Nîmes

Infos
Nîmes (Nimes en occitan provençal rhodanien) est une ville du sud-est de la France. Elle est la préfecture du département du Gard, situé dans la région Languedoc-Roussillon. Située sur un axe Avignon/Arles/Marseille - Montpellier/Perpignan, à environ 715 km de Paris, Nîmes a une population permanente d'environ habitants, à laquelle s'ajoutent de très nombreux touristes en période estivale. Ses habitants sont appelés Nîmois, Nîmoises
Nîmes

Nîmes (Nimes en occitan provençal rhodanien) est une ville du sud-est de la France. Elle est la préfecture du département du Gard, situé dans la région Languedoc-Roussillon. Située sur un axe Avignon/Arles/Marseille - Montpellier/Perpignan, à environ 715 km de Paris, Nîmes a une population permanente d'environ habitants, à laquelle s'ajoutent de très nombreux touristes en période estivale. Ses habitants sont appelés Nîmois, Nîmoises. Son nom dérive du latin Nemausus qui devint en occitan médiéval Nimes ou Nemze. « Posée au carrefour de l'Histoire et des relations humaines » (Christian Liger), la ville de Nîmes a une origine antique. Romaine et hispanique, camarguaise et cévenole, provençale et languedocienne, fief protestant historique, elle a une culture et une histoire particulièrement riches et reste une ville à forte identité. L'engouement pour le sud-est de la France et l'arrivée en 2001 de la Ligne à grande vitesse Méditerranée, mettant Nîmes à 2h52 de Paris en TGV, donnent un dynamisme nouveau à la commune et contribuent pour une bonne part à son essor démographique et économique. Nîmes a été promue Ville d'Art et d'Histoire.

Géographie

Situation géographique de Nîmes Nîmes se trouve à , dans l'arrière-pays méditerranéen. L'altitude maximale sur les collines nord atteint 215 mètres (116 m. en zone urbaine) et l'altitude minimale est de 21 mètres dans la plaine du Vistre (30 m. en zone urbaine). Nîmes est située dans une « cuvette » — d'où les importantes chaleurs estivales et les fréquentes inondations (les plus dramatiques furent celles du 3 octobre 1988) — entre sept collines (en réalité, seulement trois grandes topographiquement). Cette particularité, ainsi qu'une histoire romaine très marquée, lui valurent l'appellation de « Rome française ». À 35 kilomètres au sud, au delà du bourrelet des Costières et du littoral lagunaire se trouve la mer Méditerranée. À 20 kilomètres à l'est la vallée du Rhône, à l'ouest la vallée du Vistre. Au nord se trouvent la garrigue et les gorges du Gardon, à 40 km au nord-ouest les Cévennes. Située dans la plaine du Languedoc et adossé aux premiers contreforts des Cévennes, Nîmes est à la frontière de la Provence à l'est et du Languedoc à l'ouest. Nîmes est, en outre, proche d'autres grandes villes : Arles (27 km au sud-est), Avignon (44 km au nord-est), Alès (46 km au nord-nord-ouest), Montpellier (52 km au sud-ouest), ou encore Orange (65 km au nord-est), Sète (84 km, au delà de Montpellier), Aix-en-Provence (95 km au sud-est) et Marseille (110 km au sud-est). Nîmes est la 28 ville la plus étendue de France métropolitaine (161, 85 km² ; Arles étant 1 et Paris n'étant que 50).

Voies de communication

Déjà à l'époque romaine, Nemausus était une étape sur la Via Domitia reliant l'Est de la Provincia romana, la Provence d'aujourd'hui, à la Septimanie, devenue ensuite (pour la plus grande partie) Languedoc. Aujourd'hui, la ville de Nîmes reste un carrefour important, desservi par :
- l'autoroute A9 (« la languedocienne ») Orange - Le Perthus, axe principal de liaison entre l'Europe du Nord et l'Espagne via la vallée du Rhône
- l'autoroute A54 Salon-de-Provence - Nîmes, lien entre l'autoroute A8 (Italie - Salon-de-Provence) et l'axe autoroutier Nîmes - Bordeaux (A9 - A61 - A62)
- la route nationale 86 Lyon - Nîmes par la rive droite du Rhône
- la route nationale 113 Marseille - Bordeaux
- la route nationale 106 Nîmes - Alès - Mende (certaines de ces dernières sont en cours de déclassification dans le cadre du processus de décentralisation du dernier gouvernement)
- la route départementale 999 (ex- nationale 99) Avignon - Albi par le Larzac
- la ligne ferroviaire à grande vitesse Paris - Nîmes
- la ligne ferroviaire classique Tarascon - Narbonne, assurant la liaison de Lyon et Marseille vers Perpignan et Bordeaux
- la ligne secondaire Nîmes - Clermont-Ferrand par les Cévennes
- la ligne d'intérêt local Nîmes - Aigues-Mortes - Le Grau-du-Roi - Port Camargue
- les liaisons aériennes Nîmes-Londres (Luton), Nîmes-Liverpool, Nîmes-East Midlands, Nîmes-Bruxelles (Charleroi) Centre ville de Nîmes vu du ciel

Climat

La cité gardoise bénéficie d'un climat privilégié avec une température soutenue toute l'année et un ensoleillement exceptionnel. Cependant le mistral tend à relativiser les hivers doux. L'été, sa position topographique (au creux des collines de garrigues) retient parfois de fortes chaleurs. L'ensoleillement est de heures/an (moyenne nationale : 1973 h/an). La pluviosité est de 760 mm/an (moyenne nationale : 770 mm/an). La neige tombe en moyenne 3 jours/an (moyenne nationale : 14 j/an) ; l'orage en moyenne 24 j/an (moyenne nationale : 22 j/an) et le brouillard en moyenne 11 j/an (moyenne nationale : 40 j/an) La moyenne des températures est de 6, 5° en hiver et de 23, 5° (une des plus élevées de France) en été avec en journée des pics réguliers à plus de 35°.

Histoire

Volques La ville de Nîmes fut créée au sixième siècle avant Jésus-Christ (cependant les occupations préhistoriques lièes à la présence de la source de la Fontaine sont bien antérieures) La ville est issue du développement d'un oppidum préromain, capitale des Volques, un des grands peuples de la Celtique méditerranéenne/Dominique Garcia, La Celtique méditerranéenne. Habitats et sociétés en Languedoc et en Provence. , éditions Errance, Paris, 2004, (ISBN 2877722864). Son histoire est particulièrement riche, ancienne et mouvementée : La ville fut une des principales cités de la Gaule romaine, subit fortement les ravages des guerres médiévales, fut un théâtre important des guerres de religions entre Protestants (longtemps majoritaires) et Catholiques entrainant destructions et chaos, fut très influencée par les idées révolutionnaires, connut la révolution industrielle au qui lui permit de se développer considérablement (notamment le textile depuis le Moyen-âge), fut sévèrement bombardée à la fin la seconde guerre mondiale et fut une cité d'accueil suite à la décolonisation. Actuellement, après une période de fort ralentissement démographique depuis les années 1970, la tendance est à la hausse avec près de habitants en 2007. Une orientation vers les bio-technologies et les sciences lui donnent un nouveau souffle et une attractivité certaine.

Héraldique

Le sceau de Nîmes au représentait les quatre Consuls, maîtres de la ville. Les armoiries de Nîmes étaient, au Moyen Âge « un simple champ de gueules ». En 1516, François I accorda aux consuls les armoiries suivantes : « de gueules, à un taureau d'or passant à dextre ». En 1535, les consuls obtinrent de François I de prendre pour blason de la communauté les insignes de la médaille de la colonie romaine : « de gueules, à un palmier de sinople, au tronc duquel est attaché, avec une chaîne d'or, un crocodile passant, aussi de sinople, et une couronne d'or liée d'un ruban de même, posée au premier canton du chef de l'écu. ». L'emblème de Nîmes redessiné par Philippe Starck en 1985 En héraldique, le blasonnement est le suivant : de gueules au palmier terrassé de sinople au fût duquel est attaché par une chaîne d’or en bande un crocodile passant contourné aussi de sinople, colleté d’or, surmonté des inscriptions COL à dextre et NEM à senestre du même, les branches du palmier soutenant au quartier dextre une couronne de lauriers liée d’or. L’emblème nîmois est donc un crocodile attaché à un palmier, étrange relation entre l’Orient et cette cité réformée. L’explication est liée à la bataille d’Actium, où Octave, pas encore César Auguste, battit la flotte d’Antoine et de Cléopâtre, et assura définitivement son pouvoir sur le bassin méditerranéen et l’Empire. Or Nîmes, ou plutôt Nemausus, eut très rapidement la fabrique d’une monnaie importante (l'As de Nîmes) représentant sur la face l’empereur Auguste et son gendre Agrippa, et sur le revers un crocodile attaché à un palmier couronné de laurier : symbole de l’Égypte vaincue et des deux chefs de guerre vainqueurs. Le revers portait également l’inscription « Col Nem : Colonia Nemausenssis », colonie nîmoise. Il y eu trois tirages successifs de cette monnaie, qui fut largement répandue dans tout l’Empire. Alors, pourquoi associer Nîmes à cette lointaine victoire d’Actium ? Pendant longtemps, l’explication fut que l’empereur Auguste, pour récompenser ses capitaines fidèles de l’avoir aidé à prendre le pouvoir, leur avait distribué les terres nîmoises : Nîmes aurait été un territoire consacré aux anciens légionnaires du Moyen-Orient, d’où sa richesse et l’opulence de ses villas et de ses lieux publics. D’ailleurs, les inscriptions lapidaires font souvent allusion à de tels soldats. Cependant, les archéologues contemporains considèrent souvent que Nîmes n’aurait été qu’une fabrique de monnaie, sans que sa population ait eu des liens directs avec les batailles d’Égypte. Reste que la pièce de bronze était bien connue des Nîmois, qui, au fil des siècles, la retrouvaient un peu partout dans leur terre. Les armes de Nîmes, pendant longtemps représentèrent trois consuls en robe. Puis ce fut un taureau d’or. C’est la visite de François I qui déclencha le processus. Les consuls nîmois eurent l’idée de lui demander l’autorisation de prendre pour emblème de leur ville le crocodile et le palmier de la monnaie romaine. Le roi accorda l’autorisation officielle en 1536. Conçu en 1985, le logo actuel de la ville a gardé la symbolique romaine, tout en modernisant le trait de manière plus lisible. Quant au drapeau nîmois, il est composé de deux couleurs disposées côte à côte à la verticale : le rouge et le vert. Image:SceauConsuls.gif|Sceau des Consuls Image:Blason ville fr Nîmes (Gard) Moyen-Age.svg|Premier blason de Nîmes Image:BlasonNimes2.gif|Second blason de Nîmes Image:Blason ville fr Nîmes (Gard).svg|Troisième blason de Nîmes

Urbanisme

La gare de Nîmes A.E.F. (Arènes-Esplanade-Feuchères), est le projet phare de la Ville, initié sous Jean Bousquet (UDF-RPR-DL), choisi et lancé par l'équipe d'Alain Clary (PS-PC) et repris par celle de Jean-Paul Fournier (UMP-UDF). Il part des Arènes pour aller jusqu’à la gare de Nîmes, pour constituer à terme une des plus grandes places d'Europe. Nîmes connaît d'importants chantiers, ici la Piscine Olympique La Ville entend aussi se pencher sur d'autres quartiers pour rééquilibrer vers l'est une ville qui s'est surtout développée à l'ouest, mais également pour étoffer l'offre de logements, car l'agglomération devrait compter habitants dans moins de 10 ans, soit une hausse de sa population de près de 25 %. Dans ce but, la Ville a ouvert 200 hectares à la construction. Ce qui semble pour le moment être un maximum : Nîmes ne peut s'étendre indéfiniment. Il faut donc semble-t-il redensifier l’habitat, les constructions éparses dans la garrigue augmentant les déplacements, donc les bouchons et la pollution. De plus, le coût des terrains est désormais trop élevé. La rue de la Trésorerie dans l'Écusson, quartier qui se densifie La ville doit donc se replier un peu plus sur elle-même. Pour loger plus de monde sur une surface guère plus grande, le dernier plan local d'urbanisme a autorisé l'ajout d'un étage dans certains quartiers, comme sur l’avenue Jean Jaurès (la plus longue (1, 7 km) et la plus large du centre-ville). L’écusson (le vieux centre) est lui aussi densifié, grâce au bénéfice de la loi Malraux : les travaux dans les appartements pourront être défiscalisés, ce qui alimentera le marché en logements refaits à neuf. En revanche, concernant les quartiers sensibles, pour la Ville, il s'agit non pas de densifier, mais de diminuer largement la concentration de logements sociaux et d'améliorer le cadre de vie. Nîmes atteint aujourd'hui 24 à 25 % de logements sociaux, mais de façon concentrée. Pour donner un peu d'air à Pissevin ou à Valdegour, de nouveaux lieux comme la Z.A.C. du Saut-du-Lièvre devraient accueillir de 10 à 20 % de logements sociaux. Ce qui, pour certains, n’est pas suffisant. Également, la Ville entend soutenir la vie culturelle, le développement universitaire et l'économie locale, donc l'essor de Nîmes. C’est pourquoi un important projet de campus universitaire au quartier Hoche-Sernam, ainsi que ses alentours (caserne, ancien hôpital...) voit le jour. Finalement, la Ville tend à raccommoder les différentes interventions historiques de la ville, de la Tour Magne à la plaine du Vistre. Nîmes s'est étendue, après la période romaine, en deux grandes étapes, au , puis au . D'abord, les Jardins de la Fontaine, l'avenue Jean-Jaurès ou encore les canaux ; ensuite, la zone de la gare et de la préfecture. Vers 1840, l'avenue Feuchères a été construite pour relier le centre-ville à la nouvelle gare, elle-même bâtie sur des arcades pour être « traversable ». Travaux du projet A.E.F., devant les Arènes en 2006 Le projet principal actuel (« AEF ») n'est pour certains qu'une concrétisation des volontés du . Il renoue avec l'idée d'une grande liaison entre la gare et le centre-ville, en conformité avec l'histoire de Nîmes. Ce quartier réaménagé devra être actif, la Ville compte y insérer des pavillons et des kiosques qui accueilleront, entre autres, des commerces. Pour la Ville, l'essor de la cité passe par la mise en réseau des espaces publics, c'est-à-dire des endroits où l'on circule. Une hiérarchie est donc mise en place : d'abord les piétons, qui devraient pouvoir aller de la gare aux arènes sans traverser une rue, ensuite les transports publics, puis les voitures. Mais ces ambitieuses politiques en matière d'urbanisme souffrent depuis trois années de critiques quant à leurs gestions financières, qui à l'image de nombreuses villes du sud-est, ne sont pas toujours transparentes. Z.U.P. en arrière plan

Les principaux projets de la Ville

- Quartiers Valdegour et Pissevin (Z.U.P.) : Environ logements, dont les trois quarts à reconstruire dans le cadre d'un projet de renouvellement urbain financé par .. Plus à l'Ouest : ZAC du Saut-du-Lièvre (220 nouveaux logements. Travaux : de mi-2005 à mi-2006.
- AEF : Travaux de la première tranche en cours. Coût prévisionnel : 30 millions d'euros HT.
- Hoche-Sernam : Les travaux sont en cours.
- Le triangle de la gare : il porte sur 5 hectares. Il vise à implanter des immeubles destinés à accueillir des services, des hôtels, un palais des congrès et des logements.
- Le forum des arènes : confié à l'architecte Jean-Paul Viguier, il compte transformer en profondeur tout le quartier situé entre les arènes et la place Montcalm, avec la rue de la République pour axe central. Rendue piétonne, l'artère pourrait accueillir divers commerces et des logements. Des pourparlers ont été engagés avec Virgin. Le maire souhaiterait également voir s'installer un restaurant étoilé et, si possible, panoramique.
- Chemin bas d'Avignon. logements, dont à reconstruire (dispositif ANRU). Budget : environ 55 millions d'euros.
- Mas Lombard : 300 à 350 nouveaux logements.
- Autres projets immobiliers : mas d'Escattes (150 « villas »), bois des Espeisses et une centaine d'hectares au nord-ouest du pôle hospitalier.
- la percee clerisseau depuis le boulevard gambetta vers le nord de la ville

Démographie

Nîmes est la vingtième ville de France par sa population intra-muros : habitants. La communauté d'agglomération Nîmes Métropole (23 communes) compte habitants, la population de l'agglomération sera de plus de 300 000 habitants en 2030. ;Evolution de la population Recensement InseeRecensement Insee
- Variation de population entre 1990 et 1999 : + habitants
- Solde naturel entre 1990 et 1999 : + habitants
- Solde migratoire entre 1990 et 1999 : + 588 habitants
- Taux annuel moyen de variation de la population entre 1990 et 1999 : + 0, 4 %
- Superficie : 161, 85 km²
- Densité : 824 hab/km²
- Population en Z.U.S. : habitants

Économie

Nîmes est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie de Nîmes-Bagnols-Uzès-Le Vigan. Elle gère notamment le port Ardoise.

Données économiques

La Chambre de commerce et d'industrie Rue du centre-ville Emplois Insee - données économiques: Le taux de chômage de la ville de Nîmes est particulièrement élevé puisque se situant aux alentours de 14 % (2006), soit au-dessus du taux de chômage départemental qui est de 13, 5 %, et au-dessus du taux de chômage national (9, 6 %). La population active de la ville est de d'environ (42, 5 %, moyenne nationale : 45, 5 %) personnes dont près de chômeurs. Le taux d'activité entre 20 et 59 ans se porte à 78 % alors que la moyenne nationale s'élève à 82, 5 %. Les retraités représente près de 19 % de la population, soit un peu plus que la moyenne nationale : 18, 5 %. Les jeunes scolarisés représentent 25, 5 % de la population, soit un demi point de plus que la moyenne nationale (25 %) et les autres personnes sans activité forment 13, 5 % de la population (moyenne nationale : 11, 5 %). Les agriculteurs représente seulement 0, 5 % de la population active (moyenne nationale : 2, 4 %), les artisans, commerçants, chefs d'entreprise 6, 6 % (moyenne nationale : 6, 4 %), les cadres et professions intellectuelles 12, 5 % (moyenne nationale : 12, 2 %), les professions intermédiaires 22, 4 % (moyenne nationale : 22, 1 %), les employés 36, 4 % (moyenne nationale : 29, 9 %) et les ouvriers 21, 6 % (moyenne nationale : 27, 1 %). Revenus Insee - Revenus: Revenu moyen par ménage : environ €/an. Au niveau national, ce revenu moyen est d'environ €/an. Nombre de redevables d'impôts sur la fortune (I.S.F.) : 680, soit 0, 45 % de la population totale. Impôt moyen sur la fortune : € (moyenne nationale : €). Patrimoine moyen des redevables de l'ISF : € (moyenne nationale : €). Nombre de bénéficiaires du revenu minimum d'insertion (RMI) : , soit 14 % de la population totale (contre 4 % au niveau régional et 2 % au niveau national) cnaf.fr.

Situation économique

Le parc scientifique et technique Georges-Besse Sans doute dopée par le succès de son pôle de biotechnologies (un des premiers de France), rajeunie par la création d'un centre universitaire autonome (sans doute le dernier qui sera crée en France afin d'éviter l'emiettement de l'offre universitaire et de son financement), et soutenue par la communauté d'agglomération, Nîmes entend afficher un visage neuf et dynamique depuis l’an 2000.

Haute technologie

A travers la reconfiguration urbaine (voir plus haut) et par l'amélioration du cadre de vie, la Ville cherche à attirer des entrepreneurs, et notamment ceux du secteur de la haute technologie. Avec, à ce jour, une vingtaine d'entreprises spécialisées dans les biotechnologies et 450 emplois directs créés, Nîmes a effectivement d'ores et déjà pris un virage high-tech assez inattendu. Vignes en bordure de Nîmes Des moyens supplémentaires ont ainsi été récemment déployés : nouvel incubateur à la faculté des Carmes, installation sur la technopole d'un cyclotron fabriquant le fluor 18 capable de détecter les tumeurs cancéreuses, création d'autres filières spécialisées à l'université et à l'École des mines. L'agglomération a pour sa part décidé de doubler la surface du parc technologique Georges-Besse (+ 25 hectares), où sont situées ces entreprises, pour l'étendre au-delà de l'autoroute d'ici quinze ans. Objectif : doubler, d'ici deux à trois ans, le nombre d'entreprises dédiées aux biotechs.

Argument du foncier

Hormis sa localisation géographique qui peut apparaître comme des plus enviables (au carrefour des autoroutes et du réseau ferroviaire, au centre de l’arc méditerranéen au sud de la vallée du Rhône), Nîmes semble disposer, d'un argument supplémentaire pour attirer de nouveaux établissements sur des zones d'activité élargies (Grézan, Bouillargues et Mitra, notamment). Domaine le plus convoité : l'agroalimentaire, qui compte pour 25 à 30 % de l'économie locale.

Possibilités offertes par la communauté d'agglomération

La création en décembre 2001 de la communauté d'agglomération « Nîmes Métropole », son élargissement (de 14 à 23 communes aujourd'hui) offrent de grandes possibilités de développement. Pour certains, Nîmes a ainsi un grand potentiel à faire valoir, entre Montpellier et Marseille. Cela permet à la ville de bien se placer sur le plan économique et d'obtenir un meilleur aménagement du territoire. La nouvelle structure permet également d'alléger la fiscalité des entreprises nîmoises. Priorité est aussi donnée au tourisme d'affaires. Un palais des congrès devrait voir le jour pour 2007 dans le secteur de la gare. La mairie espère voir s'y installer de nouveaux hôtels 3 et 4 étoiles. Les Quais de la Fontaine

Tourisme

Même effort pour le tourisme de loisirs. La Ville considère qu’il faut revaloriser son patrimoine, qui aux yeux de tous, est exceptionnel. C'est sur le label de la Provence, si chère aux Anglo-Saxons, que Nîmes mise notamment. Une façon comme une autre de se démarquer de l'image trop peu payante du Languedoc-Roussillon. Historiquement et culturellement, le Gard est un département à part, entre Languedoc et Provence, entre Cévennes et Camargue, avec un esprit de résistance (dû à la culture protestante) très fort. Nîmes est effectivement le lieu de toutes ces rencontres. Tout en misant sur le renouveau des arènes et de la Feria, la Ville souhaite instaurer un « pass monuments » commun avec Arles et Avignon, deux villes ayant également un important patrimoine et se situant très près.

Précarité

Comme au niveau national, le nombre ici très important de bénéficiaires du RMI augmente sensiblement depuis 2002.

Administration

La mairie Maires de Nîmes de l'après guerre (deuxième guerre mondiale) à aujourd'hui (pour la liste exhaustive des Maires de 1790 à 1945, voir plus bas) :
- 1945-1947 : Léon Vergnoles (PCF)
- 1947-1965 : Edgar Tailhades (SFIO)
- 1965-1983 : Émile Jourdan (PCF)
- 1983-1995 : Jean Bousquet (UDF)
- 1995-2001 : Alain Clary (PCF, premier adjoint PS)
- 2001-2008 : Jean-Paul Fournier (UMP, premier adjoint UDF devenu PSLE) right Nîmes est divisée en sept cantons. Six d'entre eux ont Nîmes pour chef-lieu et sont formés d'une partie de la commune : Le Palais de Justice Nîmes est le siège de la Cour d'Appel du Gard, de l'Ardèche, du Vaucluse et de la Lozère. Nîmes est également le siège du Tribunal Administratif du Gard, du Vaucluse et de la Lozère.

Gastronomie

Il existe pour certains produits locaux l'appellation d'origine contrôlée « de Nîmes ». ;La brandade de Nîmes : plat typiquement nîmois, la brandade de morue est signalée dès 1786. Ce mets a acquis son titre de noblesse en 1830, grâce au célèbre cuisinier Durand. La brandade de Nîmes est faite de morue dessalée que l'on monte avec de l'huile d'olive et un peu de lait. Servie de préférence chaude, la brandade se mange également en feuilleté. Olives de Nîmes ;L'olive et l’huile d’olive de Nîmes : l'olive de Nîmes est une picholine. Sa chair abondante, ferme et douce se croque verte. Son huile au goût très fruité provient de fruits murs récoltés en décembre et janvier. ;La tapenade : c'est une pâte d'olives noires ou vertes que l'on pile avec des anchois, des herbes de Provence et de l'huile d'olive. On la déguste froide, tartinée sur du pain grillé. ;L'agneau de Nîmes : l'agneau de Nîmes est élevé sous la mère. Son âge ne doit pas dépasser trois mois. Ainsi, sa viande très blanche reste particulièrement goûteuse et appréciée des gourmets. ;Le croquant Villaret : sa recette tenue secrète par la famille Villaret et ses successeurs n'a pas changé depuis 1775. C'est un biscuit mince et doré fait à base de farine, de sucre, d’eau, de fleur d’oranger, d’extrait de citron et d’amandes, et particulièrement dur. ;Le petit pâté nîmois : c'est une croûte blonde, petite boîte ronde qui cache sous son couvercle un pâté réputé. On le trouve aux halles de Nîmes, dans quelques charcuteries et pâtisseries et on le déguste chaud. Gariguettes ;La fraise de Nîmes : disponible dès le 15 mars, la « fraise de Nîmes » est la première fraise printanière de France. De forme allongée et élégante, les deux variétés « Gariguette » (qui n'est pas strictement une spécialité nîmoise) et « Ciflorette » sont précoces, cultivées en pleine terre, et particulièrement parfumées. ;Les Costières de Nîmes et les Coteaux du Languedoc : le vignoble des Costières de Nîmes s'étend au sud de la Ville sur hectares. Celui des Coteaux du Languedoc s’étend plus à l’ouest de la ville. Rouge rosé ou blanc, la qualité de ces vins AOC n'ont cessé de s'améliorer ces vingt dernières années, permettant à certains Costières de Nîmes et Coteaux du Languedoc de figurer parmi les meilleurs vins français. Les vins de Nîmes, plus particulièrement de Langlade (village en bordure de Nîmes), sont loués par des chants provençaux. ;La zarzuela : spécialité espagnole adaptée à Nîmes, la zarzuela est une sorte de ragoût espagnol importé par les immigrants ibériques venus s’installer en masse dans la ville, fuyant le franquisme ou la misère. La colonie espagnole est importante à Nîmes et a amené avec elle de nombreuses traditions et coutumes adoptées et adaptées par une ville que les traditions taurines rapprochent de ce qui vient de la péninsule. ;La gardianne de Taureau : en Camargue, la viande de taureau, viande corsée, se déguste en « gardianne », c’est-à-dire, marinée dans du vin. Elle peut également se déguster en grillade, notamment lors des ferrades et fêtes champêtres en Camargue. ;La minerve : cette spécialité n'est pas strictement de Nîmes mais plutôt du sud (Gard et Hérault essentiellement). C'est un gâteau qui serait né à l’occasion de l’épiphanie. Les gâteaux des rois invendus par les boulangers auraient été découpés en tranche et recouverts d’une croûte sucrée donnant ainsi la minerve. ;L'oreillette : fameux beignet gardois, l’oreillette demeure une fabrication très artisanale. Sa forme évoque pour certains le pavillon d’une oreille. Ce beignet est traditionnellement préparé dans les familles et consommé pendant toute la période du carnaval. ;La fougasse d'Aigues-Mortes : fougasse de la cité médiévale d'Aigues-Mortes, non loin de Nîmes et que l'on peut également trouver dans cette ville. Une brioche glacée au sucre et levée à la fleur d'oranger. La recette reste secrète car cette fougasse est unique dans la région. De nombreuses boulangeries en préparent dans le Gard. ;La rouille d'Aigues-Mortes : rouille de la même cité gardoise avec du poulpe, de la pomme de terre et de l'aïoli, et que l'on retrouve également dans les restaurants nîmois. ;L'asperge des sables : elle est produite en Petite Camargue, dans la vallée du Rhône et dans la plaine de Beaucaire, près de Nîmes.

Quartiers (liste non exhaustive)

Boulistes à la Placette (ici devant le Temple de l'Oratoire) Quartier des Halles de Nîmes dans l'écusson La Préfecture sur l'Avenue Feuchères ZUP Nord de Nîmes La Maison d'Arrêt de Nîmes dans le quartier Mas de Possac Comme toutes les villes, Nîmes se décline dans ses quartiers, véritables repères géographiques, économiques, sociologiques et politiques à l’influence certaine par l’intermédiaire des Comités de Quartier, qui en comptent 50 à ce jour, regroupés en une active Union réussissant apparemment le tour de force de réunir quartiers chics et populaires sous une même bannière. Voici une énumération des quartiers les plus connus de la ville :
- Les Amoureux : Situé au sud du viaduc SNCF, ce quartier est composé de nombreuses maisons individuelles et villas. L’appellation fut contestée au siècle dernier, on rebaptisa même la rue des Amoureux, rue Sainte-Félicité.
- Camplanier : Au nord-ouest de la ville, le terme est très ancien et signifie champ plat.
- Castanet : Ce quartier situé vers la route de Sauve à l’ouest de Nîmes, porte le nom du propriétaire d’une guinguette très fréquentée au début du siècle.
- Courbessac : À l’extrémité est de la ville, le quartier est marqué par la base aérienne 726 remplacée depuis le 1 septembre 1998 par l'École Nationale de Police. Le terme Courbessac est très ancien. Près de la route d’Avignon en bordure du terrain d’aviation, un menhir oublié se dresse dans un terrain vague.
- La Placette : Historiquement, quartier populaire protestant, la « Placette » est aujourd'hui le quartier où vivent des Gitans sédentaires, des commerçants, des boulistes. Un village au cœur de Nîmes.
- L’eau Bouillie : Situé sur la route d’Alès, ce quartier porte le nom de la fameuse soupe provençale faite d’ail et d’huile d’olive. Un mas est à l’origine du nom. C’est vers ce quartier que les protestants se réunissaient au temps du désert. Ils eurent de nombreuses cachettes au cours des âges ; la grotte des Fées, les carrières de Barutel puis de Lecques, le Creux de l’Assemblée, etc.
- Le Vieux Nîmes (l'écusson) : centre-ville historique, où se trouvent de splendides demeures médiévales et hôtels particuliers du , et . Il est encadré par les boulevards Victor Hugo, Alphonse Daudet, Gambetta, Amiral Courbet, de Prague, de Bruxelles.
- Grézan : Ce quartier situé au sud-est de Nîmes près de la route de Beaucaire, porte le nom d’une ancienne ferme. Le terme vient de la nature gréseuse du terrain. C’est ici que fut retrouvée une magnifique statue-menhir exposée maintenant au musée archéologique.
- L'Îlot Littré : La restauration récente de ce quartier de l'écusson, habité par artisans teinturiers à partir du Moyen Âge est une réussite. Fer forgé, façades colorées, patios et terrasses l’ont patiné du charme d’un village provençal.
- Mas de Mingue : Avant Courbessac vers l’est, le quartier porte le nom de l’un des mas situés autrefois à la périphérie de Nîmes. Le sanctuaire Notre-Dame-de-Santa-Cruz attire un grand nombre de Pieds-noirs lors du pèlerinage, le jeudi de l’Ascension. Le quartier connaît un fort taux de chômage (environ 25 %). Actuellement, les résidents reprochent largement à la municipalité d'« abondonner le quartier ».
- Montaury : C’est une des sept collines nîmoises, elle culmine à 105 mètres. L’appellation viendrait de la couleur dorée qu’elle prenait au soleil levant autrefois.
- La Planète : C’est le quartier nord de Nîmes. Le nom vient de la topographie des lieux ; un vaste terrain plat (planet).
- Pissevin : Le terme vient de la viticulture. Un pissevin est un sarment taillé plus long. C'est notamment ici que s'est construit la ZUP (zone à urbaniser en priorité), construite par l'architecte Xavier Arsène-Henry, caractérisée par des tours de béton difficiles à vivre pour environ habitants (le taux de chômage y est de 20 %).
- Préfecture : Au , dès que la décision de faire passer la ligne au sud de la ville fut connue, un ingénieur des ponts et chaussées, Didion, fut chargé de dessiner un nouveau quartier entre la gare, dont il détermina l'emplacement, et la vieille ville. Les normes constructives furent strictes pour les hôtels particuliers et bâtiments (hauteur minimale, grille en ferronnerie, etc.) afin d'affirmer l'élégance du quartier. La volonté de construire l'hôtel de la préfecture sur l'avenue centrale du quartier (avenue Feuchères) consacra le caractère prestigieux et résidentiel du quartier. Aujourd'hui encore, ce quartier est un des plus prestigieux de Nîmes.
- Puech du Teil : Ce sommet culminant à 98 mètres est situé à l’ouest de la ville entre l’avenue Jean-Jaurès et la ZUP Le Teil c’est le tilleul. Une magnifique source, blottie au fond d’une grotte, a été réaménagée en 1995.
- Quais de la Fontaine : Quartier prestigieux situé entre le centre-ville et les Jardins de la Fontaine (un des plus beaux parcs publics français) et longeant le canal de la Fontaine du Square Antonin à la Maison de Santé Protestante.
- Quartier d’Espagne : Situé sur la route d’Alès, ce quartier porte le nom d’une fontaine. C’est là bas que se trouvait la carrière de Lecques dans laquelle les protestants célébraient le culte au temps du Désert.
- Saint-Césaire : Ce village rattaché à Nîmes, forme l’extrémité ouest de la ville. Le hameau est partiellement occulté par les zones industrielles et le marché.
- Serre Paradis : Ce petit coin de paradis culmine à 106 mètres. L’origine du terme vient peut-être de la qualité de la vie sur cette colline.
- Valdegour : Ce vallon caractérisé par des gours a vu émerger les tours de la ZUP, construite par l'architecte Xavier Arsène-Henry. Aujourd'hui, il n'existe plus de gours, ces trous d’eau du torrent dans lesquels il devait faire bon se baigner. Il reste le Gardon mais il est malheureusement bien loin de ces masses verticales où la vie est difficile pour environ habitants (le taux de chômage y est de 37 %). Les sept collines de Nîmes sont les suivantes : Puech du Teil, Montaury, Mont Duplan, Mont Cavalier, Canteduc, La Croix de Fer, Mont Margarot.

Monuments et lieux touristiques (liste non exhaustive)

Les arènes Le Carré d'Art Le Temple de Diane Le Castellum La Porte de France, dite aussi Porte d'Espagne La fontaine Pradier La Place d'Assas, imaginée par Martial Raysse Le crocodile de la Place du Marché par Martial Raysse Valz) Le Grand Temple Nîmes est classée ville d'art et d'histoire. Connue sous le nom de Colonia Nemausa à l'époque romaine, Nîmes possède de nombreux monuments romains : portes, temples — comme la célèbre « Maison Carrée » —, amphithéâtre, tours et remparts. L'aqueduc du pont du Gard a été construit au premier siècle de l'ère chrétienne pour alimenter la ville en eau depuis une source près d'Uzès. La ville possède également des édifices religieux, hôtels particuliers, places et musées prestigieux. L'amphithéâtre romain : « Les Arènes » Construit à la fin du premier siècle après J-C, l’amphithéâtre de Nîmes, l'un des mieux conservé au monde, mesure 133 mètres de long et 101 mètres de large. La façade, haute de 21 mètres, est composée de deux niveaux de 60 arcades chacun. À l’intérieur, près de spectateurs pouvaient assister aux combats d’animaux et de gladiateurs. Aujourd’hui, les arènes, lieu de prestige, se transforment régulièrement en une grande salle de spectacle où artistes nationaux et internationaux viennent se produire. Elles constituent de même le cœur des ferias de Nîmes, où des corridas réunissent des milliers de spectateurs venus du monde entier. Une légende affirme qu'un tunnel relierait les arènes de Nîmes à celles d'Arles (à 25 km). Ce tunnel traverserait ainsi le Rhône. En réalité, de nombreux tunnels existent sous les arènes, correspondant à un système très perfectionné d'égouts romains. La Maison Carrée Construit au après J.-C., ce temple romain, exceptionnel par son état de conservation, dominait le forum de la ville antique. Dédié à Caius et Lucius César, petits-fils et fils adoptifs de l’empereur Auguste, la Maison Carrée est le seul temple du monde antique entièrement conservé (ses façades sont en cours de restauration). La Maison Carrée est entourée d'une colonnade, élevée sur un podium et marquée dans son architecture classique par une influence grecque. Elle appartenait autrefois à un important ensemble immobilier. Le Carré d'Art Face à la Maison Carrée, en lieu et place de l'ancien théâtre detruit par les flammes en 1952, se trouve le Carré d'Art conçu par l'architecte lord Foster. le Carré d'Art regroupe la bibliothèque municipale classée, conservant un riche fonds ancien et proposant tous les services d'une médiathèque moderne, ainsi que le musée d'art contemporain, complété par une audiothèque et une petite médiathèque. La collection du musée comprend près de 370 œuvres et offre un panorama de la création contemporaine des années 1960 à nos jours La liste des œuvres est disponible sur un site externe : . Les Jardins de la Fontaine Aménagés au , les Jardins de la Fontaine constituent l’un des premiers jardins publics d’Europe. Respectant le plan du sanctuaire antique autour de la source fondatrice de la ville (Nemausus), J-Ph. Mareschal et Gabriel Dardailhon ont dessiné (sous l'influence de Le Nôtre) un jardin à la française où sont actuellement rassemblées de nombreuses espèces végétales méditerranéennes. Dans sa partie basse, se dresse le temple de Diane. Certainement associé au sanctuaire impérial, sa fonction exacte reste partiellement inconnue. La tour Magne La tour Magne domine les jardins de la Fontaine sur le mont Cavalier. Octogonale, la plus haute et la plus prestigieuse des tours de l’enceinte romaine Augustéenne se composait de trois niveaux au-dessus d’un soubassement. Aujourd’hui, le dernier étage a disparu et elle s’élève à 32 mètres au-dessus de son écrin de verdure. Par beau temps, elle constitue un point de vue permettant d’apercevoir le mont Ventoux, les Alpilles, les Cévennes, le mont Aigoual, le pic Saint-Loup et la plaine du Vistre, sans oublier la garrigue avoisinante. Le Castellum divisorium Situé dans le quartier du boulevard GAMBETTA, au pied de l'ancien Fort Vauban, devenu université, ce bassin de distribution d’eau arrivant d’Uzès via le Pont du Gard est unique. De ce bassin circulaire (5, 90 mètres de diamètre – 1, 40 mètre de profondeur) taillé dans le roc, des canalisations en plomb acheminaient l’eau vers les monuments, les fontaines et les différents quartiers de la cité antique. La porte d'Auguste Dite également « porte d'Arles », la Porte Auguste est une porte romaine de la ville, sur la Voie Domitienne qui fut une de ses portes principales et faisait partie des remparts. Sa borne militaire était le point de départ de la Via Domitia de Nîmes à Beaucaire. La Cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Castor de Nîmes Edifice roman flanqué d'une tour massive ayant subit les assauts des guerres de religion, l'intérieur a été entiérement remanié au . On remarquera cependant la chapelle du Rosaire, très bel exemple baroque du , un sarcophage paléochrétien et la frise du grand fronton de la façade extérieure, chef-d'œuvre de sculptute de l'art roman Le Musée des Beaux-Arts Construit en 1907 sur les plans de l'architecte nîmois Maximilien Raphel, il a été réaménagé en 1986-1987 par l’architecte Jean-Michel Wilmotte. Le musée abrite, outre de nombreuses peintures françaises, flamandes et hollandaises, des œuvres italiennes des et s, et une collection de peintures françaises des et s. Le musée du Vieux Nîmes Il est installé dans l’ancien palais épiscopal qui date de la fin du . Les collections présentent la vie à Nîmes depuis la fin du Moyen Âge. Le musée des Cultures taurines Inauguré en mai 2002 dans l'ancien bâtiment du Crédit municipal (anciennement « Le Mont de Piété »), ce lieu unique en France permet de découvrir une culture vivante qui perdure depuis l’Antiquité autour du culte du taureau et offre un véritable panel des traditions régionales (très présentes) et internationales. Le Musée archéologique Installé dans l'ancien collège des Jésuites (17), il présente des collections de l’âge du fer à l’époque gallo-romaine : céramiques sigillées, vaisselles en bronze, parures, objets artisanaux, collections d’inscriptions latines et verreries romaines. Le muséum d’histoire naturelle Également installé dans l'enceinte du collège des Jésuites, ce musée fut aménagé en 1892. Il abrite de très riches collections relevant des domaines des sciences de la nature, et des sciences de l’homme (il se classe au septième rang national pour la richesse de ses collections). La chapelle des Jésuites Datant du et classée au titre des monuments historiques, elle accueille aujourd’hui des expositions temporaires et des manifestations culturelles. La fontaine de Pradier et l'Esplanade. Monumentale fontaine (1851) au centre de l'Esplanade œuvre du sculpteur J. Pradier. La figure féminine représente la ville de Nîmes couronnée des arènes et des colonnades de la Maison Carrée, du palais de justice et de l'ancien théâtre. Elle est entourée de personnages allégoriques symbolisant le Gardon, le Rhône, la fontaine d'Eure et la fontaine de Nîmes. L'esplanade est dominée à l'est par la haute flèche de l'église Sainte Perpétue, au nord ouest par la palais de justice avec sa colonnade puis, en arrière, par les imposantes arènes. Au sud, le départ de la très large avenue Feuchères vers la grande gare ( 1842-1844) confère au site un aspect monumental. La place d'Assas Place du centre ville avec une importante fontaine. Elle fut imaginée par l'artiste Martial Raysse. La place du Marché Place au palmier magistral, animée par la fontaine au crocodile, créée par les artistes Martial Raysse, Silvio et Vito Tongiani. Le crocodile qui se rafraîchit dans l'eau du bassin en marbre et le palmier rappellent les armoiries de la ville. Il s'agit du seul endroit de Nîmes où figure une plaquette de nom écrite en occitan (Plan dau mercat) La porte de France Dite porte d'Espagne, elle compte une seule arcade en plein cintre surmontée d'une galerie aveugle décorée de pilastres toscans. Durant l'Antiquité, elle était flanquée de deux tours semi-circulaires. Visible de loin, elle signalait la présence de la Cité et du sanctuaire impérial située au pied de la colline autour de la Source. L'avenue Carnot Philippe Starck y a aménagé en 1987 un abribus, monumental cube en marbre vert, au dessus duquel on retrouve la figure emblématique du crocodile. Hôtels particuliers notoires
- Hôtel de la Baume
- Hôtel de l'Académie
- Hôtel Boudon
- Hôtel Colomb de Daunant, anciennement Hôtel Foulc et son jardin d'hiver, datant de 1855, réaménagé selon un plan inspiré d'Édouard André, puis transformé en véritable serre par la construction, vers 1907, d'une double verrière.
- Hôtel Fontfroide
- Hôtel Meynier de Salinelles
- Hôtel Novy de Caveirac, dit Chouleur
- Hôtel Rivet
- Hôtel Régis
- Hôtel de Bernis
- Hôtel de Rozel Édifices religieux notoires
- Le Petit Temple
- Le Grand Temple
- L'Oratoire
- La cathédrale Saint Castor
- La Chapelle Sainte Eugénie
- L'église Saint-Paul
- L'église Saint Charles
- L'église Sainte Perpétue
- L'église Saint Baudile
- La Synagogue

Événements culturels et festifs

La ville, depuis quelques années, entreprend la création de nouvelles animations et festivités. En effet, Nîmes a depuis longtemps le surnom de « belle endormie ». Cependant, il est manifeste que les fonds alloués aux associations, autrefois très importants pour une ville de cette taille, sont depuis 2002 en forte baisse.
-La ville est connue pour ses feria (qui existent officiellement depuis 1952) :
- la feria de Pentecôte, dite Feria de Nîmes, du mardi au lundi qui suit (fin mai - juin)
- la feria des Vendanges en septembre (second week-end, trois jours)
- la feria de Primavera, en février (deux jours). Celle-ci n'existe plus aujourd'hui car une toile appelée « la bulle » par les nîmois recouvrait les arènes et protégeait ainsi les spectacles de l'hiver, cette bache n'est plus installée d'où la suppression de la feria de primavera. À cette occasion, des corridas, qui se pratiquent officiellement à Nîmes depuis 1853 (il y avait des courses de taureaux depuis bien plus longtemps) sont organisées, avec ou sans mises à mort, dans les arènes romaines. Les rues sont envahies par des peñas (orchestres de rue d'origine espagnole), et des bodegas (bars souvent temporaires) ouvrent au centre ville en caves ou en extérieurs. La feria de Pentecôte constitue la première fête populaire d'Europe (en terme de fréquentation : entre et personnes) sur trois jours. Agenda annuel des principales manifestations culturelles et festives :
-Festival de la biographie : chaque année en janvier.
-Tournoi européen de tir à l'arc : chaque année en fin janvier.
-Épreuves de la Coupe du monde d'escrime : chaque année.
-Différentes épreuves sportives nationales ou internationales : chaque année en février.
-Festival des auteurs psy : chaque année en mars.
-Salon européen de la BD : chaque année en mai.
-Les journées méditerranéennes de l'olivier en mai (dates et le programme )
-Les journées de l'environnement et du développement durable : chaque année en mai.
-Le Temps des Jardins : festival culturel et musical chaque année en juin.
-Salon du livre d'artiste : chaque année en juin.
-Les jeudis de Nîmes : tout l'été de chaque année, marchés ouverts en plein air durant la soirée.
-L'Université Occitane d'Eté : chaque année au mois de juillet, les associations M.A.R.P.OC. (Maison pour l'Animation et la Recherche Populaire OCcitane) et I.E.O. 30 (Institut d'Estudis Occitans) organisent une semaine de conférences, de colloques et de spectacles dont le thème central est l'Occitanie.
-Festival de Nîmes : festival de musique où se retrouvent de nombreux groupes et artistes d'envergure internationale, en juillet de chaque année.
-Festival Flamenco : chaque année.
-L'exposition annuelle du musée archéologique de Nîmes.
-ARTéNIM : Foire d'Art contemporain, chaque année en fin septembre.
-Nimagine : salon de l'artisanat, pendant huit jours à la mi-novembre de chaque année.
-Salon des Antiquaires : première quinzaine de décembre, chaque année.
-Théâtre : riche programmation tout au long de l'année.
-Le Carré d'Art : musée d'art contemporain ayant une des plus importantes collections de France.
-De nombreuses autres manifestations et festivals ponctuels, se renseigner auprès de l'office de tourisme

Culture et Loisirs

La Maison du Protestantisme Cette liste tend à énumérer les lieux culturels fréquemment visités, importants et/ou ayant une certaine influence sur les résidants et/ou les « élites » de la ville :

Sociétés savantes, culturelles, religieuses


- Académie de Nîmes (société savante) : une des plus anciennes de France. Officiellement reconnue par Louis XIV, l'Académie royale de Nîmes s'est vue conférer, par lettres patentes d'août 1682 « les honneurs, privilèges, facultés, franchises et libertés » dont jouissait depuis 1635 l'Académie française. Fidèle à ses traditions, elle travaille à l'enrichissement du patrimoine culturel, local (Nîmes, Gard), régional (Languedoc-Provence) et national. Sans jamais oublier la devise inscrite au fronton de son hôtel du 16 de la rue Dorée : NE QUID NIMIS (Rien de trop).
- Maison du Protestantisme : Centre de rencontres, d’accueil et d’échanges, la Maison du Protestantisme se veut la vitrine nîmoise des Réformés et de leur histoire, très liée à la cité. Située à deux pas de la Maison Carrée et du Carré d’Art, elle a vocation à recevoir les visiteurs en organisant des circuits touristiques protestants. Quelques vitrines donnent un aperçu des collections du patrimoine réformé, qui manquent d’un espace permanent d’exposition au Musée du Vieux-Nîmes. La Maison du Protestantisme (qui n’est pas un temple) est selon ses responsables, une « expérience de médiation entre une confession religieuse et son environnement urbain ». À l’échelle du département, elle met en place des itinéraires : « Sur les traces des huguenots, des Cévennes à la Méditerranée ».

Bibliothèques et médiathèques

- Bibliothèque Jean-Paulhan
- Bibliothèque municipale du Carré d'Art
- Médiathèque Marc Bernard

Musées

- Museum de Nîmes d'histoire naturelle : collections relevant de tous les domaines des sciences de la nature et de certains secteurs des sciences de l'Homme
- Musée Archéologique : Un des plus importants de France avec une très riche collection antique
- Musée d'Art Contemporain du Carré d'Art : panorama de la création des années 1960 à nos jours
- Musée des Beaux-Arts : collection remarquable de peintures françaises , flamandes et hollandaises, œuvres italiennes du
- Musée des cultures taurines : collections autour du « culte » du taureau. À Nîmes, la culture taurine et plus spécifiquement la tauromachie, est extrêmement marquée. On peut constater l'ancienneté de ce rite en observant attentivement l'amphithéâtre romain : deux avant-corps de taureaux, émergeant d’un frontispice, rappellent l’univers des jeux taurins de l'époque. Leur présence s’expliquerait par le goût de l’empereur Auguste pour cet animal, car ses ancêtres venaient de la ville qui l’honorait, Thurium. Aujourd'hui, si la corrida est le spectacle le plus prisé des arènes et le plus présent, il en est d’autres très appréciés : outre certains combats sans « mise à mort », les courses à la cocarde, ou courses camarguaises, connaissent un grand succès. Ce jeu réunit dans l’arène taureau ou vachette d’une part, et razetteurs d’autre part ; il s’agit pour ces derniers de décrocher, à l’aide d’un peigne, la cocarde fixée entre les cordes de l’animal. Ce jeu demande beaucoup de souplesse et de vivacité pour les razetteurs qui doivent éviter les charges et les cornes de l’adversaire en sautant sur les barricades qui entourent la piste.
- Musée du Vieux Nîmes : présente la vie de Nîmes depuis la fin du Moyen Âge
- Musée des Antiques : à l'intérieur de la Maison Carrée, archéologie gallo-romaine
- Musée du Chemin de fer : exposition, locomotive électrique, documentation

Galeries, salles d'expositions

- Chapelle des Jésuites : expositions temporaires
- Galerie 4 : galerie d'Art
- Galerie Anne Paulin : Galerie d'Art
- Galerie Jules Salles : Galerie d'Art
- Galerie des Arènes : Galerie d'Art

Théâtres et salles de spectacles

- Théâtre ATP
- Opéra La Calade
- Théâtre Mobile Homme
- Théâtre Beau Parleur
- Théâtre l'Armature
- Théâtre Télémac
- Théâtre de l'Odéon
- Théâtre du Périscope
- L'Odéon : salle de spectacle
- Comédia 7 : salle de spectacle

Cinémas

- Cinéma complexe Forum
- Cinéma d'Art et d'Essai
- Cinéma multiplexe Forum Kinépolis

Divers

- Centre culturel et sportif Pablo Neruda
- Planétarium du Mont Duplan : reproduction et simulation de phénomènes astronomiques
- Palais des Expositions

Nîmes dans la littérature

-Le Charroi de Nîmes (chanson de geste)
- (chanson provençale)

Marchés

Les marchés de Nîmes participent incontestablement à l'animation de la ville. Lieu de vie, lieu de rencontre, lieu d'échange, le marché est considéré ici comme étant indispensable à la cohésion sociale et au développement économique des quartiers. Ainsi, chaque jour un marché est installé dans un quartier différent de la ville. Marché à thème (fleurs, puces, arts...) ou tout simplement marché pour profiter des produits de saison. Le principal marché, celui du vieux Nîmes, reste celui des Halles. Ouvert 7 jours sur 7 et 364 jours par an, ses étals exposent effectivement les meilleurs produits régionaux. Voici donc une liste de ces importants marchés :
- Les Halles de Nîmes : Marché alimentaire couvert (poisson, volaille, fromage, olives, charcuterie, fruits et légumes, pain...) avec de nombreuses spécialités nîmoises et provençales, sans doute un des meilleurs marchés de tout le sud de la France
- Stade des Costières : Articles de marché, habillement, bonbons, textiles, fleurs ; pépiniéristes, arboriculture ; Marché aux puces et aux véhicules d'occasion
- Boulevard Jean-Jaurès Sud : Brocante, expo-vente matériel agricole, loisirs, aménagements de la maison ; producteurs agricoles.
- Chemin Bas d'Avignon : producteurs agricoles, articles de marché, démonstration, postiches
- Place Pierre de Fermat : tous commerces
- Debussy : tous commerces
- Mas de Mingue - Jean Paulhan : tous commerces
- Place du Griffe - Saint-Cézaire : alimentaire (coquillages, poisson, volaille, fromage, huile, olives, fruits secs, vins, charcuterie, fruits et légumes, miel, pain)
- Esplanade : livres et disques
- Boulevard Gambetta : marché de la création, Artisanat d'Art.

Sport

Infrastructures

Le Stade des Costières Nîmes a construit d'assez importantes infrastructures. En voici la liste :
- 32 complexes, stades ou gymnases
- 3 salles omnisports et spécialisées (dont un boulodrome couvert ultra moderne)
- 5 piscines couvertes (dont la dernière, inaugurée en 2007 "olympique" )
- 1 hippodrome (Hippodrome des Courbiers)
- 1 circuit automobile (Circuit de Lédenon)
- 1 aérodrome (aérodrome de Courbessac)

Principaux clubs (liste non exhaustive)

Il existe de très nombreux clubs sportifs, ci-dessous sont énumérés ceux ayant le plus d'adhérents (ou de supporters) dans chaque discipline et étant assez présents sur la scène locale :
- USAM(handball) plusieurs fois champions de France
- Nimes Olympique (football)
- Handball Cercle Nîmes
- RCN (Rugby Club de Nîmes)
- Arc Club de Nîmes
- Sun omnisports de Nîmes (Club universitaire de sports)
- Société d'escrime du Stade des Costières
- Rythmique Club de Nîmes (Gymnastique)
- École taurine de Nîmes
- JSCBA (Basket)
- Fédération française de pétanque et jeu provençal
- Joutes du Gard
- Fédération française de courses camarguaises
- FFJDA (Judo)
- Centre Karaté Nîmois
- Club nîmois de water-polo
- Club nîmois de bowling
- Équipe de Base Ball de Nîmes
- Club de rollers de Nîmes
- Nautic Club Nîmois (Natation)
- CPAL (Parachutisme)
- ASN (Club de spéléologie)
- 3 Golfs Clubs (Club de Nîmes Campagne, Golf Club de Nîmes Vacquerolles, Ligue du Languedoc-Roussillon de Golf)
- Fédération Gardoise de Pêche
- Ski Club de Nîmes
- Boxing Club Nîmois
- Association de chasse
- Aéro Club de Nîmes Courbessac
- Squash Club des Arènes
- 5 Tennis Clubs (Club des Hauts de Nîmes, Club du Mas de Galoffre, Club de la Cigale, Club du Bas Rhône, Club de Ventabren)
- Tennis de table gardois
- Amicale Nîmes Volley Club
- Club Tour Magno Gardiano, équitation
- Club d'Athlétisme du CACG30
- SSN (Soleil Sport Nature, canyoning)
- Club Nîmois de Hockey sur glace
- Nîmes Métropole Sports de glace
- Black Bunny Scuba Dive (Plongée)
- SPB (Snooker, Pool et Billards)
- Comité Départementale de Randonnée pédestre
- Sport Moteur Association (sport auto)
- Moto Club des Costières
- Centurions Nîmes (football américain)
- SNT (Société nîmoise de tir)
- Il est a noter que Nîmes n'est pas membre de l'Union des Villes Taurines Francaises.

Éducation

Nîmes devient une vraie ville universitaire autour des sites de Vauban, des Carmes et du nouveau site Hoche, où à étudiants sont prévus d'ici 2010. Derrière la fidélisation des jeunes à Nîmes, l'objectif avoué était d'y obtenir la création d'une véritable université de plein exercice. Ce qui a été obtenu en 2006, pour la rentrée universitaire 2007.

Enseignement supérieur (liste non exhaustive)

L'enseignement supérieur à Nîmes tend à se développer rapidement, suite à une forte volonté politique et à une demande croissante de la part d'une population locale qui ne cesse d'augmenter. À l'heure actuelle, la population étudiante de Nîmes est d'environ étudiants, dont près de à l'Université de Nîmes IUT de Nîmes UFR Médecine à Nîmes Le site des Carmes, pôle "Sciences" Le collège Feuchères

Enseignement supérieur public

- L'Université de Nîmes, située sur 3 pôles :
- Site Vauban (Arts, Droit, Économie, Lettres, Sciences Sociales, Psychologie)
- Site des Carmes (Sciences)
- Parc scientifique et technique Georges-Besse (avec la CCI de Nîmes)
- UFR de Médecine de Montpellier, site de Nîmes (Université Montpellier 1)
- Institut universitaire de technologie (Génie Civil, GEII, SGM, GMP, GEA) (IUT) (Université Montpellier 2)
- École d'infirmières (CHU de Nîmes)
- École de sages-femmes (Université Montpellier 1)
- Institut Universitaire Formation des Maîtres (IUFM)
- Classes Préparatoires Scientifiques (Maths Sup, Maths Spé), Littéraires et Economiques (Lycée Alphonse Daudet)
- École de Notariat
- École des Beaux-Arts
- École des mines d'Alès, Institut EERIE
- École nationale de musique
- École nationale de Police
- École des employés territoriaux
- BTS (dans la plupart des lycées publics de la ville)
- Centre national des arts et métiers (CNAM Nîmes)

Enseignement supérieur privé

- Airways Formation - École de formation de Pilote de ligne
- Institut Vatel
- IFCE Nîmes (baccalauréat professionnel, BTS et formations supérieures)
- IFAG Nîmes (École supérieure de commerce)
- IFSI Croix rouge
- BTS (Institut Emmanuel d'Alzon)
- Management industrielle QSE
- IPESUD
- Pigier (formation initiale/formation en alternance)
- Soforma (BTS)
- Maison des Compagnons
- École de l'ADN
- Formatic Santé

Autres

- 42 écoles maternelles publiques
- 43 écoles primaires publiques
- 12 écoles élémentaires privées
- 12 collèges publics
- 6 lycées publics (Ernest-Hemingway ex-Camargue ; Albert-Camus ex-Montaury ; Philippe-Lamour ; Alphonse-Daudet ; Genevieve-Anthonioz-de-Gaulle(situé à Milhaud) ; et Dhuoda :technologique)
- 5 lycées et collèges privés (D'Alzon, St-Stanislas, St-Vincent-de-Paul, St-jean-bastiste- delassalle, de la CCI)
- 4 lycées d'enseignement professionnel publics ( Jules-Raimu, Gaston-Darboux, Frédéric-Mistral, et Voltaire ex-l'étincelle)
- 1 lycée agricole public ( Mas Boulbon)

Principales personnalités

Buste d'Antonin le Pieux au British Museum de Londres Voici une liste non exhaustive des personnalités locales qui sont nés à Nîmes, ou d'origine nîmoise, ou qui ont joué un rôle important au sein de la commune. Aucune de ces personnalités n'est une simple personnalité « de passage » dans la cité « romaine ».
- Domitius Afer (décédé en 60), orateur et avocat romain, né à Nemausus (Nîmes)
- Titus Aurelius Fulvius, grand-père paternel de l'empereur romain Antonin le Pieux. Nîmes lui doit son titre de « Cité des Antonins »
- Guy Foulques , né à Saint-Gilles, élu pape sous le nom de Clément IV. Mort en 1268 Clément IV
- Jean Nicot, (1530-1600), diplomate, il fut le premier à réellement importer le tabac en Europe, quatre ans après que le moine Angoumois André Thevet a ramené pour la première fois quelques graines du tabac, et à le développer, croyant en l'effet curatif de la plante. L'alcoïde nicotine est tiré de son nom
- Jean Cavalier (1689-1740), né à Ribaute, le plus célèbre des chefs camisards.
- Charles-Joseph Natoire (1700-1777), peintre français qui fut notamment directeur de l'Académie de France à Rome
- Louis-Joseph de Montcalm (1712-1759), général, participa activement aux batailles d'Amérique du Nord Portrait de Charles-Joseph Natoire, attribué à Gustaf Lundberg. Paris, musée du Louvre.
- Paul Rabaut (1718-1794), célèbre pasteur nîmois qui contribua largement à la paix civile à Nîmes au siècle
- Jean-Paul Rabaut de Saint-Étienne (1743-1793), pasteur protestant nîmois et député du Tiers Etat aux États généraux de 1789. Co-rédacteur de la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen, président de l'Assemblée constituante en 1790, exécuté en 1793
- François Guizot, né à Nîmes en 1787, issu d'une grande famille protestante nîmoise ; haut fonctionnaire, conseiller d'État, ambassadeur, ministre plusieurs fois, député et président du Conseil. Homme de lettres, académicien, historien, théoricien, écrivain et professeur
- Paulin Talabot (1799-1885), industriel né à Limoges, il construit le premier chemin de fer gardois (Alès-Nîmes-Beaucaire). Il est élu président du conseil général du Gard de 1865 à 1870
- Adolphe Crémieux, né en 1796, fils d'un commerçant nîmois juif modeste ; juriste, philanthrope et franc-maçon, ministre de la justice dans le Gouvernement de Défense nationale de 1870 — après la défaite de Sedan
- Alphonse Daudet (1840-1897), célèbre écrivain Alphonse Daudet
- Paul Soleillet explorateur célèbre, né en 1842
- Louis-Nathaniel Rossel, né en 1844 à Saint-Brieuc issu d'une grande famille protestante nîmoise et de Saint-Jean-du-Gard, descendant de Camisards. Ministre de la Guerre de la Commune de Paris. Fusillé par les « Versaillais » en novembre 1871 Louis-Nathaniel Rossel
- Ernest Denis, historien spécialiste de la Tchécoslovaquie considéré comme le co-fondateur du nouvel État tchécoslovaque en 1918
- Charles Gide (1847-1932), originaire d'Uzès, oncle d'André Gide, théoricien du mouvement coopératif, fondateur de l’« École de Nîmes »
- Gaston Doumergue, né à Aigues Vives près de Nîmes, résidant dans la « ville romaine », président de la République entre 1924 et 1931
- Édouard Daladier, homme politique célèbre, a fait ses études secondaires à Nîmes mais était originaire du Vaucluse à une trentaine de kilomètres. Président du Conseil de 1938 à 1940
- Jean Paulhan (1884-1968), écrivain, critique, éditeur
- Nimeño II (1954-1991), torero célèbre
- Robert Lafont (1923 linguiste, historien de la littérature occitane, poète, auteur de nouvelles, et dramaturge en occitan
- Jean Carrière (1934-2005), célèbre écrivain

Autres personnalités (par catégorie)

Voici une liste non exhaustive des personnalités locales qui sont nés à Nîmes ou dont la famille est tout à fait nîmoise ou qui ont joué un rôle important au sein de la commune. Aucune de ces personnalités n'est une simple personnalité « de passage » dans la cité « romaine ». Artistes divers
- Léonce Bénédite (1859-1925), critique d'art
- Jean Bosc (1924-1973), dessinateur
- Thomas Cadène (1976- ), dessinateur, illustrateur
- Marc Dautry (1930- ), illustrateur
- Charles Durand (1766-1854), cuisinier, gastronome
- Jacques Espérandieu (1829-1874), architecte,
- Barthélemy Guibal (1699-1757), sculpteur
- Bernadette Lafont (1938-), comédienne
- Denis Loré, matador de toros,
- Christian Montcouquiol dit « Nimeño II », matador de toros Statue de Nimeño II devant les arènes de Nîmes
- Léopold Morice (1846-1919), sculpteur
- Antoine Renard (1825-1872), ténor
- Philibert Rouvière, comédien
- Jehan Testevuide, caricaturiste
- Hugot, dessinateur
- Patrick Laviosa, comédien Écrivains
- Elisabeth Barbier, romancière
- Henry Bataille (1872-1922), dramaturge et poète célèbre
- Bartolomé Bennassar (1929- )
- Marc Bernard, écrivain et prix Goncourt 1942 avec Pareil à des enfants
- Paul Bonnetain, écrivain
- Jean Carrière (1934-2005), prix Goncourt 1972 avec l'Épervier de Maheux
- Jacques Cassagne, abbé
- André Chamson (1900-1983)
- Denys Colomb de Daunant (1922-2006), co-auteur de « Crin-Blanc » notamment
- Antoine Court de Gébelin, écrivain
- Ernest Daudet, écrivain et journaliste
- Alphonse Daudet, auteur notamment des Lettres de mon moulin et de Tartarin de Tarascon
- Léon Daudet, fils du précédent, écrivain et homme politique
- Jean-Pierre Claris de Florian (1757-1794), écrivain et fabuliste
- Christian Giudicelli (1942- ) : écrivain, poète, chroniqueur littéraire
- Frédérique Hébrard (1927- )
- Barthélemy Imbert, poète et dramaturge Bernard Lazare
- Bernard Lazare (1865-1903), journaliste et écrivain, qui le premier prendra la défense du capitaine Alfred Dreyfus en 1895
- Christian Liger (1937-2002), romancier
- Jean-Max Méjean (1948), écrivain de cinéma et critique
- Frédéric Mistral (n'est pas né à Nîmes mais y vécut, y passa son baccalauréat)
- Jean Paulhan (1884-1968), issu de grandes familles protestantes, illustre écrivain, critique et éditeur, créateur de la « NRF » - La Nouvelle Revue Française. Membre de l'académie française
- Carlo Rim (1902-1989), romancier, essayiste, scénariste et réalisateur,
- Antoine de Rivarol (1753-1801), écrivain Antoine Rivarol
- Alexandre Vincens-Valz, érudit écrivain Entrepreneurs
- Famille André, grands industriels du textile et de la soie puis banquiers
- Jean Bousquet, fondateur de la marque de vêtements de prêt-à-porter Cacharel, couturier
- Famille Colomb de Daunant, grands industriels de la soie
- Edmond Foulc, entrepreneur textile, collectionneur et mécène
- Louis Perrier, docteur nîmois, c'est lui qui créa la Société des Eaux Minérales, Boissons et Produits Hygiéniques de Vergèze, futur eau de Perrier
- Paulin Talabot, créateur de la société « PLM » (Société des chemins de fer Paris-Lyon-Méditerranée) Juristes
- Domitius Afer, célèbre avocat et orateur romain
- Henri Donnedieu de Vabres, qui fut le seul avocat représentant la France au procès de Nuremberg, et le grand-père d'un récent ministre de la culture (gouvernement de Dominique de Villepin : 31 mai 2005 - 6 mai 2007) Portrait de Louis-Joseph de Montcalm Militaires
- Jean Cavalier, Chef Camisard
- Gabriel Donnadieu, général
- Louis-Joseph de Montcalm, général
- Rolland, Chef Camisard
- Louis-Nathaniel Rossel, colonel, ministre délégué à la guerre de la Commune de Paris Musiciens, chanteurs
- Bruno d'Auzon, compositeur
- Jules Duprato, compositeur
- Marguerite Long, pianiste
- Etienne Ozi, bassoniste
- Ferdinand Poise, compositeur
- Patrick Laviosa, pianiste, arrangeur, compositeur, interprète
- Sébastien Damiani, pianiste, compositeur
- Julien Doré, musicien, chanteur Peintres
- Auguste Chabaud (1882-1955)
- Paul Colin
- Charles Jalabert, (1819-1901)
- Lucien Lautrec (1909-1991)
- Adolphe Perrot
- Jules Salles-Wagner
- Claude Viallat, né en 1936, co-fondateur et animateur du mouvement « Support-Surface » Personnalités politiques
- Édouard André, député du Gard
- Ernest André, député du Gard
- Jean Bousquet, député-maire de Nîmes
- Alain Clary, député-maire de Nîmes
- Gaston Crémieux, révolutionnaire
- Gaston Defferre, ministre et maire de Marseille, n'est pas né à Nîmes mais y fit ses études au lycée
- David Dombre, révolutionnaire et banquier
- Adrien Victor Feuchères, baron d'Empire
- Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes
- François Guizot, ministre François Guizot
- Emile Jourdan, député-maire de Nîmes
- Jean Nicot, diplomate qui importa le tabac en France en 1560 et donna son nom à la nicotine
- Elie Peyron(1857-1941), avocat, co-fondateur de la Revue Socialiste, membre de l'académie de Nimes Elie Scipion Peyron 1857-1941
- Jean-Paul Rabaut Saint-Étienne, pasteur député membre de la Constituante
- Louis-Nathaniel Rossel, ministre délégué à la guerre de la Commune de Paris
- Simon Sutour, sénateur du Gard
- Edgar Tailhades, sénateur-maire de Nîmes
- Paulin Talabot, président du Conseil général du Gard
- Jean Valz, membre du Club de la Constitution, administrateur de la ville Louis Roumieux Poètes
- Antoine Hippolyte Bigot, poète occitan provençal
- Jean Reboul (1796-1864), poète-boulanger
- Louis Roumieux, poète occitan provençal
- Joseph Roustan, poète occitan provençal Théologiens et religieux
- Claude Brousson, pasteur
- Saint Léonce, prélat
- Abraham Mazel, prophète du « Désert »
- Elie Marion, prophète du « Désert »
- Paul Rabaut, pasteur du « Désert »
- Jean-Paul Rabaut Saint-Étienne, pasteur
- Samuel Vincent, théologien protestant Scientifiques et Philosophes
- Claude Baduel, professeur
- Pierre Baux (1679-1732), médecin
- Pierre Baux, médecin, météorologue, botaniste, naturaliste
- Roger Bastide, sociologue
- Gaston Darboux, mathématicien
- Ernest Denis, historien spécialiste de la Tchécoslovaquie considéré comme co-fondateur du nouvel État tchécoslovaque en 1918. Un buste le commémore sur une place de Prague
- Charles Célestin Dombre, ingénieur ferroviaire
- Charles Léon Dombre, ingénieur hydraulique, président de la Chambre de commerce
- Louis Dumas, musicographe Benjamin Valz
- Louis Massebieau, historien
- Jean-François Séguier, botaniste
- Benjamin Valz (1787-1867), astronome Sportifs
- Isabelle Blanc, snowboardeuse
- Emmanuel Boileau de Castelnau, alpiniste
- Didier Camberabero, joueur de rugby
- Kader Firoud, footballeur
- Virginie Razzano, joueuse de tennis
- Eva Serrano, gymnaste
- Damien Tixier, footballeur

Les Maires de Nîmes de 1790 à 1945

Source : archives Municipales de Nîmes.
-Jean-Antoine Teissier, baron de Marguerittes : 3 février 1790
-Murjas, Duroure, Ferrand de Missols, Perrin, présidents dès juillet 1790 de l'administration municipale
-Jean-Scipion Lagarde : 2 avril 1791
-Étienne-David Meynier de Salinelles : 6 janvier 1793
-Joseph-Antoine Courbis : 7 septembre 1793
-Léon Teissier, faisant fonction de maire : 15 septembre 1794
-Montaud, faisant fonction de maire : 24 octobre 1794
-Pépin, faisant fonction de maire : 21 novembre 1794
-Archinard, faisant fonction de maire : 19 février 1795
-Alison : 23 mars 1795
-Vincent Valz, premier officier municipal : 14 mai 1795
-Vincent Valz : 27 mai 1795
-Antoine Allut, président de l'administration municipale : 3 mai 1796
-Paris, président de l'administration municipale : 2 mars 1798
-Aurivel, président de l'administration municipale : 1799
-Blachier, président de l'administration municipale : 9 janvier 1800
-Dominique-Casimir Fornier de Valaurie : 8 mars 1800
-Perrin de Vertz, adjoint faisant fonction de maire : septembre 1811
-Scipion-Charles Barnabé Boileau de Castelnau : mai 1812
-Scipion-Charles Barnabé Boileau de Castelnau : 25 mai 1813
-Paul-Guillaume de Daunand : 19 juillet 1814
-Louis-Marie-Casimir de Vallongue : juillet 1815
-Charles de la Boissière : décembre 1817
-Augustin-Antoine Cavalier : 15 mars 1819
-Louis-Marie-Casimir de Vallongue : 21 août 1824
-Eugène de Cabrières, adjoint faisant fonction de maire : avril 1825
-Marie-Joachim-Isidore de Chastellier : 19 mai 1825
-Ferdinand Girard : 19 janvier 1832
-Ferdinand Girard : 12 février 1835
-Ferdinand Girard : 21 février 1838
-Ferdinand Girard : octobre 1840
-Ferdinand Girard : 30 octobre 1843
-Ferdinand Girard : 22 novembre 1846
-Émile Causse, président de la commission municipale : 26 février 1848
-Octavien Troupel, président de la commission municipale : 8 avril 1848
-Frédéric Fargeon, adjoint faisant fonction de maire : juin 1848
-Philippe Eyssette : 23 août 1848
-Frédéric Vidal, adjoint faisant fonction de maire : février 1851
-Frédéric Vidal : 24 juillet 1852
-Jacques-Philippe Pérouse : 29 décembre 1854
-Jacques-Philippe Pérouse : juin 1855
-Jean Duplan, adjoint faisant fonction de maire : 21 août 1856
-Jean Duplan : 12 août 1857
-Jean Duplan : 14 juillet 1860
-Fortuné Paradan, adjoint faisant fonction de maire : janvier 1861
-Fortuné Paradan : 28 décembre 1861
-Auguste Fabre : 26 août 1865
-Gaston Balmelle, adjoint faisant fonction de maire : décembre 1867
-Gaston Balmelle : 20 février 1869
-Auguste Demians : 6 septembre 1870
-Perrier, faisant fonction de maire : 24 janvier 1871
-Irénée Ginoux, adjoint faisant fonction de maire : mars 1871
-Hyacinthe Lamarque, cons munic fonction de maire : avril 1871
-Adolphe Blanchard : 28 mai 1871
-Adolphe Blanchard : 31 janvier 1874
-Adolphe Blanchard : 28 janvier 1878
-Louis Monteils-Nougarède, premier conseiller municipal, maire : 10 juillet 1880
-Ali Margarot, président de la délégation municipale : 5 novembre 1880
-Ali Margarot : 6 février 1881
-Ali Margarot : 1 mai 1882 (Premier maire élu par le conseil municipal)
-Ali Margarot : 18 mai 1884
-Henri Bertrand, adjoint faisant fonction de maire : avril 1885
-Gaston Maruejol : 5 juin 1885
-Numa Gilly : 20 mai 1888
-Alexandre Bouchet, président de la délégation municipale : 15 décembre 1888
-Numa Gilly : 24 janvier 1889
-Lucien Pascal, adjoint faisant fonction de maire : février 1889
-Lucien Pascal : 6 avril 1889
-Jules Delon-Soubeyran, président de la délégation municipale : 6 septembre 1890
-Numa Gilly : 24 octobre 1890
-Antoine Allemand : 21 décembre 1890
-Jules Delon-Soubeyran, président de la délégation municipale : 26 février 1891
-Alexandre Bouchet : 22 mars 1891
-Émile Reinaud : 15 mai 1892
-Émile Reinaud : 17 mai 1896
-Gaston Crouzet : 20 mai 1900
-Gaston Crouzet : 15 mai 1904
-Jules Pieyre : 17 mai 1908
-Marius Valette : 6 juin 1909
-Hubert Rouger, adjoint faisant fonction de maire : juillet 1909
-Hubert Rouger : 9 août 1909
-Charles Vauriot, adjoint fonction de maire : août 1910
-Marius Valette : 30 octobre 1910
-Marius Valette : 18 mai 1912
-Élie Castan : 27 mai 1914
-Gustave Domjean, adjoint faisant fonction de maire : 20 septembre 1919
-Josias Paut : 10 décembre 1919
-Hubert Rouger : 17 mai 1925
-Hubert Rouger : 19 mai 1929
-Hubert Rouger : 19 mai 1935
-Étienne Velay, président de la délégation spéciale : 14 novembre 1940
-Étienne Velay, nommé maire : 10 mars 1941
-Paul Cabouat, président du comité local de Libération : 24 août 1944
-Georges Bruguier, président de la délégation spéciale : 5 janvier 1945

Jumelages

- 25px Preston (Angleterre) ( ), depuis 1955
- 25px Vérone (Italie) ( ), depuis 1960
- 25px Brunswick en Basse Saxe (Braunschweig, Allemagne), depuis 1962
- 25px Prague (République tchèque) ( ), depuis 1967
- 25px Francfort-sur-l'Oder (Allemagne) ( ), depuis 1976
- 25px Salamanque (Espagne) ( ), depuis 1979
- 25px Rishon LeZion (Israël), depuis 1986
- 25px Meknès (Maroc) , depuis 2005 Une convention de parrainage lie la municipalité à la frégate anti-sous-marine Montcalm (Marine nationale française)

Transport

- 2 autoroutes : A9 et A54
- 3 routes nationales : RN 106, RN 113, RN 86
- 1 ligne TGV : 2h52 de Paris
- 2 aérodromes dont 1 aéroport : « Nîmes Arles Camargue », situé à Garons à 10 km de Nîmes et à 15 km d'Arles
- Les transports urbains sont assurés par Tango

Principaux médias locaux

- Le Midi Libre : journal quotidien le plus distribué.
- La Marseillaise : version gardoise du quotidien provençal
- La Gazette de Nîmes : hebdomadaire.
- : télévision locale, accessible depuis peu sur internet, dont l'audience et l'activité ne cessent d'augmenter.
- : du réseau Radio France
- Radio Alliance (fréquence 103, 1) : radio protestante locale
- (fréquence 102, 5) : radio jeune axée sur les musiques actuelles, l'information locale et la culture.
- RTS fm (fréquence 106, 6)
- RFN (Radio Fréquence Nîmes) Radio associative locale : Défense de la chanson française.

Sources

Bibliographie et références (liste non exhaustive)

-Nouvelle histoire de Nîmes, Roland Andreani, Collectif, Privat (fin 2005)
-Nîmes Antique, Dominique Darde, Patrimoine (2005)
-Il était une fois...Nîmes, Dominique Balaÿ, Livre Jeunesse, Editions des Falaises(2005)
-La Celtique méditerranéenne. Habitats et sociétés en Languedoc et en Provence. , Dominique Garcia, éditions Errance, Paris, 2004, (ISBN 2877722864).
-
Nîmes, Pays Gardois
, Collectif, Déclic (2002)
-Nîmes sans visa, portrait d’une ville, Christian Liger, Robert Laffont (1987 - 2001)
-Nîmes et le rail, de la « bricole » au TGV, Mazier et Pignède, Du cabri (2001)
-Nîmes, le choc de la modernité, Bernie-Boissard, L’Harmattan (2000)
-L’enceinte gallo-romaine de Nîmes : les murs et les tours, Pierre Varène, CNRS Editions (1999)
-La rumeur de Nîmes, dix ans après l’inondation, Domergue, Edisud (1998)
-Recherches sur Nîmes préromaine : habitats et sépultures, Py, CNRS Editions (1998)
-Journées révolutionnaires à Nîmes, Anne-Marie Duport, Chambon (1998)
-Nîmes, Jean-Luc Fiches, Académie des belles lettres (1997)
-L’Arène de Nîmes, Fraigneau, (1997)
-Le guide de Nîmes, Christian Liger et Claudette Déom, La Manufacture (1989)
-Nîmes, Arles et la Camargue, Benoît, Alpina (1946)
-Nîmes, vingt siècles d’histoire, Jean Vieilleville (1941)
-Nîmes, son histoire, ses monuments, Igolen, Louis Salles (1939)
-Frédéric Mistral et l'Académie de Nîmes, Charles Terrin, (1930)

Notes

===
Sujets connexes
Abraham Mazel   Académie de France à Rome   Académie de Nîmes   Académie française   Adolphe Crémieux   Adolphe Perrot   Adrien Victor Feuchères   Agence nationale pour la rénovation urbaine   Aigues-Mortes   Aix-en-Provence   Alain Clary   Albi   Alexandre Vincens   Alfred Dreyfus   Allemagne   Alphonse Daudet   Alpilles   Alès   Amphithéâtre   André Chamson   André Gide   André Le Nôtre   Angleterre   Antiquité   Antoine Bigot   Antoine Court de Gébelin   Antoine Renard   Antoine de Rivarol   Antonin le Pieux   Appellation d'origine contrôlée   Ardèche   Arles   Arrondissement de Nîmes   Arènes de Nîmes   As de Nîmes   Assemblée constituante   Auguste   Auguste Chabaud   Autoroute française A54   Autoroute française A8   Autoroute française A9   Avignon   Avocat (métier)   Aéroport de Nîmes - Garons   Barthélemy Guibal   Barthélemy Imbert   Bartolomé Bennassar   Bataille d'Actium   Beaucaire (Gard)   Benjamin Valz   Bernadette Lafont   Bernard Lazare   Bibliothèque municipale classée   Bordeaux   Brandade de morue   British Museum   Bronze   Bruno d'Auzon   Cacharel (couture)   Camargue   Camisard   Canton de La Vistrenque   Canton de Nîmes-1   Canton de Nîmes-2   Canton de Nîmes-3   Canton de Nîmes-4   Canton de Nîmes-5   Canton de Nîmes-6   Cantons du Gard   Carlo Rim   Cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Castor de Nîmes   Centre hospitalier universitaire   Chambre de commerce et d'industrie de Nîmes-Bagnols-Uzès-Le Vigan   Championnat de France de 1re division fédérale   Championnat de France de handball   Championnat de France de handball féminin   Charles-Joseph Natoire   Charles Dombre   Charles Durand (cuisinier)   Charles Gide   Charles Jalabert   Charroi de Nîmes   Chef-lieu   Christian Giudicelli   Christian Liger   Claude Baduel   Claude Brousson   Claude Viallat   Clément IV   Cléopâtre VII   Communauté d'agglomération Nîmes Métropole   Corrida   Costières   Course camarguaise   Culture latine   Cévennes   Damien Tixier   David Dombre   Denis Loré   Denys Colomb de Daunant   Didier Camberabero   Dominique de Villepin   Domitius Afer   Décentralisation   Désert (protestantisme)   Edgar Tailhades   Edmond Foulc   Emmanuel Boileau de Castelnau   Empire romain   Ernest André   Ernest Daudet   Ernest Denis   Espagne   Eva Serrano   Famille André   Ferdinand Poise   Feria   Feria de Nîmes   Football   Franc-maçonnerie   France   Francfort-sur-l'Oder   François Guizot   François Ier de France   Frédéric Mistral   Frédérique Hébrard   Gabriel Donnadieu   Gard   Gardon (rivière)   Garons   Garrigue   Gaston Crémieux   Gaston Darboux   Gaston Defferre   Gaston Doumergue   Gaule   Gaule romaine   Gladiateur   Gorges du Gardon   Guerres de religion (France)   HBC Nîmes   Handball   Henri-Jacques Espérandieu   Henri Donnedieu de Vabres   Henry Bataille   Hippodrome des Courbiers   Hugot   Hérault   Impôt de solidarité sur la fortune   Institut universitaire de formation des maîtres   Isabelle Blanc   Israël   Italie   Jacques Cassagne   Jacques Philippe Mareschal   Jardin français   Jean-François Séguier   Jean-Max Méjean   Jean-Michel Wilmotte   Jean-Paul Fournier   Jean-Paul Rabaut de Saint-Étienne   Jean-Paul Viguier   Jean-Pierre Claris de Florian   Jean Bosc   Jean Bousquet (homme politique)   Jean Carrière   Jean Cavalier   Jean Nicot   Jean Paulhan   Jean Reboul   Jean Valz   Jehan Testevuide   Joseph Roustan   Jules Duprato   Jules Salles-Wagner   Julien Doré   Jésuite   Kader Firoud   LGV Méditerranée   La Marseillaise (journal)   Langlade (Gard)   Languedoc   Languedoc-Roussillon   Larzac   Le Grau-du-Roi   Le Perthus   Limoges   Londres   Louis-Joseph de Montcalm   Louis Dumas   Louis Massebieau   Louis Perrier   Louis Roumieux   Lozère   Lucien Lautrec   Lyon   Léon Daudet   Léon Dombre   Léon Vergnoles   Léonce Bénédite   Léopold Morice   Maison Carrée   Marc Antoine   Marc Bernard   Marc Dautry   Marcus Vipsanius Agrippa   Marguerite Long   Maroc   Marseille   Martial Raysse   Meknès   Mende (Lozère)   Mont Aigoual   Mont Ventoux   Montpellier   Moyen Âge   Musée des Beaux-Arts de Nîmes   Musée du Louvre   Narbonne   Nemausus   Nicotine   Nimeño II   Norman Foster (architecte)   Nîmes Olympique   Occitan   Oppidum   Orange (Vaucluse)   Pablo Neruda   Pape   Paris   Patrick Laviosa   Paul Bonnetain   Paul Colin   Paul Rabaut   Paulin Talabot   Perpignan   Perrier   Perrier (eau minérale)   Perrin   Philibert Rouvière   Philippe Starck   Pic Saint-Loup   Pieds-Noirs   Pierre Baux   Pierre Baux (1679-1732)   Plan local d'urbanisme   Pont du Gard   Prague   Prix Goncourt   Procès de Nuremberg   Protestantisme   Provence   Provençal   Préfecture   Président de la République   Président du Conseil   Radio France   Revenu minimum d'insertion   Rhône   Ribaute   Rishon LeZion   Robert Lafont   Roger Bastide   Rolland   Rome antique   Route nationale 106   Route nationale 113   Route nationale 86   Rugby   Rugby club Nîmes Gard   République tchèque   Saint-Brieuc   Saint-Césaire-lès-Nîmes   Saint-Gilles (Gard)   Saint-Jean-du-Gard   Saint Léonce   Salamanque   Salon-de-Provence   Samuel Vincent   Sauve   Secteur sauvegardé   Sedan   Septimanie   Simon Sutour   Société nationale des chemins de fer français   Soubassement   Stade des Costières   Sète   TGV   Tabac   Tango (transport)   Tapenade   Tarascon (Bouches-du-Rhône)   Taureau   Tauromachie   Tchécoslovaquie   Thomas Cadène   Titus Aurelius Fulvius   Tour Magne   USAM Nîmes   Union pour un mouvement populaire   Université Montpellier 1   Université Montpellier 2   Université de Nîmes   Uzès   Vallée du Rhône   Vaucluse   Vaunage   Via Domitia   Villes et Pays d'Art et d'Histoire   Virgin Megastore   Virginie Razzano   Vistre   Voie Domitienne   Volques   Volques Arécomiques   Vérone   Xavier Arsène-Henry   Zarzuela (cuisine)   Zone d'aménagement concerté   Zone à urbaniser en priorité  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^