien avant que Pasteur ne la réalisât.); mais, le plus souvent, ils partent d'une situation très confuse, et le génie de Pasteur a toujours été de trouver, dans cette confusion initiale, un fil conducteur qu'il a suivi avec constance, patience et application.André Pichot, Introduction générale à : L. Pasteur, Écrits scientifiques et médicaux, Paris, Flammarion, 1994, p. 12. » Patrice Debré dit de même : « Pasteur donne parfois même l'impression de se contenter de vérifier des résultats décrits par d'autres, puis de se les approprier. Cependant, c'est précisément quand il reprend des démonstrations laissées, pour ainsi dire, en jachère, qu'il se montre le plus novateur : le propre de son génie, c'est son esprit de synthèse.P. Debré, Louis Pasteur, Flammarion, 1994, p. 17. »

Pasteur, un savant dans le monde

Pasteur n'était en rien un chercheur isolé dans sa tour d'ivoire. Ses travaux étaient orientés vers les applications médicales, hygiéniques, agricoles et industrielles. Il a toujours collaboré étroitement avec les professions concernées (même si, parmi les médecins, ses partisans étaient en minorité« Envers les médecins, Pasteur ne fut pas toujours compréhensif ... et ceux-ci le lui rendirent bien. » Hilaire Cuny, Pasteur et le mystère de la vie, Paris, 1963, p. 49. Mais H. Cuny rappelle aussi, p. 50, que Pasteur, qui n'était pas médecin, avait été reçu à l'Académie de médecine.) et il a su obtenir le soutien des pouvoirs publics à la recherche scientifique. « C'est sans doute à cela que Pasteur doit sa grande popularité. Il a lui-même sciemment contribué à l'édification de sa légende, par ses textes et par ses interventions publiquesAndré Pichot, Introduction générale à : Louis Pasteur, Écrits scientifiques et médicaux, Choix, présentation et notes par André Pichot, Paris, Flammarion, 1994.. »

Complexité d'une figure historique

Depuis quelques années, les historiens des sciences se sont attachés à révéler la complexité d'un personnage historique caché par son propre mythe. Ces travaux permettent également de mettre au jour la complexité des échanges et des influences qui ont participé à la production des innovations pastoriennes, qui ne sont jamais les fruits de l'action isolée d'un "héros de la science"Ces travaux s'inscrivent dans un courant de l'histoire des sciences influencé par les analyses de Bruno Latour. G. L. GeisonGerald G. Geison, The private science of Louis Pasteur, Princeton, 1995. et A. CadedduÉtudes rassemblées dans Antonio Cadeddu, Les vérités de la science, Florence, 2005., en étudiant les notes de laboratoire de Pasteur, ont constaté qu'elles infirment parfois ses déclarations publiques. Le cas le plus pénible est l'expérience de Pouilly-le-Fort, dont il a déjà été question. H. Collins et T. Pinch, en 1993H. Collins et T. Pinch, The Golem, Cambridge, 1993, tr. fr. Tout ce que vous devriez savoir sur la science, Paris, 1994, pp. 111-125. montrent Pasteur, dans la controverse sur la génération spontanée, négligeant les résultats qui ne vont pas dans le sens de sa thèse. Ils ne l'en blâment d'ailleurs pas : « Pasteur savait ce qui devait être considéré comme un résultat et ce qui devait l'être comme une "erreur" » (p. 125). Signalons cependant, à propos de cette description un peu cynique, que des voix se sont élevées contre la tendance de certains théoriciens "externalistes" ou "sociologistes" des sciences à réduire l'activité scientifique, et notamment celle de Pasteur, à des manœuvres et à des coups de force où la rationalité aurait assez peu de partVoir à ce sujet Pierre Thuillier, D'Archimède à Einstein, Fayard, 1988, pp. 281-300.

Autres temps, autre saint

À une certaine époque, l'apologétique catholique attribuait volontiers à Pasteur la phrase " J'ai la foi du charbonnier breton ", phrase que Pasteur, qui n'avait gardé de son éducation catholique qu'un spiritualisme sans pratique religieuse, ne prononça jamaisSur les sentiments religieux attribués à Pasteur, son petit-fils Pasteur Vallery-Radot a fait cette mise au point : « Mon père a toujours eu soin, et ma mère également d'ailleurs, de dire que Pasteur n'était pas pratiquant. Si vous ouvrez la Vie de Pasteur, vous verrez que mon père parle du spiritualisme et non du catholicisme de Pasteur. Je me souviens parfaitement de l'irritation de mon père et de ma mère, quand quelque prêtre, en chaire, se permettait de lui attribuer cette phrase qu'il n'a jamais dite : " J'ai la foi du charbonnier breton. " (...) Toute la la littérature qui a été écrite sur le prétendu catholicisme de Pasteur est absolument fausse. » Pasteur Vallery-Radot, Lettre à Paul Dupuy, 1939, citée par Hilaire Cuny, Pasteur et le mystère de la vie, Paris, Seghers, 1963, pp. 53-54.. En 2004, Pasteur sert de caution morale à une cause d'une nature différente : son précédent est évoqué à l'assemblée nationale en faveur de l'euthanasie compassionnelle http://www.assemblee-nationale.fr/12/pdf/rap-info/i1708-t2.pdf Rapport fait au nom de la mission d’information sur l’accompagnement de la fin de vie – tome II (30 juin 2004) (voir page 42) . La commission rapporte, d'après Léon Daudet, que quelques-uns des dix-neuf Russes soignés de la rage par Pasteur développèrent la maladie et que, pour leur épargner les souffrances atroces qui s'étaient déclarées et qui auraient de toute façon été suivies d' une mort certaine, on pratiqua sur eux l'euthanasie avec le consentement de Pasteur Léon Daudet, Souvenirs des milieux littéraires, politiques, artistiques et médicaux (chap. « Devant la douleur », pp. 170-171), éd. Robert Laffont (collection Bouquins) (ISBN 978-2221071755). Voir le contexte de la citation sur .. Pourtant, il y eut une époque où un Pasteur praticien de l'euthanasie n'était pas une chose qu'on exhibait volontiers : Axel Munthe ayant lui aussi raconté l'euthanasie de quelques-uns des mordus russes dans l'original anglais de son Livre de San Michele Axel Munthe, The story of San Michele, éd. John Murray, 2004 (première éd. 1929), pp. 54-56 (ISBN 0-7195-6699-1)., la traduction française publiée en 1934 par Albin Michel, bien que donnée comme « texte intégral », fut amputée du passage correspondantNoté par Louise Lambrichs, La vérité médicale, éd. R. Laffont, Coll. Pluriel, 2001, p. 98.

L'héritage de Pasteur

Aujourd'hui, la doctrine pastorienne est toujours bien présente. L'héritage pastorien prend également la forme du réseau des instituts Pasteur.

Hommages

Il existe 2 020 rues « Pasteur » en France. C'est un des noms propres les plus attribués comme nom de rue - La poste. Lors des grands mouvements de décolonisation, qui entraînèrent des renommages de rue, les rues Pasteur gardèrent souvent leur nom.

Notes et références

Œuvres

L’œuvre complète de Pasteur est téléchargeable sur le site de la Bibliothèque nationale de France, Gallica (cliquer sur le lien puis en haut et à droite à la rubrique « Télécharger »)
-
-
-
-
-
-
- Les différents articles de Pasteur peuvent être également téléchargés gratuitement sur le site de la Bibliothèque nationale de France, Gallica dans les différents tomes des Comptes rendus de l’Académie des sciences. Liste des volumes (téléchargeables gratuitement) sur ou sur . Louis Pasteur, Écrits scientifiques et médicaux; choix, présentation et notes par André Pichot, Paris, Flammarion, 1994.

Bibliographie

Tableau d'Albert Edelfelt représentant Louis Pasteur, une de ses représentations les plus célèbres Les ouvrages ci dessous peuvent être lus pour approfondir le sujet. Par ordre alphabétique d'auteurs :
- Antonio Cadeddu, Les vérités de la science. Pratique, récit, histoire : le cas Pasteur, éd. Léo S. Olschki, 2005 (ISBN 88-222-5464-3)
- Collectif CNRS, Pasteur, cahiers d'un savant, Zulma, 1995
- Patrice Debré, Louis Pasteur, Flammarion, 1994
- Philippe Decourt, Les vérités indésirables, 2de partie : Comment on falsifie l'histoire : le cas Pasteur, Paris, 1989.
- René Dubos, Louis Pasteur - Franc-tireur de la science, PUF, 1955, réédité chez La Découverte, 1995,
- Émile Duclaux, Pasteur, histoire d'un esprit, Imprimerie Charaire, 1896
- Gerald L. Geison, article Pasteur du Dictionary of Scientific Biography (dir. C. C. Gillispie), New York, 1974.
- Gerald L. Geison, The private science of Louis Pasteur, Princeton University Press, 1995. ("livre enfin publié du seul historien vraiment spécialisé dans l'histoire de Pasteur" Bruno Latour, Pasteur : guerre et paix des microbes, 2001, p. 10)
- Ethel Douglas Hume, Béchamp ou Pasteur ?, 1948, traduit de l'anglais par Aurore Valérie. « Le mélange de discussions sérieuses et de réflexions plus discutables s'expliqu sans doute par la multiplicité des origines du livre. D'abord publié en anglais, il avait été 'basé' sur le manuscrit d'un médecin américain, ami personnel de Béchamp, rédigé longtemps plus tard par une Anglaise, puis traduit en français (Le François, édit., 1948) avec une préface et un appendice de deux médecins suisses homéopathes, très hostiles aux vaccinations. » (Decourt 1989, p. 139) « Ce livre révèle que Pasteur traita son ancien assistant Antoine Béchamp (1816-1908) de façon très peu reluisante, mais ne me persuade pas que Pasteur ait "plagié" les travaux et les idées de Béchamp dans un sens raisonnable du mot. » (Geison 1995, p. 275, qui reproche aussi à ce livre - qui cherche à discréditer la vaccination, l'usage des sérums et l'expérimentation animale - de grossières erreurs scientifiques.)
- Bruno Latour, Pasteur, une science, un style, un siècle, Perrin/Institut Pasteur, 1995
- Bruno Latour, Jean-Marc Pau, Pasteur, bataille contre les microbes, éd. Nathan, 1995 (ISBN 2-09-204466-4) (livre facile à lire pour les enfants)
- Pierre-Yves Laurioz, Louis Pasteur : La réalité après la légende, Éditions de Paris, 2003,
- Dr Adrien Loir, A l'ombre de Pasteur, éd. Le mouvement sanitaire, 1938 (écrit par le neveu de Pasteur)
- Louis Pasteur (réunies et annotées par Louis Pasteur Vallery-Radot), Œuvres de Pasteur (7 tomes), Masson, 1939
- Annick Perrot et Maxime Schwartz, Pasteur, des microbes au vaccin, Casterman/Institut Pasteur, 1999
- Daniel Raichwarg, Louis Pasteur, l'empire des microbes, Découvertes Gallimard, 1995
- Roland Rosset, « Pasteur et les vétérinaires », Bulletin de la Société française d'histoire de la médecine et des sciences vétérinaires, 2003, 2 (2)
- James Strick, « New Details Add to Our Understanding of Spontaneous Generation Controversies », ASM News (American Society of Bacteriology) 63, 1997. p.193-198
- René Vallery-Radot, La vie de Pasteur, Flammarion ou Hachette
- Maurice Vallery-Radot, Pasteur, Perrin, 1994

Voir aussi

- Antoine Béchamp
- Émile Roux
- Louis Pasteur Vallery-Radot
- René Vallery-Radot
- Auguste Laurent
- Pierre Victor Galtier
- Henry Toussaint
- Deux francs Pasteur
- Le film Pasteur de Sacha Guitry (1935) ==
Sujets connexes
Académie des sciences (France)   Acide tartrique   Agostino Bassi   Albert Edelfelt   Alfred de Vergnette de Lamotte   Alès   Ammonium   Anselme Payen   Antoine Béchamp   Assemblée nationale (France)   Auguste Laurent   Baccalauréat (France)   Base conjuguée   Beauce (France)   Besançon   Bière   Bruno Latour   Carbone asymétrique   Charles Cagniard de Latour   Charles Chamberland   Chimie   Chimie organique   Chimiste   Chiralité   Choléra des poules   Claude Bernard   Composé chimique   Controverse scientifique   Cristallographie   Dijon   Dole (Jura)   Décolonisation   Eduard Buchner   Fermentation   Formule brute   France   Gaston Paris   Georges Clemenceau   Gerald L. Geison   Génération spontanée   Henri Hureau de Senarmont   Henry Toussaint   Idéologie   Ignace Philippe Semmelweis   Institut Pasteur   Jacobus Henricus van 't Hoff   Jacques Mathieu Delpech   Joseph Lister   Joseph Meister   Jura (département)   Justus von Liebig   Jöns Jacob Berzelius   La Découverte   Levure   Lie (œnologie)   Louis Pasteur Vallery-Radot   Marcellin Berthelot   Marnes-la-Coquette   Microbiologie   Médaille Copley   Médaille Rumford   Nadar   Napoléon III   Panthéon de Paris   Pasteur (film, 1935)   Pasteurisation   Physicien   Physique   Pierre Lépine   Pierre Victor Galtier   Presses universitaires de France   Rage   René Dubos   René Vallery-Radot   Robert Koch   Scientifique   Secret de Pouilly-le-Fort   Sodium   Steige   Strasbourg   Stéréochimie   Sénat (France)   Sérendipité   Vaccination   Ver à soie   Vinification  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^