Ordre de Malte

Infos
L’Ordre souverain militaire hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte, plus communément appelé, suivant les époques, Ordre de l’Hôpital, Ordre hospitalier, Ordre de Rhodes, Religion ou Ordre de Malte, est une organisation catholique souveraine à vocation humanitaire, créée au milieu du par des Latins originaires d'Amalfi (Campanie, Italie) du monastère Saint-Jea
Ordre de Malte

L’Ordre souverain militaire hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte, plus communément appelé, suivant les époques, Ordre de l’Hôpital, Ordre hospitalier, Ordre de Rhodes, Religion ou Ordre de Malte, est une organisation catholique souveraine à vocation humanitaire, créée au milieu du par des Latins originaires d'Amalfi (Campanie, Italie) du monastère Saint-Jean-l’Aumônier à Jérusalem. Tour à tour installé à Jérusalem, Chypre, Rhodes, Malte et enfin Rome depuis 1834, cet ordre, à la fois religieux et militaire, est depuis sa création tourné vers les pauvres et les malades en vertu de la première règle de l’Ordre : . Néanmoins, au cours de sa longue existence, il fut aussi un des principaux remparts de l’Occident chrétien, durant les croisades dans un premier temps, puis à l’époque où ses marins aguerris sillonnaient la Méditerranée, avant de développer à partir de la Renaissance, un savoir médical envié et mondialement reconnu. Aujourd’hui, le siège de l’Ordre se trouve à Rome, Via dei Condotti près de la Place d’Espagne. Son siège et son Palais de l’Aventin jouissent d’un statut d’extraterritorialité, permettant ainsi à l’« Ordre de Malte » d’être considéré, à juste titre, comme la seule structure gouvernementale au monde à vocation humanitaire. Ses actions humanitaires actuelles restent principalement tournées vers la pauvreté. L’Ordre est également très actif dans la lutte contre la lèpre et plus globalement les soins médicaux ; de plus, on peut noter l’existence de missions ponctuelles de secourismes d’urgence lors de catastrophes naturelles ou d’aide humanitaire envers les réfugiés lors de conflits armés, ce qui assure actuellement sa présence dans plus de 120 pays à travers le monde . La devise officielle de l’Ordre, en latin, est : ( ). Ses membres sont souvent appelés les « Hospitaliers », ou encore les « moines noirs » p. 28 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, . en raison de leurs habits de chœur.

Histoire

v.1080-1522 : de Jérusalem à Rhodes

v.1080-1291 : Jérusalem

Les origines
L’Ordre a ses origines au monastère Sainte-Marie-des-Latins fondé à Jérusalem, au milieu du , par des marchands amalfitains. Le supérieur, Gérard Tenque, crée vers 1080 à côté de son monastère un « hôpital » (ou hospice) dédié à Jean le Baptiste. Son rôle est d’accueillir et de soigner les chrétiens venus accomplir un pèlerinage en Terre Sainte. Jérusalem est, à cette époque, sous domination musulmane.
Organisation de l’ordre
Lors de la première Croisade en 1099, Jérusalem passe sous domination chrétienne. Cette prise, voulue par le pape Urbain II, renforce de façon importante l’insécurité dans la région. C’est pourquoi les frères hospitaliers, reconnus comme ordre monastique le 15 février 1113 par le pape Pascal II p. 329 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, , deviennent rapidement après leur fondation un ordre militaire, le deuxième en Terre Sainte après les Templiers. Raymond du Puy, Grand maître de l'Ordre entre 1120 et 1160, se charge de cette transformation en le structurant en trois classes p. 28 de Histoire de l’Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, . : les bellatores (guerriers - c’est-à-dire les militaires) constituent la première classe, les sacerdotes (les religieux) la seconde, les autres membres étant regroupés au sein d’une troisième classe, les laboratores (c'est-à-dire les travailleurs). L’Église proteste un temps contre la militarisation de l’Ordre en lui rappelant que son premier devoir est de secourir les pauvres et les malades ; mais après la prise de Jérusalem en 1187 par Saladin, on s’accommode de cette solution p. 28 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, .. Les membres de l’Ordre prennent comme cri de guerre : Saint-Jean, Saint-Jean ! p. 32 de Histoire de l’Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, ., la raison en est que Jean le Baptiste est le saint protecteur de l’Ordre de Malte. Drapeau de l'ordre établi en 1130 par le pape Innocent II. À la demande de Raymond du Puy, le pape Innocent II attribue aux Hospitaliers, en 1130, le drapeau rouge à croix blanche p. 330 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, . - tel qu'il flotte encore de nos jours sur les palais de l'ordre -. Mais il faudra attendre la parution en 1496 des « princeps de l'Ordre »p. 22 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, pour que la forme de la croix à quatre branches bifides trouve une signification spirituelle à travers les huit béatitudes du Christ. Avant cette date, les différentes illustrations montrent l'habit marqué d'une croix pattée, potencée, quelques fois bifide, mais rarement simple. En 1153, le pape Eugène III donne son approbation de la Règle des Hospitaliers p. 330 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, .. Le Krak des Chevaliers (reconstitution) contrôlé par les chevaliers de l'Ordre de Malte entre 1142 et 1271 Comme les Templiers, les Hospitaliers vont alors jouer, jusqu'au , un rôle de premier plan sur l'échiquier politique du royaume de Jérusalem. En 1137, ils reçoivent de Foulques I, roi de Jérusalem, la garde de la forteresse de Bath-Gibelin p. 330 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, . ; en 1142 celle du krak des Chevaliers. Leur structure militaire et leurs places fortes en font une armée très efficace, même si elle n'hésite pas à s'ingérer dans la conduite du royaume, formant à la cour un véritable « parti de la guerre », qui s'oppose aux « poulains », seigneurs francs nés en Terre Sainte, plus favorables à une entente avec les musulmans. En 1181, paraissent les premiers statuts officiels de l'Ordre concernant l'accueil des malades p. 330 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, .. La puissance de l'Ordre vient avant tout de ses possessions en Occident. En effet, sa double vocation, militaire et monastique, lui attire les faveurs de la noblesse, qui se sent plus proche de ces moines-chevaliers que des institutions ecclésiastiques. Cela est particulièrement frappant dans le Midi de la France et dans la péninsule ibérique. Le roi Alphonse I d'Aragon va jusqu'à laisser le tiers de son royaume aux ordres militaires à sa mort en 1134. Les Hospitaliers organisent ces dons reçus de l'Occident en commanderies, elles-mêmes regroupées en prieurés, puis en grands prieurés, dont les chefs, les prieurs, répondent directement au grand-maître, chef suprême de l'Ordre. Ces commanderies, gérées par des frères trop âgés pour combattre, envoient en Terre Sainte les subsides nécessaires à la poursuite de la lutte contre les musulmans. En 1206 paraissent les premiers statuts officiels et connus de l'Ordre : en accord avec la division en trois ordres de la société médiévale, ils confirment les trois classes établies par Raymond du Puy :
- ceux qui combattent, chevaliers nobles et sergents roturiers.
- ceux qui prient, les chapelains
- ceux qui travaillent, les frères servants Parmi les chevaliers sont recrutés les responsables de l'Ordre, commandeurs, prieurs et grand-maître. Tous ces frères sont liés par les vœux religieux, à la différence des confrères, chevaliers qui se joignent temporairement à l'Ordre ou font promesse de s'y joindre à l'article de la mort, pour bénéficier ainsi de sa protection spirituelle tout en menant une vie laïque. Les Hospitaliers doivent se consacrer – en plus de leur action militaire – aux soins des malades, à l'entretien des hôpitaux en Terre Sainte et en Occident et à l'accueil des pèlerins. Dans les périodes mouvementées des s, c'est néanmoins la fonction militaire qui prend le dessus, particulièrement en Terre Sainte.
L’exode suite à la perte de Saint Jean d’Acre
L'Ordre suit les vicissitudes des États latins de Terre Sainte et leur recul progressif vers la côte. Le 28 mai 1291René Grousset, Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem Tome 3 : 1188-1291 L'anarchie franque, réédition 2006, édition Perrin, p. 746, les croisés perdent Saint Jean d'Acre à l'issue d'une bataille sanglante durant laquelle le Grand maître hospitalier, Guillaume de Villiers, est grièvement blessé. Les chrétiens sont alors obligés de quitter la Terre sainte et les ordres religieux tels que les Templiers et les Hospitaliers n'échappent pas à cet exode. La Grande maîtrise de l'ordre est alors déplacée à Chypre.

1291-1309 : Chypre

À la différence des Templiers, qui se réorganisent en Occident, l'Ordre se replie vers Chypre où se trouve déjà le roi titulaire de Jérusalem, Henri II de Lusignan, qui voit d'un mauvais œil une organisation aussi puissante s'installer sur son royaume. Là, l'Ordre instaure en 1301 une structure élaborée pour ses possessions en Occident fondée sur les « Langues » p. 50-54 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, . Ces « Langues » sont des groupements régionaux de grands prieurés, eux-mêmes regroupements de commanderies. Elles sont au nombre de sept, puis huit à partir de 1492, et chacune est dirigée par un pilier, qu'on appellera plus tard bailli :
- la « Langue de Provence » : tout le Midi de la France en plus de la Provence, avec deux grands prieurés, Toulouse et Saint-Gilles ; le pilier de Provence est grand commandeur et seconde le grand-maître dans ses fonctions.
- la « Langue d'Auvergne » : tout le centre de la France ; un seul grand prieuré, celui de Bourganeuf ; le bailli d'Auvergne a le statut de maréchal, commandant de l'armée que constitue l'Ordre.
- la « Langue de France » : ne couvre en fait que le nord de la France, avec les grands prieurés d'Aquitaine (siège à Poitiers), de Champagne et de France ; le bailli de France est le Grand hospitalier de l'Ordre ; il a pour fonction de gérer les activités charitables de l'Ordre.
- la « Langue d'Espagne » : elle recouvre toute la péninsule ibérique, avec les grands prieurés d'Amposta ou d'Aragon, de Catalogne, de Castille et León, de Navarre et de Portugal ; le bailli d'Espagne est drapier de l'Ordre (cette charge sera, après 1492 , celle du Bailli d'Aragon), c'est-à-dire qu'il est en charge des vêtements pour les frères et les malades. En 1492 une huitième Langue est constituée en raison de la scission de celle d'Espagne en deux parties :
-:
- la « Langue de Castille » garde la Castille, León et le Portugal. Après 1492, le pilier de Castille est grand chancelier de l'Ordre.
-:
- la « Langue d'Aragon » hérite d'Amposta, de la Catalogne et de la Navarre
- la « Langue d'Italie » : les grands prieurés de Messine, de Barletta, de Capoue, de Rome, de Pise, de Lombardie et de Venise ; le bailli d'Italie est l'amiral de la flotte de l'Ordre de Malte
- la « Langue d'Angleterre » : toutes les Îles britanniques avec les grands prieurés d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande ; le bailli d'Angleterre est turcopolier, c'est-à-dire commandant des troupes légères.
- la « Langue d'Allemagne » : les grands prieurés de Bohême, de Danemark, de Haute-Germanie, de Basse-Germanie, de Hongrie, de Pologne et de Suède. Le pilier d'Allemagne est le seul à ne pas avoir de grand office. En 1306, le pape Clément V autorise les Hospitaliers à armer leur navires p. 331 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, . Cette administration, exemplaire pour l'époque, permet à l'Ordre de tirer un grand profit de ses possessions en Occident et d'entretenir l'espoir d'une reconquête de la Terre Sainte.

1310-1523 : Rhodes

Grand maître à Rhodes Entre 1307 et 1310, l'Ordre, dont la rivalité avec le roi de Chypre ne cesse de s'accentuer, conquiert l'île de Rhodes p. 109-126 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, , alors sous souveraineté byzantine, qui devient son nouveau siège. De leur position insulaire, les Hospitaliers développent la grande flotte qui fera leur réputation. En 1311, ils créent le premier hôpital de l'île de Rhodes p. 331 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, . Leur richesse s'accroît encore par le transfert Ad providam des biens des Templiers, le 2 mai 1312Demurger, 2005, op. cit., p. 467 (à l'exception de leurs possessions d'Espagne et du Portugal, où deux ordres naissent des cendres de l'ordre du Temple, l'ordre de Montesa et l'ordre du Christ). L'Ordre de Saint-Jean, qu'on commence à appeler « de Rhodes », transforme son action militaire en guerre de course, alors peu différente de la piraterie, attaquant même des bateaux chrétiens et pratiquant l'esclavage. Signe d'un enrichissement de l'Ordre en même temps que d'une conquête de souveraineté, les grands maîtres se mettent à battre monnaie à leur effigie. En 1344 p. 331 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, , les Hospitaliers conquièrent la ville de Smyrne, dans l'actuelle Turquie, mais la perdent en 1402 p. 331 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, . Siège de Rhodes en 1480 Mais, pendant que les chevaliers de Rhodes exercent le contrôle maritime de la mer Égée, la dynastie ottomane conquiert peu à peu les territoires l'empire agonisant de Byzance et les États latins de Grèce nés de la quatrième Croisade. En 1396, une croisade soutenue par l'Ordre essuie un échec sanglant à Nicopolis. Le sultan Bajazet I a désormais les mains libres dans les Balkans. Seule sa défaite de 1402 face aux Mongols de Tamerlan sauve Rhodes. Avec l'échec de Nicopolis, tout espoir de reconquête terrestre des Lieux Saints par l'Ordre est définitivement perdu. Les chevaliers ne peuvent plus agir que par la guerre de course en Méditerranée. En 1440 p. 331 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, puis en 1444 p. 331 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, , l'île de Rhodes est assiégée par le sultan d'Égypte, mais ne sera jamais conquise. En 1453, le sultan Mahomet II s'empare de Constantinople ; le grand maître Jean de Lastic se prépare à un siège. Celui-ci n'est mis autour de Rhodes qu'en 1480Nicolas Vatin : L'Ordre de Saint-Jean-de Jérusalem, l'Empire ottoman et la Méditerranée orientale entre les deux sièges de Rhodes (1480 - 1522), Coll. « Turcica » n°7, Paris 1994. et le grand maître Pierre d'Aubusson repousse à trois reprises l'assaut des troupes du pacha Misach, ancien prince byzantin converti à l'Islam, grâce à des secours en provenance de France, conduits par le propre frère du grand maître, Antoine d'Aubusson. Le siège décisif a lieu en 1522Eric Brockman : The two sieges of Rhodes. 1480 - 1522, London 1969. Le sultan Soliman le Magnifique assiège pendant cinq mois la ville de Rhodes avec hommes et ne parvient à la prendre qu'à la suite de la trahison du grand chancelier d'Amaral. Impressionné par la résistance héroïque du grand maître Philippe de Villiers de L'Isle-Adam, il accorde libre passage aux chevaliers rescapés. Emportant dans trente navires leur trésor, leurs archives et leurs reliques, dont la précieuse icône de la Vierge de PhilermeSelon la tradition, la Vierge de Phileremos a été peinte par saint Luc l'Évangéliste. Elle aurait été apportée à Rhodes de Jérusalem vers l'an 1000 par un riche insulaire., l'un des symboles de l'Ordre, les chevaliers quittent définitivement la Méditerranée orientale et la proximité avec le monde musulman le 1523 p. 331 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, .

1523-1530 : l’errance

Les Hospitaliers entament en 1523 p. 331 de Histoire de l’Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, une errance de sept années qui les conduit à Civitavecchia p. 332 de Histoire de l’Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, , en Italie, puis, en 1528, le pape Clément VII, ancien Hospitalier, les héberge à Viterbe p. 332 de Histoire de l’Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, ; mais finalement, ils partent pour Nice en France peu de temps après p. 332 de Histoire de l’Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, .

1530-1798 : l’Ordre à Malte

L’installation dans l’archipel

L'empereur Charles Quint, comprenant l'utilité que peut avoir un ordre militaire en Méditerranée face aux avancées ottomanes (Alger est conquis par le célèbre Barberousse en 1529), confie à l'Ordre l'archipel de Malte, dépendance du royaume de Sicile, par un acte du 24 mars 1530. Les chevaliers se retrouvent aux avant-postes de la Chrétienté, mais le grand maître de Villiers de l'Isle-Adam entretient toujours l'espoir de reprendre pied à Rhodes. Ce n'est qu'à sa mort, en 1534, que les Hospitaliers renoncent définitivement à l'Orient. Face aux progrès ottomans (Tunis est pris en 1534), le borgho, principale ville de l'archipel, est fortifié. Alors que pèse cette menace sur le nouveau siège de l'Ordre, la Réforme porte en Europe du Nord un grand coup aux possessions des Hospitaliers. De nombreuses commanderies sont sécularisées et certains grands prieurés cessent purement et simplement d'exister, comme ceux de Suède et de Danemark. En 1540, le roi d'Angleterre Henri VIII supprime de facto la Langue d'Angleterre. C'est dans ce contexte difficile que l'Ordre doit faire face à la plus grande épreuve de son histoire : le « grand siège » de 1565.

Le « grand siège » de 1565

Portrait de Jean Parisot de La Valette, 49 Grand maître de l'Ordre La flotte turque qui se présente le 18 mai 1565 p. 165 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, devant Malte compte plus de 160 galères et hommes, face aux 800 chevaliers et soldats que le grand maître Jean Parisot de La Valette a convoqué. Les Ottomans prennent place sur la presqu'île de Sciberras qui domine Birgu et son Grand Port. Cependant à l'extrémité de la presqu'île se trouve le fort Saint-Elme que les Ottomans doivent réduire au silence afin de pouvoir lancer l'assaut sur Birgu. Le Siège de Malte (1565) Ce fort dont les fortifications ne sont pas encore achevées est tenu par 60 chevaliers et quelques centaines d'hommes. Le chef des Ottomans le corsaire Dragut espère prendre le fort en cinq jours. Les cinquante canons turcs commencent à pilonner le fort et les ottomans partent à l'assaut mais les chevaliers résistent. Cependant le fort est isolé, encerclé par les galères ottomanes d'un côté et de l'autre par les troupes terrestres, la faiblesse numérique des chevaliers les empêchant de lancer une contre-attaque pour briser l'encerclement. Les chevaliers, affamés, renforcés par les quelques soldats qui parviennent à rejoindre le fort à la nage, tiennent plusieurs semaines mais la situation devient rapidement critique. Celui de Saint-Elme tombe le 23 juin, deux cent chevaliers y trouvent la mort. De plus, pour démoraliser les chevaliers restant de l'île, le commandant ottoman, Mustapha pacha, lance dans la rade des radeaux portant les corps crucifiés de défenseurs du fort de Saint-Elme. En réponse à cela, Jean Parisot de La Valette fait décapiter les prisonniers ottomans et expédient leurs têtes dans les lignes ennemies à coup de canon. Les Ottomans se tournent alors vers Birgu en juillet mais le temps qu'ils ont perdu face au fort Saint-Elme a été mis à profit par l'Ordre pour demander de l'aide dans toute l'Europe chrétienne. Les deux autres forts, Saint-Ange et Saint-Michel, tiennent bon, ainsi que l'enceinte de birgo, duquel les Turcs, parvenus à y faire une entrée le 7 juin sont repoussés. La situation des assiégés maltais est critique quand arrive le 7 septembre le « Grand secours », l'armée espagnole en provenance de Sicile. Les Turcs sont contraints à lever le siège. Les Turcs se replient alors laissant environ morts sur le terrain tandis que les pertes chrétiennes ne s'élèvent qu'à morts et 219 chevaliers tués. L'échec ottoman est incontestable, cette page glorieuse de l'Ordre ouvre une longue période de prospérité pour Malte.

Lépante et la mainmise de l’Ordre sur la Méditerranée occidentale

La Bataille de Lépante (1571) Après l'échec du siège, l'Ordre se retrouve au centre des attentions des puissances catholiques européennes. Le 7 octobre 1571, les Hospitaliers s'illustrent à la bataille de Lépante, où la flotte de la sainte Ligue, commandée par don Juan d'Autriche, détruit la flotte ottomane. Une autre célèbre bataille maritime est livrée, le 16 août 1732, en au large de Damiette en ÉgypteAndré Plousse, La grande croisière du Bailly de Chambray contre les Turcs, revue Marins et Océans III, Économica, 1992. Après Lépante, le danger en Méditerranée ne vient plus de la flotte de guerre ottomane mais des corsaires « barbaresques » d'Afrique du Nord. L'Ordre se lance à nouveau dans le corso, la guerre de course, qui de contre-attaque qu'elle était à l'origine, devient vite un moyen pour les chevaliers de s'enrichir par l'arraisonnement des cargaisons mais surtout par le commerce d'esclaves, dont La Valette devient le premier centre chrétien. L'Ordre entre alors dans une période de singulières mutations : les chevaliers novices lui doivent d'effectuer quatre « caravanes », quatre expéditions de course lors de quatre années consécutives à Malte, mais reçoivent souvent par la suite la permission de servir leur souverain d'origine. Les institutions centrales du grand magistère s'enrichissent de la course et transforment les commanderies européennes en un système de bénéfices qui permet à l'aristocratie de placer ses fils cadets, qu'elle fait souvent admettre dans l'ordre dès l'enfance afin qu'ils soient mieux placés dans la « course aux commanderies ». Ainsi, on trouve peu de chevaliers accomplissant toute leur carrière dans l'ordre, mais au contraire une rotation importante de novices venus accomplir leurs « caravanes », qui, une fois munis d'une commanderie, s'en vont servir leur roi, souvent dans la marine. Les grands amiraux français des s, tels Coëtlogon, d'Estrées, Tourville ou Suffren, sont tous des chevaliers de Malte.

Malte et la culture

Grand maître de l'Ordre, peint par Le Caravage qui fut un éphémère chevalier de Malte Au , l'île — et donc l'Ordre — de Malte devînt un lieu de rencontre et de raffinement où se croisèrent de nombreux artistes p. 198-210 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, tel Le Caravage, Rubens, Baccio Bandinelli, ou encore Mattia Preti. On ne peut néanmoins pas parler d’« École Maltaise » au sens littéral car les influences étaient très diverses ; mais leur héritage, par notamment de nombreux portraits de membres de l'Ordre, reste très important. De plus, l'Ordre de Malte accumula de très nombreux trésors baroques au : on y trouve en particulier des tapisseries exécutées par les Gobelins entre 1708 et 1710 p. 198-210 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, et la grande bibliothèque de Malte construite entre 1786 et 1796 p. 198-210 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, selon les plans de Stefano Ittar. En 1798, on y dénombrait livres p. 198-210 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, . En raison de la perte de l'île en 1798, cette bibliothèque ne fut inaugurée qu'en 1812 p. 198-210 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, par les anglais, et ce n'est qu'en 1976 p. 198-210 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, qu'elle a reçu son nom actuel de « Bibliothèque national de Malte ».

Malte et la médecine

Du , les Hospitaliers vont développer de manière très importante les techniques de médecine et de soins du corps. On peut citer notamment les premières anesthésies Paul Cessar, Medical History of Malta à la fin du , avec des éponges imbibées d'opium que les malades suçaient jusqu'à s'évanouir. Mais tout commence réellement en 1523 p. 211-225 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, quand les Hospitaliers innovent dans la médecine d'urgence en créant le premier navire hôpital avec la caraque « Santa Maria » ; puis en 1550, durant la guerre contre le corsaire ottoman Dragut, ils installent des infirmeries de campagne sous des tentes afin de pouvoir soigner les militaires blessés p. 211-225 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, . Parallèlement, en 1530, le Grand Maître Villiers de L'Isle-Adam crée une « Commission de santé » composée de deux chevaliers et de trois notables p. 211-225 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, en installant la première « Sacrée infirmerie » et une apothicairie sur l’île de Malte. Ce complexe, novateur à l'époque, est construit sur la côte Est de l'île en face du port afin de pouvoir accueillir le plus rapidement possible les blessés acheminés par mer. Cependant, il faudra attendre 1532 p. 211-225 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, pour qu'il soit terminé. Plus tard, en 1575 p. 211-225 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, , un second hôpital sera construit de l'autre côté de l’île de Malte. En 1595 p. 332 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, , l'École de médecine de Malte est créée ; plus tard, apparaissent l'École d'Anatomie et de Chirurgie (1676 p. 332 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, ), puis l'école de pharmacie de Malte (1671 p. 332 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, ) et enfin la bibliothèque médicale de Malte (1687 p. 332 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, ). Mais il faudra surtout attendre 1771 p. 332 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, pour que se crée la fameuse Université de médecine de l'île de Malte qui ajoutera à la renommé méditerranéenne de ses pratiques médicales, une attractivité mondiale p. 332 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, . On peut également noter la création de l'École de mathématiques et des sciences nautiques au sein de l'Université de Malte en 1782 p. 332 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, ; puis, en 1794, la création de la chaire de dissection de Malte p. 332 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, .

La Révolution et l’exil

Paul Ier de Russie (élu 71 grand maître mais non reconnu par le pape) - il porte au cou le collier de l'Ordre de Malte En 1792, la Révolution française confisque les biens français de l'ordre de Malte, comme ceux de tous les autres ordres religieux. Le Grand prieuré de France est dissout cette même annéep. 106 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, . L'ordre perd alors les trois quarts de ses revenus en France. En 1793, l’île de Malte échappe de peu à une révolte fomentée par des espions de la Convention p. 332 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, . Suite aux triomphes de Napoléon Bonaparte en Italie en 1796-97, le grand maître Ferdinand de Hompesch demande au tsar de Russie Paul I de devenir le protecteur de l'ordre. Le 10 octobre 1798, les 249 chevaliers de l'Ordre exilés en Russie le proclament « Grand maître de l'Ordre de Malte », mais cela ne suffit pas à protéger l'île et l'ordre de l'invasion française par Napoléon en 1798 (qui les chasse de l'île), puis anglaise en 1800. L'élection de Paul I en 1798 provoque de nombreuses objectionsp. 693c du Quid 2005. En effet, celui-ci est orthodoxe et marié. Cet évènement sans précédent dans l'histoire de l'Ordre amene le Pape Pie VI à ne pas le reconnaître comme grand maître. Au décès de Paul I, en 1801, son fils Alexandre I de Russie, conscient de cette irrégularité, décide de rétablir les anciens us et coutumes de l'Ordre catholique des Hospitaliersp. 693c du Quid 2005, par un édit du 16 mars 1801 par lequel il laisse les membres profès libres de choisir un nouveau chef. Néanmoins, étant donnée l'impossibilité de réunir l'ensemble des électeurs, le comte Nicholas Soltykoff assure l'intérim de la charge. Finalement, en 1803, il est convenu que la nomination du grand maître incombera uniquement et exceptionnellement au Pape Pie VII alors régnant ; le 9 février 1803p. 693c du Quid 2005, le pape choisit le candidat élu du Prieuré de Russie, le bailli Jean-Baptiste Tommasi.

Depuis 1798 : un État sans territoire

Chassé, l'Ordre cherche néanmoins à récupérer son territoire à Malte, et réussit à faire passer à Amiens le 25 mars 1802p. 694a du Quid 2005 un traité qui prévoit la restitution de son territoire insulaire ; mais cet événement ne se produira pas car la France et l'Angleterre sont de nouveau en guerre. Le Grand Maître Tommassi installe l’état-major de l'Ordre à Messine en Sicile, puis à Catane en Italie, en attendant la possibilité de rentrer à Malte. En 1814, le traité de Paris reconnaît l'Angleterre (anglicane) seul propriétaire de l'île de Malte, ce qui éloigne encore un peu plus les espoirs d'un retour. En 1822 pourtant, la convention de Vérone reconnaît une fois encore la légitimité des réclamations de l'Ordre mais devant un blocus international, l'île ne leur est pas restituée. Devant cet « État sans territoire », le pape Léon XI leur accorde en 1826 comme maigre consolation un couvent et une église à Ferrare en Italie. En 1834, bien ancré en Italie, l'Ordre installe définitivement son état-major à Rome avec la bénédiction papale. À partir de 1864, l'organisation internationale en « Langues » de l'Ordre de Malte disparaît au profit de la création d’« Associations nationales » ou de « Prieurés ». En 1879, le pape Léon XIII rétablit la dignité de « Grand Maître » qui était vacante depuis la mort de Tommassi en 1805. À partir de ce moment, l'Ordre de Malte créé à travers l'Europe (et plus largement le monde) des fondations locales qui vont permettre de perpétuer les vœux initiaux des premiers chevaliers, c’est-à-dire « Défense de la Foi et Assistance aux Pauvres » : En 1951, le cardinal Nicola Canali, Grand Maître de l'Ordre équestre du Saint Sépulcre et grand Prieur de l'Ordre de Malte à Rome, essaya en vain de se faire élire Grand Maître de l'Ordre de Malte p. 265 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, .; mais le cumul de ces fonctions avec celle du Saint Sépulcre était incompatible, on lui refusa donc la possibilité de se présenter. Non satisfait, le cardinal Canali chercha le soutien du Vatican afin de retirer à l'Ordre de Malte son caractère souverain et le mettre sous l'unique tutelle du Vatican. Ses desseins échouèrent, mais il en résulta un profonde crise qui conduisit les membres de l'Ordre de Malte à repenser leurs Constitutions. Et c'est finalement une nouvelle charte constitutionnelle qui fut promulguée par les membres de l'Ordre de Malte et qui fut approuvée en 1961 par le pape Jean XXIII par Philippe Conrad, historien ce qui mit un terme à dix ans de tumultes. En 1998, après deux siècles loin de Malte, l'Ordre de Malte est réintroduit sur l'île, où la République de Malte a mis à sa disposition le fort Saint-Ange à La Valette.

L'Ordre aujourd'hui

Situation légale

Type de relations des États avec l'Ordre de Malte Croix de chevalier d'honneur et de dévotion (en haut) Croix de chevalier profès (en bas) L'Ordre est reconnu par les nations comme un sujet de droit international publicp. 170 de The Atlas of the Crusades. Facts On File, Oxford (publié en 1991) par Riley-Smith, Jonathan, , au même titre qu'un État. Il émet des timbres, bat monnaie, délivre des passeports, a des ambassadeurs, etc. Cependant c'est une souveraineté sans territoire (les possessions à Rome et à Malte ne sont pas sous leur juridiction propre mais sous souveraineté italienne et maltaise respectivement) et limitée (en matière religieuse, l'ordre est inféodé au Saint-Siège). Il entretient des relations diplomatiques à part entière avec 97 puissances par le truchement de ses ambassadeurs et dispose également d'un siège d'observateur permanent auprès des Nations unies, de la Commission européenne et des principales organisations internationales. L'Ordre de Malte a la possibilité de battre pavillon sur ces bâtiments maritimes, aériens et terrestres. L'Ordre de Malte reste malgré tout un organisme religieux catholique dépendant du Saint-siège — le grand maître a la dignité de cardinal — ce qui peut, en certaines rares occasions, être à l'origine de polémique en raison de positions de quelques-uns de ces membres ; néanmoins, sa finalité première reste sa mission hospitalière envers les déshérités et les nécessiteux. On dénombre environ membres de l'Ordre de Malte et bénévoles réguliers à travers le monde qui font vivre les activités hospitalières. La « fête nationale » de l'Ordre se déroule le jour de la Saint Jean Baptiste, c'est-à-dire le 24 juin. À cette occasion en France, les membres de l'OHFOM se réunissent chaque année au château de Versailles .

Activités hospitalières nationales

L'ordre a aussi toujours officiellement un caractère militaire — même s'il n'est plus armé — et catholique mais il a surtout conservé sa mission hospitalière : « secourir et soigner » ; ce qui fait de l'Ordre de Malte le plus ancien organisme humanitaire (environ 900 ans d'âge). Pour la mener à bien, il dispose d'un personnel en grande partie bénévole. Chaque association nationale organise elle-même ses propres œuvres, qu'elle gère selon les lois du pays où elle réside p. 269-275 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, . Ces « associations » financent elles-mêmes ses activités médicales, hospitalières et humanitaires grâce à des cotisations, des dons lors de quêtes nationales ou encore grâce à de nombreux legs p. 269-275 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, . En France, l'Ordre de Malte n'est pas reconnu comme réellement souverain et ne dispose pas à Paris d'un ambassadeur mais d'un « Représentant officiel auprès de la France ». Ce dernier représente les Œuvres hospitalières françaises de l'Ordre de Malte (OHFOM), une organisation caritative fondée en 1927. Cette association française est très active dans la lutte contre la lèpre, la précarité et dans le milieu du secourisme et pour l'ensemble de ses activités, elle a été reconnue d'utilité publique en 1928 par le gouvernement francais. Son statut un peu particulier ne l'empêche pas de recevoir en 2007 le « Grand Prix Humanitaire » de l'Institut de France. Pour promouvoir son action auprès du public et lui permettre de faire appel au don en confiance, la section française de l’ordre, en tant qu’association, adhère au Comité de la Charte.

Diplomatie humanitaire internationale

L'Ordre de Malte est présent dans plus d'une centaine de pays en permanence et ses activités diplomatiques l'amènent à intervenir lors de catastrophes naturelles p. 269-275 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, ou lors de conflits armés comme en 1969 au Biafra, au Vietnam en 1974, en Ouganda en 1980 mais aussi par exemple en Yougoslavie dans les années 1995/99 p. 269-275 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, .
-« Comité Hospitalier International de l'Ordre de Malte » En 2005, est créé au sein de l'Ordre de Malte le « Comité Hospitalier International de l'Ordre de Malte » placé sous la direction du Grand Hospitalier de l'Ordre et qui a pour mission de coordonner les efforts extra-nationaux humanitaires de chacune des associations maltaises p. 269-275 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, .
-
« Malteser International »
On assiste également en 2005 au remplacement de l'ECOM (les Corps d’Urgence de l'Ordre de Malte) par le « Malteser International » afin de constituer un nouveau corps de secours international pour l'aide médicale et humanitaire d’urgence. Cette nouvelle structure a son siège à Cologne en Allemagne et regroupe 16 associations dépendantes de l'Ordre de Malte-Monde, à savoir l'Autriche, la Belgique, la Bohème, le Canada, la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, l'Irlande, l'Italie, la Hollande, la Pologne, le Portugal, la Suisse et les trois associations des États-Unis. Il est intéressant de noter que le « Malteser International » hérite de la longue expérience de l'ECOM qui avait été présent, par exemple, au Honduras après le passage de l'ouragan Mitch en 1998/99, au Kosovo en 1999/2000, au Pérou après le tremblement de terre de 2001, en Afghanistan en 2002/05. D’autres opérations à caractère médical et d’assistance ont eu lieu au Zimbabwe et en Angola en 2002, en Iraq en 2002/03. Le « Malteser International » est actuellement présent dans 35 pays.
-« Comité International de l'Ordre de Malte » Le « Comité International de l'Ordre de Malte », également appelé CIOMAL, a été créé en 1958. Il a pour mission de lutter contre la lèpre et de soigner plus globalement les malades. En 1999, cette mission a été étendue aux handicaps et aux maladies pouvant marginaliser comme le SIDA par exemple. Son siège est situé à Genève en Suisse.

Émissions philatéliques

L'Ordre émet des timbres depuis 1966p. 292 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, à partir de son petit territoire de la Via dei Condotti à Rome. Ces timbres sont très exactement produits par la « Poste Magistrale de l'Ordre Souverain de Malte »p. 292 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, et grâce à un accord signé le 4 novembre 2004p. 292 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, avec l'Italie, elle est habilitée à acheminer du courrier avec ses propres timbres dans une cinquantaine de paysp. 292 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, . Il est à noter que le courrier affranchi avec des timbres de l’Ordre peut uniquement être expédié depuis le siège de la Poste Magistrale à Rome. L'émission de ces timbres procure à l'Ordre des ressources non négligeables ; en particulier depuis qu'ils sont cotés par certains grands catalogues philatéliques italiens, comme le Sassonne ou l’Unificato. Néanmoins, en matière postale stricte, les timbres émis par l'Ordre ne sont pas reconnus par l'Union postale universelle (UPU). Les timbres mettent en valeur les symboles de l'Ordre ainsi que les périodes historiques marquantes de son histoire : on retrouve ainsi des bannières rouges à croix blanche, des portraits de Grands maîtres, des scènes religieuses, les armoiries de l'Ordre… Mais aussi depuis peu, des scènes représentant les actions actuelles des Œuvres hospitalièresp. 292 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, .

Émissions numismatiques

L'Ordre n'a commmencé à émettre sa propre monnaie qu'après son installation sur l'île de Rhodes p. 291 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, ., c'est-à-dire après 1310 au moment où l'Ordre de Malte s'est fortement enrichi et qu'il a réellement gagné sa souverainté. Sur ces pièces, les portraits des Grands Maîtres de l'Ordre figurent sur le verso tandis que sur le recto se trouve une croix. La croix à quatre branches bifides typique de la croix de malte n'apparaît qu'après 1520 p. 291 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, .. Le système monétaire maltais était constitué en part équivalente de pièces en cuivre, en argent et en or selon un acte interne datant de 1530 p. 291 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, .. Au , ce système fut remis en question par un forte émission de pièces en argent p. 291 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, .. La monnaie maltaise était constituée de « scudo » (écu), de « tari » et de « grani (grains) » avec pour valeur : = = p. 291 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, . De nos jours, cette monnaie n'a plus qu'une valeur numismatique p. 291 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, ..

Hiérarchie de l’Ordre

Les membres de l'Ordre sont divisés en différentes classes, suivant le degré d'engagement religieux des membres, elles-mêmes subdivisées en catégories, suivant le degré de noblesse. Enfin dans une même classe existent des distinctionsp. 285 de Histoire de l'Ordre de Malte, par Bertrand Galimard Flavigny, Perrin, Paris, 2006, . Le grand maître est actuellement Frà Andrew Willoughby Ninian Bertie.

Ordre pro merito Melitensi

L'ordre de chevalerie « pro merito Melitensi » récompense les personnalités qui ont acquis des mérites particuliers envers l'ordre ou qui ont soutenu ou participé à ses œuvres hospitalières. Les décorés ne deviennent pas pour autant membres de l’ordre.

Voir aussi

- Ordres militaires et religieux
- Œuvres hospitalières françaises de l'Ordre de Malte

Bibliographie

- Gilles Aubogny et Bernard Capo, Les Hospitaliers de Malte, neuf siècles au service des autres (Ordre de Malte-France, 1999)
- Alain Blondy, Le Gallicanisme et l'Ordre de Saint Jean (L'Alliance française de Malte, 1992)
- Antoine Calvet, Les Légendes de l’hôpital de Saint-Jean de Jérusalem (Presses Universitaires de Paris Sorbonne, Ceroc n°11, 2000)
- R. Cohen, édition Project Gutenberg, Knights of Malta, 1523-1798 (publié en 1920)
- Joseph Delaville Le Roulx, Les Hospitaliers en Terre Sainte et à Chypre, 1100 - 1310 (E. Leroux, Paris 1904)
- Alain Demurger, Chevaliers du Christ, les ordres religieux-militaires au Moyen Âge (Seuil, 2002 ISBN 2.02.049888.X)
- Colonel Edwing-James King, The Knight Hospitaliers in the Holy Land (Londres, 1931)
- Claire-Eliane Engel, Histoire de l'Ordre de Malte (Nagel, 1968)
- Michel Fontenay, De Rhode à Malte : l'évolution de la flotte des Hospitaliers au (Genève 1987)
- Bertrand Galimard Flavigny, Histoire de l'Ordre de Malte (Perrin, Paris 2006 )
source principale utilisée pour la rédaction de l’article

- Georg Bernhard Hafkemeyer, Der Rechtsstatus des Souveränen Malteser-Ritter-Ordens als Völkerrechtssubjekt ohne Gebietshoheit (Hamburg 1955)
- Olivier Matthey-Doret, du Moine hospitalier du s. au Citoyen engagé au s (Académie des Sciences Arts et Belles Lettres de Dijon, commission Héraldique et Numismatique)
- Noonan, Jr, The Church Visible: The Ceremonial Life and Protocol of the Roman Catholic Church (publié en 1996, 196 pages, ISBN 0-670-86745-4)
- Guy Perny, Les Origines lorraines et alsaciennes de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem dit de Malte (Société de l'Histoire de l'Ordre de Malte, 1980)
- Géraud Michel de Pierredon, Ordre souverain de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte (Atlantica, Biarritz, 1999, ISBN 2-84394-178-4)
- Robert Prantner, Malteserorden und Völkergemeinschaft (Duncker und Humblot, Berlin 1974, IS)
- Piers Paul Read, The Templars (édition Imago 1999, 118 pages, ISBN 85-312-0735-5)
- Jonathan Riley-Smith, The Atlas of the Crusades (Facts On File, Oxford 1991)
- Robert Serrou, L'Ordre de Malte (Éditions Guy Victor, 1963)
- Christopher Tyerman God's War: A New History of the Crusades (publié en 2006, 253 pages, ISBN 0-7139-9220-4)
- R.M.M. Wallace, International Law (1992, 76 pages)
- Adam Wienand (Hrsg.), Der Johanniter-Orden, der Malteser-Orden. Der ritterliche Orden des hl. Johannes vom Spital zu Jerusalem, seine Geschichte, seine Aufgaben (3. Auflage. Köln 1988, ISBN 3-87909-163-3)
- Les Statuts de l'Ordre de l'Hôpital (Bibliothèque de l'École de Chartres, Paris 1887)
- Nicolas Vatin, L’Ordre de Saint Jean de Jérusalem, l'Empire Ottoman et la Méditerranée orientale entre les deux sièges de Rhodes (1480-1522) (Paris-Louvain, Peeters, 1994)
- Paul Cassar, Médical History of Malta (Londres, 1964)
- Erik Svane et Dan Greenberg, Croisade vers la Terre Sainte (Éditions Paquet, 2007 ISBN 978-2888902287) ===
Sujets connexes
Acre (Israël)   Ad providam   Alain Demurger   Alexandre Ier de Russie   Alger   Allemagne   Allemand   Alphonse Ier d'Aragon   Amalfi   Ambassade   Amiens   Amposta   Andrew Bertie   Anglais   Angleterre   Angola   Anne Hilarion de Costentin de Tourville   Aquitaine   Argent   Autriche   Auvergne   Aventin   Baccio Bandinelli   Bailli   Barletta   Bataille au large de Damiette   Bataille de Lépante   Bataille de Nicopolis   Bayezid Ier   Belgique   Biafra   Birgu   Bohème   Bohême   Bourganeuf   Béatitudes   Campagne d'Italie (1796-1797)   Campanie   Canada   Capoue   Caraque   Cardinal (religion)   Castille   Catalogne   Charles Quint   Chypre   Château de Versailles   Civitavecchia   Clément V   Clément VII (pape)   Cologne   Comité de la Charte   Commission européenne   Communauté autonome d'Aragon   Constantinople   Constitution   Convention nationale   Corsaire   Croisade   Croix   Croix de Malte   Croix latine   Croix pattée   Croix potencée   Cuivre   Danemark   Droit international public   Espagne   Espagnol   Eugène III   Europe   Extraterritorialité   Ferdinand de Hompesch   Ferrare   Fort Saint-Elme   Foulque V d'Anjou   France   Français   Genève   Germanie   Gobelins   Grande-Bretagne   Grands maîtres de l'ordre de Malte   Guerre d'Afghanistan (2001)   Guerre du Kosovo   Guerre en Irak   Gérard Tenque   Henri II de Chypre   Henri VIII d'Angleterre   Hiérarchie dans l'Ordre de Malte   Hollande   Honduras   Hongrie   Hospitalier   Innocent II   Institut de France   Irlande   Italie   Italien   Jean Parisot de La Valette   Jean XXIII   Jean de Lastic   Jean le Baptiste   Juan d'Autriche   Jérusalem   Jésus de Nazareth   Khayr ad-Din Barberousse   Krak des Chevaliers   La Valette   Latin   Le Caravage   Liste des ordres militaires   Lombardie   Luc (évangéliste)   Lèpre   Léon XI   Léon XIII   Malte   Maréchal   Mehmed II   Mer Égée   Messine   Militaire   Monarchie   Mongols   Monnaie   Médecine   Médecine d'urgence   Naples   Napoléon Ier   Nice   Nicola Canali   Numismatique   Occident chrétien   Opium   Or   Ordre de Montesa   Ordre du Christ (Portugal)   Ordre du Temple   Ordre militaire   Ordre pro merito Melitensi   Organisation des Nations unies   Ouganda   Ouragan Mitch   Pape   Paquet   Paris   Pascal II   Paul Ier de Russie   Philippe de Villiers de L'Isle-Adam   Piazza di Spagna   Pie VI   Pie VII   Pierre André de Suffren   Pierre Paul Rubens   Pierre d'Aubusson   Pise   Poitiers   Pologne   Portugal   Prieur   Prieuré   Provence   Province de León   Pérou   Quatrième croisade   Quid   Raymond du Puy   Renaissance (période historique)   Rhodes   Robert Serrou   Rome   Royaume d'Aragon   Royaume de Jérusalem   Royaume de Navarre   Royaume de Sicile   Russie   Réforme   Révolution française   Saint-Gilles (Gard)   Saint-Siège   Saladin   Secourisme   Sicile   Siège de Jérusalem (1187)   Siège de Malte (1565)   Souverain   Souveraineté   Stefano Ittar   Suisse   Suède   Tamerlan   Terre Sainte   Toulouse   Tunis   Turc   Turcopole   Turquie   Union postale universelle   Urbain II   Vatican   Venise   Viterbe (Italie)   Vérone   Yougoslavie   Zimbabwe  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^